46 343 Avis BD |20 083 Albums BD | 7 870 séries BD
Accueil
Tome 17 : Regarde au-dessus des nuages
 

Buddy Longway, tome 17 : Regarde au-dessus des nuages

 
 

Résumé

Buddy Longway, tome 17 : Regarde au-dessus des nuagesAfin d'acceder au résumé de Buddy Longway, tome 17 : Regarde au-dessus des nuages, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Buddy Longway, tome 17 : Regarde au-dessus des nuagesLe retour de Buddy Longway après 15 ans d'absence !...

Mis entre parenthèses, son auteur étant occupé à d'autres projets, Buddy revient pour le plaisir de ses fans. Derib a-t-il décidé de mener la saga à son terme ?...

Au fil des 16 précédentes aventures, Buddy et son épouse indienne ont mûri, leurs enfants ont grandi. Ces 16 tranches de vie composant la série jusqu'à ce présent opus sont très bien résumées, à raison d'une page par album, à partir du début de cette histoire.

Je suppose qu'il fallait rafraîchir la mémoire des "anciens" et permettre aux nouveaux lecteurs de se familiariser avec l'univers du trappeur.
Les références aux anciens albums sont ici nombreuses. Elles montrent bien que Derib n'entame pas un nouveau cycle, mais qu'il reprend l'histoire là où elle s'était interrompue.

Mais que le présent scénario est ténu ! Heureusement, l'auteur se rachète par de superbes images qui permet au lecteur de s'évader vers les grands espaces...

Graphisme magnifique pour scénario de misère...


Chronique rédigée par LYmagier le 12/03/2006
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de LYmagierReflet de l'avatar de LYmagier
Statistiques posteur :
  • 2911 (92,44 %)
  • 154 (4,89 %)
  • 84 (2,67 %)
  • Total : 3149 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 2,50 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 11,40 11,40 11,40
Acheter d'occasion : 15,22
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.33
Dépôt légal : Juin 2002

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Buddy Longway, tome 17 : Regarde au-dessus des nuages, lui attribuant une note moyenne de 3,33/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

14 1 2016
   

Si l'album précédent était le plus beau sur le plan émotionnel et la genèse de Buddy, notamment grâce à son père que le lecteur a pu découvrir en trappeur inconsolable et rêveur, cet album est peut-être le plus beau sur le plan graphique. Certes dans d'autres albums depuis 1973, Derib a prouvé que son dessin avait profondément évolué et s'était amélioré, mais ici, on sent que "Red Road" et d'autres Bd sont passées par là, son trait a encore évolué, ainsi que sa technique de mise en page, on y trouve des images de toute beauté, à l'instar de la première page, avec la superposition des 2 grandes cases : en haut les chevaux, en bas Chinook et Buddy enlacés de dos ; une double page (pages 22 & 23) et une pleine-page finale superbe, ainsi que la multiplication des inserts dans de grandes cases... Les plans rapprochés ou plans moyens sont aussi plus courants qu'avant.

Visuellement donc, c'est du beau travail, car sur le plan scénaristique, c'est un peu plus léger, sans pour autant être indigne, loin de là, d'ailleurs j'aime ce scénario, mais j'ai l'impression que Derib se tâte encore, qu'il ne sait pas trop où il va diriger ses héros. Que s'est-il passé ? Derib en tant qu'expert en narration a-t-il perdu sa flamme ? On peut l'expliquer par une trop longue coupure : 1987, date de l'épisode précédent, et 2002 date de celui-ci ; Derib avait réuni Buddy, Chinook et leur fille à la fin du dernier épisode, mais Jérémie n'est toujours pas avec eux, la famille n'est pas au complet. Derib décide donc de reprendre où il s'était arrêté et relance l'action avec la quête de Jérémie, mais il retarde l'échéance parce qu'il a peut-être l'idée de prolonger cette saga encore un peu.

L'ensemble tourne autour de mustangs à capturer, on retrouve Nuage Gris qui s'est attaché aux pas du trappeur, et c'est la rencontre avec un étrange Indien vivant en osmose avec les mustangs qui va un peu initier Buddy à comprendre ces magnifiques équidés. On peut comprendre Derib qui a satisfait ici sa passion des chevaux, mais il y a aussi un aspect contemplatif très en rapport avec la philosophie des Sioux (les Etres Humains comme ils s'appelaient), cet épisode peut donc sembler moins passionnant tout en satisfaisant ce contact avec la nature qu'entretenaient tous les Indiens des plaines. Le seul truc que je trouve rapporté et qui me plait à demi, c'est cette histoire de vengeance, je la trouve un peu inutile , juste là pour corser ce récit et peu passionnante, je ne la dévoile pas pour ne pas gâcher la découverte...

Pour accompagner ce retour après 15 ans d'arrêt, Derib prend soin de rafraîchir la mémoire de ses lecteurs avec un rappel des 16 tomes précédents et une présentation du personnage, qui s'accompagnent d'un nouveau logo-titre qui ne me plait pas, je préférais l'ancien, ainsi qu'un nouveau dessin en pages de garde qui reprend le dessin de première page, à savoir le couple Longway enlacé de dos face à une nature généreuse, une image parfaite pour typer cette nouvelle tendance ; en même temps, les Longway vieillissent, mais ils s'aiment toujours autant, la page 4 avec la grande case en longueur est là aussi pour le rappeler.

Le récit semblera moins passionnant pour les lecteurs pressés, l'histoire avance doucement, mais Derib réutilise des personnages familiers pour faire patienter, on retrouve Daim Rapide, le frère de Chinook, qui est devenu maintenant chef de sa tribu, ainsi que Gregor et Mariska, le couple de Hongrois rencontré par Buddy dans "le Vent sauvage". La quête de Jérémie va devenir primordiale ensuite. Moi, j'aime cet épisode, il est reposant et serein.

30 6 2010
   

2002 ! Près de 15 ans on passé depuis le tome 16 alors que jusque là les albums s’enchainaient d’une année à l’autre ! Qu’est-il arrivé à Derib ? Je sais qu’il s’était consacré à des albums pédagogiques (lutte contre le sida, la drogue,…) Mais avait-il abandonné Buddy Longway ?
Peut-être car « le dernier rendez-vous » pourrait très bien clore la série s’il n’y avait le cas de Jérémie qui reste en suspens : qu’est-il devenu ?
C’est peut-être pour répondre à cette question que Derib a reprit sa plume (de sioux).
Pourtant, après tant d’attente, pas de grosse progression dans l’histoire. Buddy et Chinook partent à la recherche de leur fils mais très vite, d’autres obligations les en détournent et les retiennent et Derib pond un album qui lui permet à nouveau d’assouvir son amour des chevaux.
Heureusement qu’il y rajoute un péril, une histoire de vengeance un peu bateau, qui étoffe l’histoire. A ses débuts, il se serait contenté de l’histoire des chevaux…point.
Mais Jérémie dans tout ça ? Toujours rien de neuf, plus de nouvelles depuis « la vengeance ».
On note au passage une évolution dans la tenue des soldats : pour la 1ere fois ils portent la coiffe bien connue des tuniques bleues.

Après tant d’années, il y a de légers changements dans le graphisme. Peut-être pas dans le dessin mais la colorisation, plus délavée. La mise en page use beaucoup plus de dessins supprimant complètement la marge de la feuille. Il y a aussi du changement dans le dessin de couverture (aspect croquis), le design de la tranche et le logo titre complètement remanié.
Tous ces petits changements créent une rupture dans l’esthétique de la collection qui s’ajoute à celle des 15 ans entre les 2 derniers albums. Dommage ! J’aurai préféré une vrai continuité du début à la fin, tout à fait possible puisque l’éditeur reste le même.

A noter que cet album débute par 16 pages de très belle présentation qui résument les 16 tomes précédents, et tout ça, toujours sous la forme d’un récit à la 1ere personne de Buddy qui se présente aux éventuels nouveaux lecteurs.

Et surtout une information capitale : enfin une datation ! On apprend dans cette présentation que Buddy est né autour de 1840. Donc sa 1ere aventure doit se situer vers 1860.