46 589 Avis BD |20 211 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Tome 18 : La balle perdue
 

Buddy Longway, tome 18 : La balle perdue

 
 

Résumé

Buddy Longway, tome 18 : La balle perdueAfin d'acceder au résumé de Buddy Longway, tome 18 : La balle perdue, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

C'est tout ?... Ben oui, c'est tout.

Grands dessins et grand lettrage par planche. La lecture de cet opus ne prend pas beaucoup de temps. Heureusement, on peut s'attacher, s'attarder, sur la beauté des illustrations et la mise en page -très personnelle- de l'auteur.

Plaisir des yeux, mais surtout -pour les habitués de la série- une grosse surprise au niveau de l'intrigue.
Intrigue au canevas très simple : le fils de Buddy revient voir ses parents, il est devenu un rebelle ivre de vengeance et se fait tuer le lendemain. Point.
Cette orientation imprévue du scénario est assez troublante, pose de nombreuses questions au lecteur pour la suite.


Chronique rédigée par LYmagier le 06/03/2006
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de LYmagierReflet de l'avatar de LYmagier
Statistiques posteur :
  • 2911 (92,44 %)
  • 154 (4,89 %)
  • 84 (2,67 %)
  • Total : 3149 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter d'occasion : 9,14
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.17
Dépôt légal : Juin 2003

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Buddy Longway, tome 18 : La balle perdue, lui attribuant une note moyenne de 3,17/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

Agecanonix :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de AgecanonixReflet de l'avatar de Agecanonix
5 3 2020
   

Il m'a fallu beaucoup de temps pour acquérir ce tome 18, les 3 derniers tomes étant les plus rares car pas réédités, donc ils sont chers en occase, et je n'ai pu donc l'avoir qu'au Festival d'Angoulême cette année à un prix disons raisonnable, après avoir obtenu les tomes 19 et 20 il y a 2 ans, il m'a fallu une dose de patience infinie mais je voulais finir absolument cette série qui m'est chère, sans avoir recours aux intégrales, je voulais les albums, maintenant j'ai la collection complète enfin !

En voyant le titre d'album, je me doutais que ça finirait mal ou qu'il y aurait un drame, je le pressentais, je le redoutais car cette série a souvent manié les sentiments et les bouleversements, et là je ne peux pas dire que j'approuve Derib dans ses choix, j'ai eu l'impression qu'il voulait en finir, il était sur "Buddy Longway" depuis 1973, il s'est arrêté pour n'y revenir que 15 ans plus tard, je trouve qu'il aurait pu donner une autre orientation sans pour cela faire mourir des personnages clé, mais bon c'est son choix... et pour cela il fallait décimer la famille Longway.

Cet album est important après le précédent qui a servi un peu de transition, car on y voit enfin les retrouvailles entre Jérémie, Buddy, Chinook et Kathleen, et ce dès le début de l'album, juste après que Chinook perd son vieux cheval Tache de Lune, autre signe de la fin. L'absence de Jérémie fut longue, je crois que Derib ne savait plus quoi faire de lui, c'est pourquoi il en fait un garçon dévoré par la vengeance, qui tue autant des soldats que des colons, on lui a fait trop de mal, son coeur est empli d'une haine revancharde, et il fallait qu'il meure. Cette nouvelle facette de caractère ne manque pas de jeter le trouble parmi ses parents, le regard entre Buddy et Chinook page 21 en dit long, j'ai été très surpris moi aussi, on a en effet du mal à croire comment ce garçon qui a été élevé dans l'amour de la nature et du respect de l'autre par de bons parents, ait pu se transformer ainsi.

Aussi, après son récit, Jérémie est tué par une balle perdue, encore par des soldats imbéciles lors d'une rixe stupide. Là dessus, Derib en rajoute en éprouvant les Longway et en jetant Buddy en prison, il en sort rapidement grâce à Gregor le Hongrois ami qui s'occupe de la réserve Sioux, mais je sens bien que ça ne sera plus jamais comme avant, il y a désormais quelque chose de brisé, on est proche d'une fin inéluctable, et qui sera sans aucun doute dramatique et triste.
Ceci dit, l'album est beau quand même, malgré sa profonde mélancolie, et graphiquement c'est magnifique dans le dessin d'une grande maturité et dans les cadrages et le montage.

29 6 2010
   

Voilà enfin l'album où Buddy et Chinook retrouvent Jérémie !
Après tant d'albums sans nouvelles de lui et leur éloignement, ces retrouvailles sur un "heureux" hasard sont un peu faciles.
Mais c'est un album choc. Par les émotions dues aux retrouvailles mais aussi par le personnage qu'est devenu Jérémie. Et surtout par la brièveté de ces retrouvailles qui se terminent par la mort du fils ! Frustrant.
Pour revenir sur Jérémie, son évolution est finalement assez logique et pressentie depuis "le secret". Mais même si ses motivations sont légitimes, il est devenu assez détestable par ses actes rebelles. Même ses parents ont du mal à accepter ce nouveau Jérémie.
L'évolution négative d'un enfant aussi adorable que Jérémie l'a été. Suivie de sa mort précoce. C'est unique dans une BD de cet acabit mais ça confirme la volonté de l'auteur de faire dans le réalisme sans concession. Cette série a toujours flirté avec le drame et on touche maintenant le drame ultime.
On s'aperçoit ici que l'aventure précédente, qui paraissait anecdotique avec l'histoire des chevaux et des 2 soldats comploteurs avait finalement son utilité et préparait les évènements ici contés.
Le sommet dramatique qu'a été "le capitaine Ryan" rejoint celui-ci et y joue un rôle important. Comme pour montrer que tout est lié pour accomplir un destin pré-écrit.

L'album se lit quand même assez vite et je trouve que Buddy est bien rapidement innocenté. Le combat fatal est vite abrégé aussi. Comme si Derib voulait se recentrer sur la saga de la famille Longway et ne pas entamer d'autres développements. Pour en finir plus vite avec la série ? Possible car ça sent la fin à plein nez.