46 449 Avis BD |20 138 Albums BD | 7 882 séries BD
Accueil
Tome 1 : Secondes chances
 

Brightest day, tome 1 : Secondes chances

 
 

Résumé

Brightest day, tome 1 : Secondes chancesAfin d'acceder au résumé de Brightest day, tome 1 : Secondes chances, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Brightest day, tome 1 : Secondes chances"In brightest day, in blackest night ,no evil shall escape my sight. Let those who worship evil's might, beware my power, Green Lantern's light". Serment du Green Lantern Corp.

Voilà donc la prophétie des Green Lantern sur le papier, suite... « Brightest Day » est l’événement DC qui fait suite à « Blackest Night » et qui se situe juste avant « Flashpoint » et le reboot des new 52. Ceci pour dire que même si ce premier tome (sur une série de 3) est une réussite (oui, j’enlève le suspens directement), il faut avoir lui l’événement précédent pour comprendre l’histoire.

Dans le précédent arc, nous avions un vilain : « Nekron », possédé par un anneau noir (du même type que celui que les Green Lanterns portent) et qui faisait pas mal de dégâts sur Terre. Les héros et vilains possédés par ce type d’anneaux étaient sous le contrôle d’une entité liée à la mort. L’événement « Blackest Night » prenait fin lorsque de mystérieux anneaux blancs ramenaient 12 héros et vilains à la vie. Parmi les ressuscités par l’anneau : Aquaman et Mera, Martian Manhunter, la Colombe et le Faucon ainsi que Deadman. C’est sur ce dernier que l’histoire va s’appuyer, car c’est le seul qui semble avoir gardé l’anneau blanc. "Deadman" va alors mener une enquête qui va lui permettre de comprendre les problèmes que semblent rencontrer les revenants; et découvrir qui se cache derrière l’entité qui a envoyé les anneaux.
Encore une fois, DC prend le parti de ne pas parler de la trinité (Superman, Batman, Wonder Woman) pour ne s’occuper que de personnages secondaires. Je dois reconnaître que c’est agréable d’avoir un comics qui n’est pas uniquement basé sur batailles, si épiques soient-elles; et qui prend le temps de poser une histoire et des personnages. L’enquête que nous suivons va nous faire découvrir tous les protagonistes et voir comment ces derniers réagissent vis à vis de la nouvelle vie qui s’offre à eux. Geoff Johns aime ses héros, il écrit de vraies histoires mises en valeur par différents dessinateurs, dont un Ivan Reiss de haute volée (ce dernier va d’ailleurs ensuite sublimer « Aquaman » dans le relaunch éponyme).

« Brightest Day » est donc un bon run, les auteurs installent une histoire qui n’est pas centrée uniquement sur l’action. Le parti-pris de mettre en avant des seconds-couteaux est un excellente idée. La marge de mainoeuvre sur de tels personnages est bien plus large qu'avec des héros tels que Superman. Ivan Reiss au dessin fait lui aussi de l’excellent travail. Le seul point négatif est que cet événement fait suite au moyen « Blackest Night » qu’il faut malgré tout avoir lu, pour appréhender l’histoire dans sa globalité.


Chronique rédigée par sigmar le 11/06/2013
 
 
Statistiques posteur :
  • 141 (30,19 %)
  • 134 (28,69 %)
  • 192 (41,11 %)
  • Total : 467 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 21,38 21,38 21,38
Acheter d'occasion : 17,99
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.50
Dépôt légal : Juin 2013

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Brightest day, tome 1 : Secondes chances, lui attribuant une note moyenne de 3,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

7 7 2013
   

« Brightest Day » est l’événement DC qui fait suite au crossover de "Blackest night" et qui se situe juste avant « Flashpoint » et la renaissance DC avec la remise à zéro de leurs cinquante-deux séries (The new 52). Ce premier des trois volets prévus est l’œuvre de Geoff Johns et Peter J.Tomasi au scénario, de Ivan Reis, Patrick Gleason, Fernando Pasarin, Ardian Syaf, Scott Clark et Joe Prado au dessin et reprend les épisodes #0 à #7 de la saga US « Brightest Day ».

Suite à l’attaque menée par Nekron et ses Black Lantern dans "Blackest night", douze personnages DC de second rang sont revenus d’entre les morts, dont Boston Brand, alias Deadman, qui sert de fil rouge à cette histoire qui met en avant la lumière blanche. Passant de l’ombre de l’évent précédent à la lumière de celui-ci, de la nuit au jour, de la mort à la vie, les deux auteurs intègrent progressivement leurs douze revenants : Arthur Curry (Aquaman), J’onn J’onzz (Martian Manhunter), Carter Hall (Hawkman), Shiera Hall (Hawkgirl), Boston Brand (Deadman), Jade, Firestorm, Osiris, Le Faucon, Boomerang, Maxwell Lord et le professeur Zoom (Nega Flash).

Cette mise en place est par contre un peu longue, surtout que les douze ne comprennent pas grand-chose à leur retour à la vie et que Deadman s’avère d’une passivité extrême et ne saisit pas non plus le but de ce come-back. Là où "Blackest night" était fortement axé sur l’action, les auteurs prennent ici le temps de poser leurs seconds-couteaux issus du cimetière DC. Ils prennent heureusement également le temps de tisser un puzzle de sous-intrigues assez intéressantes, tout en se gardant bien évidemment de répondre à la question principale : Quel est le but de cette entité blanche ?

Passant du polar (l’enquête passionnante menée par J’onn J’onzz) à la science-fiction (la cohabitation des deux esprits au sein de Firestorm), sans oublier la malédiction qui poursuit Hawkman et Hawkgirl ou les secrets de Mera, les auteurs varient les genres et parviennent à garder l’attention du lecteur. Si tous reçoivent une mission de cette mystérieuse lumière blanche, le lecteur se rend également compte que quelque chose cloche : Aquaman ne commande plus que les animaux marins morts et la végétation meurt au contact du Limier Martien… tant de mystères à résoudre…

Visuellement, la multiplication des noms au générique peut faire peur, mais force est de constater que l’unité graphique est conservée. Les styles s’alternent avec fluidité, surtout que chacun se concentre sur une histoire/personnage. Au final, c’est clairement le travail d’Ivan Reis qui sort du lot.

Un crossover divertissant, qui avance très lentement et qui laisse encore beaucoup de questions en suspens. Heureusement, les deux tomes suivants sortiront déjà en Août et en Octobre.