45 855 Avis BD |19 853 Albums BD | 7 815 séries BD
 

Bonne nuit Punpun, tome 3

 
 

Résumé

Bonne nuit Punpun, tome 3Afin d'acceder au résumé de Bonne nuit Punpun, tome 3, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Ce troisième opus de "Bonne nuit Punpun", s'il suit bien sûr les pérégrinations du jeune Punpun, s'intéresse aussi à son oncle et à sa rencontre avec une jeune fille.
Le récit, toujours aussi sombre, est un voyage dans la psyché des différents personnages, la série analysant leurs comportements dace aux autres, les amours impossibles étant clairement mises en exergues ici.

Punpun, plus malheureux que jamais, semble entrevoir toutefois une porte de sortie, une relation possible avec Aiko. Mais l'auteur jouant clairement avec le lecteur, il est finalement assez difficile pour nous aussi de savoir si l'on ne se fait pas des idées sur les intentions réelles de la jeune fille.
Malgré le côté très triste du récit, difficile de ne pas y trouver une résonance à nos vies chargées, notre quotidien hyper individualiste - en cela "Bonne nuit Punpun" est à mon sens une assez fidèle critique du genre humain, dans ce qu'il peut avoir de plus beau comme de plus repoussant.

Le dessin, très détaillé et de qualité, joue toujours sur le contraste de la représentation de la famille de Punpun et du reste du monde dans lequel elle évolue. De nouveaux personnages font leur apparition, eux aussi avec un chara-design léché. On sent un énorme travail derrière cette série, les décors donnant une grande envergure à l'histoire.

De nombreux lecteurs ont été freinés par le premier opus, vraiment très sombre, de cette série. Elle mérite pourtant à mon sens que l'on s'y attarde clairement, cette dernière sortant vraiment des sentiers battus pour proposer quelque chose de différent, réellement unique. A tester si l'étude des relations humaines vous intrigue !


Chronique rédigée par Piehr le 16/05/2012
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de PiehrReflet de l'avatar de Piehr
Statistiques posteur :
  • 1099 (67,76 %)
  • 130 (8,01 %)
  • 393 (24,23 %)
  • Total : 1622 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 7,08 7,08 7,08
Acheter d'occasion : 13,93
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.50
Dépôt légal : Mai 2012

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album Manga Bonne nuit Punpun, tome 3, lui attribuant une note moyenne de 3,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

10 2 2018
   

On ne le dira jamais assez, cette série est atypique, car propose des héros décalés dans un monde des plus réaliste. Punpun est un canard stylisé qui évolue dans un collège japonais on ne peut plus réaliste, et ses émotions sont celles d’un adolescent comme les autres. Ici, c’est bien sûr la jalousie qui sera au centre de ses états d’âme, la belle Aiko sortant, ou tout du moins, tenant la main du jeune Kaguchi. Le champion de Badminton devient l’homme à abattre : c’est du moins ce que dicte la conscience du jeune palmipède. Mais Kaguchi est loin de ces caricatures de tombeurs de collégienne : c’est avant tout un gars sympa et sensible. Et en une pirouette, l’auteur s’éloigne une nouvelle fois des clichés sur les récits d’adolescents pour aborder le sujet d’une façon plus intimiste, et dont la nature et la force des relations est plus réaliste. Punpun est perdu, et, sous le trait décalé du dessinateur, toutes ses pensées prennent une tournure atypique… qui reste pourtant fort compréhensible et crédible, tout à chacun étant invité à s’identifier à ces quelques traits qui ne ressemblent à rien ni personne, et donc à tout le monde.

Le récit s’éloigne ensuite de Punpun pour se concentrer sur son oncle, Yuichi Onodera, lequel se fait littéralement draguer par une fille plus jeune, le renvoyant à un souvenir de lorsqu’il était plus jeune. Encore, une fois, on aurait tort de ne pas se méfier du caractère fantaisiste du dessin, puisqu’ en deux ou trois pages, voilà que le récit quitte la légèreté pour aborder des sujets plus graves, plus douloureux, et plus malsains. Si cette partie ne manque pas d’intensité et confirme que la série visitera les recoins les plus noirs de l’âme humaine par les yeux de canards sans réalité tangible, je lui reproche de nous éloigner de Punpun et de choisir un autre personnage comme axe de narration. La linéarité avec Punpun semble coupée, et on ne voit plus très bien comment cette histoire de son oncle interfère avec son propre présent.

Toujours très décalé, toujours très surprenant, et peut-être aussi déstabilisant, l’auteur, avec Punpun et sa famille, continue de produire un concentré d’émotions et de sentiments, qui semblent réalistes, et ce pour notre plus grand effroi. Il utilise une figure irréelle pour nous parler de la noirceur bien réelle des humains.