45 295 Avis BD |19 547 Albums BD | 7 720 séries BD
 

Bonne nuit Punpun, tome 2

 
 

Résumé

Bonne nuit Punpun, tome 2Afin d'acceder au résumé de Bonne nuit Punpun, tome 2, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Bonne nuit Punpun, tome 2Je n'irai pas par quatre chemins : ce second tome de "Bonne nuit Punpun" confirme tout le bien que je pense de cette série. On y redécouvre un enfant un peu perdu, mal à l'aise avec ses amis, avec sa famille, avec son monde.

Après une introduction pleine de mystère sur la tournure même des événements qui allaient se dérouler dans cette histoire, cet opus est bien plus centré sur le drame d'un amour impossible entre le petit héros et Aiko.
le ton, qui n'était pas rose dans le premier tome, devient franchement noir dans celui-ci. Le contexte familial de Punpun est pour le moins sordide : entre une mère suicidaire qui ne souhaite pas revoir son fils est un père violent qui semble complètement dépassé par les événements, l'enfant essaie de trouver du réconfort dans des rêves inaccessibles et une sorte de mission, de quête qu'il s'est donné afin de conquérir le coeur d'Aiko.

Vous l'aurez compris, si le premier tome malgré son côté sombre était chargé d'espoir, ce second opus est clairement déprimant. On imagine pourtant, en fin de tome, une suite plus positive qui remettra en selle Punpun.

On pourra regretter que ce mystère autour de la vidéo X et du testament ne soit pas exploité à 100 %. Espérons que la suite de cette histoire justifie cet élément de scénario qui était pourtant prenant.

Graphiquement, c'est parfait : les décors sont superbes, et l'enfance de ces petits héros résonne en nous sous le trait incroyable de l'artiste.

malgré tout, ce manga n'est pas à mettre entre toutes les mains : il est noir, dur, déprimant peut-être parfois. Mais surtout, à mon sens, incontournable.


Chronique rédigée par Piehr le 20/02/2012
 
 
Statistiques posteur :
  • 1099 (67,76 %)
  • 130 (8,01 %)
  • 393 (24,23 %)
  • Total : 1622 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 7,08 7,08 7,08
Acheter d'occasion : 3,46
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.83
Dépôt légal : Février 2012

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album Manga Bonne nuit Punpun, tome 2, lui attribuant une note moyenne de 3,83/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

28 1 2018
   

On se fait tout doucement, une nouvelle fois, à l’originalité de la série qui veut que le personnage principal, Punpun, est un canard stylisé qui évolue dans un monde par ailleurs très réaliste. Ici, on commence avec un récit tout en tension et tout en action avec la visite de cette usine désaffectée par notre groupe d’écolier : une tension qui s’explique par la jeunesse des protagonistes et leur propension à fantasmer leur environnement, quitte à voir des fantômes partout. Une peur qui explique une certaine précipitation, et c’est l’accident. Tout cela est assez bien conduit, avec le suspense et l’action qu’il faut, tout en dévoilant davantage les protagonistes. Le premier tome était en effet centré sur Punpun, et ce deuxième album est également l’occasion de découvrir plus en détails les copains de Punpun : Seki, Sizimu et Harumi.

On quitte ensuite ce théâtre pour se concentrer sur Punpun, qui, suite à des difficultés familiales, ne peut se rendre au rencart proposé par Aiko, faisant naître une distance qui ne fera que croître au cours des deux années qui suivront…

Le mélange des genres, qui peut rebuter au premier abord, fonctionne finalement assez bien et l’auteur arrive à faire tout un tas d’émotions, de sentiments, et d’idées au travers du catalyseur que représente Punpun : l’amitié, la tristesse, l’amour, la haine, la déception, l’espoir… Et également des sujets plus graves tels que le suicide, le rejet des parents, la dépression, le divorce. Finalement, à partir d’une idée qui pouvait paraître loufoque, l’ensemble est très humain, avec cette vision un peu naïve d’un écolier. C’est à la fois dur et sensible, et on se surprend à se prendre d’affectation pour ces quelques traits angulaires qui font vaguement penser à un canard, et auxquels, malgré tout, on s’identifie.

Si le premier tome pouvait déstabiliser, ce deuxième nous invite à rencontrer plus profondément les personnages, et leurs sentiments. On dépasse largement la petite intrigue d’une bande d’écoliers qui font les 400 coups ensemble, ou d’un amour balbutiant, pour se confronter à beaucoup plus de situations, beaucoup plus de sentiments. Comme si, finalement, on imposait à ces enfants des vicissitudes d’adultes.. auxquelles ils restent presque insensibles grâce à leur juvénile naïveté. Ces enfants peuvent donc paraître insensibles, le lecteur supportant toute la charge émotionnelle.

15 3 2012
   

Sortie simultanément avec le premier volet, ce deuxième tome continue de partager le quotidien de Punpun, un jeune garçon désemparé dont la mère est battue par un père violent. Le rebondissement final du tome précédent donnait indéniablement envie d’attaquer ce second volet et c’est donc une excellente chose qu’il soit publié en même temps.

L’avantage de ce second volet est que le lecteur n’est plus déstabilisé par la représentation du héros sous la forme d’un poussin, dessiné en seulement quelques traits. Cette approche visuelle permet toujours de souligner la fragilité de ce personnage central qui semble errer en dehors d’une réalité bien trop pesante pour lui, mais ne surprend plus le lecteur. Celui-ci peut ainsi mieux profiter de l’histoire, sans devoir s’adapter au style très particulier du graphisme.

Il retrouve donc ce petit oiseau qui semble un peu perdu au sein de décors et de personnage qui ont un aspect ultra-réaliste et qui cherche donc toujours sa place au sein de la société. Au fil des pages, le lecteur en apprend plus sur la vie familiale de Punpun. Ce contexte familiale se révèle finalement encore un peu plus sombre que prévu : tentatives de suicide, divorce, maltraitance, … pas de quoi se réjouir donc.

Malgré le background familial peu reluisant de Punpun et à l’inverse de la plupart des autres séries d’Inio Asano ("Un monde formidable", "Le Quartier de la lumière", "Solanin", "La fin du monde, avant le lever du jour" et l’excellent "Le champ de l'arc-en-ciel "), tout n’est pas complètement noir dans cette histoire. Il y a certes les sentiments amoureux de Punpun envers la petite Aiko Tanaka, mais il y a également cette relation père-fils qui semble survivre au drame familial. De plus, en se concentrant sur le quotidien de jeunes enfants, l’auteur parvient à insuffler une certaine légèreté et un peu d’humour à son récit. Mais ce deuxième volet est tout de même plus sombre que le premier.

À l’inverse de la plupart de ses autres séries, Inio Asano semble également vouloir développer son histoire sur plusieurs tomes, en laissant son personnage grandir et évoluer. Ce dernier prend ainsi deux ans de plus lors de ce tome et se rapproche ainsi tout doucement de la tranche d’âge dont l’auteur s’est fait expert au fil de sa carrière. Nul doute donc que l’auteur saisira cette opportunité pour continuer d’exprimer les angoisses de jeunes nippons désabusés qui ont du mal à trouver leur place au sein d’une société japonaise au bord de la rupture.