45 930 Avis BD |19 891 Albums BD | 7 823 séries BD
Accueil
Tome 12 : Le spectre aux balles d'or
 

Blueberry, tome 12 : Le spectre aux balles d'or

 
 

Résumé

Blueberry, tome 12 : Le spectre aux balles d'orAfin d'acceder au résumé de Blueberry, tome 12 : Le spectre aux balles d'or, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Blueberry, tome 12 : Le spectre aux balles d'orC'est la suite et la fin de "La mine de l'Allemand perdu". C'est aussi l'un des albums de Blueberry les plus plébiscités par les lecteurs.

Il faut avouer que la réputation de l'album n'est pas usurpée.

Vous aimez le dessin soigné, réaliste, minutieux et dynamique ? Il est donc temps de découvrir le travail de Giraud. Auteur à la renommée internationale, déjà au sommet de son art dans ce douzième album, Giraud fait partie des dessinateurs incontournables du neuvième art. Et le prouve avec ce "Spectre aux balles d'or" impeccablement illustré.

Charlier, immense conteur et amateur de western, livre un récit d'une qualité et d'une efficacité réjouissantes. Le suspense est encore plus présent que dans les autres albums (c'est pourtant un ingrédient que Charlier ne néglige jamais !) puisque l'intrigue tourne autour d'une traque et d'un personnage mystérieux qui semble bien décidé à se débarrasser des curieux.

Le recit est haletant, plein de rebondissements, de bonnes idées. C'est du très bon western, assez original, ce qui permet de contenter et de séduire tout le monde.

Une perle de plus pour une très grande série d'aventures.


Chronique rédigée par Jean Loup le 24/03/2005
 
 
Statistiques posteur :
  • 1313 (63,86 %)
  • 390 (18,97 %)
  • 353 (17,17 %)
  • Total : 2056 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 5,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 5,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 11,40 11,40 11,40
Acheter d'occasion : 6,20
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.60
Dépôt légal : Juillet 1972

Avis des lecteurs

10 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Blueberry, tome 12 : Le spectre aux balles d'or, lui attribuant une note moyenne de 4,60/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

18 4 2014
   

Ce second album du diptyque est du même niveau en qualité, le scénario millimétré de Charlier continue de façon sensationnelle, on y retrouve les ingrédients qu'il a éprouvé dans d'autres albums (situations tendues, suspense, scènes d'action...) ainsi que les fameux coups de chance comme je le signalais dans mon avis sur "la Mine de l'Allemand perdu", en l'occurrence l'arrivée opportune de la cavalerie qui sauve Prosit des Apaches à la fin, je trouve cet artifice un peu limite. Dans le même ordre d'idée, la fin me semble trop précipitée en dernière page avec l'irruption de Blueberry et McClure, comme si en quelques cases, Charlier croyait pouvoir tout expliquer (il a déjà fait le coup), ça gâche un peu cet excellent diptyque, mais on peut lui pardonner.

Le rythme graphique s'accélère ici avec le relief des rochers et des matières hachurés, où les personnages sont comme happés et écrasés par le décor de roches ; également avec l'histoire qui se répartit toujours entre 4 personnages et qui se trouve renforcée par le dessin très surchargé de Gir ; le trait perd en nervosité mais gagne en précision, le modelé des hachures donne un relief étonnant aux visages.
Enfin le dialogue est encore plus abondant que dans de précédents albums, le cadrage plus serré, avec multiplication de petites cases où Gir parvient étonnamment à rentrer dedans des paysages, de même que le découpage incroyable modifie le sens de lecture pour mieux participer à l'action.

Après avoir lu ce diptyque exceptionnel, le lecteur ne peut que devenir difficile et plus exigeant dans ses lectures Bd surtout en western, ça place assurément la barre très haut. Et ça confirme que "Blueberry", c'est la plus importante série western du monde, vous en doutiez ? la preuve est là !

3 5 2011
   

Voilà donc l'album tant attendu, celui qui signe le point d'orgue d'un diptyque commencé dans le tome précédent : et c'est vrai que c'est bon et que c'est agréable.

Charlier nous soigne un scénario de course-poursuite à la recherche d'un trésor perdu pour le moins palpitant et parfaitement chronométré. Encore une fois, on nous propose un scénario rigoureux, des dialogues soignés, et des rebondissements en veux-tu-en-voilà qui permettent d'assurer un rythme du tonnerre. Le situations difficiles s'enchainent, et cette escapade dans la mésa du cheval mort prend parfois des accents d'une difficile traversée d'un temple maudit. C'est vraiment chouette. Le personnage de Prosit est parfaitement étudié et, depuis le tome précédent, me fait une drôle d'impression : on sent combien il peut être retors, vil et violent pour arriver à ses fins. Dans le même temps, il a ce petit côté débonnaire, malin et un brin comique qui le rend sympathique. Et même si on découvre jusqu'où il a pu aller, je ne peux m'empêcher d'éprouver une petite sympathie pour ce personnage créé pour notre plus grand plaisir.

Giraud nous a sorti ses plus beaux crayons et couleurs pour nous proposer un dessin intemporel, réaliste, qui joue avec les effets de lumière. Le soleil étouffant et torturant qui se reverbère sur cette roche nue est palpable et c'est toute l'atmosphère de l'album que l'on partage.

Malheureusement, cet album, bien que très bien construit dans sa grande majorité, se finit en queue de poisson précipitée. En trois vignettes et deux phylactères, on résume ce qui s'est passé pendant plusieurs semaines : c'est vraiment léger et ca ne cadre pas vraiment avec ce qui a été développé dans les plus de 50 planches qui précèdent. C'est dommage, mais Charlier semble être coutumier du fait, il nous avait déjà fait le coup pour le tome 10.

Un bel album pour finir un cycle qui propose encore autre chose dans cette série.

10 5 2010
   

Album qui suit "La mine de l'allemand perdu" et qui conclue le diptyque des monts de la superstition, du cycle "L'or de la Sierra".

La couverture est magnifique. La couleur de la nuit qui fait apparaître la structure des rochers du canyon est l'un des plus beaux effets de la bande dessinée que j'ai vu. Le personnage aux allures de sauvage n'annonce rien de bon. Une couverture splendide qui représente l'angoisse, l'inquiétude.

Le scénario de cet album est unique. Sur 54 pages, Charlier offre une aventure palpitante dont le mot maître est suspense. Ici c'est une véritable épopée en lieu inconnu que Blueberry et les autres personnages entreprennent, toujours pour atteindre l'or de la mesa. Ca va vite, ça alterne subtilement entre deux groupes de personnages, et quel suspense ! C'est du bon, du pur "Blueberry" comme on aime. C'est une histoire en terrain dangereux et terrifiant qui est narrée ici et ça marche à merveille. On s'y croit vraiment, que nos héros soient de jour ou de nuit il se passe sans arrêt quelque chose de plus en plus inattendu.

Le dessin est comme le précédent tome : parfait. Les contrastes qu'offrent cet album sont magnifiques et font ressentir le mystère qui règne sur ce fameux canyon. Les situations de nuit sont particulièrement réussies, la roche reflétant les rayons de la lune.

On garde les même personnages que dans le tome précédent exit "Crazy". Certains d'entre eux ont enfin montré leur vrai visage sur leur loyauté ou motivation. On introduit également un nouveau personnage qui donne son nom à l'album et dont l'identité restera un mystère jusqu'à la fin de l'album. Un casting assez mince mais toujours de qualité.

Encore un moment de plaisir avec cet album qui est sans doute à classer dans les meilleurs tomes de la série.

2 1 2010
   

Suite et fin du diptyque.
Les dessins de style réaliste sont toujours aussi beaux. Mention spéciale pour la vue de la « mésa du cheval mort » page 11. Les attitudes des personnages sonnent juste.
Le scénario n’est pas en reste. Charlier maitrise sont sujet et arrive à faire en sorte que Blueberry soit obligé d’aller de l’avant dans cette quête alors que son seul but n’est que de rattraper Prosit et de le ramener en prison.
Ce personnage plein de duplicité est vraiment la réussite de cette aventure. Dans son rôle de méchant qui se tire de toutes les embuches, il aurait pu postuler pour LE méchant de la série sans qu’on s’en plaigne.
L’apparition progressive du « fantôme » est très bien aussi. On plonge dans une ambiance thriller plus que dans le western basique.
J’ai trouvé que ça se termine sur un petit raccourci et qu’un troisième tome aurait très bien pu être développé. Mais c’est quand même très bien comme ça.
4,5 et non 5/5 ? Peut-être que je m’habitue à la perfection, mais j’ai l’impression d’avoir (légèrement) plus apprécié le 1er tome. Je ne sais pas pourquoi.

un bdphile :Une BD culte ! Note de l'album : 5,00
Avatar de Reflet de l'avatar de
16 11 2008
   

Probablement le meilleur de la série !!
Suite et fin du Cycle III de la série, ce tome 12 est un huis-clos angoissant, où les personnages doivent affronter un mystérieux Spectre Aux Balles d'Or, gardien de la Mine de l'Allemand Perdu, et où le méchant est hanté par son passé qui ressurgit des profondeurs des Monts de la Superstition. Autant dire qu'avec une intrigue pareille, difficile de ne pas aimer, tellement le scénario et les dessins sont forts !!
Ici, l'aventure du tome 11 prend un tour plus étrange à cause de ce Spectre, que Wally et Prosit veulent à tout prix éliminer. Ici, Blueberry et Jimmy font presque figure de spectateurs à toute cette intrigue.
Prosit est encore plus fascinant que dans le tome 11, et j'ai particulièrement apprécié le moment où il se fait piéger dans la kiva par le Spectre, car c'est un moment très fort !
Au dessin, Giraud retranscrit parfaitement l'ambiance pesante et angoissante de la Mesa, et confirme son immense talent.
D'ailleurs, dommage qu'on ne puisse pas mettre 6 (ou 7) étoiles parce que ça les vaut largement tellement cet album est bon !!
A NE SURTOUT PAS MANQUER !!

16 12 2006
   

Difficile de parler de cet album, tant tout a déjà été dit. L'atmosphère pesante des monts de la superstition y est sans doute pour beaucoup. Prosit Luckner est vraiment un des méchants les plus intéressants de la bande dessinée. Il atteint ici des sommets dans l'art de la manipulation.
La scène célèbre du serpent dans la botte de Wally participe à l'effet de grande ambiguité de l'album. L'ambiance fantastique accentuée par la présence d'un mystérieux spectre fait de cette histoire un album tout à fait à part dans la série.
Finalement, on a affaire à un huis-clos dans un milieu hostile, où le nombre de personnages est réduit et où les relations entre les uns et les autres déterminent le dénouement de l'intrigue.

19 4 2006
   

Cet album est indispensable pour quiconque choisit de se lancer dans la grande série blueberry.

Dessins irréprochables qui n'ont pas pris une ride; le seul petit bémol vient peut être du scénario en ce qui conerne la fin: Charlier aurait mieux fait de peaufiner l'épilogue plutôt que de sétendre sur la recherche du trésor. Mais le plaisir est au rendez-vous.

Considéré comme le meilleur album de la série, sa réputation n'est pas usurpée bien que tous les bluberry soient de grande qualité.

INDISPENSABLE

27 3 2006
   

Voici la suite du tome 11 des aventures du Lieutenant Blueberry "La mine de l'allemand perdu".
La premiére chose que j'ai trouvé appréciable, c'est le fait que les auteurs ne se sont pas laissés avoir par les sempiternelles histoires sur le nombre de planches. A savoir 44 ou 46 dans les 9/10eme des cas. La on a droit à 52 planches.Ce qui je pense leur a permis de développer le scénario sans avoir pour autant à en sacrifier un morceau sur l'autel de la rentabilité.

Autrement tout les ingrédients d'un bon western sont réunis et le suspense bien mis en place. Concernant la personnalité des protagonistes, l'episode précédant nous ayant tout apris, on ne perd plus de temps ici à savoir qui va trahir qui.

La fin trés morale pourra cependant en laisser quelque uns sur leur faim, mais n'oublions pas que cette série est surtout censée toucher un large public.

20 5 2005
   

Comme tout le monde, je trouve ça génial dans tous les domaines: le dessin, le scénario, la manière dont c'est amené, ficelé, et dessiné, c'est du grand art. Pour l'époque, en tout cas, c'est ce qui, je pense, se fait de mieux.

J'ai initié de nombreux amis à Blueberry grace à ce diptyque, et il est normal que le film Blueberry repose sur cette histoire en deux albums, tant elle regroupe tout ce qui s'est fait et qui pourra se faire au sujet de Bluebery. Par extraodinaire, le film est une merde. Le réalisateur aurait mieux fait de coller à la BD plutôt que de plonger dans le mysticisme, mais il est inutile de revenir là-dessus.

Moi, le seul reproche que je pourrais faire à cet album est la fin, que je trouve baclée, comme si au dernier moment il avait fallu finir sur une seule planche cette histoire. On ne peut pas s'étaler là-dessus pour ne pas gacher le plaisir des futurs lecteurs, mais c'est quand même un peu sec.

Je citerai Tolkien pour dire: J'envie celui ou celle qui n'a jamais lu Blueberry et qui va découvrir un plaisir immense.