46 501 Avis BD |20 162 Albums BD | 7 884 séries BD
Accueil
Tome 4 : Le cavalier perdu
 

Blueberry, tome 4 : Le cavalier perdu

 
 

Résumé

Blueberry, tome 4 : Le cavalier perduAfin d'acceder au résumé de Blueberry, tome 4 : Le cavalier perdu, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Blueberry, tome 4 : Le cavalier perduOn retrouve le lieutenant de cavalerie le plus malin de la bande dessinée dans cette quatrième aventure. Rappelons que Charlier était friand d'intrigues ambitieuses : pour comprendre "Le cavalier perdu", il vous faudra au préalable avoir lu les trois premiers tomes.

Grande fresque qui se poursuit, donc. Charlier voit les choses en grand et le récit de la révolte des Indiens ne sera toujours pas achevé au terme de ces quarante-six planches, pourtant bien remplies !

On retrouve avec un vrai plaisir le méchant apparu dans "L'aigle solitaire" qui donnait son nom à l'album. Cela participe à l'ambiance de la série de voir régulièrement cet Indien avide de pouvoir et de sang mettre des bâtons dans les roues de Blueberry.

Autre personnage promis à un bel avenir : Jim Mac Clure apparaît pour la première fois ! Les habitués de la série savent qu'il va devenir un alter ego de Blueberry. Vieux briscard attiré par la gnôle, Jim est très vite sympathique. Giraud a particuilèrement soigné la trogne de ce personnage, qui marque très vite le lecteur. L'ensemble du tome, d'ailleurs, présente des qualités graphiques évidentes : Giraud est tout de même un grand monsieur du neuvième art...

Ajoutons les personnages des Sudistes, intéressants et bien utilisés dans l'intrigue ; Miss Dickson, la jolie fille du général, qui met Blueberry en émoi et le fait bafouiller comme un gamin ; Crowe, le métis au grand coeur qui réapparaît lui aussi.
L'ensemble forme un tome très agréable, à l'image d'une série que vous devez impérativement découvrir si vous n'êtes pas insensible au western et à la grande aventure.


Chronique rédigée par Jean Loup le 23/01/2005
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de Jean LoupReflet de l'avatar de Jean Loup
Statistiques posteur :
  • 1313 (63,80 %)
  • 390 (18,95 %)
  • 355 (17,25 %)
  • Total : 2058 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 11,40 11,40 11,40
Acheter d'occasion : 13,88
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.07
Dépôt légal : Janvier 1968

Avis des lecteurs

7 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Blueberry, tome 4 : Le cavalier perdu, lui attribuant une note moyenne de 4,07/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

Matthieubocopin :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de MatthieubocopinReflet de l'avatar de Matthieubocopin
5 10 2013
   

On continue sur la belle lancé du précédent tome avec toutefois de très légères inégalités du côté du scénario. L'ensemble reste tout de même toujours aussi dense et palpitant.

Les dessins s'affirment considérablement à tel point que la poignée de planches dessinés par Jijé,remplaçant au pied levé un Giraud parti sans laissé d'adresse à l'époque des pré publications dans Pilote, dénote sévèrement avec les autres... Pendant plusieurs pages, on a presque l'impression de lire du Jerry Spring !!! Mais cela conforte bien dans l'idée que Giraud prend son envol avec son propre style...

18 9 2013
   

Encore un chef-d'oeuvre de narration, très rempli et très dense, malgré des manoeuvres scénaristiques qui peuvent faire sourire. en effet, on constate dans cet album de nombreux retournements de situation faciles et de "coups de pot" comme le coup du puma qui permet à Blueberry d'aller sauver Graig ; le télégramme que Quanah jette au feu et qui n'a pas brûlé ; les 2 sauvetages in-extremis de Blueberry par Crowe. Enfin, tout ça n'est pas bien grave au sein d'un récit aussi prenant, Charlier montre son savoir-faire, il est expert en suspense et retournements.

Le personnage de Crowe devient de plus en plus attachant et sympathique, il gagne en valeur, car il montre sa sincérité et surtout délivre Blueberry du poteau de torture, puis des Mexicains qui s'apprêtaient à le pendre. Les retrouvailles avec Quanah atteignent ici un paroxysme dans la fourberie et la haine aveugle, ça se gâte de plus en plus.
Blueberry a l'occasion aussi de montrer son habileté en retournant les situations à son avantage, avec son don de persuasion pour convaincre le général Crook d'aller retrouver Graig.

D'autres innovations en personnages sont très intéressantes : on y découvre Finlay (et Kimball ici plus en retrait) symbolisant les fameux jay-hawkers, ces soldats sudistes à moitié déserteurs et à moitié bandits réfugiés au Mexique, après la guerre, en quête de rapines. C'est l'occasion d'une belle scène entre lui et Crowe qui finit par le convaincre d'aller sauver Blueberry de la pendaison, en faisant appel à l'honneur.
Mais la grande nouveauté, c'est bien-sûr l'entrée en scène de Jim McClure, ce vieux pochard pleutre mais sympathique, surnommé "cou-de-cuir", un personnage au potentiel si riche qu'il va revenir souvent aux côtés du héros.

Graphiquement, on constate un net progrès de la part de Gir qui s'oriente vers un style personnel, le trait a gagné en souplesse et en aisance, même si on remarque des visages encore mal foutus. Mais l'élève va bientôt dépasser le maître jijé, qui d'ailleurs a dessiné dans le style de Gir plusieurs planches de cet album ; le résultat est saisissant, car on ne voit rien. Si dans Tonnerre à l'Ouest, Jijé avait dessiné 1 ou 2 planches visibles, car le dessin de Gir n'était pas encore au top, ici, les 2 graphismes se fondent dans une osmose totale.

De la grande aventure, du suspense, des séquences mémorables, c'est toujours autant passionnant, cet album marche dans les traces de la perfection. Que du bonheur!

26 4 2011
   

Plaisir de lecture intact, grande maîtrise graphique, scénario rigoureux quoiqu'un peu classique, personnages qui s'affirment, voilà encore une fois les grandes promesses de cet album.

Sur le scénario en lui-même, on avance tranquillement : Blueberry souhaite mettre fin aux guerres indiennes et a reçu l'accord du président pour parlementer avec Cochise. Il faut donc aller le trouver, mais avant, il faut retrouver Crowe qui pourra introduire Blueberry auprès du chef indien. Tout cela donne lieu à beaucoup d'aventure, mettant toujours en avant l'ingéniosité de notre héros. C'est bien fait, c'est presque sans bavure, et c'est appréciable. Encore une fois, j'ai aimé me perdre dans les pages denses mais bien articulées de cet ouvrage.

On sentait que le personnage initial de Blueberry était difficile à apprivoiser. En effet, c'est un héros épris de paix et de justice et pourtant, dans le premier tome, le personnage n'était pas aussi blanc que cela : roublard, tricheur, il avait même fallu le pousser un peu pour sauver un Graig parti à la recherche de l'enfant enlevé... Dans les tomes précédents, ce côté un peu "pas très franc du collier" était mis en sourdine, rendant le personnage moins contrasté mais peut-être plus en ligne avec les héros de cette époque. Dans ce tome, la belle invention, c'est le personnage de Mc Clure, qui incarne désormais ce côté un peu obscur, un peu trouble. Ainsi, plutôt que d'essayer de faire cohabiter deux facettes de personnalités dans un seul personnage, les auteurs en créent un deuxième, permettant de mieux camper les personnalités. C'est bien trouvé, même si du coup, Blueberry apparaît plus manichéen. On verse même dans un caractère un peu boy scout en fin d'ouvrage avec Crowe qui fait cet éloge des qualités du héros et ce dernier qui lui lance un "entre nous, c'est à la vie, à la mort", un peu daté tout de même.

Mais dans l'ensemble, qu'est ce qu'on se régale !

14 12 2009
   

4ème volume de la 1ère saga des guerres indiennes et le plaisir de lecture est toujours aussi grand.
Charlier nous mitonne comme d’habitude un scénario aux petits oignons et on voit Graig être en grand danger, Blueberry s’y mettre de plus en plus pour atteindre son but pacifique, on passe de l’autre côté de la frontière Mexicaine…ça bouge ! Mais qui est ce cavalier perdu du titre? Graig ?
Une missive nous apprend au passage, pour la 1ere fois la date précise des évènements : mai 1867.

Mike est déjà bien entouré de gars fiables comme Graig et Crowe (qui est déterminant), mais c’est ici que va se passer LA rencontre ! Jimmy Mc Clure fait son apparition de façon très réussie et l’on sent de suite le potentiel du personnage. Les auteurs aussi puisqu’ils nous le ramèneront régulièrement.
C’est aussi dans cet album que Mike sera baptisé Nez-cassé pour la 1ère fois par les indiens. Notre héros mènera sa barque en utilisant sa chance habituelle, (une pelle apparait miraculeusement dans ses mains pour déterrer son ami), mais aussi sa grande ingéniosité pour tromper ses ennemis. Et maintenant, Mc Clure est là pour le seconder…presque efficacement !
On assiste avec amusement à la perte de moyens de Mike après un bisou de Miss Muriel, on sait qu’il prendra bientôt bien plus d’assurance ! Et on apprend avec surprise, au détour d’un simple dialogue, le sort du père de cette dernière, dont les dernières nouvelles étaient qu’il était mourant (fin du T.2).

La particularité de cet album c’est que tout le milieu a été dessiné par Jijé !
Gir était parti au Mexique et devait envoyer ses planches de là-bas. Mais très vite il n'a plus donné signe de vie. Jijé est donc venu à la rescousse et Charlier a dû aller le chercher et l'a retrouvé à New-York d'où il l'a ramené par la peau des fesses.
Autour des pages 18 à 40 environs, nouveau dessinateur. Je dis environs, car on ne remarque rien, même en y regardant de près. Il faut dire qu’à ses débuts, Gir avait adopté à la perfection le style de Jijé dont il avait été l’encreur. Mais probablement que ce dernier s’est plié à son tour au coup de crayon de Giraud, à ses cadrages etc…Le résultat en est un changement de dessinateur totalement invisible s’il n’y avait les signatures de planches. C’est le signe de grands pros de la BD.
En tout cas c’est Giraud qui donne son physique à Mc Clure.

un bdphile :Une BD décevante... Note de l'album : 2,50
Avatar de Reflet de l'avatar de
15 11 2008
   

Grosse déception par rapport à cet album !! On tombe de haut par rapport au tome 3 et on est bien bas par rapport au tome 5 ! Bien évidemment, il y a des choses importantes dans cet album : les Indiens surnomment à présent Blueberry "Nez-Cassé" (Tsi-Nah-Pah), ce dernier retrouve Crowe, les Mexicains se mêlent à la guerre, l'excellent Jimmy Mac Clure apparaît, ainsi que les sudistes Finlay et Kimball. Mais voilà, j'ai trouvé le scénario redondant : Blueberry utilise des ruses dont il a déjà usées auparavant, il se fait piéger 2 fois par Aigle Solitaire et il est sauvé 2 fois par Crowe !! Et ce avec en plus des répliques presque semblables aux 2 moments, seuls les lieux changent !! Bref, je me suis ennuyé à la lecture de ce tome 4. Heureusement, le tome 5 a rattrapé le coup !

24 7 2007
   

Le cavalier perdu marque une étape trés importante dans la carrière de Blueberry, car c'est ici qu'il rencontre Jim Mac Clure, qui va devenir le compagnon inséparable de ses aventures. On le verra notament voler au secours de Mike après l'affaire de l'or des confédérés, mais ceci est une autre histoire.... J'ai remarqué au passage que lors de l'apparition de ce personnage, le général Crook l'appelle Jimmy Mc "Gulre". Erreur de lettrage, mauvaise correction, on ne le saura peut-être jamais. De même, pour une raison inexplicable, lorsque le Lietenant Craig essaie de négocier avec Aigle Solitaire, il parle du "Général Cook", à deux reprises. Là encore, le typographe a mal fait son travail.

C'est dans cet album que nait la grande légende de Blueberry vis à vis des indiens. Attaché au poteau de torture, alors que ses ennemis lui lancent des tomawaks à la tête, il reste stoïque et leur suggère d'en finir tout de suite plutôt que perdre du temps. Quel spectacle ! Et Blueberry va y gagner ce surnom célèbre qu'il conservera tout au long de ses aventures : Nez-cassé (voir l'album du même nom).

En fin d'album également vont apparaître pour la première fois Finlay et Kimball, les deux anciens soldats sudistes renegats qui ont préféré se cacher au Mexique plutôt que de déposer les armes. Blueberry et Jimmy les retrouveront notamment dans les épisodes de l'or des confédérés : Chihuhua Pearl, L'homme qui valait 500.000 $ et Ballade pour un cercueil. Ce sera donc aussi la première incursion de Blueberry au Mexique et ce sera loin d'être la dernière.

Un album donc décisif pour la série, pour lequel il est inutile que je m'extasie sur la qualité du dessin et du scénario, qui sont toujours égaux à eux-mêmes et exceptionnels. C'est de la grande saga, de l'incontournable, il faut impérativement lire cette série, sauf bien sûr si on aime pas les histoires de Western. Et encore .....