46 492 Avis BD |20 156 Albums BD | 7 883 séries BD
Accueil
Tome 22 : Le bout de la piste
 

Blueberry, tome 22 : Le bout de la piste

 
 

Résumé

Blueberry, tome 22 : Le bout de la pisteAfin d'acceder au résumé de Blueberry, tome 22 : Le bout de la piste, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Blueberry, tome 22 : Le bout de la pisteQue dire de plus devant ce petit chef d'oeuvre. Magnifique cloture d'une histoire qui se poursuit depuis 9 albums. Je dis magnifique et je pèse mes mots, car combien avons nous eu de séries qui s'essoufflent et d'histoires qui finissent en queue de poisson ? Rien de tel ici, et Charlier à même le génie de relancer l'intérêt du scénario avec une ouverture sur l'album suivant. La maîtrise du dessin est totale, les vignettes aux petits détails soignés alternent avec d'autres très sobres qui soulignent l'action.

Les dialogues ont beaucoup d'humour (je trouve), et sont même très prosaïques "Pour l'amour du ciel, Mike, prenez un bain, vous puez comme mille boucs !". Bien sûr, on nous refait le coup du témoin qui se fait abattre au moment ou il va donner le nom du chef de la bande, mais on ne s'en lasse pas.

Vraiment, un album incontournable, mais c'est vrai qu'il faut avoir lu tout le reste avant, sinon on rate beaucoup de choses. Il manque un petit résumé des autres épisodes dans cet album, mais heureusement, CoinBD est là pour ça !!!!


Chronique rédigée par Mike2a le 17/09/2005
 
 
Statistiques posteur :
  • 470 (93,63 %)
  • 26 (5,18 %)
  • 6 (1,20 %)
  • Total : 502 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,50 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,50 Scénario
  • Dessin : 5,00 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Acheter d'occasion : 6,94
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.81
Dépôt légal : Septembre 1986

Avis des lecteurs

8 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Blueberry, tome 22 : Le bout de la piste, lui attribuant une note moyenne de 3,81/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

28 3 2016
   

Enfin ! ça y est, Blueberry arrive enfin au bout de cette longue épreuve qui fut pour lui nourrie de péripéties et dangers de toute sorte, avec cet album qui clôt le diptyque de "la Réhabilitation" en s'inscrivant plus généralement dans le grand cycle du "Trésor sudiste". Les papiers sont là, ils prouvent son innocence, il parvient à parler face à face avec Grant, et déjoue un dernier complot fomenté contre lui par les mêmes forbans que dans l'album Angel Face. Le grand chef de tout ceci est d'ailleurs une figure bien connue de la série "Blueberry", et je peux même l'avouer : je l'avais deviné dès la page 9 où on l'aperçoit de dos dans un fauteuil, impression qui m'est confirmée dans la séquence de torture qu'inflige Blueberry à Kelly. Dans cette scène, un sentiment nouveau envahit le héros : la haine ; pour la première fois de sa carrière de héros, Blueberry laisse exprimer sa rage pages 16 et 17.

Charlier signe donc une belle conclusion, tout s'imbrique bien, le rythme est rapide, on retrouve aussi Angel Face qu'il avait encore laissé à l'écart, comme à son habitude, il aime réutiliser d'anciens personnages, et ici il s'en offre 2 avec Angel et le grand chef. Il n'évite pas un cliché récurrent dans la BD et même au cinéma : lorsque le héros est capturé, le méchant dévoile tout son plan ; c'est certes une séquence devenue classique car le méchant est toujours persuadé de la mort de son ennemi, donc il se livre. Dans le cas présent, on peut peut-être trouver la scène un peu longue, Charlier aurait pu simplifier, mais ça ne m'a pas gêné plus que ça. L'action va donc assez vite, et la dernière page encore une fois combine 3 phases en 1 planche : la mort du grand méchant, Grant qui clame à Blueberry qu'il va signer son acte de réhabilitation tout en lui accordant le magot de Vigo, et l'annonce de Blueberry à ses "old chaps" qu'il part retrouver Chihuahua Pearl... ainsi c'est un pont entre ce très long cycle et de nouvelles aventures pour le héros qui comme le dit si bien MacClure : "Pauv'gars, l'avait tout pour être peinard"...

Du côté du graphisme, l'album est publié en 1986, soit 3 ans après le précédent, il est donc marqué par une inspiration plus classique ; la stylisation du dessin façon Moebius est plus discrète bien qu'encore présente. Le dessin renoue avec la vigueur et le dynamisme, la couleur suggère à nouveau les ambiances, le découpage est nerveux, le trait est souple, bref c'est une sorte de combiné des 2 styles qui penche un peu plus vers le dessin à l'ancienne, de même que les gros plans de visages sont plutôt réussis, sauf celui raté de Blueberry page 35.

Au final, un bel album de fin de cycle qui redonne une aura à son héros et dont la splendide couverture traduit bien la victoire triomphale.

8 1 2016
   

Avec le titre, j’ai pensé : « Houlà, ça va péter ! ».
Ben, rien de tout cela, même si le scénario tient bien la route.
Petit à petit le scénariste distille l’histoire dans laquelle s’était embourbé (mais « on » l’avait fait pour lui) Blueberry.
Le lecteur a ainsi droit aux « retrouvailles » avec les commanditaires et « ceux » qui ont fait les albums qui précèdent.
Cette fois, on a droit à deux trains où le dessin de Giraud, assez épuré, passe de l’un à l’autre –avec quelques trouvailles, forcément- pour terminer l’ensemble par une véritable hécatombe des « mauvais » et, comme au cinéma, le dernier « mourra » MAIS cette fois d’un coup de feu du héros.
Tout est bien qui finit bien et même l’argent sera donné.
Un chouette album quand même, où forêts enneigées, ranch, chevauchées, coups de feu, etc… sont bien échelonnés ; l’ensemble offrant quand même une sorte de maelstrom final de bon acabit.
Ce n’est pas un des albums des meilleurs, non, mais il clôture cette longue quête imaginée par Charlier et mise, haut la main, en pages par un grand Giraud.
Histoire finie ?... oui MAIS la fin de ce tome est annonciatrice d’une suite avec le « retour » de Chihuahua Pearl.
En tout cas, cette longue histoire est à relire, de temps en temps, pour vraiment bien s’imprégner de tous les tenants et aboutissants. Du grand art !

28 5 2011
   

Il faut bien maintenant mettre un terme à cette histoire d'un Blueberry suspecté à tort d'avoir fomenté une tentative d'assassinat sur le président Grant... et c'est tout le propos de cet album.
Ce que l'on peut reprocher à cet album, c'est qu'il sent un peu le déjà-vu, puisque le groupe qui a véritablement voulu la mort de Grant cherche toujours à l'éliminer et qu'un nouveau plan est élaboré. On y retrouve un peu les ingrédients des tomes précédents, puisque, encore une fois, on cherchera à faire porter le chapeau à ce bon Mike. De même, le grand méchant de l'histoire est un peu trop bavard et décrit toutes les grandes lignes de son plan : en plus d'être totalement imbécile dans le scénario, cette longue tirade coupe le rythme du récit.

Mais encore une fois, Charlier nous entraine dans son univers, encore une fois, il nous fait gober des trucs pas croyables. On retrouve une belle petite histoire sympathique où Blueberry, aidé de Red Neck et de McClure, fera preuve de ruse et d'audace pour déjouer ce nouveau coup d'état. En plus du retour de personnages du cycle portant sur la tentative d'assassinat, d'autres font également leur réapparition et même Chihuahua Pearl est citée en fin d'ouvrage. En faisant appel à ces anciens personnages, Charlier nous offre ici une belle synthèse de la série.

C'est encore une fois assez efficace, même si certains passages sont un peu lourd et si l'ensemble sent un peu la redite. Côté dessins, j'ai trouvé les vignettes moins lumineuses que précédemment.

13 5 2010
   

Voilà l'album final qui conclut le multi-cycle débuté par "Chihuahua Pearl" ainsi que le cycle "La Réhabilitation de Blueberry". Il suit le tome "La dernière carte".

La couverture est très réussie. Blueberry se dressant sur son cheval le revolver à la main montre qu'il va sortir victorieux de son long calvaire et réussir à retrouver la liberté dans le décor d'arrière plan, le Far-West. Très belle couverture donc, aux couleurs bien choisies.

Le scénario avance c'est sûr, mais c'est là qu'est le gros problème de l'album. Blueberry règle ses comptes de façon trop fade à mon goût. Ici l'histoire avance vite. Malheureusement, dans cet album ce n'est pas un avantage. Cet album était censé être un "grand" final, le bout de la piste, oui. Ici on nous sert un scénario trop inégal, avec quelques incohérences vraiment bêtes. La lecture est agréable tout de même, c'est du "Blueberry", Charlier et Giraud font en sorte que chaque album soit intéressant et celui l'est mais ça marche moins bien qu'avant. Pourquoi ? Tout simplement car l'album qui aurait pu clore magistralement la série est ici banal avec un scénario plombé par des dialogues trop peu crédibles. Et pourtant le scénario était bon mais aurait pu être bien mieux exploité. Cet album n'est ni extraordinaire ni vraiment mauvais ce serait du grand n'importe quoi de dire ça, mais je pense qu'un tel album aurait été l'occasion d'apporter une conclusion épique qui aurait tenu en 70 voir 80 pages ! J'ai eu une impression de gâchis. C'est bien dommage car la qualité est tout de même présente dans ce tome et on le sent bien, certaines scènes étant bien pensées et jouissives. La première moitié de l'album est bien supérieure à la deuxième moitié.

Le dessin est une fois de plus très bon. Les couleurs collent bien au scénario et aux décors qui sont vraiment très réussis. C'est d'ailleurs beaucoup plus varié qu'auparavant. On ne regrette rien de ce côté là du tome.

Pour les personnages, c'est une grande réunion de famille à laquelle on assiste. C'est un casting costaud qui intervient dans cet album avec des personnages qui ont fait la force de nombreuses aventures de "Blueberry". Ce grand retour n'est pas négligeable mais je pense qu'il aurait pu être mieux exploité mais c'est le scénario qui ne laisse pas le temps aux personnages de s'illustrer assez pour que ce tome soit mémorable.

J'attendais une conclusion épique et j'ai été assez déçu. Il y a du bon, c'est indéniable mais le niveau général du tome reste bien en-dessous des anciennes aventures de Mike Blueberry. A lire tout de même pour savoir comment notre cow-boy s'en sort et aussi pour avoir la satisfaction d'avoir lu un titre de bande dessinée pas mauvais. J'ai vu bien pire en matière de grand final.

10 1 2010
   

Blueberry est bien parti pour régler tous ses problèmes. Quasiment blanchi pour l’or des confédérés, (tome 21) il va maintenant s’attaquer à sa soi-disant tentative d’assassinat sur Grant qui lui a valu une condamnation à mort.
Mais qu’arrive-t-il à nos auteurs ? Ce tome est un vrai ratage comparé à la qualité à laquelle ils nous avaient habitués.
D’abord, Giraud revient à un dessin plus classique après du bon Moebius tome 21. Mais je trouve son dessin sans inspiration. Il revient d’ailleurs à une mise en cases des plus classiques aussi, bien carrées, plus de débordements…Son coup de crayon me rappelle fortement Colin Wilson dans les 1ères reprises de la jeunesse, (au point qu’à un moment donné, j’ai vérifié de qui était le dessin !). Mais les coloriages étant crédités à Janet Gale, justement celle des Colin Wilson sus nommés, Ceci suffit peut-être à expliquer cette curieuse ressemblance. Mais ce n’est pas à l’honneur de Gir.
Le scénario maintenant : et bien là aussi, je me suis demandé si Corteggiani (la jeunesse T.7 et suivants) n’y avait pas déjà mit le nez !
Alors bien sûr, on retrouve toute la bande de l’affaire Grant, Blake (increvable !) a bien grossit et Angel face, remis de ses brûlures est toujours aussi teigneux. Mais la sauce ne prend plus ! On nous ressert une Nième tentative de coup d’état avec Mike encore et toujours en bouc émissaire : Stop ! C’est trop ! Et le mystérieux chef du complot n’est pas crédible. C’est clichés sur clichés.
D’ailleurs, quelle légitimité aurait-il eut, s’il avait réussi, pour prendre le pouvoir ? Il y a bien d’autres politiques plus importants que ce petit comploteur !
Et il y a encore pleins de petits détails trop légers ou peu crédibles : D’où sort le derringer de la page 35 ? On ne l’a pas fouillé ? Et à la dernière page : Grant annonce qu’il n’y a qu’une seule balle dans son arme et 2 coups sont tirés !
Ca me peine de dire ça de cette Grande série mais la lecture de ce tome m’a ennuyé et déçu.
J’ai trouvé la fin vraiment gnangnan. Et en plus il parle de mariage !
Je préférais quand tout allait mal pour Mike.

un bdphile :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,50
Avatar de Reflet de l'avatar de
4 2 2009
   

Cet album conclut presqu'intégralement l'intrigue de ce cycle commencé au tome 13. Beaucoup d'anciens personnages sont réunis et ça fait plaisir de les retrouver. Les dessins sont magnifiques et précis. Le scénario est très bien fait : il y a de l'action, du suspense et de l'humour. Les méchants comme Angel Face et Allister sont machiavéliques. Seul bémol pour la mort du Chef de la Conspiration : j'ai trouvé ça un peu bâclé, il n'était pas nécessaire de faire mourir le grand méchant, surtout d'une façon aussi rapide (et un peu ridicule ma foi, sans doute à cause de la bêtise de Grant). La fin ouvre l'intrigue du prochain et dernier album du cycle, "Arizona Love", qui bouclera la boucle en résolvant le dernier pan de l'intrigue : la relation Chihuahua Pearl/Blueberry...

18 12 2006
   

Un album exceptionnel à plus d’un titre puisqu’il permit de dénouer l’intrigue de la tentative d’assassinat de Grant, ainsi que celle de l’or de Maximilien.
Comme un dernier hommage, une grande partie du casting de Blueberry est présente : Mac Clure, Red Neck, Dodge, Angel Face, Alister, le président Grant en personne. Charlier conclut avec brio la longue aventure de Blueberry hors-la-loi. Ce sera d’ailleurs le dernier album qu’il supervisera intégralement.
Au dessin, Giraud est revenu à un style plus classique, moins moebusien. Les auteurs font planer l’idée d’une suite, puisqu’à la fin Blueberry part à la recherche de Pearl. Mais c’est une autre histoire.