46 566 Avis BD |20 199 Albums BD | 7 889 séries BD
Accueil
Tome 101 : Intégrale 1
 

Blek le roc, tome 101 : Intégrale 1

 
 

Résumé

Blek le roc, tome 101 : Intégrale 1Afin d'acceder au résumé de Blek le roc, tome 101 : Intégrale 1, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Houlalàààà.... souvenirs... souvenirs.... une véritable bouffée de jeunesse qui me revient à l'esprit...
Le premier scénario ?... d'un côté Blek et ses amis -les "bons"-, courageux et beaux. Et de l'autre, les Anglais : méchants, laids, vicieux... Assez simpliste, c'est vrai, mais qu'est-ce qu'on s'en moquait, nous, les gamins, du début des années 60. J'écris "on" car Blek a eu -à cette époque- un énorme succès et on se racontait, refaisait chaque histoire dans les cours de récré.

Il est vrai que ce n'est pas récent.
Un peu d’histoire : Blek (sous le nom de "Il Grande Blek") paraît d'abord en Italie en 1954. Aux commandes, trois auteurs italiens qui signeront sous le nom commun de Esse G. Esse (Pietro Sartoris, Dario Guzzon et Giovanni Sinchetto).
La série, traduite en français, est lancée le 10 Septembre 1955 par l'éditeur Lug, ce en forme de petit format et sous le nom de "Kiwi". Il y en aura 582 (!) n°, ce jusqu'en Décembre 2003 !
Mais, "Blek" se démarquant, une série à son nom est lancée en Juillet 1963 jusqu'en Mars 1994. Il en sera publié 519 n° (!). Hélas, cette série est la réédition des "Kiwi"... sous un autre nom !

Blek ?... il arrêtera de paraître en Italie en 1967.
Mais son succès est tel en France que l'éditeur continuera la série dans "l'hexagone" avec d'autres dessinateurs et scénaristes.
Blek ?... de la castagne, avec des scénarios -j'écrirais plutôt CHAQUE scénario- assez linéaires où les bons ne peuvent JAMAIS perdre même si, parfois, ils sont faits prisonniers où (très) légèrement blessés.
Oublié Blek ?... que nenni. Blek ?... ce sont des souvenirs de cours de récré, des "Batailles" organisées entre groupes de classes différentes, une sorte d'évasion "exotique" où l'on partait "en Amérique" en parcourant un petit bouquin en noir et blanc.
Et ces souvenirs là, ça fait vraiment du bien de les retrouver !... Surtout dans cette intégrale de beau format, lettrage, cartonnage et grandes pages ; ce qui permet d’apprécier le tonus donné à ce personnage et à ses « faire-valoir » d’un temps… pas si passé que ça.
Bien classée chaque « intégrale »… mais j’ai un vrai plaisir à retrouver ces « petits formats » d’alors.


Chronique rédigée par LYmagier le 09/10/2014
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de LYmagierReflet de l'avatar de LYmagier
Statistiques posteur :
  • 2911 (92,44 %)
  • 154 (4,89 %)
  • 84 (2,67 %)
  • Total : 3149 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 2,50 Originalité
  • Scénario : 2,50 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,76 13,76 13,76
Acheter d'occasion : 264,20
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.50
Dépôt légal : Janvier 1994

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Blek le roc, tome 101 : Intégrale 1, lui attribuant une note moyenne de 3,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

3 4 2016
   

Cette série italienne fait partie des nombreuses créations du studio Esse.G.Esse (formé d'après les initiales S.G.S. des 3 créateurs Sartoris, Guzzon et Sinchetto) ; ils sont à l'origine d'autres bandes populaires à succès comme "Miki le ranger", "Cap'tain Swing" ou "Ombrax" qui ont paru en France en petits formats. Ces séries fonctionnaient presque toujours selon le même principe : un héros intrépide, secondé par des acolytes pittoresques qui ensemble, luttent contre des ennemis en jouant les redresseurs de torts.

Ici, Blek (en Italie, Il Grande Blek) est un solide gaillard musclé coiffé d'une toque de renard, qui combat pour la liberté contre les soldats anglais en guerre contre les Français dans l'Amérique des années 1750. Il est secondé par 2 compagnons hauts en couleur, le petit trappeur rusé Roddy et le facétieux Pr Occultis, un Français érudit et caractériel qui allient agilité et ingéniosité. Plus que par la force, Blek utilise la ruse et pratique une guerilla d'usure destinée à déstabiliser les Homards Rouges.

La bande est donc créée en 1954 dans des fascicules jusqu'en 1965 avant de passer dans d'autres studios, mais en 1967, ce matériel italien étant épuisé, de nouveaux épisodes sont réalisés spécialement pour la France qui avait lancé dès 1955 ces personnages dans le pocket Kiwi des éditions Lug, mais sou le titre "le Petit Trappeur" en faisant référence au jeune Roddy destiné à attirer un jeune lectorat. Cependant, Blek reste le héros principal et garde un rôle important dans cette bande qui le valorise auprès du public qui lui porte un intérêt ; je me souviens que j'adorais ce personnage, c'était carrément l'une de mes Bd préférées de petits formats avec "Akim" et "Zembla".

La bande sera donc animée par des Italiens pour la France, mais aussi par une équipe française au sein des éditions Lug, et parmi laquelle on trouvera Jean-Yves Mitton qui bien avant ses grandes séries chez Glénat ou Soleil, connaitra le rythme éprouvant des petits formats, en se faisant la main et en apprenant le métier ; rencontré souvent en dédicace, il me confiera que c'était une période bénie mais que pour rien au monde, il ne voudrait y retourner. D'ailleurs le succès en France était bien pire qu'en Italie, il fallait en plus alimenter non seulement les épisodes pour le pocket Kiwi mais aussi pour un petit mensuel au nom du héros apparu dès 1963 chez Lug, où certaines pages étaient en couleurs alternées avec des pages en noir & blanc.

C'est donc toute une époque avec "Blek le roc", celle des petits formats que Soleil a repris de belle façon dans cette intégrale, ça m'a rappelé plein de souvenirs agréables liés à l'adolescence lorsque je lisais ces fascicules au début des années 70, mais surtout les grandes pages du volume m'ont un peu surpris, ayant été tellement habitué au petit format des pockets. Malgré le ton un peu naïf et bon enfant, ces bandes ont conservé un charme certain, la crédibilité historique n'est pas trop mise à mal, tout est tourné vers l'aventure, mais je ne sais pas si elles pourront plaire aux jeunes lecteurs d'aujourd'hui...