46 288 Avis BD |20 068 Albums BD | 7 866 séries BD
Accueil
Tome 22 : L'onde Septimus
 

Blake et Mortimer (Les aventures de), tome 22 : L'onde Septimus

 
 

Résumé

Blake et Mortimer (Les aventures de), tome 22 : L'onde SeptimusAfin d'acceder au résumé de Blake et Mortimer (Les aventures de), tome 22 : L'onde Septimus, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Blake et Mortimer (Les aventures de), tome 22 : L'onde Septimus« La Marque Jaune » est certainement l’un des albums les plus emblématiques des aventures de Blake et Mortimer, dont l’iconographie a été maintes fois copiée, détournée, pastichée, comme il est d’habitude pour les productions culturelles qui font partie de l’imaginaire collectif. Dufaux, en s’appuyant sur cet album pour produire le 22ème opus de la série, s’attaque donc à du lourd. Et dans une certaine manière, il arrive un peu à faire revivre la magie, en s’insinuant dans un style qui est propre à l’héritage de Jacobs. Outre les références à Septimus et à ses travaux, il y a de nombreux rappels à la fameuse guerre mondiale qui a vu naître l’Espadon et même l’élément très fantastique qui est présenté ici, l’Orphéus, a quelque chose d’Atlante. On retrouve une ambiance, et surtout un dessin, qui sont dignes de la série.

Mais j’ai trouvé que c’était maladroit et que le scénario n’a jamais su trouver la bonne voie ni le bon rythme pour m’intéresser. Tout d’abord, Dufaux en fait des caisses pour coller à l’univers de « Blake et Mortimer (les aventures de) » et ca en devient parfois caricatural. Par exemple, il y a ces longs phylactères et ces longs pavés narratifs que la série connaît bien, voire revendique. Mais ici, on sent qu’ils ont été introduits pour entrer dans le style mais ce qui y est indiqué n’apporte pas grand-chose à l’histoire. Par ailleurs, le côté fantastique ne me semble pas maîtrisé et ca devient peu crédible, voire un peu ridicule, et surtout, avorté. Rien, au final, ne nous sera vraiment dévoilé sur l’Orpheus : ni ce qu’il fait là, ni d’où il vient. Dufaux a donc introduit un prétexte fantastique qui se veut spectaculaire, mais qui finalement ne vient pas servir le scénario. Au contraire, oserais-je dire.

La narration et le scénario se révèlent plus que décevants. Je vous laisse découvrir toute la complexité du scénario qui se solde par l’apparition de plein de Septimus dans tous les coins, apparitions que Dufaux a bien du mal à expliquer. Ses explications finales ne sont pas cohérentes et ne viennent en aucun cas justifier que certains personnages, bien réels, se muent en Septimus, ni que d’autres sont parcourus d’éclairs, ni que d’autres encore viennent à se dématérialiser dans une odeur pestilentielle. De la même façon, on tourne en rond autour d’une ancienne équipe d’agents des services secrets frappés de folie, mais tous ces passages ne servent à rien. Pour tout dire, tout cela est assez incompréhensible, peu cohérent. En cours de lecture, on accepte toute les folies de Dufaux en se disant qu’elles viendront s’expliquer à la fin : il n’en est rien et je suis donc sorti déçu et frustré de la lecture.

Enfin, je n’ai pas eu l’impression de retrouver les personnages que j’affectionne. Mortimer a du mal à s’imposer comme leader dans cette histoire, Olrik va et vient sans que l’on sache véritablement d’où et vers où, Blake est totalement atone, lui qui apporte normalement la dose d’aventure et d’action est effacé, et Nasir se voit gratifié de quelques kilos et quelques années en trop. Il y a bien des personnages qui portent les grands noms de la série, mais ce qu’on leur fait faire ne semble pas cadrer avec ce que l’on connaît d’eux. Il y a bien une tentative intéressante de jouer sur une relation Olrik/Mortimer un peu différente que d’habitude, mais là encore, l’idée, mal exploitée, tombe un peu à plat.

On sent bien qu’en surfant sur l’onde méga, les auteurs on cherché à se raccrocher à l’un des meilleurs albums de la série, à savoir « la Marque Jaune ». Mais les idées farfelues non expliquées, la narration peu captivante, les situations sous-exploitées ainsi qu’une surenchère caricaturale des codes de la série font plutôt penser à « l’étrange Rendez-vous », « le Sanctuaire du Gondwana » ou « le Piège Diabolique ». Au final, on se retrouve avec une lecture laborieuse, assez éloignée des standards de la série.


Chronique rédigée par gdev le 16/12/2013
 
 
Statistiques posteur :
  • 3194 (73,97 %)
  • 355 (8,22 %)
  • 769 (17,81 %)
  • Total : 4318 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 2,50 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 2,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 15,15 15,15 15,15
Acheter d'occasion : 11,66
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 2.71
Dépôt légal : Décembre 2013

Avis des lecteurs

7 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Blake et Mortimer (Les aventures de), tome 22 : L'onde Septimus, lui attribuant une note moyenne de 2,71/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

3 12 2014
   

Je me faisais un plaisir de retrouver deux de mes héros préférés.
Ben… ayant lu –difficilement- cet opus, j’essaie de m’en faire une raison. Les temps ont changé. Les héros aussi.

Le dessin, en lui-même, est quand même bien bon.
Aubin et Schréder ont l’essence, le trait de Jacobs. De ce côté-là rien à –trop-redire. Je me suis retrouvé dans une des aventures de nos deux « héros ».
La coloration. Bon, j’ai été coloriste (vous allez finir par le savoir !) il y a… euh… beaucoup d’années. "on » travaillait sur des feuilles d’acétone, mettant la couleur, les tons « à l’envers). Il n’y avait que des bons basiques sur lesquels « on » travaillait afin de rendre le ou les cases « en relief » avec jeu d’ombres portées.
Actuellement –boum, et il faut bien vivre avec son temps- la colorisation et l’ombrage se font par ordinateur. Et que je te « clique » par ci, et que je te « clique » par là.
Joli, c’est vrai, on dirait de temps en temps du « 3D ».
MAIS, cet opus n’a plus la même saveur. Quand je pense qu’avec les 2 premiers, l’éditeur en a fait 3. Rentabilité oblige. Ca me désosse. On n’a plus ce que Jacobs avait en tête.

Le scénario de ce présent opus.
Alors là : caca mon adjudant, et c’est peu dire. Sincèrement, un des premier albums de B&M se dégustait, même s’il y avait de grands textes.
Ici ? c’est toujours le cas MAIS l’opus se lit vite. Trop vite même. Même si c’est une « suite » à la « Marque M », faudrait que le scénariste revoie un peu sa copie.
Des « Septimus », j’en ai eu assez d’en retrouver à quasi chaque page.
L’histoire (si, si) est échevelée, sans aboutissant aucun… à part que Olric se retrouve à l’asile.
Tout se passe comme sur une scène de théâtre ; où sont les grands espaces, cette pointe d’exotisme dans les albums de Jacobs. Je n’en n’ai pas trouvé… ou si peu (le sempiternel –et fidèle- Nasir).

Un album un peu pompeux.
Je n’écris pas qu’il est raté, loin de là MAIS je n’y retrouve plus ce goût de l’étrange que m’avaient procuré B&M du temps de Jacobs.
Je me dis quand même que tout ceci apporte une « nouvelle » génération de lecteurs et, tout compte fait, c’est pas plus mal.
B&M sont loin d’être oubliés !

3 2 2014
   

Mon dieu ce que je m'emmerde. Où est la marque jaune ? L'action est absente ou très mal menée. Blake et Mortimer sont quasi absents, ils n'ont même pas le droit de prononcer un "By Jove" ou un "Goddam !"... Les bulles sont remplies de texte vides de sens et l'histoire est très farfelue... même pour un Blake et Mortimer ! Quelques fautes d'orthographe par ci par là... Le dessin est bien, mais on voit bien qu'Etienne Shréder a, à la hâte, terminé l'album. J'attends avec impatience le prochain en espérant vite oublier celui-ci.

14 1 2014
   

Aïe ! un nouveau scénariste ! J'ai peur qu'on se disperse, à mettre tant de têtes et de mains sur cette série. Mais après lecture me voilà plus que rassuré ! Cet album est une réussite ! Bien mieux que les deux dernières aventures.
Réutiliser les éléments du classique des classiques qu'est "La marque jaune" était aussi un pari osé et risqué, mais que je trouve réussi.
Située en 1954, ce serait chronologiquement la 5ème aventure de B. et M. après "L'espadon", " La pyramide", "La marque jaune" ET "L'affaire Blake" que les aficionados situent au début 54, juste après "La marque".
Il est donc justifié que Mortimer et Olrik soient encore perturbés par le souvenir de Septimus. De même que Blake s'interroge sur le passé d'Olrik puisqu'il en est à ses 1eres rencontres si l'on peut dire.
La seule étrangeté est que des personnages parlent du disque frontal de Septimus comme d'une relique alors que "La marque jaune" daterait de moins d'un an.
Mais bon, il ne faut pas s'accrocher à une cohérence absolue du temps. Elle n'existe pas dans cette série. L'important est d'avoir une belle et envoutante aventure. Et ici c'est le cas.
Je ne regretterai que le dessin qui était irréprochable jusqu'aux environs de la page 45 et qui, subitement, devient de plus en plus approximatif, surtout sur les visages. Est-ce que ça correspond à l'intervention du 2ème dessinateur ?
Quant à l'histoire je l'ai trouvée excellente.
D'un côté, 2 groupes qui essaient de réutiliser l'onde méga, chacun dans un but différent (et que Mortimer contribue involontairement à "réveiller le mal" est une bonne idée). De l'autre, une entité (extraterrestre ?) qui fonctionne naturellement avec cette onde, qui a perçu ses émissions dans les expériences de"la marque jaune" et d'ici, et qui essaye de s'en servir pour se matérialiser sur terre, se multiplier. Dans quel but ? un peu de mystère n'est pas un mal et cet "Asile" qu'il profère à la fin pose question...
Moi ce que je comprend c'est que, dans "La marque jaune" il a perçu la pulvérisation finale de Septimus par une décharge d'onde Méga plus forte que les autres. Qui l'a en quelque sorte réveillé, qu'il en a "absorbé" l'image du scientifique mais aussi, involontairement, sa folie et ses dernières pensées. Donc lorsqu'il veut se matérialiser parmi les hommes il n'a qu'un modèle, c'est pour ça qu'il le duplique à l'infini, mais, ce modèle apporte avec lui sa folie propre. D'où cette obsession sur Guinéa Pig que l'entité ne maitrise pas.
De plus, il ne peut agir que lorsqu'il y a un afflux extérieur d'onde méga. qu'il utilise alors. D'où la concordance de ses manifestations avec les expériences de Mortimer ou d'Evangely. La décharge finale de "La marque" la réveillé mais il a dû attendre d'autres émissions de l'onde (cet album) pour enfin agir.
Bref, moi ce genre de scénar bien torché, où le péril est immense et où les protagonistes ne maitrisent pas tout, forçés de créer des alliances contre nature, agissant à la "advienne que pourra" en faisant ce qu'ils pensent être le mieux au moment M, dans l'urgence, .... Moi ça me plait.
Dufaux a su, à son tour, donner une cohérence dans la série par les situations, les personnages, leurs relations .... Il a respecté les codes de la série tout en l'enrichissant de son apport. C'est une réussite.
Blake et Mortimer ne sont pas encore morts, loin de là !

tououtou :Une BD décevante... Note de l'album : 2,50
Avatar de Reflet de l'avatar de
30 12 2013
   

J'ai trouvé le scénario assez bon foutu et dans une bonne continuité avec la marque jaune, c'est vrai que nos deux héros sont un peu atones. Ce qui m'a le plus gêné sur certaines planches, ce sont les mauvais dessins (mauvaise proportion)

28 12 2013
   

Je ne vais pas donner la moyenne à cet album, parce que si le dessin est honorable et se rapproche vraiment de celui de Jacobs, le scénario, selon moi, est critiquable à plus d'un titre, et tutoie le zéro absolu. Pour moi, il y a, à l’origine, une erreur fondamentale, une fracture entre la première trilogie du secret de l'espadon, et tout le reste de l’œuvre de Jacobs. En effet, c'est dans ces trois premiers tomes qui sont sans doute à l'origine du succès de la série, qu'on nous parle de la troisième guerre mondiale, qui se solde par la chute du dictateur Asiatique, non sans perdre sous le feu des bombardements la beauté des plus belles capitales Européennes, telles que Londres et Paris. Par la suite, les aventures de nos deux héros se situent en Égypte, dont il n'est pas question dans "Le secret de l'Espadon". Et puis, dans "La marque jaune", suite directe du diptyque précédent, puisque c'est ainsi qu'on explique le retour d'Olrik, Londres, la magnifique, est de nouveau là, avec les mêmes monuments, les mêmes quartiers, bref, comme s'il ne s'était rien passé. Plus tard, dans "L'affaire du collier", c'est Paris qui est de nouveau intacte, avec sa tour Eiffel, son Sacré-coeur, son Arc de triomphe,bref, Jacobs renie un peu les origines de ses premiers héros pour les replacer dans un univers contemporain.

Et c'est justement la grosse faille de ce scénario, qui multiplie les allusions à cette prétendue troisième guerre mondiale, c'est complètement incohérent avec les détails historiquement vrais, comme Winston Churchill, ou le style des voitures de l'époque. Finalement, ça sent un peu le réchauffé, cette histoire, dans le style on prend des éléments qui ont bien marché dans un ancien album, pour les resservir dans le style on vous avait pas tout dit, voilà la suite.

En dehors de ces entorses à la réalité, j'ai trouvé le scénario complètement incohérent. Si le vaisseau spatial a été découvert pendant la guerre, il était déjà là avant les événements relatés dans l'album "La Marque Jaune". Or, ce sont les travaux du professeur Mortimer qui sont sensés déclencher tout ce qui arrive par la suite dans l'album, mais tout ça aurait dû se produire bien avant, pendant les travaux de Septimus, justement. Je ne peux pas m’expliquer mieux, il faut avoir lu le tome. Mais vous pouvez me faire confiance, il y a un anachronisme flagrant. Sans parler de toutes ces questions que se pose Mortimer dans un monologue final, destiné à apporter des éléments de réponse, qui se soldent par des "je ne sais", ou "je l'ignore", et on n'en saura pas plus.

Bref, zéro pointé pour le scénario, qui a le droit d'être indigent, sauf si on se sert du titre phare de la série pour le massacrer. On a déjà vu des scénarii indigents dans certaines reprises de cette série, mais au moins ils revendiquaient un côté original, une nouveauté qu'ils trouvaient ou non. Là, je dis que quand on n'a pas d'idée, on évite d'aller piller l'une des meilleures histoires pour en faire une bouse.

A ne surtout pas considérer comme la suite de "La marque Jaune".

22 12 2013
   

Je l’ai bien aimé ce nouvel album de Blake et Mortimer. Peut-être est ce du au fait qu’il se place dans la continuité de l’album la marque jaune qui est l’un des meilleurs albums de la série.

Il n’est pourtant pas exempt de défauts dans son scénario. Je trouve par exemple que l’idée de la multiplication des Septimus est une mauvaise idée. J’avais pourtant adhéré à un « retour » de ce personnage, mais quand je suis arrivé à la page 50 et que j’ai vu tous ces clones, là je n’ai plus été emballé. Je trouve également que le personnage de Mortimer tombe trop facilement dans le piège qu’on lui tend. Enfin, je trouve que le scénariste semble abandonner certaines idées en cours de route. Je pense par là au groupe d’admirateurs de Septimus qui disparaît soudainement dans les dix dernières pages et dont on n’entend plus vraiment parler avant l’avant dernière page. Je n’ai pas compris aussi pourquoi Blake se pose des questions sur les origines d’Olrik pour qu’ensuite l’histoire ne nous apprenne rien de plus sur l’éternel ennemi de nos héros.

L’histoire est quand même très bonne et je l’ai suivi avec beaucoup de plaisirs. Une seconde lecture m’a cependant été nécessaire pour bien la comprendre. J’ai bien aimé toutes les références à La marque jaune, comme par exemple le chauffeur de taxi. La seule qui m’a paru exagéré c’est le coup du livre relatant les événements et écrits par … Edgar P jacobs. J’ai également bien aimé l’idée d’une association entre Mortimer et Olrik.

On remarquera qu’il y’a peu d’actions dans cette histoire, mais cela ne m’a pas dérangé car j’ai vraiment été pris dans ma lecture et je n’ai pas vu ni le temps, ni le nombre de pages passé. Les enchaînements entres les différentes scènes s’effectuent sans accrocs. Chaque personnage (Blake, Mortimer, Olrik) est bien mis en avant, même si j’aurais aimé voir un peu plus Olrik. Plus on avance dans la lecture et plus on trouve nos réponses à nos questions, et heureusement tout cela se fait petit à petit ce qui évite de nous embrouiller.

Au niveau du dessin on retrouve Antoine Aubin. Il avait déjà fait du bon travail sur le tome 20 de la collection et renouvelle la chose sur ce tome 22, donc aucune mauvaise surprise de ce côté.

C’est donc pour ma part un bon album mais qui pêche par certains petits défauts.

Tous les albums de la série
Album Avis Moyenne
Blake et Mortimer (Les aventures de), tome 1 : Le secret de l'espadon (Tome 1) 13 3.77
Blake et Mortimer (Les aventures de), tome 2 : Le secret de l'espadon (Tome 2) 10 3.55
Blake et Mortimer (Les aventures de), tome 3 : Le secret de l'espadon (Tome 3) 9 3.83
Blake et Mortimer (Les aventures de), tome 4 : Le mystère de la grande pyramide (Tome 1) 12 4.13
Blake et Mortimer (Les aventures de), tome 5 : Le mystère de la grande pyramide (Tome 2) 10 3.80
Blake et Mortimer (Les aventures de), tome 6 : La Marque Jaune 15 4.23
Blake et Mortimer (Les aventures de), tome 7 : L'énigme de l'Atlantide 9 3.44
Blake et Mortimer (Les aventures de), tome 8 : S.O.S. Météores 6 4.25
Blake et Mortimer (Les aventures de), tome 9 : Le Piège Diabolique 6 2.75
Blake et Mortimer (Les aventures de), tome 10 : L'Affaire du Collier 6 3.67
Blake et Mortimer (Les aventures de), tome 11 : Les 3 Formules du Professeur Satõ (Tome 1) 7 3.21
Blake et Mortimer (Les aventures de), tome 12 : Les 3 Formules du Professeur Satõ (Tome 2) 6 2.83
Blake et Mortimer (Les aventures de), tome 13 : L'Affaire Francis Blake 11 4.23
Blake et Mortimer (Les aventures de), tome 14 : La Machination Voronov 11 4.23
Blake et Mortimer (Les aventures de), tome 15 : L'étrange rendez-vous 12 3.38
Blake et Mortimer (Les aventures de), tome 16 : Les sarcophages du Sixième Continent (Tome 1) 11 3.36
Blake et Mortimer (Les aventures de), tome 17 : Les sarcophages du Sixième Continent (Tome 2) 8 3.19
Blake et Mortimer (Les aventures de), tome 18 : Le sanctuaire du Gondwana 12 3.00
Blake et Mortimer (Les aventures de), tome 19 : La malédiction des trente deniers (Tome 1) 11 3.09
Blake et Mortimer (Les aventures de), tome 20 : La malédiction des trente deniers (tome 2) 8 3.56
Blake et Mortimer (Les aventures de), tome 21 : Le serment des cinq lords 7 3.36
Blake et Mortimer (Les aventures de), tome 22 : L'onde Septimus 7 2.71
Blake et Mortimer (Les aventures de), tome 23 : Le bâton de Plutarque 3 3.83
Blake et Mortimer (Les aventures de), tome 24 : Le testament de William S 3 3.83
Blake et Mortimer (Les aventures de), tome 25 : La vallée des Immortels - Tome 1 - Menace sur Hong Kong 4 3.88