44 868 Avis BD |19 346 Albums BD | 7 676 séries BD
 

Billy Bat, tome 1

 
 

Résumé

Billy Bat, tome 1Afin d'acceder au résumé de Billy Bat, tome 1, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Billy Bat, tome 1Revoilà l’incontournable Naoki Urasawa ("Monster", "20th Century Boys", "Happy!", "Pluto"), avec une série qui compte déjà huit tomes au Japon. Réalisé en compagnie de Takashi Nagasaki, son compère au scénario sur Pluto, ce polar aux accents fantastiques se retrouve édité chez Pika, le quatrième éditeur français à publier le célèbre mangaka. Eh oui, tout le monde se l’arrache !

Ce premier volet s’ouvre sur plusieurs pages en couleur, relatant les aventures de Billy Bat, une chauve-souris détective qui fait le bonheur des amateurs de comics. Après avoir fait la connaissance de Billy Bat, le lecteur emboîte le pas de son créateur : Kevin Yamagata, un auteur américain d’origine nippone. Au moment où ce dernier apprend que son héros serait inspiré d’un personnage japonais, il se rend à Tokyo pour enquêter. Une fois sur place, les événements étranges s’enchaînent… et tous semblent liés à cette fameuse chauve-souris !

Le récit débute aux Etats-Unis, en plein maccarthysme à la fin des années 40, avant de basculer vers le Japon d’après-guerre. Plongé dans un pays en reconstruction et sous tutelle américaine au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, le lecteur suit plusieurs pistes narratives. Ce qui débute comme une simple enquête policière évolue alors lentement vers une histoire plus complexe qui joue pleinement la carte du mystère. De la chasse aux communistes au premier homme sur la Lune, en passant par des sectes, des conspirations et des meurtres, Naoki Urasawa mène une nouvelle fois le lecteur par le bout du nez.

Visuellement, l’on reconnaît immédiatement la pate dynamique et les visages typiques de Naoki Urasawa. Un dessin et un découpage qui sont une nouvelle fois d’une précision diabolique et un tome qui a de nouveau l’art d’abandonner le lecteur sur un cliffhanger de format. Mais, pas de panique, car Pika a eu la bonne idée d’éditer le second volet simultanément.


Chronique rédigée par yvan le 30/03/2012
 
 
Statistiques posteur :
  • 2329 (58,20 %)
  • 1102 (27,54 %)
  • 571 (14,27 %)
  • Total : 4002 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 7,65 7,65 7,65
Acheter d'occasion : 2,98
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.70
Dépôt légal : Mars 2012

Avis des lecteurs

5 internautes ont donné leur avis sur l'album Manga Billy Bat, tome 1, lui attribuant une note moyenne de 3,70/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

3 2 2017
   

Ce qui est bien avec les mangas c’est que, comme je n’y connais pas grand-chose, je pars de rien et la découverte est totale. Donc là, je pensais qu’on allait suivre les aventure d’une chauve-souris détective, comme les premières pages le laissent supposer, et en fait pas du tout, c’est plutôt l’histoire de l’auteur (américain) qui découvre qu’il a copié son personnage principal sur un déjà existant au japon. Il part donc pour le Japon car il ne supporte pas l’idée d’avoir piqué le héros de quelqu’un d’autre. La suite réserve plus de surprises que j’aurais cru au premier abord, et l’histoire en elle-même m’a bien captivé.

Contrairement à certains manga, le récit ne part pas dans tous les sens, malgré son introduction surprenante,il est plutôt linéaire et donne surtout l’impression de savoir où il va. Le dessin aussi est soigné, propre et assez classique, dans le style de l'auteur dont j'ai déjà "Pluto" et "Happy!" (malheureusement pas en entier, la médiathèque de mon coin ne possédant pas les derniers volumes).

J’aime bien, c’est une bonne entrée en matière pour moi.

4 1 2016
   

Voici un premier album à tiroirs qui surprend par le nombre d'histoires et de sous-histoires entremêlées. On commence par un style comics de début des années 50 pour en fait s'intéresser à son auteur, Kevin. La chauve-souris qu'il a pris pour héros semble en fait être une copie d'un dessin utilisé dans un manga japonais. Ce fils d'émigrés japonais retourne donc au pays pour rechercher les origines de sa création. Mais arrivé à destination, les péripéties s'enchainent, la chauve-souris modèle semble en fait être le signe de ralliement d'une société secrète, mais c'est également un peu de plus que cela : les planches du dessinateur original semblent être prémonitoires. Ainsi, on commence avec quelque chose d'assez accessible, pour ensuite s'orienter vers un Japon d'après guerre (on est en 1949) en pleine occupation, en pleine reconstruction, en pleine restructuration. La petite dose fantastique que l'on ajoute à tout cela permet d'introduire une dimension supplémentaire à cette histoire.

Ce premier tome est complexe dans la mesure où on y rencontre beaucoup de personnages, beaucoup d'organisations, beaucoup de lieux qu'il n'est pas simple d'appréhender d'entrée de jeu. Pourtant, en jouant sur le registre très léger du comics puis en faisant évoluer son récit vers quelque chose à la fois de plus fantastique et de plus historique, l'ensemble prend beaucoup de sérieux. Tout cela mérite de gagner en stabilité dans les prochains tomes pour que tous ces éléments un peu épars trouvent à se coordonner entre eux, mais ca reste une introduction à la fois surprenante et prenante.

Le dessin de cet auteur est parfaitement reconnaissable, notamment avec ce personnage qui semble être réutilisé dans "Monster" (smith). Toutefois, on notera cette belle faculté du mangaka de se couler dans le style cartoon des années 50. Son Billy Bat en chauve-souris n'a rien à envier à Mickey.

Un premier tome surprenant, notamment par cette tonalité plus sombre et plus exigeante que celle à laquelle on pouvait s'attendre en découvrant la couverture.

3 11 2012
   

On ne présente plus Naoki Urasawa, révélé en France par l'excellent "Monster" puis par le tout aussi prenant "20th Century Boys". On est donc forcément alléché par toute sortie de ce mangaka surdoué : "Billy Bat" va donc attirer pas mal de lecteurs, et on peut supposer que la plupart d'entre eux ne regretteront pas leur choix.

Le savoir-faire d'Urasawa saute une nouvelle fois aux yeux. Graphiquement, on identifie facilement son trait, ce qui n'est pas si évident pour beaucoup de manga. Et dans le scénario, on retrouve également sa patte : le sens du suspense et la fluidité de la narration font inévitablement songer aux œuvres précédentes de cet auteur.

Toutes les premières pages nous permettent de découvrir le personnage à succès imaginé par un auteur publiant aux États-Unis, comme si on lisait ses aventures. On s'extirpe ensuite d'une case pour voir le dessinateur au travail, qui va par la suite devenir le personnage principal d'un épais mystère. Dans "20th Century Boys", Urasawa mettait déjà en scène des auteurs de manga, même s'ils n'étaient que des personnages secondaires. On s'amuse de voir ce besoin quasi impérieux de l'auteur de mettre en scène des doubles de papier.

C'est rythmé, du genre palpitant malgré le voile encore impénétrable qui recouvre le fond de l'intrigue. On a une furieuse envie de connaître la suite quand on referme le volume. En clair, on a là un bon premier épisode qui installe définitivement Naoki Urasawa parmi les auteurs incontournables du Japon.

11 5 2012
   

Urasawa est de retour. Ultra-connu pour ses incontournables séries comme "Monster", "20th Century Boys", "Happy!" ou "Pluto", voilà que les éditions Pika (encore un nouvel éditeur français qui le publie, signe que tout le monde le veut dans son écurie) nous proposent sa dernière création : "Billy Bat".

On retrouve les ingrédients qu'on apprécie chez cet auteur. Une histoire qui s'inscrit dans le réel (ici l'après guerre aux USA et au Japon) et qui bascule inexorablement vers le fantastique et le mystère.
Et ça, le père Urasawa, il sait faire. Accrocher son lecteur en l'emmenant sur un tas de pistes différentes, en alternant les époques, les flash-backs et les différents points de vue selon les personnages. Rien à dire, il connait son affaire. De plus, l'idée de mettre en scène un auteur de BD confronté à son personnage (une chauve-souris détective) et de mélanger les événements réels et fictifs qui finissent par se rejoindre est toujours efficace à défaut d'être originale (c'est un peu le même concept que dans "20th Century Boys" finalement).
Peu importe, la narration est hyper maîtrisée et on a grand plaisir à suivre cette histoire, jusqu'au cliffhanger final qui ne fera qu'accroitre le mystère et votre envie de continuer.

Côté graphique, aucune surprise pour les amateurs du mangaka. On reconnait au premier coup d'oeil le style dynamique du maître. Un dessin très clair, des personnages aux visages très reconnaissables (pas de confusion possible) et qui ressemblent aux personnages de toutes ses oeuvres et un découpage millimétré. Du bon travail, comme à chaque fois.

Un premier tome accrocheur pour les amateurs de thriller fantastique.