45 796 Avis BD |19 826 Albums BD | 7 810 séries BD
Accueil
Tome 18 : 18
 

Billy Bat, tome 18 : 18

 
 

Résumé

Billy Bat, tome 18 : 18Afin d'acceder au résumé de Billy Bat, tome 18 : 18, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Billy Bat, tome 18 : 18Au moment d'écrire ces lignes je ne suis toujours pas décidé sur la note que je vais donner. Ce n'est pas évident, de manière générale, de donner un avis concis sur n'importe quel tome de Billy Bat, mais je trouve que celui-ci est encore plus difficile.

Dans ce 18ème tome, nous alternons entre deux époques: 2002 et 2015. En 2002 nous suivons la poursuite de deux clans pour retrouver le dessinateur Kevin Goodman à la suite de l’effondrement des deux tours. En 2015, nous suivons Timmy qui a pris les commandes de Culkin entreprise en virant la dernière descendante: Audrey. Enfin en 2015 toujours et dans la fin du tome, nous voyons Kevin Goodman rechercher son mentor Kevin Yamagata dans un camp de réfugier Syrien.

Je suis donc mitigé car ce 18ème tome alterne tout de même quelques récits passionnants, et qui surtout, suscitent l'intérêt car ils touchent des sujets d'actualité. Audrey se voit retirer les droits d'exploitation de tous les tirages numériques de Billy Bat, à l'exception des tirages papier, elle décide de relancer les productions, et c'est donc l'opposition papier/dématérialisé qui s'annonce. Le débat n'en est qu'à ses débuts et on a hâte de connaitre la suite.
Le deuxième sujet est bien sûr d'actualité, puisque le camps de réfugiés syriens que l'on voit et les horreurs que subissent les dessinateurs de Billy Bat, avec les conclusions dramatiques qu'elles auront sur un personnage dans ce tome, marquent les esprits.

Vous l'aurez compris ce tome est plaisant à lire, et pour une fois il est plutôt linéaire. Cependant on se rapproche de la fin, et je n'entrevoit pas de grandes explications sur le pourquoi du comment, sur le dénouements de toutes ces ficelles tirées sur 20 tomes, sur cette dualité de chauve souris qui existerait depuis 50 000 ans. J'ai un gout amer dans la gorge, je'y crois de moins en moins.

Mais pour l'heure, la lecture de ce tome était somme toute plaisante, je lui mets 3. Il sera toujours temps de mettre moins dans les deux derniers.


Chronique rédigée par Olivier73 le 11/04/2018
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de Olivier73Reflet de l'avatar de Olivier73
Statistiques posteur :
  • 1792 (80,36 %)
  • 35 (1,57 %)
  • 403 (18,07 %)
  • Total : 2230 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 7,65 7,65 7,65
Acheter d'occasion : 15,06
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 2.75

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album Manga Billy Bat, tome 18 : 18, lui attribuant une note moyenne de 2,75/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

12 4 2018
   

Ce nouvel album de "Billy Bat" repose sur une dynamique assez entraînante, dans laquelle on suit Kevin Goodman qui recherche Kevin Yamagata au travers le globe. En effet, ce dernier ne serait pas mort quelques décennies plus tôt et continuerait de dessiner l'incroyable chauve-souris, notamment au coeur des camps de réfugiés de la Syrie. Encore une fois, on retrouve donc ce qui fait l'originalité de la série, à savoir une faculté étrange de mêler la plus démente des fictions à la plus dure de la réalité historique. C'est cette confrontation qui retient l'intérêt, tome après tome, puisque le scénariste alterne en situations connues et fantasme improbable.

Une fois que l'on a dit cela, on ne peut toutefois pas se satisfaire de ce nouveau tome, qui pèche par manque d'explications. On entretient toujours autant de mystère autour de la Chauve-Souris, quasiment invisible dans cet album, et on en ajoute de nouveaux, comme cette résurrection de Kevin Yamagata, et comme ce saut temporel de 13 ans en fin d'ouvrage. Tout est insaisissable au final, et même lorsque l'on a l'impression d'atteindre une vérité, le scénariste s'arrange pour couper court, et finalement ne rien donner de tangible à son lecteur.

Donc oui, Urasawa fait ce qu'il sait faire de mieux: proposer une idée audacieuse, mais sans jamais donner les clés pour la comprendre totalement, à tel point que l'on se demande s'il y a bien une histoire. C'est assez frustrant et inquiétant : la fin de la série s'approche désormais à grand pas (on parle du tome 20) et comme la série tourne autour de concepts depuis un moment déjà, on sent bien que les deux derniers tomes ne seront pas suffisants pour donner une fin convenable à tout cela.