45 927 Avis BD |19 891 Albums BD | 7 823 séries BD
 

Batman - Un Long Halloween, tome 1

 
 

Résumé

Batman - Un Long Halloween, tome 1Afin d'acceder au résumé de Batman - Un Long Halloween, tome 1, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Si les collaborations entre Jeph Loeb et Tim Sale ont su prouver l’efficacité de ce duo, c’est indéniablement avec "Batman - Un Long Halloween" (qui est une des meilleures aventures du Chevalier Masqué) qu’ils graveront leur noms dans l’histoire de Batman et des comics en général.

“The Long Halloween” est initialement paru entre 1996 et 1997 en 13 fascicules en VO chez DC Comics. Cette saga avait la particularité de paraître mensuellement, avec une progression de l'histoire proche du temps réel.

Ce feuilleton en treize chapitres mensuels commençant et finissant à Halloween (d’où le titre de cette saga), fut ensuite repris en 4 volumes en VF chez Semic. J’aurais aimé vous donner mon avis sur ce premier des quatre tomes, regroupant les 3 premiers épisodes de la série régulière, mais ces volumes de Semic en VF n’étant plus vraiment disponibles, et une version intégrale se faisant désirée depuis trop longtemps, cela n’est malheureusement pas possible.

Heureusement, si comme moi, vous ne voulez pas manquer cette excellente lecture avant d’attaquer les 4 tomes de "Batman - Dark Knight", vous pouvez profiter de la faiblesse du dollar pour vous approprier la magnifique intégrale de 370 pages en VO à un prix raisonnable. De plus, la lecture en VO vous permettra de profiter pleinement de l’accent irlandais de Mickey “The Mink” Sullivan et de sa bande. Voici d’ailleurs mon avis sur cette lecture jubilatoire :


C’est grâce à Archie Goodwin, initiateur du projet et éditeur respecté du milieu comics, et avec la bénédiction de Frank Miller, que Jeph Loeb et Tim Sale s’attaquèrent à cette ‘suite’ de "Batman - Année 1", retraçant le passage de relais entre la mafia de Gotham et les criminels costumés, qui n’étaient pas encore pris au sérieux, mais qui vont finalement prendre les affaires criminelles en main lors de cette terrible année qu’Archie nomma «Long Halloween».

L’histoire commence donc là où Miller l’a abandonnée à la fin de "Batman - Année 1" : Batman débute sa carrière, James Gordon n’est pas encore commissaire, Harvey Dent n’a qu’un visage et Gotham City est contrôlée par de grandes familles mafieuses intouchables (les Falcone, les Maroni, les Sullivan).

Tout débute un soir d’Halloween, sous forme d’hommage au film «Le Parrain», avec le meurtre d’un des membres de la famille Falcone. Ce meurtre n’est que le premier d’une longue série et lancera tout Gotham à la poursuite d’un mystérieux meurtrier qui se fait appeler Holiday, car chacun de ses assassinats correspondent à un jour de fête (Halloween, Thanksgiving, Noël, Nouvel An, St-Valentin, 1er Avril, Fête des mères, Fête des pères, Independence Day, etc.).

Une parution par mois, un jour de fête par mois, un meurtre par mois : cette enquête policière en temps réel tiendra les lecteurs américain en halène pendant un an et modifiera à jamais le quotidien déjà peu attrayant de Gotham City.

Sous forme de polar noir et sur fond mafieux, Jeph Loeb va parsemer son récit de nombreuses pistes, incitant le lecteur à trouver l’identité de ce meurtrier en série avant que Batman n’y parvienne. En construisant son histoire autour d’une enquête policière qui va déchirer Gotham City, Jeph Loeb place intelligemment notre détective masqué dans son élément naturel.

Même si la majorité du récit gravité autour des familles mafieuses et du Romain, cela n’empêche pas Jeph Loeb d’intégrer, un à un, les protagonistes costumés les plus connus de l’univers de l’homme chauve-souris. On a premièrement ceux introduits par Miller dans "Batman - Année 1" (Catwoman et Harvey Dent, alias Pile-ou-Face) et ceux déjà traités par Loeb dans "Batman – Halloween" (l'Epouvantail, le Chapelier Fou, le Joker, Poison Ivy et le Pingouin), mais également l'Homme Calendrier, Solomon Grundy et le Sphinx (The Riddler).

La vraie force de Loeb est d’être parvenu à intégrer tous ces personnages de manière crédible à son récit, tout en développant habilement les liens entre les différents protagonistes. Du Joker mort de jalousie des crimes de Holiday à l’Homme Calendrier copiant Hannibal Lecter, chaque apparition est soignée et contribue à la force du récit. Le climax étant obtenu lors de l’apparition simultanée de Catwoman, Batman, Pile-ou-Face, l'Epouvantail, le Chapelier Fou, le Joker, Poison Ivy et du Pingouin dans une des pièces de la maison du Romain.

L’évolution de l’amitié entre Batman, James Gordon et Harvey Dent au fil des meurtres est également intéressante à suivre dans ce climat où tout le monde finit par suspecter l’autre d’être Holiday. Alors que les émotions de Batman se limitent souvent à la perte de ses parents, la mise à l’épreuve de cette amitié va nous montrer un autre côté sensible du Chevalier Masqué.

Et comme si cela ne suffisait pas encore, cette histoire narrée par Batman en personne, va également revisiter les origines du personnage de Pile-ou-Face, nous divulguant les origines de sa pièce de monnaie et de son visage mutilé. Le fait de découvrir l’homme qu’était Pile-ou-Face avant son accident va changer la vision qu’on a de ce personnage maléfique.

Et que dire du dessin de Tim Sale qui revoit ici la majorité des personnages de la série d’un style qui balance à la perfection le réalisme et le côté caricatural des protagonistes. D’une Poison Ivy enchanteresse à une Catwoman à la silhouette insaisissable, en passant par un Joker dès plus charismatique, Tim Sale a su leur donner le caractère nécessaire et une touche personnelle réussie.

L’univers sombre et corrompu de Gotham ressort à merveille du graphisme et la silhouette de Batman se fond dans l’ombre de ce décor, enveloppant le lecteur dans cette cape qui semble flotter au gré du vent au-dessus des pages de ce chef-d’œuvre. En plus, Tim Sale et Gregory Wright (à la colorisation) nous servent quelques gros-plans et doubles pages, qui ne viennent pas juste exploser la rétine du lecteur de manière gratuite, mais viennent porter l’attention sur des détails intéressants du récit, rendant le tout encore plus unique.


Bref, vous l’aurez compris, cette série qui a servi de source d’inspiration à la création du film «Batman Begins» et qu’il vaut mieux lire avant d’attaquer les quatre tomes de "Batman - Dark Victory", s’avère être une lecture difficilement trouvable en VF, mais indispensable.


Chronique rédigée par yvan le 22/02/2007
 
 
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 5,00 Note générale
  • Originalité : 5,00 Originalité
  • Scénario : 5,00 Scénario
  • Dessin : 4,50 Dessin
 
Acheter neuf : 11,44 11,44 11,44
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.67

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Batman - Un Long Halloween, tome 1, lui attribuant une note moyenne de 4,67/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

23 7 2014
   

Je ne possédais pas cette série qui est réputée pour être une des plus fameuses de notre chauve-souris...

Et quelle fut ma surprise lorsque j'ai vu le premier tome de cette très belle collection que nous propose le journal "Le soir" qui n'en est pas à son coup d'essai puisqu'ils avaient réédité les plus grandes séries de la BD franco-belge en petit format (ce qui n'était pas terrible pour les yeux).

Bon passons à ce qui nous intéresse !

Tout d'abord, j'ai été trés étonné de savoir que cette histoire avait inspiré le premier fillm avec Christopher Nolan, et dans une moindre mesure le deuxième... (je l'ai appris dans les bonus qui ne sont pas en reste dans cette collection... On va finir par croire que je fais de la pub moi...)

Dans la première partie qui reprend les tomes 1 et 2 sortis en 1996, on est d'abord frappé par l'ambiance qui est encore une fois un des points forts de cette série ! Le découpage est sympa et assez inattendu...
Par contre, au niveau des dessins, personnellement, ça souffle le chaud et le froid je trouve. Les premières pages m'ont donné mal aux yeux tellement les couleurs ont mal vieilli ! Mais d'un autre coté, il y a des moments où les illustrations sont tout simplement géniales ! J'ai rarement vu un Batman aussi sombre ! Mais ce qui m'a le plus plus, c'est Catwoman magnifique et le Joker est vraiment très réussi aussi !

Au niveau de l'histoire, je découvre cette série et c'est un vrai plaisir !!! Un meurtre à chaque fête, tout le monde suspecte tout le monde, Batman retrouve d'anciens ennemis (Catwoman, Salomon Grundy, Harvey Dent, Joker). Je trouve super de repasser tout le monde en revue, ça permet de mieux connaitre la mythologie de Gotham ! Par exemple, pour Salomon Grundy, je savais qu'il existait mais je ne l'avais jamais vu...

Je comprends pourquoi cette série figure parmi les légendes !!! Et je n'imagine même pas la ferveur que les lecteurs du mensuel ont dû avoir à l'époque !!!

30 12 2010
   

Premier des quatre tomes de la série "Batman - Un Long Halloween", cet album est un départ en fanfare.

L'avantage de Batman, c'est qu'il n'est pas nécessaire de le présenter. Dans le cadre d'une série comme "Un long Halloween", les auteurs peuvent se permettre d'entrer rapidement dans le vif du sujet. Les connaissances de bases pour apprécier l'album, je pense que tout le monde les possède ; cependant toute connaissance supplémentaire donnera encore plus de force à cet album.

L'action prend donc place immédiatement après "Batman - Year One", mais les auteurs ont eu l'audace et l'intelligence de livrer un travail différent. Le dessin est beaucoup plus moderne, le mode de narration a changé avec beaucoup plus de dialogue, bref très peu de similitude. On retrouve quand même un récit assez profond qui ne se contente pas d'une banale histoire de super-héros.

Un tueur sévit dans Gotham, et il s'attaque à des gros calibres de la mafia. L'enquête et ses évolutions nous amène déjà dans des hypothèses et réflexions assez nombreuses. Ajoutez à cela un nombre impressionnant de personnages tous plus fascinant les uns que les autres, et vous verrez que la lecture de ce tome n'est pas de tout repos. Il convient en effet de prendre son temps afin d'apprécier toutes les subtilités du scénario et capter tous les éléments de l'enquête.

Foule de personnages disais-je. Encore une fois, la façon dont ils sont traités est le point fort de la série. Chacun ayant leur caractère, qu'ils servent ou non la même cause. La première rencontre Dent, Batman, Gordon illustre bien mes propos et est une des meilleure scène de l'album. Les débuts du Joker sont assez prometteur et on peut penser que son humour déplacé donnera un certain cachet à la série.

Le dessin est de grande qualité lui aussi. Coloré sans être éclatant et mêlant beaucoup de styles. Tim Sale joue littéralement avec les lumières - ou plutôt les ombres - pour rendre une copie qui colle au scénario. L'ambiance créée par cet univers graphique est celle d'un polar noir, à tel point que certaines scènes sont illustrées en noir et blanc.

Un début de haute volée et très rythmé pour ce qui pourrait être une référence en matière de comics.