45 927 Avis BD |19 891 Albums BD | 7 823 séries BD
Accueil
Intégrale Absolute
 

Batman - Un Long Halloween : Intégrale Absolute

 
 

Résumé

Batman - Un Long Halloween : Intégrale AbsoluteAfin d'acceder au résumé de Batman - Un Long Halloween : Intégrale Absolute, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Batman - Un Long Halloween : Intégrale AbsoluteExcellent. Ah, je me suis fait un vrai plaisir en lisant cette série d'un bloc. Le dessin n'est pas mauvais du tout (surtout sur certaines cases "Choc", quand Holiday a signé ses crimes). Mais surtout le scénario est excellent. Les personnages sont bons (notamment Harvey Dent, Jim Gordon et leurs femmes respectives). Le personnage de Batman y est très sympa, ainsi que celui de Catwoman (Mrrrrow...).

L'enquête, tout le côté thriller et mystère de cette série, est le gros point fort de ce récit. On suit le tout avec bonheur, et toute l'histoire coule à la perfection. Et surtout, chose que j'adore dans une BD, la fin est vraiment bonne. Il y a, à la toute fin, LE retournement de situation, le petit truc en plus qui rend toute la série encore meilleure.

Le petit défaut que je peux reprocher au scénario, c'est une utilisation un peu trop abusive des ennemis extraordinaires de Batman : l'apparition de l'Epouvantail, du Chapelier Fou et de Poison Ivy sont à mon avis dispensables. Mais bon, cela ne gène pas vraiment le déroulement de l'histoire.

"Long Halloween" est l'une des oeuvres cultes de l'univers de Batman et le fait que Panini la publie en intégrale Absolute Edition confirme l'hommage que l'éditeur lui rend. La lecture est indispensable. L'édition Absolute est parfaite pour cela avec des bonus éditoriaux très appréciables. Seul le prix rebutera le lecteur. Mais si vous avez l'occasion de l'emprunter, bondissez dessus !


Chronique rédigée par Ro le 12/12/2009
 
 
Statistiques posteur :
  • 941 (79,08 %)
  • 165 (13,87 %)
  • 84 (7,06 %)
  • Total : 1190 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,50 Note générale
  • Originalité : 4,50 Originalité
  • Scénario : 5,00 Scénario
  • Dessin : 4,50 Dessin
 
Acheter neuf : 71,25 71,25 71,25
Acheter d'occasion : 144,99
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.80
Dépôt légal : Octobre 2009

Avis des lecteurs

5 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Batman - Un Long Halloween : Intégrale Absolute, lui attribuant une note moyenne de 4,80/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

2 1 2018
   

Un énorme pavé, mais qu'est ce que c'est bon.

Pour faire la fine bouche, je parlerai tout de suite d'un petit défaut. On voit que ce récit en 13 chapitres a connu une première parution mensuelle, du coup on a droit dans chaque chapitre à la présentation des personnages. Si cela passait certainement à l'époque, aujourd'hui dans un recueil qui regroupe toute l'histoire cela fait un peu redondant.

Mais à côté de cela, il n'y a que tout bon. L'histoire développe une enquête vraiment passionnante que l'on parcourt sans pouvoir lâcher le livre (la preuve je l'ai lu en une seule journée). Il y'a pas mal de rebondissements et on doute vraiment de l'identité de Holliday. Un conseil donc lisez jusqu'à la dernière page pour ne rien louper.

L'histoire se concentre aussi sur les personnages. On les voit dans leur travail, mais aussi dans leur vie de tous les jours. On les sent évoluer comme Harvey Dent. De plus, le scénariste donne des sentiments humais à ceux qui sont du mauvais côté de la loi. Ce sont certes des mafieux, mais on aperçoit chez eux que la famille est importante. C'est donc vraiment une bonne chose de nous montrer que les personnages peuvent avoir plusieurs facettes.

On retrouvera également quelques personnages connue comme le Joker, le Sphinx ou encore Catwoman. Ces derniers sont également bien utilisés et ne font pas simplement office de remplissage.

Le dessin de Tim Sale illustre bien le ton que le récit veut donner; Les pages en noir et blanc s'insèrent très bien.

A signaler aussi la préface de Chistopher Nolan au début du livre qui explique en quoi cette aventure a inspiré ses films Batman Begins et Tje Dark Knight.

4 8 2010
   

Incontournable, indispensable ! Jeph Loeb et Tim Sale ont non seulement signé un des plus beaux Batman, mais en plus ils ont fondé une saga qui permet à elle seule de situer la quasi intégralité de l'univers du Croisé Masqué.
Beau comme le graphisme de Tim Sale, qui colle à merveille à l'histoire même de Batman. Il est souvent dessiné à travers son ombre, apparaissant et disparaissant plus vite qu'il ne faut pour le dire. Ses poses sont majestueuses, et il dégage une impression de froide puissance qui rappelle le héros de l'âge d'or. Les pleines et doubles pages s'enchaînent et sont pleinement valorisées par le grand format de cette édition "de luxe". L'ensemble est un vrai régal pour les yeux.
Beau comme le scénario, dans la ligne droite du "Batman - Année 1", où la vie de la mafia détermine celle de Gotham, avec ce triptyque Gordon-Dent-Batman où chacun négocie son rôle et les limites des actions conduites au nom de la justice.
Beau enfin comme la richesse des personnages secondaires qui participent ainsi à la dramaturgie de cette aventure. Il y a certes du spectacle, mais il ne s'inscrit jamais comme l'élément central de l'intrigue, qui s'articule comme une enquête policière à la façon des meilleurs polars.
Si on devait sélectionner une poignée d'albums dans la longue liste de ceux consacrés au Justicier de Gotham, il aurait incontestablement sa place. Pour une fois, je vais être formel car je ne prends aucun risque: cet album fera l'unanimité...

13 12 2009
   

Si les collaborations entre Jeph Loeb et Tim Sale ont su prouver l’efficacité de ce duo, c’est indéniablement avec "Batman - Un Long Halloween" (qui est une des meilleures aventures du Chevalier Masqué) qu’ils graveront leur noms dans l’histoire de Batman et des comics en général.

“The Long Halloween” est initialement paru entre 1996 et 1997 en 13 fascicules en VO chez DC Comics. Cette saga avait la particularité de paraître mensuellement, avec une progression de l'histoire proche du temps réel.

Ce feuilleton en treize chapitres mensuels commençant et finissant à Halloween (d’où le titre de cette saga), fut ensuite repris en 4 volumes en VF chez Semic et est maintenant enfin disponible en intégrale.

C’est grâce à Archie Goodwin, initiateur du projet et éditeur respecté du milieu comics, et avec la bénédiction de Frank Miller, que Jeph Loeb et Tim Sale s’attaquèrent à cette ‘suite’ de "Batman - Année 1", retraçant le passage de relais entre la mafia de Gotham et les criminels costumés, qui n’étaient pas encore pris au sérieux, mais qui vont finalement prendre les affaires criminelles en main lors de cette terrible année qu’Archie nomma «Long Halloween».

L’histoire commence donc là où Miller l’a abandonnée à la fin de "Batman - Année 1" : Batman débute sa carrière, James Gordon n’est pas encore commissaire, Harvey Dent n’a qu’un visage et Gotham City est contrôlée par de grandes familles mafieuses intouchables (les Falcone, les Maroni, les Sullivan).

Tout débute un soir d’Halloween, sous forme d’hommage au film «Le Parrain», avec le meurtre d’un des membres de la famille Falcone. Ce meurtre n’est que le premier d’une longue série et lancera tout Gotham à la poursuite d’un mystérieux meurtrier qui se fait appeler Holiday, car chacun de ses assassinats correspondent à un jour de fête (Halloween, Thanksgiving, Noël, Nouvel An, St-Valentin, 1er Avril, Fête des mères, Fête des pères, Independence Day, etc.).

Une parution par mois, un jour de fête par mois, un meurtre par mois : cette enquête policière en temps réel tiendra les lecteurs américain en halène pendant un an et modifiera à jamais le quotidien déjà peu attrayant de Gotham City.

Sous forme de polar noir et sur fond mafieux, Jeph Loeb va parsemer son récit de nombreuses pistes, incitant le lecteur à trouver l’identité de ce meurtrier en série avant que Batman n’y parvienne. En construisant son histoire autour d’une enquête policière qui va déchirer Gotham City, Jeph Loeb place intelligemment notre détective masqué dans son élément naturel.

Même si la majorité du récit gravité autour des familles mafieuses et du Romain, cela n’empêche pas Jeph Loeb d’intégrer, un à un, les protagonistes costumés les plus connus de l’univers de l’homme chauve-souris. On a premièrement ceux introduits par Miller dans "Batman - Année 1" (Catwoman et Harvey Dent, alias Pile-ou-Face) et ceux déjà traités par Loeb dans "Batman – Halloween" (l'Epouvantail, le Chapelier Fou, le Joker, Poison Ivy et le Pingouin), mais également l'Homme Calendrier, Solomon Grundy et le Sphinx (The Riddler).

La vraie force de Loeb est d’être parvenu à intégrer tous ces personnages de manière crédible à son récit, tout en développant habilement les liens entre les différents protagonistes. Du Joker, mort de jalousie des crimes de Holiday, à l’Homme Calendrier, copiant Hannibal Lecter, chaque apparition est soignée et contribue à la force du récit. Le climax étant obtenu lors de l’apparition simultanée de Catwoman, Batman, Pile-ou-Face, l'Epouvantail, le Chapelier Fou, le Joker, Poison Ivy et du Pingouin dans une des pièces de la maison du Romain.

L’évolution de l’amitié entre Batman, James Gordon et Harvey Dent au fil des meurtres est également intéressante à suivre dans ce climat où tout le monde finit par suspecter l’autre d’être Holiday. Alors que les émotions de Batman se limitent souvent à la perte de ses parents, la mise à l’épreuve de cette amitié va nous montrer un autre côté sensible du Chevalier Masqué.

Et comme si cela ne suffisait pas encore, cette histoire narrée par Batman en personne, va également revisiter les origines du personnage de Pile-ou-Face, nous divulguant les origines de sa pièce de monnaie et de son visage mutilé. Le fait de découvrir l’homme qu’était Pile-ou-Face avant son accident va changer la vision qu’on a de ce personnage maléfique.

Et que dire du dessin de Tim Sale qui revoit ici la majorité des personnages de la série d’un style qui balance à la perfection le réalisme et le côté caricatural des protagonistes. D’une Poison Ivy enchanteresse à une Catwoman à la silhouette insaisissable, en passant par un Joker dès plus charismatique, Tim Sale a su leur donner le caractère nécessaire et une touche personnelle réussie.

L’univers sombre et corrompu de Gotham ressort à merveille du graphisme et la silhouette de Batman se fond dans l’ombre de ce décor, enveloppant le lecteur dans cette cape qui semble flotter au gré du vent au-dessus des pages de ce chef-d’œuvre. En plus, Tim Sale et Gregory Wright (à la colorisation) nous servent quelques gros-plans et doubles pages, qui ne viennent pas juste exploser la rétine du lecteur de manière gratuite, mais viennent porter l’attention sur des détails intéressants du récit, rendant le tout encore plus unique.

Bref, vous l’aurez compris, cette série qu’il vaut mieux lire avant d’attaquer les quatre tomes de "Batman - Dark Victory", s’avère être une lecture indispensable.

13 12 2009
   

Tout le monde n'ayant pas eu la chance de suivre cette série à l'époque de Semic (au siècle dernier donc), la réédition était attendue depuis longtemps par les fans de Batman.
En effet c'est "Un long halloween" qui est l'œuvre fondatrice sur laquelle est venue ensuite se greffer les deux Batman Halloween, ou encore l'excellent "Catwoman à Rome".
Et le lecteur n'aura pas comme moi à attendre mois après mois la suite en kiosque pour apprécier pleinement le trait inimitable de Tim Sale et l'intrigue prenante de Jeph Loeb.
Œuvre maitresse donc, qui a révélé les auteurs alors peu connus en France, et que tout fan de Batman se doit de posséder dans sa collection, en dépit il est vrai d'un prix assez élevé.
Néanmoins Panini a fait de gros efforts pour que l'objet livre en vale le prix.