44 770 Avis BD |19 306 Albums BD | 7 666 séries BD
Accueil
Tome 6 : Passé, Présent, Futur
 

Batman (DC Renaissance), tome 6 : Passé, Présent, Futur

 
 

Résumé

Batman (DC Renaissance), tome 6 : Passé, Présent, FuturAfin d'acceder au résumé de Batman (DC Renaissance), tome 6 : Passé, Présent, Futur, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Batman (DC Renaissance), tome 6 : Passé, Présent, FuturAprès le diptyque consacré à “L’An Zéro”, Urban Comics propose un tome de transition qui reprend plusieurs tie-ins et back-ups parus entre les grands arcs narratifs. Ce volet « fourre-tout » qui contient les épisodes #18 à #20 et #34 de Batman, le Batman Annual #2 et l’épisode #27 de Detective Comics, propose donc des aventures se déroulant à différents moments de la carrière du Dark Knight… d’où le titre de cet album.

Le passé revient tout d’abord sur le deuil de Bruce Wayne, suite aux événements tragiques qui se sont déroulés lors du tome 8 du run de Grant Morrison. On y découvre un Batman au bout du rouleau, qui fait son deuil en passant sa colère sur les petites frappes de Gotham. Mais cet épisode met également en avant Harper Row, une jeune fille découverte lors du run de «La Cour des Hiboux». Le deuil de Batman est bien abordé et cette jeune fille qui rêve de devenir le side-kick de Batman et qui fait un peu penser à Catwoman apporte un plus à l’univers du Chevalier Noir.

Le lecteur a ensuite droit à un récit en deux épisodes qui démarre de manière très surprenante (Bruce Wayne serait-il devenu un méchant ?) et qui oppose finalement Batman à l’un de ses plus vieux ennemis. Outre le plaisir de retrouver le dessin de Greg Capullo, le lecteur a également droit à un bon récit, revenant à nouveau sur la période de deuil de Bruce Wayne et se terminant sur une note assez émouvante. Notons également la présence d’un back-up qui offre un team-up entre Batman et Superman au sein d’une histoire à l’ambiance glauque, saupoudrée de magie.

Le Présent raconte tout d’abord une tentative d’évasion de Batman de la prison d’Arkham, destinée à tester les systèmes de sécurité. Je ne suis personnellement pas fan du dessin de Wes Graig sur ce Batman Annual #02 qui permet de rencontrer le nouvel aide-soignant Eric Border et de découvrir une des plus anciennes pensionnaires de l’établissement, …mais celle-ci ne laissera cependant pas un souvenir impérissable.

L’épisode #34 propose ensuite une histoire de tueur en série qui s’attaque aux patients du Dr. Thompson. Une histoire glauque, située après « Batman Eternal », dont on retiendra également le très bon dessin de Matteo Scalera.

Et pour terminer : place au futur avec un récit d’une douzaine de pages qui dévoile le futur de Gotham et son indispensable protecteur. Un récit plutôt anecdotique qui permet surtout de retrouver Sean Murphy le temps de quelques planches.

Bref, un bon album de transition proposant des histoires issues de différents moments dans la continuité du Dark Knight… en attendant le prochain gros event imaginé par Scott Snyder.


Chronique rédigée par yvan le 31/08/2015
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de yvanReflet de l'avatar de yvan
Statistiques posteur :
  • 2329 (58,20 %)
  • 1102 (27,54 %)
  • 571 (14,27 %)
  • Total : 4002 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 16,63 16,63 16,63
Acheter d'occasion : 15,25
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.13
Dépôt légal : Juillet 2015

Avis des lecteurs

4 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Batman (DC Renaissance), tome 6 : Passé, Présent, Futur, lui attribuant une note moyenne de 3,13/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

15 4 2017
   

Un tome assez particulier que ce sixième livre dans cette collection que l'on pourrait qualifier comme je l'ai lu d'album bouche-trou.

Les trois premières histoires nous montrent les conséquences de la mort de son fils sur le personnage de Batman. La première ne m'a pas du tout convaincu et le personnage féminin n'est pas intéressant. La troisième n'apporte pas grand chose non plus si ce n'est un peu de fan service avec la présence de Superman. La deuxième est, par contre bien au dessus. Le scénario est assez bon et aurait gagné à être plus étendu (je pense qu'il aurait pu donner une longue histoire intéressante). Les auteurs osent même des idées osées (le hold-up au début). L'antagoniste Gueule d'argile m'a bien plu. De plus on ressent vraiment la perte de Damian à travers de jolies scènes dont celle finale.

La quatrième histoire n'est pas des plus intéressantes. Elle se lit bien, mais je n'ai pas adhéré à cette histoire de vengeance et j'ai eu l'impression que la raison pour laquelle Batman vient à Arkham est un peu légère. La sixième histoire m'a donné aussi la même impression.

La cinquième histoire m'a par contre autant intéressé que la deuxième. Elle nous propose une vraie enquête avec des meurtres. Et tout comme la deuxième, je pense qu'elle aurait pu donner mieux avec un plus long scénario.

On a donc au final un tome qui se lit quand même facilement mais qui ne comporte peu d'histoires marquante (la 2ème et la 5ème pour ma part), et du coup j'espère que le tome suivant sera meilleur. Ce qui est possible vu qu'on va repartir normalement sur une longue histoire.

5 7 2016
   

Les deux premiers albums de la série proposaient une histoire suivie, tout comme les tomes 4 et 5. Le tome 2 était un one shot, mais avec une histoire finalement bien contenue. Ici, on se retrouve avec plusieurs petites histoires, sans grand lien les unes avec les autres, un peu maladroitement réunies sous un titre « passé, présent, futur" que l’on aura bien du mal, au final, à expliquer. Ainsi, contrairement aux premiers tomes de la série, on perd cette notion de linéarité qui faisait pourtant la force des histoires proposées, pour se retrouver avec des petits bonus. Et moi, cette linéarité, cette construction d’un scénario suivi, ca me manque.

Par ailleurs, en présentant autant d’histoires différentes, c’est le déséquilibre dans la qualité que l’on retiendra. L’histoire d’ouverture m’a totalement échappé : il faut dire qu’elle fait référence à une événement tragique de Batman que je ne connais pas. Jusqu’à présent, j’aimais bien cette série parce que justement, elle s’exonérait plus ou moins de ce que doit savoir un afficionados de la série pour s’adresser à tous, y compris les néophytes en la matière. Ici, dès la première histoire, le scénariste me rappelle que je ne fais pas partie du club des « sachants ». Il se rattrape un peu juste après, lorsqu’on découvre Harper, dont on avait brièvement fait la connaissance dans les deux premiers albums de cette série. Mais le sujet semble finalement peu abouti et on peut s’attendre à revoir la jeune fille dans le futur.

L’histoire avec Gueule d’Argile m’a semblé la plus respectueuse de la ligne éditoriale : un grand méchant, un combat, etc… Tout cela est bien conduit, avec suffisamment de rythme, un super méchant très « comics », et une petite ingéniosité à la fin qui permet à Batman de justifier de son statut d’enquêteur malin.

L’histoire dans Arkham aurait pu être un bon cru mais cette vengeance a quelque chose de vaine : en gros, cette histoire m’a semblé longue et répétitive, avec cette femme qui n’arrête pas de répéter que Batman est un gros méchant car il a transformé le gentil manoir d’Arkham en horrible prison pour détraqués.

L’histoire autour des feux-follets m’a semblé assez intéressante pour son côté fantastique, et également pour le duo Batman/Superman constitué pour l’occasion. Mais je vois mal pourquoi Superman souffre alors que Batman ne semble rien ressentir. Pourtant, à l’origine, Bruce est bien un humain comme les autres (qui sont morts) alors que Superman est un extra-terrestre : dans ces conditions, on aurait pu s’imaginer que ce soit l’inverse…

Enfin, si j’ai beaucoup aimé l’audace de la dernière histoire qui présente le futur de Gotham, je trouve que l’on en dit trop peu. En quelques pages seulement, on présente une idée assez audacieuse dont on comprend l’idée mais qui reste inexploité. Sans compter que c’est beaucoup trop court pour véritablement justifier que ce futur soit reporté en titre.

Pour moi, c’est le genre d’album que l’on sort pour faire patienter le lecteur : on regroupe des morceaux d’histoire, des idées plus ou moins abouties ou abandonnées, dans un ouvrage que l’on pourrait presque qualifier de bonus. On ne peut qu’espérer que ce répit a laisser plus de temps au scénariste pour nous inventer une vraie bonne histoire pour la suite.

13 9 2015
   

Tout le monde connaît le coup de l'album «fourre-tout», voire «bouche-trou».
Hé bien voilà, avec ce 6ième volume de cette collection, on y est pile-poil.
Scott Snyder et Greg Capullo ayant fini "Zero Year", ils ne signeront ici qu'un épisode sympa, certes, mais terriblement anecdotique.
C'est bien la marque de ce volume : rien n'est fondamentalement ennuyeux mais rien n'est non plus vraiment passionnant.
On croise pourtant une belle galerie de personnages, allant de Sup' à une ado qui se met en tête de venir en aide à un Dark Knight en deuil. Et puis il y Eric Border, le soignant qui... mais ça on le découvrira plus tard !!!
Bref, cet album est à la limite de sentir le chausse-trappe pour le pote-monnaie des fans du Justicier de Gotham tant il est disparate, ce qu'on peut deviner à son titre.

Alors l'alternative est claire : soit on ne supporte pas les trous dans une collection, ce qui semble assez logique et là, crac, on est piégé, soit on se concentre sur les longs runs du duo dynamique (je veux dire Snyder et Capullo) et là, on peut carrément zapper cet album certes divertissant, mais un peu trop «compil' de chapitres venant de droite et de gauche»...
Ami lecteur, choisis ton camp !