46 558 Avis BD |20 190 Albums BD | 7 887 séries BD
Accueil
Tome 3 : Le deuil de la famille
 

Batman (DC Renaissance), tome 3 : Le deuil de la famille

 
 

Résumé

Batman (DC Renaissance), tome 3 : Le deuil de la familleAfin d'acceder au résumé de Batman (DC Renaissance), tome 3 : Le deuil de la famille, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Batman (DC Renaissance), tome 3 : Le deuil de la familleDans ce troisième tome, dont le titre fait écho au titre de la saga de Starlin et Aparo ("Batman - Un deuil dans la famille"), Scott Snyder propose la suite des aventures de Batman post relaunch.

Après avoir fait tomber « La Cour des Hiboux » lors des deux tomes précédents, Batman voit son pire ennemi refaire surface : le Joker ! Disparu depuis un an après s’être fait dépecer le visage par le Taxidermiste, l’ennemi le plus charismatique et incontournable du Dark Knight fait une entrée fracassante, qui donne immédiatement le ton pour la suite du récit. À l’instar de cette splendide couverture, le come-back du Joker, tapi dans l’ombre d’un recoin du commissariat de Gotham, marque les esprits et promet des retrouvailles intéressantes avec le Chevalier Noir.

Le Joker a en effet préparé un plan machiavélique où il s’en prend aux membres de la Bat-family (Jim Gordon, Alfred Pennyworth, Night Wing, Red Hood, Red Robin, Robin et Batgirl). En choisissant des lieux de leurs anciens duels pour entraîner Batman dans son piège infernal, le Joker met en avant la relation particulière qui existe entre lui et le Chevalier Noir. Si Snyder concentre son récit sur la relation Joker/ Batman, il fait également ressortir toute la folie de ce redoutable ennemi qui n’est pas forcément là pour rigoler. Ce nouveau look au visage arraché, combiné à un passage à l’asile d’Arkham qui n’est pas sans rappeler le récit de Morrison et McKean, contribuent à livrer un récit angoissant et délicieusement malsain.

Si j’ai trouvé l’histoire excellente, tout n’est cependant pas parfait. Certains rebondissements sont en effet un peu trop capillotractés ou trop faciles pour faire de cette confrontation entre le Joker et Batman l’une des plus mémorables. Il y a également ce titre alléchant qui semble promettre des changements bouleversants dans l’univers de Batman, alors que Snyder semble au final muselé par une continuité qui l’empêche de mener à bien ses idées. Alors certes, les amis de Bruce sont bons pour une bonne séance de psychothérapie, mais c’est finalement peu par rapport au plan initial mis en place par le Joker. De plus, arrivé à la fin du récit, tous ces protagonistes secondaires donnent finalement l’impression d’être venu faire de la figuration car ce grand repas de famille n’est finalement qu’un tête-à-tête entre le Joker et Batman.

Visuellement, Greg Capullo livre une nouvelle fois de l’excellent boulot. Il nous offre non seulement un Joker particulièrement terrifiant, mais restitue également avec grand brio l’univers sombre et angoissant de Gotham City et de l’asile d’Arkham. Les illustrations de Jock lors des courts intermèdes entre les différents chapitres ne sont pas mauvaises, mais font tout de même pâle figure à côté de celles de Greg Capullo.

Si les avis concernant cette saga divergent, moi je l’ai bien aimée et je suis fin prêt à accueillir l’anthologie dédiée au Némésis de Batman !


Chronique rédigée par yvan le 08/03/2014
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de yvanReflet de l'avatar de yvan
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 16,63 16,63 16,63
Acheter d'occasion : 13,06
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.80
Dépôt légal : Février 2014

Avis des lecteurs

5 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Batman (DC Renaissance), tome 3 : Le deuil de la famille, lui attribuant une note moyenne de 3,80/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

7 3 2017
   

Ah le Joker. Autant dans les deux tomes précédents j'avais apprécié l'introduction de nouveaux ennemis, autant ici j'ai été ravis de revoir ce grand ennemi de Batman. En plus, il prend son temps avant d'apparaître, ce qui laisse vraiment planer une atmosphère angoissante.

Le scénario dans ce troisième tome est vraiment bien construit. J'ai aimé qu'il s'appuie sur les relations particulières qui lient le héros avec son grand rival, avec notamment la question de savoir pourquoi Batman ne tue pas le Joker. De plus, le fait que ce dernier s'en prenne aux proches de notre héros donne à leur affrontement un ton particulier. Il est également intéressant de revenir sur les lieux de leur premiers affrontements.

Dans l'histoire j'ai également apprécié de voir les liens qui unissent Alfred et Bruce, et la relation entre ce dernier et Dick/Robin. Eh oui j'associe encore Dick Grayson à Robin car il y'a encore peu, je ne savais pas qu'il y'avait d'autres Robin. Et puisque j'en parle c'est un peu un des défauts dans ce tome, le grand nombre d'alliés de Batman (4 Robin ça fait un peu beaucoup), ce qui donne même l'impression que certains font plus de la figuration. Dans cette optique, c'est un peu la même impression que l'on a avec l'apparition, certes sympathique, d'autres ennemis de Batman.

Le dessin est dans ce tome vraiment très bon. La tête du Joker rend vraiment bien avec cet aspect refait, mais qui rappelle vraiment l'ancienne.

2 5 2014
   

Plus je lis cette série et plus je me dis qu'elle est faite exprès pour moi. Ma culture Comic est assez étroite et si je connais Batman par les premiers films de Burton et par une série des années 80's, je ne suis jamais allé plus loin. Du coup, cette renaissance de Batman, est une superbe altenative à la lecture de tout ce qui a été produit sur le sujet depuis des décennies. Elle reprend ce héros connu et le place dans un contexte inédit, et ceux comme moi qui sont restés éloignés de toutes les subtilités de son histoire peuvent s'y retrouver facilement. Ce fut le cas avec l'histoire de la confrérie des hiboux, c'est encore plus le cas ici : prendre le Joker, ennemi historique de Batman, qui rejoue les premiers affrontements avec la Chauve-Souris, est un bon moyen de rappeler le passé avec un oeil neuf. Par ailleurs, le Joker tente de s'en prendre à la famille de Batman, et c'est l'occasion de revenir un petit peu plus en détail sur chacun d'entre eux : pour moi, c'est salvateur. De même, le Joker convie le Pingouin, Double-Face et Enigma au repas qu'il a imaginé, et fait également intervenir Freeze : même sans connaître le détail de leur affrontement historique avec Batman, l'album permet de poser pour chacun d'entre eux une histoire. C'est pour moi le grand atout de cette série : permettre à ceux qui n'y connaissent rien, ou pas grand chose, à Batman d'être invités à cet univers sans se sentir perdu.

Le deuxième grand atout là-dedans, c'est le graphisme. En particulier, le traitement graphique du Joker est admirable. Attardez-vous, si le coeur vous en dit toujours, sur ce visage décharné, et sur ces épingles qui permettent de reformer le fameux sourire démoniaque. Encore une fois, plutôt que de reprendre une iconographie traditionnelle, la série propose un nouveau visage, qui ne perd rien de sa force et inscrit tout cela dans une veine plus moderne. Pour le reste, si je trouve toujours que les Robin se ressemblent étrangement, et si le physique de Bruce Wayne me semble trop juvénile pour son âge supposé, le découpage ainsi que les prises de vue rendent tout cela très spectaculaire.

Sur le scénario en lui-même, il y a pourtant des manques, des parties tronquées. En l'occurence, j'aurais bien aimé avoir le détail de l'affrontement entre le Joker et chacun des membres de la Batfamille. Pour des super-héros super-entrainés, difficile d'imaginer qu'ils se soient laissés prendre facilement, surtout qu'ils étaient prévenus. Du coup, j'ai du mal à comprendre comment ils ont pu se retrouver dans cette position. De même, si réunir le Pingouin, Double-Face et Enigma dans cet ouvrage permet de reconstruire l'univers, leur rôle dans cette histoire reste marginal et on se demande ce qu'ils viennent faire là. Enfin, et comme mes petits camarades, la fin de ce dîner n'est pas à la hauteur de la folie du Joker et on se dit que l'auteur, soucieux de proposer une suite, a du refreiner ses ardeurs : c'est bien pour la série mais du coup, ca sent la baudruche qui se dégonfle rapidement. J'ajouterai également que la personnalité du Joker en fait un verbeux : suivre toutes ses interventions, toutes ses réflexions, qui ne sont pas toutes d'une limpidité extrême, rend certains passages assez lourds. Mais il faut croire qu'il fallait cela pour donner vie à ce personnage qui a dépassé depuis bien longtemps les limites de la folie.

De la Bat-Cave à l'asile d'Arkham, en passant par le fameux gaz imaginé par le Joker, retrouvez ici tous les éléments de l'univers de Batman revisités, modernisés. Si vous n'avez pas le courage de relire 60 ans d'histoire de Batman mais que l'univers vous attire, cette série, et plus encore cet album, est fait pour vous.

11 3 2014
   

Après "La cour des hiboux", deux tomes de haute volée pour notre ami nyctalope, je me jette sur ce troisième avec une couverture des plus dérangeantes mais tellement classe !!!

Point de vue scénario, on est dans du classique mais du classique réussi. Le Joker revient à ses premières amours et veut refaire ses premiers crimes....

Il revient après un an d'absence, défiguré et plus taré que jamais ! Les dessins sont parfaitement maitrisés par Capullo que j'apprécie de plus en plus (je sais que c'est une légende mais je commence les comics, alors on se calme !)...

J'ai vraiment aimé toute la montée en puissance avec les enlèvements et la dernière scène avec les convives à table. Malheureusement, si ce tome fait monter la pression très haut, elle redescend très bas avec un final pitoyable qui gâche tout le reste. C'est vraiment dommage....

Je le recommande quand même même si je trouve la fin frustrante ....

9 3 2014
   

Si Scott Snyder avait emballé pour ainsi dire tous les Batfans avec «La Cour des Hiboux» et sa suite directe, «La Nuit des Hiboux», il faudra peut-être plus qu'un hommage au titre "Batman - Un deuil dans la famille" pour cette fois-ci ravir le chaland.

Bon, le postulat de départ est simple : après avoir inventé une organisation redoutable et implantée à Gotham depuis sa fondation, le scénariste se devait de camper une intrigue mettant en lumière le meilleur ennemi du Dark Knight.
Et l'affaire commence plutôt bien, avec ce carnage au commissariat et tous les alliés du Batman pris pour cible.
Mais si Greg Capullo ne cesse de fournir des planches irréprochables, le récit s'étiole peu à peu. Ah, on aurait envie de croire que le Joker va vraiment se farcir tout le monde, mais que resterait-il de la série et de l'univers du Caped Crusader ?
Résultat des courses, le plan remarquable du Joker se casse lamentablement la gueule, comme le scénar' de Snyder, avec cette chute ridicule (c'est le cas de le dire, je vous renvoie au combat final).

Pourtant, le spectacle visuel m'avait fait refermer le bouquin avec un sentiment de «pas si mal que ça», mais plus j'y réfléchis, plus je me dis que c'est une montagne qui a accouché d'une souris. Un truc qui fait pschitt, avec une mise en bouche prometteuse mais un arrière goût bien plat...

A noter les épisodes en forme d'entractes signés par Jock, dont je trouve le graphisme tout simplement monstrueux.

Bref, un album potable mais qui, pour moi, n'a pas tenu ses promesses. Heureusement, les dessins l'ont sorti d'affaire !