39 068 Avis BD |16 606 Albums BD | 6 664 séries BD
Accueil
Batman : Année 1
 

Batman - Année 1 : Batman : Année 1

 
 

Résumé

Batman - Année 1 : Batman : Année 1Afin d'acceder au résumé de Batman - Année 1 : Batman : Année 1, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Batman - Année 1 : Batman : Année 1Ma rencontre récente avec Marv’ m’a permis d’ouvrir les yeux sur tout un pan de la bd outre-Atlantique qui m’était jusqu’alors étranger. D’ailleurs, un rapide coup d’œil sur mes stats trahit mon manque de culture manifeste pour les comic’s.

Pas facile pour un néophyte comme moi de débuter dans les comic’s de super-héros. Lequel choisir ? C’est un peu par hasard que je suis tombé sur "Batman - Année 1" dans le rayonnage de ma BDThèque attitrée. Après avoir feuilleté quelques pages, je me suis dit, ça a l’air pas trop mal, essayons !

Eh ben, le moins que je puisse dire est que je ne suis pas déçu ! Je connaissais Miller de renom mais c’est à la lecture d’un de ses albums qu’on prend conscience de l’ampleur de son talent. Manifestement, sa reconnaissance dans le milieu n’est pas galvaudée ! J’apprécie tout particulièrement le travail narratif de Miller qui privilégie davantage le côté psychologique des personnages à l’action pure et dure, donnant au récit plus de force et de profondeur dans ses propos. Quant aux dessins, il ont un petit côté rétro qui n’est pas pour me déplaire.

Voilà, cet album permet de balayer les préjugés qu’on pourrait avoir à l’encontre des comic’s de super-héros. De plus, il présente l’avantage de ne pas perdre le lecteur néophyte en cours de route puisqu’il retrace les débuts de Batman, à savoir son arrivée à Gotham City et sa rencontre avec Gordon.


Chronique rédigée par pierig le 05/01/2006
 
 
Statistiques posteur :
  • 440 (95,24 %)
  • 16 (3,46 %)
  • 6 (1,30 %)
  • Total : 462 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.10
Dépôt légal : Janvier 2004

Avis des lecteurs

10 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics Batman - Année 1 : Batman : Année 1, lui attribuant une note moyenne de 4,10/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

27 8 2011
   

Tout a été écrit dans les critiques précédentes. Je vais dans le même sens. Les personnages sont complexes, fouillés, l'ambiance est sombre a souhait et l'histoire est accessible à tous même aux débutants. Un bémol sur le dessin un peu rétro.

6 5 2011
   

Aujourd'hui disponible chez Panini Comics sous le titre "Batman - Year one" après avoir été édité par Comics USA puis par Delcourt, ce comics est une réinterprétation des origines du chevalier noir de Gotham par le non moins renommé Franck Miller, datant de 1986.

L'histoire n'est cependant pas exclusivement centrée sur Bruce Wayne et ses débuts houleux en tant qu'homme chauve-souris, elle est également consacrée aux premiers pas de Gordon au sein de la police de Gotham, seul avec sa famille et ses convictions contre une ville pourrie jusqu'à la moelle par la pauvreté, la criminalité et l'administration corrompue. Deux chemins parallèles, menés par des désirs semblables et des moyens différents, qui vont finir par se croiser.

La narration est concise et efficace. Franck Miller ne s'attarde pas et se contente finalement d'assez peu d'évènements, mais l'évolution des personnages, au gré des situations qu'ils rencontrent, est parfaitement retranscrite. Les pensées de Bruce Wayne et de Gordon nous sont dévoilées, réalistes, brèves, sans monologue tragique ou réflexion philosophique sur le destin à tout va.

Le dessin de David Mazzucchelli est la parfaite correspondance avec la narration de Miller. Le trait est simple mais précis, les angles de vue bien choisis, les visages sont suffisamment évoquatifs et expressifs, et les couleurs sombres de Richmond Lewis, un peu anciennes, sont idéales pour représenter l'atmosphère assez glauque de Gotham. J'apprécie particulièrement la scène où Batman se révèle avec toute une mise en scène théâtrale aux grands pontes de la ville.

Durant cette première année de combat pour le Batman et son futur allié Gordon, nous croisons anecdotiquement la route de personnages que nous savons essentiels, je pense notamment à Harvey Dent et Selina, future Catwoman. On en vient presque à regretter que Miller ne leur ait pas davantage consacrés de cases. De même, au fur et à mesure de la lecture, quelques questions nous viennent à l'esprit, mais celle-ci restent sans réponse.
Mais il ne s'agit que du commencement.

17 9 2010
   

C'est à l'occasion de la réédition chez Panini (Year One), que j'ai enfin pu lire cet épisode, paru chez Comics USA et aussi chez Delcourt.
C'est un régal. Plus je lis Miller et plus j'apprécie les récits qu'il a consacré aux Super-Héros, y compris chez Marvel (je pense aux "Daredevil").

Il s'attaque ici aux origines du mythe, quelques années après avoir imaginé un Batman sortant de sa retraite (l'inoubliable "Batman - Dark Knight").
Un retour aux sources réussi, c'est le moins qu'on puisse dire. On ne peut qu'apprécier la modernité de son écriture, la qualité du texte avec ses voix-off (une marque de fabrique chez lui), la façon dont la psychologie des personnages est développée. Bien sûr, celle de Bruce Wayne, mais on retrouve aussi tout l'univers des autres protagonistes.
On y voit le commissaire Gordon arrivant à Gotham et s'intégrant à sa façon dans la Police, Selina, alias Catwoman y faire ses premiers pas, Dent en sa qualité Procureur, le Romain et sa maffia...

Le graphisme de Mazzuchelli est estampillé vintage, et j'ai trouvé son trait, volontairement épais, particulièrement élégant. Les postures de Batman sont inspirées de celle du début du personnage et les couleurs finissent par donner à cet album un côté intemporel. Un vrai bonheur pour les yeux et un hommage graphique au comics d'autrefois.

Entre le classicisme du dessin et la modernité du récit, cette Année Un est un incontournable pour les fans du Caped Crusader !

10 9 2010
   

Me voilà lancé dans l'aventure Batman. Cette lecture, je l'ai faite sous les conseils de la communauté CoinBD, après avoir avoué ma méconnaissance de ce personnage mythique. Et en effet, quoi de mieux pour commencer que les premières sorties de la chauve-souris ?

Au scénario c'est Miller qui s'y colle. De quoi faire saliver les amateurs confirmés comme les néophytes ! Et pour ne pas changer, c'est une pure merveille. Le travail se fait presque entièrement sur la psychologie, amateurs de grosses bagarres qui tachent,vous serez déçus. J'adore la manière dont les personnages sont nuancés : on ne tombe jamais dans l'excès du gentil très gentil et du méchant très méchant. Il suffit de voir Gordon, personnage central du bouquin, qui pour le coup a un esprit torturé : liaisons extra-conjugales et les remords qui vont avec, méthodes de flics assez brutales pour survivre dans ce Gotham noir. Noir, c'est aussi une bonne façon de décrire ce scénario. Noir et dur.

Ne l'oublions pas : "Batman, il est nib". J'ai trouvé fabuleux de le voir maladroit et faire des erreurs. Ce n'est pas un super-héros au sens "classique", bardé de super-pouvoirs et quasi invincible. C'est un justicier qui se bat contre des horreurs bien réelles, et surtout qui n'est pas infaillible. Dans ce livre ce côté très réaliste est parfaitement mis en scène. Oui il débute, oui il lui reste des progrès à faire même si le potentiel est bien présent, et surtout non les méchants ne sont pas farfelus. Les problèmes connus par ce Gotham sont susceptibles d'arriver à Paris, New-York ou n'importe quelle grande ville.

Malgré eux, les dessins sont excellent. Pas par leur qualité (on est dans un style très "années 80" un peu démodé) ; mais plutôt parce qu'ils collent au contexte. C'est le début de Batman, et cet aspect ancien donne du cachet et de la logique : on lit une chose qui se passe il y a longtemps donc les dessins sont vieux. Alors oui, la couleur est fade, les traits manquent de finesse, mais rien qui soit choquant au point de ne pas nous immerger totalement dans la lecture.

A mon tour je conseille ce livre, c'est une œuvre vraiment magistrale. Ce sont les dessins désuets qui font que je ne vais pas au-dessus de 4.

12 1 2007
   

Déjà paru sous le titre de "Vengeance oblige", ce "Batman - Année 1" retrace les débuts de Batman en tant que justicier de Gotham City. Plus que la lecture des premiers épisodes en version intégrale, cet album constitue un premier pas idéal pour les néophytes qui veulent s’approfondir sur les origines de Batman avant de s’attaquer au célébrissime "Batman - Dark Knight" (pourtant publié un an avant "Batman - Année 1").

Frank Miller propose une relecture extrêmement dense en informations et délicieusement sombre des premières aventures d’un Bruce Wayne, qui tout comme le lieutenant James Gordon, arrive dans cette ville étouffée par la corruption et la criminalité.

Maîtrisant la narration comme nul autre, c’est sous forme de polar que Frank Miller ("Sin City") va explorer la psychologie d’un Batman débutant, essayant de s'affirmer en tant que justicier masqué, et d’un James Gordon incorruptible et ayant du mal à trouver sa place au milieu de collègues pourris jusqu'à l'os. Le développement en parallèle de l’histoire de ces deux personnages-clefs qui vont se lier d’amitié au fil des chapitres, augmente encore la profondeur du récit.

Cet ouvrage pose également, de façon plutôt bien structurée, les bases de l'univers de Batman en mettant en scène des personnages récurants de la série tels que Selina (Catwoman), le Romain, Harvey Dent (Double Face) et l’ironique majordome Alfred. Des personnages manquants encore d’expérience et en proie au doute, mais qui auront tous leur heure de gloire dans cette série culte.

Au niveau du graphisme, David Mazzuchelli, qui n’en est pas à sa première collaboration avec Miller, livre un dessin style ‘eighties’ un peu (trop) rétro. Par contre, si le dessin installe finalement la bonne ambiance avec des personnages très humains, c’est au niveau de la colorisation que le bas blesse un peu.

Bref, une œuvre d'introduction indispensable pour ceux qui veulent s’initier à ce super-héros mythique et une revisite intelligente et noir pour ceux qui suivent l’homme chauve-souris depuis sa naissance.

24 5 2006
   

Les vieux super-héros posent un problème : les nouveaux lecteurs ne connaissent pas leur origine puisqu'ils n'étaient même pas nés lorsque les premiers épisodes sont sortis. Une réponse à cette question a été apportée avec la réédition en intégrale de leurs aventures, comme pour Spider-Man ou les X-Men. Une deuxième réponse a été proposée avec le lancement à succès des univers Ultimate depuis quelques années. Bien avant cela, Frank Miller proposait dès les années 1980 une relecture des débuts du justicier de Gotham.

La démarche est donc à la fois pédagogue (on en sait plus sur les débuts de la relation Wayne/Gordon, entre autres) et novatrice : le ton employé par Miller est beaucoup plus adulte que celui de Bob Kane (o tempora, o mores !). L'auteur de "Batman - Dark Knight" utilise beaucoup les pavés narratifs, ce qui lui permet de beaucoup explorer la psychologie des personnages. C'est devenu un élément fort des comics, mais lors de la sortie de "Batman - Année 1", d'ailleurs paru à l'époque en France sous le titre "Vengeance oblige" ainsi que dans les volumes 2 et 3 des "Chroniques de Batman" (si vous avez l'un ou l'autre, attention, ne rachetez pas cet album !), à cette époque donc, Miller était un précurseur par sa narration adulte.

Mazzuchelli livre un travail plaisant, lui aussi plutôt original dans le contexte de la BD américaine des années 1980. La mise en couleurs s'apparente à un coloriage et permet de mesurer les progrès accomplis dans ce domaine... L'ensemble est agréable à lire et à regarder.

Vous souhaitez vous initier à Batman ? Voilà un bon album d'introduction qui devrait vous donner envie d'explorer plus avant les sombres rues de Gotham.

12 2 2006
   

Ne connaissant le travail de Frank Miller qu'au travers de sa superbe série Sin City, c'est avec intérêt que j'ai commencé la lecture de cet album.

Miller nous narre donc ici la première année où Bruce Wayne décide de prendre le masque de Batman et de lutter contre le crime et la corruption qui gangrènent Gotham. Néanmoins le personnage qu'on retrouve le plus au fil des pages n'est pas tant Batman que Gordon, le flic incorruptible qui intègre la police de Gotham. Gordon qui a une famille à charge et ne veut pour autant pas tomber dans la facilité et se mêler à ses collègues pourris jusqu'à l'os. C'est intelligemment traité, les personnages ne sont pas manichéens, le rythme est soutenu, bref Miller s'attaque avec Brio à l'univers du justicier des nuits de Gotham.

Le dessin a un côté rétro qui colle très bien à l'univers mis en scène, seul bémol : les couleurs pas franchement exceptionnelle.

Un album de super-héros différent, magnifié par le travail narratif de Miller.

9 2 2006
   

Excellent album ! Frank Miller ne se contente pas de raconter les débuts de Batman, il raconte également les débuts de Gordon à Gotham City et met ces deux histoires en parallèles, rendant le scénario encore plus intéressant.

L'ambiance est très bonne et les dessins, bien qu'ils puissent choquer au départ, sont acceptables. Le véritable problème vient peut être des couleurs pas toujours très agréable à regarder.

La mise en scène est réussie, racontée comme un polar sur toute une année. Les personnages sont sympathiques et tous très attachant. C'est bien dessiné, sympathique et intelligent, un album que tout fan de Batman ou de comics se doit de posséder. Une très bonne histoire également pour ceux qui débute dans l'univers du Chevalier Noir !

5 1 2006
   

Je viens tout juste de lire cette BD de Batman et j'ai bien aimé. Cela reprend les tous débuts du héros, mais aussi du futur commissaire Gordon. C'est intelligent, pas mal dessiné, et captivant. L'essentiel de la partie psychologique est portée sur Gordon, car contrairement à "Dark Knight", Miller s'attache moins ici aux affres de l'esprit torturé de Bruce Wayne. En outre, une chose que j'ai apprécié est que l'auteur privilégie ici la densité d'information fournie. Ca tient en 96 pages (j'en aurais aimé plus, comme toujours, mais bon) et il se passe beaucoup de choses durant ces pages car Miller va à l'essentiel et ne s'attarde pas sur les évènements sans importance. Bref, une bonne narration.
En outre, l'histoire en elle-même, sans être novatrice ni stupéfiante, est bonne et très agréable à suivre.
Bref, un bon Batman.