46 534 Avis BD |20 177 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 1 : Esclaves
 

Barracuda (Jérémy), tome 1 : Esclaves

 
 

Résumé

Barracuda (Jérémy), tome 1 : EsclavesAfin d'acceder au résumé de Barracuda (Jérémy), tome 1 : Esclaves, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Barracuda (Jérémy), tome 1 : Esclaves« Pas de pitié ! Pour personne... jamais ! »

C’est la devise des pirates du Barracuda, un navire commandé par l’impitoyable capitaine Blackdog, qui a pris en chasse un vaisseau espagnol. Après un combat aussi rapide qu’inégal, les quelques passagers qui semblent valoir plus vivants que morts, sont capturés afin d’être vendus aux enchères comme esclaves. Dans les cabines du galion arraisonné, Dona Emilia Sanchez del Scuebo, une veuve issue de la noblesse, sa fille Maria et un jeune garçon qui doit son salut à un déguisement de fille, échappent ainsi momentanément à la mort pour être vendues au plus offrant. Alors qu’un avenir bien sombre se dessine pour les trois rescapées, le capitaine reprend la mer à la recherche du plus gros diamant du monde, celui du Kashar, dont la légende dit qu’il est maudit…

Les récits de piraterie ayant le vent en poupe au sein du neuvième art, c’est à présent le premier tome d’une trilogie signée Jean Dufaux au scénario et Jérémy (Petiqueux) au dessin, qui prend d’assaut les vitrines des librairies spécialisées.

Même si le récit débute par un abordage en bonne et due forme et que les héros finissent par se lancer à la poursuite d’un fabuleux trésor, l’aventure se déroule majoritairement sur la terre ferme et invite à suivre le destin de trois adolescents, retenus sur l’île de Puerto Blanco. Les auteurs tournent donc le dos à la mer et invitent le lecteur sur une île aux paysages paradisiaques, infestée de pirates sans foi ni loi. Malgré une approche plus terrestre, les canons du genre tournent tout de même à plein régime et les amateurs de flibusterie ne ressortiront pas déçus : chasse au trésor, passes d’arme, bataille navale, beuveries, boucaniers aux faciès marqués et femmes au caractère bien trempé sont bel et bien au rendez-vous.

Porté par une narration experte et voguant à un rythme soutenu, ce premier volet peut également s’appuyer sur des personnages bien campés. Outre Blackdog, dont le visage balafré orne cette superbe couverture, l'intrigue s'intéresse surtout aux destinées de Raffy, le fils revanchard et fougueux du capitaine, Maria, dont la force de caractère n’a d’égal que sa beauté, et Emilio, dont la dualité et l’ambigüité ne manquent pas d’intérêt.

Après s’être fait un nom en tant que coloriste de Philippe Delaby sur les séries "Murena" et "Les complaintes des Landes Perdues", Jérémy cherche à se faire un prénom en tant que dessinateur. Au côté d’un scénariste déjà bien ancré dans le milieu, le jeune talent fait preuve d’une maturité surprenante lors de ce premier solo graphique. Dans un style réaliste clairement influencé par son mentor, il propose un dessin de grande qualité, des décors soignés et des personnages d’une expressivité étonnante et confirme au passage son savoir-faire au niveau de la colorisation.

Amateurs d’histoires de pirates ; "Barracuda (Jérémy)" s’avère être une raison supplémentaire pour passer à l'abordage de votre librairie favorite !


Chronique rédigée par yvan le 23/12/2010
 
 
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.92
Dépôt légal : Octobre 2010

Avis des lecteurs

6 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Barracuda (Jérémy), tome 1 : Esclaves, lui attribuant une note moyenne de 3,92/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

21 5 2015
   

L’avant-propos de Dufaux ne se cache pas de surfer sur la vague des histoires de Pirates, thème revisiter au cinéma par la trilogie de pirates de Caraïbes. Mais, toujours selon Dufaux, ce film semble un peu fouillis, de par le nombre de sujets abordés. En BD, il y a bien sûr « Long john silver », il y aussi « campbell » ou « ratafia » dans le genre comique. Bref, ça ne manque pas. L’auteur a donc choisi de prendre le sujet à rebrousse-poil et de faire évoluer tous ses protagonistes sur la terre ferme plutôt que sur l’eau. Au vue de ce tome 1, il a bien fait, l’histoire se tient, elle me semble évidemment perfectible sur quelques points, mais comme c’est le premier tome je lui laisse facilement le bénéfice du doute en attendant que personnages comme destins soient développés. On retiendra évidemment le dénommé Raffy, très jeune et déjà méchant, comme tous pirates qui se respecte.

Graphiquement, Jérémy pour son premier album en impose, et je sais que ça va s’améliorer encore.

D’ailleurs cette série est annoncées en triptyque, et chose bizarre, j’ai quatre tomes entre les mains, j’espère que ce prolongement ne se verra pas trop et que le récit se tiendra dans la longueur.

16 11 2012
   

De très beaux dessins au service d'une excellente histoire de pirates captivante et parfaitement rythmée. Cruel et spectaculaire, ce premier tome pose les bases d'une série qui promet. À suivre donc...

2 1 2012
   

"Barracuda" est une série qui devrait rapidement s'inviter dans les conversations des passionnés de bande dessinée échangeant de bonnes adresses. Il faut dire que Dargaud n'a pas laissé grand chose au hasard, rendant presque suspect ce premier tome qu'on sent formaté pour les listes de best-sellers.

Dès ce tome d'ouverture, on a droit au cahier graphique en supplément de la première édition. On peut s'en étonner puisqu'il s'agit du premier album du dessinateur Jérémy, certes formé à bonne école en assistant Delaby sur "Murena". Né en 1984, il ne s'est fait remarquer que comme coloriste de la série à succès dessinée par Delaby et se lance pour la première fois comme dessinateur avec "Barracuda" dont le scénario est signé par un certain Dufaux... c'est-à-dire l'auteur de "Murena" !

La collaboration entre Dufaux et Jérémy n'est donc pas surprenante. Le lien évident entre les planches très soignées de Jérémy et celles de Delaby a certainement amené Dargaud à flairer le bon coup éditorial. C'est très bien dessiné, le scénario est efficace (Dufaux a beaucoup d'expérience, c'est le moins que l'on puisse dire) et on sent le plaisir qu'ont eu les deux auteurs à faire une histoire de pirates que Dufaux a voulu originale tout en ayant à l'esprit les incontournables du genre.

Malgré ces bonnes intentions, on est peu surpris par ce qui se passe. Il n'y a pas encore de personnage qui se détache vraiment (qui est le héros d'ailleurs ? pas évident de répondre...), ce qui n'est pas inintéressant comme démarche mais qui rend moins accrocheur le récit. Graphiquement, c'est vraiment bien fait, mais le parallèle avec Delaby est tellement omniprésent qu'on trouve que ce "Barracuda" manque de personnalité. C'est sans doute très lié à la mise en couleurs. En tout cas, on a le sentiment que Jérémy est un bon faiseur mais qu'il lui faut encore trouver sa voie bien à lui.

On peut s'attendre à ce que Dargaud en vende des brouettes. Ce n'est pas immérité mais dans le genre pirates, "Long John Silver" est nettement au-dessus. Et peut-être que le deuxième tome de "Barracuda" éloignera la série de l'impression désagréable d'opération marketing qu'elle peut laisser.

23 10 2011
   

Avec "Barracuda", Jean Dufaux prends à contre-pied la narration classique des aventures pirates en pleine mer pour proposer un scénario basé en majorité sur l'île de Puerto Blanco, bastion pirate.

On y découvrira l'équipage de Blackdog, et en particulier de son fils Raffy. De nombreux personnages secondaires, comme à l'habitude du scénariste, viendront étoffer cette histoire pour lui donner beaucoup de crédibilité.

Comme souvent, le travail du scénariste est impeccable. Cet auteur a en effet un sens du rythme narratif incroyable, captivant son lectorat rapidement pour entrer dans le vif du sujet. Car c'est finalement le gros point fort de ce premier tome : il dépasse son statut de tome introductif pour plonger le lecteur dans une sordide histoire de vente d'esclaves, nous permettant de découvrir rapidement les forces en présence sur Puerto Blanco.

J'ai pour ma part toujours eu un faible pour les histoires de pirates. Je suis donc comblé avec cette série, d'autant plus que l'auteur a su choisir un jeune dessinateur au talent incroyable : le coloriste de "Murena", Jérémy. Son trait réaliste convient très vient à cette histoire, et au style de scénario de Dufaux en général. Et cette couleur ! Cette lumière !

Barracuda, annoncé dès le premier tome comme un triptyque, est une série à suivre de près. Bonne lecture !

9 1 2011
   

"Barracuda" bateau pirate commandé par Blackdog accoste sur l'ile de Puerto Blanco pour vendre des esclaves (2 femmes ,un jeune garçon déguisé en fille et un moine).
L'histoire se passe principalement sur l'ile et l'auteur nous offre pour un premier tome, un scénario bien mené avec action et suspense.
Le récit se porte surtout sur 3 personnages: Raffy fils du commandant jeune, fougueux avec un appétit féroce de combat, le jeune garçon Emilio déguisé en fille et Maria jeune et ravissante femme esclave du marchand Ferrango...

Niveau graphisme du très bon travail, net et précis avec de belles couleurs (la scène de combat sur la bateau est magnifique). Jérérmy est un jeune dessinateur qui promet beaucoup.

Que se soit scénario ou dessin c'est parfait pour un premier tome, j'ai hate de lire la suite...