46 560 Avis BD |20 193 Albums BD | 7 888 séries BD
Accueil
Tome 8
 

Bakuman, tome 8

 
 

Résumé

Bakuman, tome 8Afin d'acceder au résumé de Bakuman, tome 8, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Bakuman, tome 8Les deux jeunes héros de "Bakuman" avaient essuyé une douche froide dans le septième épisode, qui s'ouvrait sur la décision d'arrêter leur série "Trap". Les voilà donc qui travaillent d'arrache-pied, avec l'enthousiasme forcené qui les caractérise, pour un gag manga auxquels ils ne parviennent pas pleinement à croire, sur les conseils de Miura, leur responsable éditorial.

On connaît désormais bien tout ce petit monde. La série a la bonne idée de faire découvrir les coulisses du fameux magazine "Jump" et les contraintes qui lui sont liées. Le processus créatif est très différent pour le mangaka et pour l'auteur occidental, et la série le montre bien. Saikô et Shûjin doivent ainsi s'investir sur un genre de manga qui ne les passionne pas du tout, par pur calcul de séduction du lectorat et de classement dans le magazine. Pas franchement réjouissant pour l'aspect créatif... mais assurément très révélateur de l'aspect extrêmement calibré de pas mal de manga. Cela n’empêche pas d'en apprécier la lecture et de reconnaître la grande qualité de certains titres, mais ce côté hyper commercial est loin d'être glorieux et entraîne une richesse moins grande des publications au Japon.

Ce huitième tome n'est pas réellement différent des précédents mais il met beaucoup plus en avant les sentiments amoureux des personnages de "Bakuman". On a parfois l'impression de lire du shojo, du manga pour adolescentes, avec prises de tête et côté fleur bleue à la clé. Sur la deuxième partie du volume, c'est un peu moins central, et au final l'ensemble est sympa à lire. La mise en avant du dépassement de soi et des efforts à fournir pour réaliser ses rêves sont des messages très positifs, et si l'on perçoit un peu trop les ficelles scénaristiques que la série décortique par ailleurs, on adhère au propos qui pourrait toucher plus d'un jeune lecteur.

On se doute que tout cela finira très bien, mais on apprécie de retrouver tous ces personnages sympas qui donnent globalement la pêche !


Chronique rédigée par Jean Loup le 26/01/2014
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de Jean LoupReflet de l'avatar de Jean Loup
Statistiques posteur :
  • 1313 (63,80 %)
  • 390 (18,95 %)
  • 355 (17,25 %)
  • Total : 2058 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 6,51 6,51 6,51
Acheter d'occasion : 2,86
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 2.75
Dépôt légal : Octobre 2011

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album Manga Bakuman, tome 8, lui attribuant une note moyenne de 2,75/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

13 2 2016
   

Pour la première fois depuis le début de la série, j'ai trouvé cette lecture un peu pénible. Il faut dire qu'après nous avoir fait grâce des amours toutes adolescentes des nos différents protagonistes pendant quelques tomes, ces dernières sont remises sur le devant de la scène ici. Ainsi, entre Myoshi, Aoki, Iwase, Takagi se retrouve en bien mauvaise posture, qui entraine par ricochet quelques hoquets dans la relations entre Azuki et Mashiro. De son côté, Nakai a un comportement un peu bizarre, sutout pour un gars de 35 ans. Comme tout cela est décrit avec le même souci du détail que lorsque le scénariste nous apprend les coulisses du monde du manga, ca m'est apparu très lourdingue, très long à lire. D'autant que du coup, les informations importantes, telles que la première place de Mahiro et Takagi, sont un peu perdues là-dedans. Du coup, je m'y perd et ca ne m’intéresse plus. Vivement que l'on revienne au coeur du sujet, et que l'on arrête avec ces jeux de sentiments qui alourdissent l'ensemble, d'autant qu'ils sont d'une naïveté et d'un culcul un peu vieillots.