46 560 Avis BD |20 193 Albums BD | 7 888 séries BD
Accueil
Tome 16
 

Bakuman, tome 16

 
 

Résumé

Bakuman, tome 16Afin d'acceder au résumé de Bakuman, tome 16, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Bakuman, tome 16Du manga dans le manga : c'est ainsi qu'on pourrait résumer "Bakuman". Consacré à l'univers des mangaka et de leur relation éditoriale au magazine "Jump" qui leur donne chaque semaine le classement obtenu par leur série dans le vote des lecteurs, ce seizième volume s'inscrit plus que jamais dans la thématique de cette série sympathique.

La relation entre les auteurs est amicale mais très marquée par une rivalité positive. Le surdoué Eiji se classe premier plusieurs semaines de suite avec "Crow", et parvient à transformer ce succès en une occasion d'amener ses collègues à se surpasser. C'est un des aspects agréables de "Bakuman" : les notions positives de dépassement de soi et d'efforts à fournir pour réaliser ses rêves sont à l'honneur dans cet épisode - ce qui ne surprendra pas ceux qui suivent ce manga.

On retrouve avec plaisir les différents personnages. Il ne se passe pas forcément grand chose, mais c'est raconté avec beaucoup d'habileté et la mise en abyme est séduisante. On imagine que Takeshi Obata et Tsugumi Ohba mettent pas mal d'eux-mêmes dans tout cela. La relation avec les éditeurs est tellement différente de ce qui se passe en Europe que le lecteur occidental en apprend beaucoup sur les rouages du manga.

Un tome de plus, sympa encore une fois. "Bakuman" est de ces séries attachantes qui ne révolutionnent pas le genre mais qu'on suit avec plaisir.


Chronique rédigée par Jean Loup le 28/06/2015
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de Jean LoupReflet de l'avatar de Jean Loup
Statistiques posteur :
  • 1313 (63,80 %)
  • 390 (18,95 %)
  • 355 (17,25 %)
  • Total : 2058 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 6,51 6,51 6,51
Acheter d'occasion : 2,74
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.25
Dépôt légal : Octobre 2013

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album Manga Bakuman, tome 16, lui attribuant une note moyenne de 3,25/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

4 4 2016
   

Dans cet album, on relance une nouvelle fois la « guerre » entre les auteurs de « Jump » : pour éviter à «Crow » de rester n°1, ce qui entrainera l’arrêt de la série selon la propre volonté d’Eiji Niizuma, tous les auteurs se creusent la tête pour incorporer LE truc dans leur série respective qui permettra de dépasser le maître. On suit ainsi Hikamaru, Fukuda et les autres, et surtout nos deux héros Mashiro et Takagi dans la recherche du levier qui leur permettra de se hisser à la première place le temps d’un album. Encore une fois, l’ensemble se lit bien car la narration est fluide, parce que l’on a appris à maîtriser l’ensemble des personnages, et ce confort de lecture permet certainement de faire oublier le faux air de répétition que l’on peut ressentir dans ce tome. Il faut dire que le stratagème inventé par nos deux auteurs est assez intelligent, en l’occurrence. En revanche, on regrettera toujours ce côté un peu naïf qui veut que tout le monde se respecte énormément, que toute cette émulation est positive pour chacun, et que finalement, le monde du manga décrit me semble trop rose, trop enjolivé (mais c’est peut-être bien le cas, en réalité).

La fin de l’ouvrage introduit un nouveau personnage qui est intéressant à plus d’un titre. Le fait que le nouveau mangaka soit plus vieux que les auteurs que l’on a l’habitude de voir dans la série permet d’introduire une petite réflexion sur le jeunisme et l’expérience, et met surtout en évidence que la carrière de mangaka doit être assez courte. Mais surtout, on se rend compte que ce mangaka est piloté par un personnage de l’ombre, et on retrouve peut-être dans cette idée le vrai méchant qui fait généralement défaut dans les tomes de la série.

Cet album ne révolutionne pas la série mais sa première partie est efficace, même si elle repose désormais sur des ressorts connus. La deuxième quant à elle, permet d’introduire un semblant de nouveauté, dont on espère que ce ne sera pas un pétard mouillé, comme ce fut la cas dans le passé.