46 495 Avis BD |20 158 Albums BD | 7 882 séries BD
Accueil
Tome 10
 

Bakuman, tome 10

 
 

Résumé

Bakuman, tome 10Afin d'acceder au résumé de Bakuman, tome 10, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Bakuman, tome 10Gros enjeu dans ce dixième tome : voir se concrétiser le rêve des deux personnages principaux. La publication d'une nouvelle série dans le magazine "Jump", pour pouvoir rivaliser avec les meilleurs mangaka qui ont le privilège d'y voir leurs pages chaque semaine. Et on ne veut rien vous dévoiler, mais attention, ce n'est pas du tout cuit !

On lit avec intérêt ce nouveau tome, grâce au savoir-faire de Tsugumi Ohba qui rend palpitante la course à la publication et la minutieuse préparation qui l'accompagne. Les valeurs d'effort mises en avant sont très positives et on ne peut que se féliciter de voir un shonen appeler au dépassement de soi dans un esprit d'humilité et de respect. Les personnages pourront paraître caricaturaux parfois, mais on adhère à ce choix au vu de la jeunesse du public visé et du modèle qu'on lui propose.

Il y a toujours de l'humour, de la tension, et des trouvailles scénaristiques qui permettent aux héros d'être inventifs et jamais en reste. Leur détermination fait plaisir à voir et on s'amuse beaucoup de certaines situations dans lesquelles ils se placent, notamment lorsqu'ils se targuent de jouer les détectives pour une filature improvisée !

En plus, la bonne nouvelle pour le lecteur, c'est qu'il saura en fin de ce 10e recueil si Saikô et Shûjin sont parvenus à convaincre les décideurs éditoriaux du "Jump" de leur capacité à faire une série forte. Si vous avez suivi "Bakuman" jusqu'à présent, il serait dommage de lâcher l'affaire avant ce tome réussi et très sympa.


Chronique rédigée par Jean Loup le 15/03/2014
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de Jean LoupReflet de l'avatar de Jean Loup
Statistiques posteur :
  • 1313 (63,80 %)
  • 390 (18,95 %)
  • 355 (17,25 %)
  • Total : 2058 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 6,51 6,51 6,51
Acheter d'occasion : 2,86
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.50
Dépôt légal : Avril 2012

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album Manga Bakuman, tome 10, lui attribuant une note moyenne de 3,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

7 3 2016
   

Suite aux événements des tomes précédents, Mashiro et Takagi n’ont plus le droit qu’à trois essais de présentation d’un nouveau manga pour pouvoir prétendre à avoir une nouvelle série dans « Jump ». Et cet album, qui a cette intelligence de maintenir un suspense et des surprises à chacune des réunions éditoriales, permet de relancer l’histoire après une aventure autour de « Tanto » qui fut pour ma part un peu décevante. Ici, la série reprend un nouveau souffle, comme si la nouvelle série de notre duo d’auteurs permettait d’ouvrir une nouvelle étape dans le scénario, tout en évitant à nouveau les relations un peu adolescentes et naïves entre les protagonistes. Par ailleurs, en remettant Hattori comme éditeur principal d’Ashirogi, on renoue également avec ce qui avait fait le succès des premiers tomes. J’ai l’impression que, comme le font les héros de cette série, les auteurs capitalisent sur ce qui a marché, et abandonnent les idées qui semblent moins bonnes. Enfin, alors que Iwase se révélait depuis deux tomes comme une rivale au même titre que les autres membres du club Fukuda (des mangakas rivaux pour la première place du classement, mais sans animosité aucune), il semble que les auteurs ont décidé de faire évoluer le personnage pour introduire dans le récit un vrai méchant, absent jusque-là.

La série reprend du rythme, et devient selon moi plus intéressante (il faut dire que précédemment, les héros n’étant pas motivés par ce qu’ils produisaient, il était difficile d’embarquer le lecteur). Ashirogi Mori reprend du poil de la bête et c’est tant mieux, même si la filature qu’organisent Takagi et Mashiro tombe un peu comme un cheveu sur la soupe et prend beaucoup de place dans l’album.