46 372 Avis BD |20 096 Albums BD | 7 870 séries BD
Accueil
Tome 1 : Les aventuriers du temps perdu
 

Azimut, tome 1 : Les aventuriers du temps perdu

 
 

Résumé

Azimut, tome 1 : Les aventuriers du temps perduAfin d'acceder au résumé de Azimut, tome 1 : Les aventuriers du temps perdu, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Azimut, tome 1 : Les aventuriers du temps perduAvec "Azimut", Lupano et Andreae signent une nouvelle série aux inspirations diverses, toutes empruntes d'un brin de folie bienvenu.

On pourra penser, en lisant ce premier album, à l'oeuvre de Lewis Caroll bien sûr, mais aussi à d'autres auteurs comme Dumontheuil ou Turf ("La Nef des fous") dans le côté complètement décalé des dialogues et des événements.

Pourtant, attention : "Azimut" n'est en rien un plagiat, c'est au contraire une nouvelle série originale et intrigante, haute en couleur, présentant des archétypes de personnages très intéressants. Manie Ganza est d'ailleurs particulièrement travaillée, et promet d'ajouter un rythme certain à toute la série.

Le dessin d'Andreae, quant à lui, est comme à son habitude assez impressionnant. La mise en couleur semble toutefois plus simple que dans d'autres séries comme "Mangecoeur", par exemple, où cette dernière était particulièrement travaillée. Ici, c'est avant tout les idées géniales du dessinateur pour représenter ce monde un peu fou qu'il faudra retenir.

Difficile d'en dire plus sans en dire trop - "Azimut" est une nouvelle série intrigante, une belle invitation au voyage. Espérons que le second tome confirme nos belles impressions !


Chronique rédigée par Piehr le 08/05/2012
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de PiehrReflet de l'avatar de Piehr
Statistiques posteur :
  • 1099 (67,76 %)
  • 130 (8,01 %)
  • 393 (24,23 %)
  • Total : 1622 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 13,21 13,21 13,21
Acheter d'occasion : 9,80
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.13
Dépôt légal : Mai 2012

Avis des lecteurs

4 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Azimut, tome 1 : Les aventuriers du temps perdu, lui attribuant une note moyenne de 4,13/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

1 12 2015
   

Le poète et magicien Lupano nous entraine cette fois-ci dans un univers onirique et poétique. Un royaume dans lequel le nord aurait disparu (volé, dit-on), où d'étranges bestioles mécaniques donnent naissance à des "saures" (créatures à la fois humaines, animales et mécaniques), où le temps semble une obsession que l'on arrive à maîtriser, et où jeune femme, parfois appelée Aicha et parfois Nami, semble être une obsession que justement, on n'arrive pas à maîtriser.

L'univers ainsi crée est riche, virevoltant, plein de loufoqueries en tout genre... et pourtant, on s'y repère. Car la narration de Lupano, qui fait preuve une nouvelle fois de tout son talent de dialoguiste, nous entraine dans une histoire cohérente et mystérieuse, à la fois fantastique et onirique. Elle est superbement mise en valeur par ce dessin qui fait honneur à toute cette imagination, et qui rend bien la richesse des lieux, des personnages, et de tous ces saures que l'on croise ici ou là. La colorisation, pas trop appuyée, vient enrober le tout d'un aura mystérieuse.

Ce premier tome reste une introduction et heureusement, tout reste à découvrir, mais c'est très prometteur. Pour moi, ce premier album me fait beaucoup penser à celui de la "Nef des Fous" : un univers tellement particulier que l'on n'ose pas vraiment s'y plonger, mais une fois que l'on y a jeté un regard plus appuyé, on se vautre littéralement dedans.

Lupano crée un univers surprenant, mais ca, ce n'est pas une surprise.

22 12 2014
   

Quand Lupano va-t-il nous sortir une BD que je n’aimerais pas ? Parce que ça commence à devenir lassant ce parcours sans fautes ! Voici donc un premier tome avec Lupano au scénario et Andrae au dessin. Azimut est un monde décalé tournant autour du temps, puisque les bestioles ont toutes quelque chose à voir avec des horloges ou des montres, puisque la vieillesse semble toucher de manière particulière la plupart des habitants. Cela dit après la lecture de ce premier tome, le mystère reste entier, on ne nous plonge pas de plein fouet dans un univers inconnu, le très bon scénariste introduit son sujet doucement, il dévoile par petites touches son nouvel univers sans oublier qu’il a une histoire à nous raconter. Ainsi, il n’oublie pas les personnages, qui m’ont l’air sympathique et pour l’instant peu nombreux (tant mieux). Quelques mystères restent en suspens et donnent clairement envie de lire la suite. Le résultat est à la fois poétique et décalé, à la fois féérique et humoristique… Encore un genre que le scénariste n’avait pas complétement exploité (peut-être un peu avec « Alim le tanneur ») et qu’il a l’air de maitrisé aussi.

Le dessin est parfait, rond, très coloré, et minutieusement détaillé, il s’adapte idéalement à l’histoire.

Merci Lupano, j’ai encore passé un bon moment, j’ai juste regretté que les 48 pages réglementaires m’ont parue beaucoup trop courtes, heureusement le tome 2 n’est pas loin !

11 7 2012
   

Cette série imaginée par Wilfrid Lupano ("Alim le tanneur", "L'homme qui n'aimait pas les armes à feu", "L'Honneur des Tzarom") et dessinée par Jean-Baptiste Andreae ("Mangecoeur", "La confrérie du crabe") invite le lecteur à plonger dans un univers décalé qui n’a rien à envier à celui d’Alice au pays des merveilles.

Le royaume de Ponduche s’avère en effet d’une inventivité rare. Des boussoles qui perdent le nord à la menace représentée par l’Arracheur de Temps, en passant par cette mystérieuse princesse cleptomane, Wilfrid Lupano propose un univers original et drôle, mais qui semble également parfaitement maîtrisé et réfléchi. De son Altesse Irénée le Magnanime au vieux professeur Aristide Breloquinte, en passant par le jeune peintre amoureux “Eugène”, l’auteur livre également un éventail de personnages hauts en couleur et fort sympathiques, ainsi qu’un nombre impressionnant de créatures extraordinaires. De plus, il ne se contente pas seulement de mettre en place cet univers loufoque et ces personnages attachants, mais livre déjà une intrigue pleine de promesses.

Au niveau du graphisme, Jean-Baptiste Andreae réussi non seulement la prouesse de mettre en images ce scénario complètement loufoque de Wilfrid Lupano, mais il parvient également à joindre beauté et poésie à ce débordement d’originalité. Ses planches fourmillantes de détails se placent au diapason du récit et parviennent à provoquer l’émerveillement.

Un voyage particulièrement dépaysant et riche en perspectives !