46 488 Avis BD |20 153 Albums BD | 7 883 séries BD
 

Ayashi no Ceres, tome 3

 
 

Résumé

Ayashi no Ceres, tome 3Afin d'acceder au résumé de Ayashi no Ceres, tome 3, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Ayashi no Ceres, tome 3L'hstoire avance inéxorablement, les Mikagés s'attaquent au point faible d'Aya: Suzumi soeur de Yuhi pour qui Aya a beaucoup d'affection. On en apprend un peu plus sur les nymphes et sur la famille Mikagé.

Je sais pas pour tout le monde, mais le dessin me plait beaucoup, des traits assez précis, le style manga avec des yeux disproportionnés par rapport au reste du visage, bref un très beau dessin.

Watase a créé un univers à la fois glauque: Aya pourchassé par des membres de sa famille; elle même se transforme en nymphe qui ne peux pas rentrer au ciel sans son manteau de plume, et qui oublie tout ce qui s'est passé une fois redevenue elle même.
Et a la fois Drole parfois, histoire de détendre un peu l'atmosphère. L'histoire est interrompue vers le milieu de l'album, et la Watase nous fais un exposé sur l'ADN (sur une seule page heureusement), et je dois avoué que ca m'a bien fait rire....

Ayashi no ceres se lit dans le sens de lecture japonais, je sais que ça pose des problemes a certains, mais je me suis carrément habitué.

Enfin bref, un album dans la lignée des 2 autres(tous les albums sont un peu comme ca....), et j'ai beaucoup accroché.


Chronique rédigée par Lanfeust le 07/12/2002
 
 
Statistiques posteur :
  • 48 (92,31 %)
  • 4 (7,69 %)
  • Total : 52 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 5,00 Note générale
  • Originalité : 5,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 5,00 Dessin
 
Acheter neuf : 6,64 6,64 6,64
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.50
Dépôt légal : Janvier 2001

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album Manga Ayashi no Ceres, tome 3, lui attribuant une note moyenne de 4,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

9 1 2007
   

Encore un tome meilleur que les précédents. Je remarque que Watase, dans la plupart de ses mangas (enfin ceux que j'ai lu du moins) a la capacité de nous faire accrocher en clin d'oeil à ses personnages. Ici, on se sent proche de Aya à cause de son âge, de ses peurs et de ses doutes. Elle fait preuve de caractère en souhaitant tenir bon, ne plus laisser Cérès sortir. Mais ici, Aya vacille. Comment lui repprocher avec tout ce qui lui est arrivé ? Elle a besoin d'être épaulée et malheureusement Toya ne peut lui apporter ce dont elle a besoin. Il veut mener à bien sa mission (protéger Aki et surveiller la nymphe)... Cependant, il ne peut s'empêcher de sauver Aya à chaque fois. On dirait bien que lui aussi est amoureux... Mais chez Watase, rien n'est simple : Aya et Toya ne peuvent donc être ensemble. Et Aya a besoin qu'on l'aime, qu'on soit là pour elle. Quand Yuhi se déclare et se montre très entreprenant, elle le repousse "pour la forme" mais constate que ça ne lui a pas déplu.
Cependant à la fin du tome, Aya fait le point sur ses sentiments : oui elle aime Yuhi, mais pas comme Toya. Elle aime Yuhi comme un frère, il compte énormément pour elle.
Yuhi est d'ailleurs un personnage assez inattendu. Je pensais qu'il serait cantonné au rôle d'amoureux transi mais protecteur, avec un effet comique. Et voilà qu'il se révèle avec un énorme manque d'affection, une solitude immense, un esprit combattif et de sacrifice. Avec ce tome, je découvre et apprécie réellement Yuhi.

On en apprend un peu plus sur les objectifs du cousin d'Aya, avec le projet "C" ayant pour but de mettre la main sur toutes les nymphes existantes... L'ambiance se révèle vraiment dure, entre le mal être d'Aya, l'épisode du lycée avec l'autre nymphe, pour finir le tome avec Suzumi, qui semble bien perdue...

Dans Ayashi no Ceres, c'est surtout au coeur qu'on fait mal et les tortures sont bien plus marquantes. Ainsi j'ai trouvé que enfermer Suzumi dans un rêve où vit encore son mari décédé était vraiment horrible... Mais passionnant il faut bien l'avouer. A ce rythme, on se demande comment tous tiendront le coup 14 tomes !