46 491 Avis BD |20 156 Albums BD | 7 883 séries BD
 

Ayashi no Ceres, tome 1

 
 

Résumé

Ayashi no Ceres, tome 1Afin d'acceder au résumé de Ayashi no Ceres, tome 1, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Ayashi no Ceres, tome 1Une histoire inspirée des contes japonais, le vrai titre de ce manga est Ayashi no Ceres, un conte de fée celeste...
Une bonne introduction a ce manga qui ne nous apprend pas grand chose, et qui justement nous laisse sur notre faim.

Le dessin est sublime, le trait est fin, c'est précis, detaillé, j'adore!!

C'est un univers parfois assez glauque, mais Watase a ajouté une dose d'humour.
Le scénario est très efficace, et nous tient en haleine jusqu'à la fin de l'épisode.

Je ne pensais pas être ausi interessé par ce manga, mais j'ai été etonné, j'ai vraiment accroché...

Un excellent tome!


Chronique rédigée par Lanfeust le 04/11/2002
 
 
Statistiques posteur :
  • 48 (92,31 %)
  • 4 (7,69 %)
  • Total : 52 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,50 Note générale
  • Originalité : 5,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 5,00 Dessin
 
Acheter neuf : 6,64 6,64 6,64
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.50
Dépôt légal : Juillet 2000

Avis des lecteurs

4 internautes ont donné leur avis sur l'album Manga Ayashi no Ceres, tome 1, lui attribuant une note moyenne de 3,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

26 1 2009
   

Apprécié moyennement.
Il faut dire que cette série à l’eau de rose s’adresse plutôt à un public féminin. Ma belle-fille m’a prêté les opus, qu’elle possède depuis quelques années.
Premier tome et –surtout- découverte du dessin : Yuu Watase travaille un graphisme anguleux, « raide », qui –avis perso- ne correspond pas au style de l’histoire proposée. Mais je n’ai peut-être pas l’esprit assez « manga » pour apprécier. Ce n’est donc que l’humble avis de quelqu’un d’assez déconcerté.

J’ai essayé –à mon aise- de suivre ainsi les débuts de l’histoire d’Aya Mikagé, cette brave lycéenne qui va devoir affronter pas mal de problèmes à partir de ses seize ans, mais j’ai eu beaucoup de mal à entrer dans l’imaginaire de l’auteur.
Et pourtant il y a de tout : de l’imagination, une certaine poésie, « quelque chose d’autre » par rapport à la BD franco-belge dans laquelle je suis plongé depuis plus de 40 ans.

Mais que voulez-vous, c’est comme la découverte d’un nouveau restaurant « exotique » faut goûter à de nombreux plats pour se faire une idée de la cuisine.
Et celle-ci m’a peu inspiré.

19 5 2008
   

Je ne suis surtout pas fan de mangas shojos dans le style de Ayashi No Ceres que j'assimile très vite aux séries du studio Clamp que je n'aime vraiment pas.
Pourtant, j'ai été relativement agréablement surpris par le premier tome de cette série : l'action démarre vite et surtout fort. De découvrir dans les premières pages que la famille de l'héroïne veut à tout prix... la tuer du jour où elle aura 16 ans, c'est assez original pour une histoire que je prenais pour nunuche par a priori.
L'intrigue s'enchaîne bien dans ce premier tome, les personnages sont corrects (même si on retrouve le "beau ténébreux" super-typique des Shojos un peu merdiques) et ça se lit bien.

2 1 2007
   

Ayant lu une série de Yuu Watase qui m'a plu, je me suis mis en tête de lire ses autres oeuvres. Ayashi no Ceres était la suivante sur ma liste.
Que dire de ce premier tome ? Qu'il reste introductif. En effet, on reste un peu sur notre faim, on voudrait en savoir plus sur les capacités de cette nymphe, les origines etc... Cela dit, ce n'est pas une critique que je formule ici, au contraire. Ca prouve qu'on a envie de savoir la suite, donc c'est plutôt positif.

Aya, l'héroïne, est assez classique mais sympathique. Forte personnalité mais fragilité oblige (normal vu le traumatisme subit). Le mystérieux Toya dont le rôle est clair dès le départ, reste bien mystérieux, donc intéressant. On rencontre pas mal de personnages dès ce premier tome, qui sont assez variés en plus.
L'ambiance est plutôt surprenante puisque l'auteur alterne des scènes pleines d'humour avec d'autres assez glauques voire dures... Et le mélange est réussit je trouve.

Le trait de Watase (que je trouve plus beau dans Fushigi Yugi : la légende de Gembu ) est toujours aussi mignon, même si on peut déplorer l'absence de décors parfois.
Un premier tome assez accrocheur, je lirai donc la suite.