46 616 Avis BD |20 224 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Tome 2 : Ayako, tome 2
 

Ayako, tome 2 : Ayako, tome 2

 
 

Résumé

Ayako, tome 2 : Ayako, tome 2Afin d'acceder au résumé de Ayako, tome 2 : Ayako, tome 2, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Ayako, tome 2 : Ayako, tome 2Le tome 2 relate la prise de pouvoir d'Iricho, et la croissance d'Ayako qui, à la fin du tome, est une jeune fille de 15 ans, riche.

C'est plus rythmé que le tome 1, qui lui était obligé de poser le décor historique, et familial.

D'ailleurs, le récit se recentre sur la famille Tengé et ses bassesses. Nul n'y échappe, ça doit être inscrit dans le sang. Ou alors c'est le destin ?
C'est plus classique que le tome 1 aussi, avec une histoire qui finalement s'avère plus une histoire de moeurs qu'autre chose malgré l'enquête policière parallèle ou les transformations du domaine, qui provoquent tout.

Le dessin est vif, avec quelques beaux passage autour du sanctuaire où Ayako est cloîtrée. Mais il n'y a rien de particulièrement remarquable dans le trait, on est dans le figuratif, pour le besoin de la cause.

Bref, la série perd un peu en intensité, Jiro ne réapparaît qu'en fin de tome, toujours aussi vicieux.

Les personnages changent, et nul n'est épargné, comme je l'écrivais plus haut. C'est sûr, l'intérêt principal du livre se situe au niveau des relations entre frères et soeurs puisque désormais c'est avec eux qu'il faut compter.


Chronique rédigée par Pierrizan le 31/01/2006
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de PierrizanReflet de l'avatar de Pierrizan
Statistiques posteur :
  • 817 (96,46 %)
  • 13 (1,53 %)
  • 17 (2,01 %)
  • Total : 847 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 7,59 7,59 7,59
Acheter d'occasion : 3,10
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.58
Dépôt légal : Novembre 2003

Avis des lecteurs

6 internautes ont donné leur avis sur l'album Manga Ayako, tome 2 : Ayako, tome 2, lui attribuant une note moyenne de 3,58/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

15 2 2013
   

Oulà là, quel tome 2.
Dans ce tome 2 la famille Tengé n’en finit pas de s’enfoncer, on pensait pourtant que ce n’était pas possible après tous les événements du premier tome, eh bien si. C’est même de pire en pire, après l’inceste, après l’enfermement d’Ayako, après des fratricides, on nous propose d’autres relations incestueuses, un autre meurtre. Tout le monde est pourri jusqu’à l’os dans cette famille, pas un pour rattraper l’autre. Finalement celui qui s’en sort le mieux c’est Jiro puisqu’on ne parle quasiment plus de lui dans ce tome. Même Shiro est un profiteur de première catégorie.

Le scénario semble bien conçu et je me demande encore où l’auteur va nous mener dans le 3ème et dernier tome. Le dessin est minimaliste mais fonctionne bien, les personnages évoluent bien et sont suffisamment expressifs.

C’est tout de même une histoire dure. Je vais évidemment lire le dernier tome mais je suis quasi sûr que je serai soulagé aussi que ça s’arrête.

16 4 2011
   

Le premier tome était parfait. Le second n'est pas loin derrière. D'ailleurs, j'ai vraiment du mal à comprendre les critiques émises dans les derniers avis, même si je les respecte.

On retrouve notre famille pourrie qui ne change pas malgré les années. Et oui, car si l'album commence en étant la suite directe du tome 1, il s'étalera par la suite sur une quinzaine d'année. Jiro, dans son coin, continue d'espionner et de faire son enflure de balance, même si il est conscient d'avoir détruit la vie de la pure Ayako, et lui envoi de grosses sommes d'argent. Dans une autre histoire, un personnage comme Jiro serait le plus détestable, ici, il peut être considéré comme un des plus "honnêtes" et "attachants"... C'est pour dire qu'il reste une belle brochette de salauds derrière. Comme Sakuémon, ce vicieux , ce gros dégueulasse qui ment à son fils pour abuser de sa femme en toute impunité n'a que ce qu'il mérite dans ce tome : à cause de la maladie, il se transforme en légume, pour ne mourir qu'une dizaine d'année plus tard (et faire une dernière crasse à ses descendants sans même bouger). Ichiro en profite pour devenir le patron de la famille, en tyran minable et frustré, il devient une épave en noyant son chagrin dans l'alcool en attendant de pouvoir choisir enfin une femme qu'il "aime". Shiro qui semblait le plus droit et intelligent, qui s'occupait gentiment de sa sœur, lui donnait une instruction en essayant de lui donner la maturité qu'elle devrait avoir si elle pouvait sortir, va commencer à avoir une relation incestueuse avec, et être hyper jaloux de tout autre personne s'approchant d'elle. Au milieu de tous ces enfoirés et d'autres intrigues secondaires (comme une enquête policière ou un cousin de la famille docteur assez lucide mais pas forcément plus appréciable que les autres), il y a Ayako, qui voit sa vie détruit, à tel point qu'elle ne veut plus sortir dehors.
Le scénario est quasiment parfait pour moi, le seul point négatif est le fait que, pour moi, Ayako accepte trop facilement des révélations que Shiro lui fait sur ses origines en se taisant. Je chipote, et si j'enlève une demi point, c'est bien pour montrer que le tome 1 est légèrement mieux.

Et puis il y a le dessin de Tezuka assez génial, il arrive à faire évoluer des personnes sur une quinzaine d'années (ce qui est un exercice véritablement complexe, surtout avec des enfants ou des espions qui doivent changer de look souvent), tout en gardant leurs similarités au niveau du visage. Sinon, pour le reste, son trait ne bouge pas, les décors et autres personnages sont tous extrêmement réussis.

Du grand art, que je conseille !!!

16 4 2009
   

Dans ce deuxième volet de la trilogie de Tezuka, Ayako grandit. Dans l'innocence de sa naïveté et dans la perversion de ceux qui l'entourent. L'auteur centre le milieu de ce récit sur les turpitudes de la famille Tengé, mettant entre parenthèses l'ambiance "espionnage" qui était forte dans le premier épisode.

On voit donc forcément moins certains personnages, en particulier celui de Jiro. L'histoire est clairement réorientée sur le drame familial, obscène et monstrueux, qui agite la famille Tengé. Tezuka n'épargne personne et dénonce le poids du silence dans la société nippone de l'après-guerre, qui corrompt les plus purs et élève l'abjection au rang de pratique banale. On est à la fois révolté par ce qui arrive à Ayako et faciné par ces traditions qui pèsent comme une chape sur la malheureuse et sur sa famille.

En perdant en diversité, l'album perd un peu en intensité mais le récit reste dense et très intéressant. On regrette que certains aspects soient trop vité oubliés (le personnage défiguré notamment, je n'en dirai pas plus alors lisez l'album...) mais l'ambiance générale est bien restituée.

Un album à lire, qui montre une autre facette du talent de conteur de Tezuka.

13 12 2007
   

Cet album est déconcertant sur plusieurs points.

Premièrement, le début de l'album est étrange dans la mesure ou nous retrouvons un Jiro méconnaissable, principalement à cause des dessins médiocres de Tezuka. De plus, cette première partie est "chiante" et n'a rien à voir avec ce qui va se passer dans les 3/4 de l'album restant (ce qui constitue mon deuxième point de déconcertation).

En effet, alors que l'on baignait dans une ambiance polar avec pour cadre une histoire de famille, l'album tourne très vite vers une affaire de moeurs, une saga tragique familiale (abandonnant la trame du meurtre commis par Jiro). L'action va alors se concentrer sur la pauvre Ayako qui est toujours retenue enfermée et tenue pour morte pour le monde extérieur.

Au final, la fin de l'album regagne en intérêt, notamment avec le rôle pris par Ichiro, le frère d'Ayako, l'intello de la famille. Malgré tout, la série a perdu en cohérence. Et je me demande bien comment va évoluer le style de la série dans le 3ème et dernier tome (et vais-je reconnaître les personnages ?)

18 10 2006
   

Ce deuxième tome va mettre en arrière-plan le côté polar/espionnage de l’histoire pour se concentrer sur le drame familiale de la famille Tengé, mais toujours sur fond de crise sociale et politique qui frappe ce Japon d’après-guerre.

Les différents membres de la famille Tengé ont beau évoluer physiquement (Ayako et Shiro) ou changer de statut au sein de la cellule familiale (Ichiro), leurs actions restent guidées par l’avidité, la jalousie, l’égoïsme ou la lâcheté et continuent de nous livrer notre lot pathétique de trahisons, meurtres et relations incestueuses.

Cette famille est tellement cruelle et pourrie que malgré le dégoût et la colère que l’on ressent de voir cette petite fille enfermée dans une remise pendant plus de dix ans, l’on finirait presque par se réjouir de la pureté de ses pensées. Une pureté et une innocence conservée ‘grâce’ à ces longues années cloîtrée dans une resserre à l’abri des conséquences de la guerre et d’une grandi partie des actes familiaux cruels. Une pureté qu’elle aura payée au prix d’un amour incestueux et d’une liberté qui finira même par l’effrayer.

Tous les albums de la série
Album Avis Moyenne
Ayako, tome 1 8 4.00
Ayako, tome 2 : Ayako, tome 2 6 3.58
Ayako, tome 3 7 3.43