46 558 Avis BD |20 190 Albums BD | 7 887 séries BD
 

Aya de yopougon, tome 1

 
 

Résumé

Aya de yopougon, tome 1Afin d'acceder au résumé de Aya de yopougon, tome 1, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Aya de yopougon, tome 1Un album qui raconte donc la vie de trois amies en cote d’ivoire, pendant les années 70. Cet album mélange différents sujets qui font généralement d’excellents albums : on a un coté culturel avec la découverte d’un vocabulaire, de style de vêtements, de mœurs, ect…d’un pays que je ne connaissais pas tant que ca.Bref, avant même la lecture, l’album m’a déjà intéressé.

Viens ensuite le moment d’ouvrir cet album, et la : O joie ! On se retrouve plongé dans une Afrique loin des grands clichés, on découvre des gens simples, avec leurs problèmes, … Eh on se laisse emporté la dedans avec plaisir… Un voyage à travers un livre, comme j’en avais pas fait depuis longtemps…En plus de ceci, on retrouve un humour qui est fréquement présent, sans être pour autant trop lourd.

Les dessins sont bien agréables à regarde, et ils cadrent très bien avec le récit par leur simplicité. Les couleurs quant à elles, sont aussi très bien réalisée je trouve et le tout met encore plus en valeur l’histoire.

Bref une petite perle, éditée dans la même édition que « le local » , et qui a également reçu le premier prix au festival d’angoulème cette année. A découvrir absolument…


Chronique rédigée par tim le 03/07/2006
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de timReflet de l'avatar de tim
Statistiques posteur :
  • 82 (89,13 %)
  • 7 (7,61 %)
  • 3 (3,26 %)
  • Total : 92 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 4,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 16,15 16,15 16,15
Acheter d'occasion : 8,50
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.69
Dépôt légal : Octobre 2005

Avis des lecteurs

8 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Aya de yopougon, tome 1, lui attribuant une note moyenne de 3,69/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

29 3 2010
   

Voilà un récit simple mais vraiment plaisant à lire. Ayant vécu 2 ans à Abidjan un peu plus de 10 ans après l'époque des aventures d'Aya, je reconnais vraiment l'ambiance Abidjan-Village. Une ambiance tout en humour, en poésie dans la débrouille, avec une bonne part d'insouciance pour les jeunes, aussi bien les Ivoiriens que les blancs d'ailleurs même si on n'en voit pas dans le tome 1 de cette BD.
Le dessin n'est pas très sophistiqué mais plaisant à lire et regarder.
Le scénario n'est pas très compliqué non plus mais très plaisant.
Les dialogues représentent sans doute ce qui fait la plus grande force du récit. Ecrits en "langue local", mélange de Français et d'expressions typiques Ivoiriennes, ils sont à la fois pleins d'humour et pleins d'authenticité.
Le seul petit reproche que je pourrais faire, c'est à quel point j'ai eu tendance à confondre les personnages d'Adjoua et de Bintou au cours de ce premier tome. Mais pour le reste, tous les personnages et toutes les situations sont réussies et vraiment justes.
Drôle, frais et léger. Un vrai petit plaisir de lecture.

29 3 2010
   

En voici une bonne BD, dont malheureusement, on n’en lit que trop peu de nos jours.

Aya de yopougon, c'est d'abord un scénario tout de suite accrocheur, avec pour thème principale : l'Afrique et ses habitants, leurs cultures et leurs coutumes. Cette BD s'éloigne des sentiers battus et des clichés ; c'est très bien.
Aya, c'est aussi des personnages, sympathiques au possible. On s'éprend tout de suite de ces Monsieur-tout-le-monde, hauts en couleurs, au caractère bien trempé. J'aime !
Au niveau du dessin, c'est assez réussi. Moi ça me plait, ces personnages caricaturaux et ces couleurs chaudes même si je trouve ça un peu lassant à force...

Pour finir, c'est une BD que je recommande vivement à tous les amateurs de récits drôles et touchants à la fois.

26 5 2009
   

Voilà une BD vraiment... pétillante ! C'est le mot le plus approprié qui me vient à l'esprit.
Tout d'abord grâce à son apparence. Gallimard a en effet privilégié une couverture originale, d'un format différent de ceux que l'on connaît habituellement.
Les dessins sortent aussi de l'ordinaire, et c'est une réussite. Le trait est flatteur, les couleurs très bien choisies pour illustrer la vie de ces familles africaines pleine d'humour et de situations cocasses.
Le scénario, qui n'est pas sans me rappeler celui de la plus récente série "Les nombrils", est accrocheur dès les premières pages, on rit tout au long de l'histoire jusqu'à la chute finale, hilarante, qui nous invite à lire les albums suivants.
Mais le principal objectif des auteurs, dévoilé en guise d'introduction, et de nous faire découvrir une Afrique loin des clichés, loin de ce que peuvent nous en présenter les médias. Et le pari est réussi. On découvre certains traits de la culture ivoirienne, et on se reconnaît parfois dans certaines situations.
En bref, on passe un excellent moment, et on en redemande. :)

18 3 2007
   

Je suis le premier posteur à donner un 4/5 à "Aya de yopougon". Je m'en étonne : voilà selon moi un album de qualité qu'Angoulème a primé à juste titre.

Déjà, le thème de cette bande dessinée mérite qu'on s'y attarde. Le continent africain n'est pas souvent exploré par le neuvième art, en particulier s'il ne s'agit pas d'une série d'aventures ! Stassen ("Deogratias") avait déjà réussi à traiter de cette autre civilisation. Marguerite Abouet, née à Abidjan, est assurément l'une des premières à la présenter sous la forme d'un roman grapique au ton plutôt léger. Point de cauchemar de Darwin ni de génocide rwandais : la scénariste nous montre une Afrique vivante, drôle, spontanée et profondément humaine. J'ai beaucoup apprécié cette vision du continent africain, loin de ses drames actuels ou du poids de la culpabilité européenne liée au colonialisme. Parce que l'Afrique est avant tout un continent où vit et s'aime toute une partie de l'humanité, et qu'on a trop tendance à l'oublier.

Ensuite, l'intrigue est très agréable à lire. Dans la lignée de la nouvelle bande dessinée qui n'hésite pas à raconter ce qui ressemble à des petits riens sans importance, "Aya de yopougon" raconte avec talent et justesse le quotidien d'Ivoiriens. Le langage y est différent, les coutumes aussi, mais le lecteur européen se reconnaîtra sans peine dans ces jeunes qui cherchent l'amour et la distraction. Les personnages sont attachants, le ton est plaisant. On dévore ces planches sans jamais relâcher son attention et son intérêt.

Enfin, cerise sur le gâteau, Clément Oubrerie livre des planches très réussies. Il y a une belle adéquation entre son graphisme (dans un style très nouvelle bande dessinée, lui aussi) et le scénario. Le petit format de l'album n'est en rien génant car on sent que le dessinateur l'a pris en compte dans la réalisation technique de cette bande dessinée.

Je recommande donc chaudement "Aya de yopougon" à tous ceux qui veulent découvrir une Afrique différente de celle que les médias ont (hélas) souvent à nous montrer, ainsi qu'à tous les bédéphiles amateurs de romans graphiques de qualité. Kêh !

19 2 2007
   

D'abord, bravo aux éditions Gallimard, c'est du beau travail d'éditeur.
Ce livre au format A5, sur un joli papier épais, cartonné durement, est un joli document.
Feuilletez le, vous découvrirez un univers coloré, des cases dessinées à la main, souples, et un style agréable, un beau dessin, couvrant géographiquement l'accès à ce monde de soleil.
J'ai bien aimé cette atmosphère, le rythme lent sous la chaleur, la décontraction des personnages et leur façon de faire les choses calmement.

Par contre, j'ai moins adhéré au scénario, avec ces désirs de carrière contre ces désirs de vie, ces rivalités, ces sorties entre filles (même si l'épisode des pieds est magnifique !).

C'est donc un ouvrage que j'ai trouvé fort inégal, avec un talent supplémentaire côté dessin, mais avec une trop grande légèreté de la trame du récit.

9 10 2006
   

"Aya de yopougon", c'est un rafraichissant. On sourit souvent en suivant les pérégrinations de ces jeunes gens dans le village de Yopougon. Les situations sont cocaces, les dialogues teintés d'humour, le tout relevé par un dessin qui traduit l'humour omniprésent de cet album.

Tout prête à passer un bon moment de divertissement et de dépaysement. De multiples facettes de la culture africaine sont abordées avec simplicité et authenticité.

A la fin de l'album, "le bonus ivoirien" nous livre un lexique et quelques suppléménts expliquant des techniques de danse, des recettes... Encore une fois c'est fait en semant quelques grains d'humour par ci par là.

Très agréable, vraiment !

1 10 2006
   

Ce récit nous transporte à Yopougon, un quartier populaire d’Abidjan, en 1978 en compagnie de trois copines : Aya, fille studieuse qui rêve d’étudier la médecine, et ces deux amies Adjoua et Bintou, qui elles ne pensent qu’à faire la fête et à courir les hommes.

Le dépaysement est garantit au milieu de l’insouciance africaine, des expressions pittoresques, des coutumes locales et de cette ambiance communautaire où tout se partage et qui contraste cruellement avec nos habitudes sédentaires.

Loin des fléaux qui touchent l’Afrique, Marguerite Abouet nous livre un récit au rythme africain, plein de légèreté et de fraîcheur. Le tout admirablement mis en image par Clément Oubrerie.

Edité dans la collection Bayou (dirigée par Joann Sfar), tout comme "le local" de Gipi, ce récit a reçu le prix du meilleur premier album au Festival d’Angoulême 2006.