46 587 Avis BD |20 209 Albums BD | 7 890 séries BD
Accueil
Attends
 

Attends

 
 

Résumé

AttendsAfin d'acceder au résumé de Attends, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de AttendsPoignant ! Unique ! Bouleversant ! Et si étrange... Voilà les quatre mots qui me viennent à l'esprit après avoir refermé ce petit bijou de bande dessinée minimaliste. En dire autant avec si peu ! C'est fort et très audacieux. C'est à croire que l'affreux drame qui se joue dans cet album a été vécu par l'auteur lui-même, et est encore vécu au jour le jour de manière perpétuelle. La bande dessinée, ça paraît si simple à la lecture de ce "Attends"... A lire à tout prix ! Mon gros coup de coeur de ces derniers mois !

A mon sens, Jason est un des auteurs les plus originaux de ces dernières années. J’ai l’impression d’avoir toujours attendu ses albums, que je les désirais comme lecteur avant même de connaître leur existence. Une grande découverte pour moi. Ce Norvégien qui habite en Belgique et publie en Suisse ne tardera pas, à mon avis, à acquérir une vraie notoriété internationale.


Chronique rédigée par ArzaK le 08/05/2003
 
 
Statistiques posteur :
  • 100 (93,46 %)
  • 2 (1,87 %)
  • 5 (4,67 %)
  • Total : 107 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 5,00 Note générale
  • Originalité : 5,00 Originalité
  • Scénario : 5,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 28,82 28,82 28,82
Acheter d'occasion : 5,53
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.75
Dépôt légal : Septembre 2000

Avis des lecteurs

8 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Attends, lui attribuant une note moyenne de 3,75/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

Doña Hermine :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de Doña HermineReflet de l'avatar de Doña Hermine
5 9 2006
   

On assiste d’abord à une succession de moments banals dans la vie de deux adolescents qui traînent leur ennui à deux et tuent le temps en rêvant à leur avenir, en pensant aux filles et à ceux “qui l’ont fait”, en lisant des comics de superhéros, et ainsi de suite, ça sonne juste même si parfois quelques détails échappent à la compréhension. Et puis tout bascule en un instant, à cause d’un mot, anodin, deux malheureuses syllabes, qui donne son titre à l’album, titre on ne peut mieux trouvé, d’ailleurs. Cet épisode-clef est raconté, comme tout ce qui va suivre, avec une économie de moyens, tant sur le plan narratif que strictement graphique, qui confère à cet album une véritable force. Le dessin d'ailleurs, assez rigide en plus d'être sobre, me plait très très moyennement, même si je reconnais qu'il s'harmonise bien au sujet. Les incursions de la mort, lui ajoute une dimension fantastique, qui tranche avec le caractère plus réaliste du propos, mais sans lui nuire. C’est donc une lecture forte, originale, mais dont je ne conseille pas forcément l’achat.

5 1 2006
   

Suite aux avis très favorables lus ici et ailleurs, je n'ai pas hésité à acheter cet album dès que j'ai réussi à le trouver. Et... franchement, je regrette d'avoir payé aussi cher pour ça. Enfin, disons surtout que comme Don Lope, j'ai dû vraiment passé à côté de cette BD, ou alors plus simplement je dois être aussi sensible aux émotions qu'il dégage qu'une enclume.
Pour commencer, j'aimais bien le graphisme à la base. Simple, dépouillé, un peu de type cartoon au niveau des personnages, j'aime bien. Ceci étant dit, à la longue, j'en ai eu un peu marre de voir toujours ces visages sans expression sur les personnages : ok, on peut comprendre leurs sentiments et émotions d'autres manières, mais quand même je me suis lassé de cette expressivité à la Buster Keaton qu'affichent tous les persos de la BD.
Ensuite, j'avoue avoir été dérouté par la narration au départ : cette suite de planches presque semblables à des suites de gags (sauf qu'il n'y a pas de gag) m'a fait me demander si c'était une suite d'histoires drôles pas drôles, une suite de planches dont on devait deviner la fin, une tentative de BD expérimentale dans le genre "je ne mets qu'une planche sur deux, au lecteur de se débrouiller pour comprendre", etc... Ce n'est qu'à la fin de la première partie de l'album que j'ai compris : il s'agit de tranches de vie, de moments passés, destinés à permettre au lecteur de cerner les personnages de Jon et Bjorn, leur univers, leur enfance, etc... Et bon, finalement, malgré certaines planches qui me sont restées hermétiques, je trouve que c'est pas mal fait.
La narration au moment du drame de fin de première partie est également bonne à mes yeux.
Puis ensuite vient la seconde partie, montrant la déchéance (relative) du personnage principal, sa vie passée la quarantaine, avec le poids du souvenir et de la culpabilité.
Et puis vient la fin, un peu fantastique, un peu... hermétique.
...
J'ai relu l'album trois fois de suite pour bien essayer de tout capter, de tout comprendre. Certains points restent encore incompris (pourquoi les loubards de la première partie ont-ils des têtes de mort comme les morts de la fin ? La fin est-elle une modification du passé ou juste un souvenir ? Etc...) mais je pense avoir saisi la globalité de l'histoire, la spécificité de la narration toute en ellipses et en non-dits, et toute l'idée et les sentiments qui doivent se dégager de l'oeuvre.
Et...
Et ça me laisse franchement froid.
Ca ne me touche pas. La narration, même si assez efficace, n'a pas su me plonger dans l'univers de la BD. Le dessin sans expression des personnages me les a rendus distants et presque antipathiques. Quant à l'histoire, je la trouve trop vite résumée et ne fonctionnant que sur les émotions dont elle est censée émaner et que je n'ai ressenti que de très loin et très faiblement.
J'admets sans problème que Jason a utilisé là un principe narratif franchement original et mettant en avant la sensibilité de chaque instant avant tout schéma scénaristique, ce qui permet au lecteur de ressentir l'émotion par lui-même plutôt que d'être guidé complètement par l'auteur, et ne serait-ce que pour ça, Attends a une valeur référentielle. Néanmoins, c'est justement là que le bât blesse pour mon cas précis puisque cette émotion, je n'ai pas su la ressentir comme il l'aurait fallu pour vraiment apprécier la lecture et l'oeuvre. C'est là que c'est une question de sensibilité à part entière : certaines oeuvres/émotions touchent certaines personnes, celle-ci n'a pas su me toucher. Or comme tout ou presque de cette oeuvre est basé là-dessus (pas de scénario complexe, d'intrigue, de beauté graphique ou autre (enfin question de goût encore...)), eh bien je n'ai pas pu tirer grand chose de cet album.

Bref, je n'ai pas apprécié ma lecture (et mes relectures) de cet album et je suis déçu de l'avoir acheté.
Ceci étant dit, vu l'avis que d'autres ont sur cet album, je comprends qu'on puisse le ressentir différemment de moi : question de goût et de sensibilité, c'est certain.

5 1 2006
   

Je dois bien l’avouer, je suis passé totalement à côté de cette bd au début . . . je l’ai donc reposée sur l’étagère, ce n'est que deux semaines plus tard que je l'ai relue. Cette deuxième tentative m’a permis de mieux appréhender le style narratif particulier de l’auteur qui m’avait quelque peu échappé en première lecture et qui consiste en une succession de scènes de la vie quotidienne sans rapport entre elles et sans grand intérêt (surtout !). Mais en y regardant de plus prêt, sous des airs anodins, se cachent des éléments clés pour comprendre Jon une fois adulte. Bref, il faut le temps de rentrer dans l’album . . . Le dessin dépouillé donne un certain côté innocent à cette bd pourtant bien plus "adulte".
A essayer . . .

22 7 2005
   

“Attends” est la 2eme BD de Jason que le lis, après “Dis-moi quelque-chose”, qui m’avait quand même bien déçu.

Le dessin est toujours aussi sympa, et l’histoire est un peu plus longue, et m’a plus touché. Les deux parties (enfance puis âge adulte) sont complémentaires et apportent une certaine variété dans les émotions ressenties. J’ai notamment bien aimé la façon dont l’enfance est décrite : une page par souvenir de môme - un jeu débile, une période d’ennui, le mystère des filles, une blague, papa qui rentre du boulot, maman qui gronde… L’age adulte, lui, est triste, cruel et rempli de désillusions. Une histoire noire donc, vous voila prévenu.

Par contre, selon votre humeur, je pense qu’il est facile de complètement passer à coté de cette courte BD. Je n’avais pas retenu grand-chose de ma première lecture, et c’est seulement après relecture que j’ai commencé à apprécier le style de Jason. Une belle BD, pleine de tristesse, à lire au calme, en y mettant du sien.

8 7 2004
   

Etrange objet que ce petit album.

Je ne connaissais pas du tout son auteur, un jeune Norvégien qui publie depuis une dizaine d'années. A la fois scénariste et dessinateur, ce jeune homme s'inscrit pleinement dans ce qu'on appelle la nouvelle bande dessinée. A mille lieues du gros nez franco-belge de Mère-grand, Jason explore une bande dessinée "expérimentale", tournée vers l'émotion et l'introspection.

Le trait est à l'image de cet esprit novateur. Tout le découpage de l'album se limite à un gaufrier. Six cases par planche, toutes de la même taille. Ce qui n'empêche pas de réelles trouvailles, comme ces six cases noires après un drame ou cette planche de cases blanches quand le personnage principal perd conscience.

En noir et blanc, le graphisme est assez minimaliste. On peut regretter le manque d'expressivité des visages, même si pour Jon, cela pourrait se justifier.

Le scénario est assez émouvant. Commençant comme une succession de tranches de vie de deux gamins, il évolue très vite vers un quotidien sordide, très marqué par la mort et la volonté inconsciente de se punir. Il y a très peu de dialogues mais le message passe très clairement. Le récit a également le mérite d'être assez inattendu, ce qui est toujours un atout.

Album à découvrir, "Attends", sans être un chef d'oeuvre, est une bande dessinée plutôt réussie qui devrait marquer le lecteur.

8 5 2004
   

Jon et bjorn m'ont fait pensé à mon enfance, je pense que beaucoup de personnes pourront reconnaître des momment décrit dans le livre.
Des instants où l'on joué à des jeux assez stupide mais qui nous fesait rire, également lorsqu'on allait acheté des bonbons chez le marchand de journaux, des moments où l'on rentré en retard pour le dîner... des instants que tout le monde à vécu étant jeune, j'usqu'à ce que... tout bascule en l'espace d'un instant, d'un mot...

Une oeuvre vraiment bouleversante, étrange.
Au départ les histoires en une planche m'ont parrût peut interressante, on voit des petits instants de la vie de ces deux enfants, je ne voyait pas vraiment la liaison, jusqu'à ce que je lise cette BD une deuxième fois. On ne s'attend pas à cet instant tragique, et à ce qui suit, cet espace tout en noir et la bascule vers le monde des adultes.
Le scénario est bien construit, cet oeuvre demande à être lu et relu afin de ne rien laissé passé, pour ma part cela fait 4 fois que je la lis et j'ai toujours l'impression d'avoir laissé passé quelques chose, et c'est toujours la même émotion que dégage cet oeuvre à chaque lecture.
(Je suis malheureusement obligé de parler du prix de vente 12.50 euros pour 30 pages ce qui est fort dommage)
Le dessin n'est pas trés original, les personnages ne dégage aucune émotion leur visage reste toujours de marbre, ce qui est paradoxale.

Une bonne Bd qui demande d'être lu et relu afin de pouvoir décoder tout son sens.

5 4 2004
   

Le dessin très simpliste (particulièrement au niveau des personnages) et le peu de paroles dans cet album ne donnent pas a priori une impression favorable. Le début non plus, d'ailleurs, où il ne se passe rien. Et en plus chaque page semble être indépendante des autres.

Oui, mais c'est pourtant par cette apparente simplicité que cet album arrive à être profond. A nous parler de sujets éminemment préoccupants et/ou métaphysiques, comme le temps qui passe, notre vie et nos illusions, et bien sûr la mort.

Jason utilise (et maîtrise !) les ellipses d'une façon à la fois déconcertante et pleine de sens : chaque page est séparée des autres comme si elle était une scène à elle seule, une petite touche de pinceau sur la toile de l'histoire. Et la fin de la première partie est tout simplement superbe.

Oeuvre extrêmement touchante, je n'ai cependant pas tout compris... et ça j'aime, ça montre qu'il y a matière à se poser des questions, à chercher, à comprendre.

Je doute qu'il soit possible de donner envie de lire "Attends" avec un avis, même approfondi. Et on peut malheureusement passer complètement à côté. Mais pour ma part, je trouve cet album superbe.