45 976 Avis BD |19 906 Albums BD | 7 826 séries BD
Accueil
Tome 8 : Les Taureaux de Colchide
 

Atalante, tome 8 : Les Taureaux de Colchide

 
 

Résumé

Atalante, tome 8 : Les Taureaux de ColchideAfin d'acceder au résumé de Atalante, tome 8 : Les Taureaux de Colchide, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Atalante, tome 8 : Les Taureaux de ColchideJe suis assez déçu de cet album. En effet, on se rapproche du but, à savoir la Toison d’Or, et le rythme devrait donc aller en s’accélérant, et pourtant, j’ai une grande impression de vide. Un vide que l’on tente vainement de masquer par des actions dans tous les sens, faisant intervenir plusieurs personnages, quêtes et sous-quêtes, et finalement, on ne sait plus bien sur quoi se fixer.

A tel point d’ailleurs que l’on ne sait plus très bien à ce stade, si Atalante est vraiment l’héroïne de cette histoire. Elle laisse un temps la place de personnage principal à Jason et Héraclès, qui doivent dompter les deux aurochs aux sabots d’airain, qui terrorisent la région. Et même si elle fait une apparition, on sent bien qu’elle vient clôturer une petite quête qui n’a pas été menée par elle. Entre deux, elle aura été emprisonnée, la laissant loin de toute action, et on aura eu le droit à tout un développement mettant en scène le Griffon et le dragon gardien de la Toison pour venir en aide à l’Argos… Les vignettes sont de plus en plus grandes, comme pour occuper la place laissée vacante par un scénario que l’on a du mal à déterminer s’il a été lancé ou non, faute de véritable leader. On sent que l’on s’éparpille à droite et à gauche et la trame mythologique, qui a fait les beaux jours de la série lorsqu’elle était pleinement exploitée, semble ici être mise en sourdine. Aussi, après les fameux aurochs aux sabots d’airain, on nous introduit une armée de glaise… mais comme ni l’un ni l’autre ne repose sur un rappel de leur origine mythologique, on a l’impression d’une surenchère de figures qui font vaguement antiques mais qui ont du mal à gagner leur légitimité.

Visuellement, ça reste du très grand spectacle, même si on aurait apprécié des couleurs un peu moins tranchées et un peu plus de mesure dans certains effets visuels.

On a l’impression qu’ici tout va trop vite pour au final ne pas présenter grand-chose, et son se perd dans un scénario qui multiplie des détails sans importance au détriment d’une trame générale que l’on perd un peu de vue, même si elle est rappelée un peu vaguement… tout comme d’ailleurs cette femme blonde que l’on entr’aperçoit en certaines occasion et qui doit s’appeler Atalante.


Chronique rédigée par gdev le 21/12/2015
 
 
Statistiques posteur :
  • 3100 (74,30 %)
  • 335 (8,03 %)
  • 737 (17,67 %)
  • Total : 4172 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 2,50 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 2,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 9,90
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 2.25
Dépôt légal : Novembre 2015

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Atalante, tome 8 : Les Taureaux de Colchide, lui attribuant une note moyenne de 2,25/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

6 12 2018
   

Toujours pas convaincu par cette aventure. Atalante est encore aux abonnés absents, elle n’intervient que pour le final de l’histoire, pourtant la série porte son nom. On sent aussi que le personnage est finalement gênant, qu’on ne sait plus trop à quoi et comment elle pourrait servir le récit. Mis à part ça le reste se lit, mais sans grande envergure. Le scénario est plutôt vide, on sent que ça meuble pas mal, et on ne sait plus trop qui fait quoi mais surtout pourquoi. Ça fait déjà quelques tomes qu’on fait vivre de petites aventures à nos héros , et qu’on a perdu la trame principale.

Bref, je rejoins Gdev sur le scénario mais je ne le rejoins pas sur le dessin. Je le trouve moche, du copier/coller de Crisse sans en être, les cases sont grandes et ça manque de détails ce qui accentue l’impression de vide. Bien sûr les couleurs criardes informatisées n’arrangent rien du tout…