45 718 Avis BD |19 788 Albums BD | 7 803 séries BD
Accueil
Tome 6 : Le Labyrinthe d'Hadès
 

Atalante, tome 6 : Le Labyrinthe d'Hadès

 
 

Résumé

Atalante, tome 6 : Le Labyrinthe d'HadèsAfin d'acceder au résumé de Atalante, tome 6 : Le Labyrinthe d'Hadès, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Atalante, tome 6 : Le Labyrinthe d'HadèsEt voici donc une nouvelle aventure d’Atalante et des Argonautes. Après une introduction peu compréhensible, si ce n’est qu’elle nous apprend que Jason et sa troupe se rapprochent de la Toison d’Or, voici un flash back qui lance cette nouvelle intrigue, laquelle semble vouée à s’étirer sur plusieurs albums. L’expérience montre que le format diptyque donne de meilleurs résultats que les one-shot dans cette série : c’est donc de bon augure.

Dans cette histoire, les Argonautes échouent sur une île peuplée de mort-vivants. Au cours d’un combat contre ces méchants, Raksos, un compagnon, est mordu. Il va donc se transformer lui aussi en mort vivant, à moins qu’Hadès ne lui accorde sa grâce. Mais pour trouver Hadès, il faut aller aux enfers, et pour aller aux enfers, il faut en trouver la porte. Voici donc Atalante, Maléagre et Orphée qui se dirigent vers cette porte… On sent, dès ce début d’album, une volonté de renouvellement du scénariste : Jason devient plus dur, envisageant même d’occire son compagnon malade (ce qui tranche assez avec le personnage au grand cœur aperçu jusque là, n’hésitant pas à se mettre en danger pour sauver Calais et Zetes) ; et surtout, pour une fois, ce n’est pas Héraclès qui accompagnera Atalante dans ses aventures. Cette fois-ci, ce sont Maléagre et Orphée qui s’y collent : je vois également ce choix d’un bon œil, cela permet un peu de sortir du schéma qui était devenu classique dans la série.

La narration est toujours aussi agréable pour un tome de cette série très grand public. Je note que l’humour, toujours bien présent, est peut-être un peu moins lourd que dans les tomes précédents. De même, les références à la mythologie grecque sont abordées avec une certaine finesse. Ici, on nous parle de Cerbère, là, le mot Tartare est mentionné et encore là, Perséphone glisse qu’elle n’est autorisée à sortir qu’une fois l’an. Outre toute la mythologie de la mort, il y a donc d’autres éléments qui sont abordés : pour celui qui connaît un peu et qui sait que les Grecs expliquaient le rythme de saisons par les sorties/rentrées de Perséphone aux enfers, ces fines allusions sont appréciables. Pour les plus jeunes, qui font également partie de la cible, je ne suis pas sûr que tous aient le bagage suffisant pour comprendre toutes les références glissées ici ou là. C’est donc plus fin et j’ai apprécié, même si un petit rappel mythologique en fin d’ouvrage ne me semblerait pas superflu.

La descente aux enfers d’Atalante et de se amis est rythmée, toujours dans ce style assez divertissant qui fait selon moi le succès de la série. Mais au final, le scénariste nous en dit bien peu, comme il est attendu maintenant dans le premier tome d’un cycle. On reste un peu sur notre fin et les combats contre les morts vivants (dans un style très différent de "Walking Dead") peuvent sembler répétitifs. Mais j’ai finalement bien accroché à cette histoire que j’attendais : les histoires autour des mythologies passent obligatoirement par la visite du pays des morts.

Au niveau du dessin, on notera une grande nouveauté : Crisse laisse sa place à Grey ! Ce dernier présente un style assez proche de ce que peut faire Crisse : un style toujours jovial, toujours rond, toujours lumineux et pétant de couleurs. Il fait tellement du Crisse que Jason en vient à ressembler à Dragan, le héros de "Kookaburra". Attention toutefois aux visages, que ce nouveaux dessinateur a du mal à dissocier : Méléagre n’est ni plus ni moins qu’un Orphée à peine plus épais et surtout, Perséphone ressemble comme deux gouttes d’eau à Atalante. L’effet est particulièrement troublant en quelques vignettes du récit : on se demande qui dit quoi…

Ce tome annonce donc efficacement un nouveau cycle, qui reste bien dans l’esprit de la série, tant scénaristique (avec toutefois un humour opportunément moins appuyé) que graphique (le changement de dessinateur passant presqu’inaperçu). Ceux qui apprécient le style Crisse s'y retrouveront, et les autres n'en arriveront certainement jamais à lire ce sixième opus.


Chronique rédigée par gdev le 07/12/2013
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de gdevReflet de l'avatar de gdev
Statistiques posteur :
  • 3051 (74,85 %)
  • 287 (7,04 %)
  • 738 (18,11 %)
  • Total : 4076 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 10,36
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.25
Dépôt légal : Novembre 2013

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Atalante, tome 6 : Le Labyrinthe d'Hadès, lui attribuant une note moyenne de 3,25/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

20 7 2018
   

Je mets encore 3/5 à celui-ci parce que, pour une fois j'ai trouvé l'histoire plus intéressante que d'habitude. Jason et Atalante sont pris au piège sur une plage alors que leur bateau à fait naufrage et les voilà en proie à une horde de mort-vivants qui ne demande qu'à mordre toute la bande de façon à les transformer en zombies. Oui, ça ressemble à Walking dead, et c'est certainement pour ça que j'ai trouvé ça plus lisible que d'habitude.
S'en suit quelques passages rythmés: la traversé du labyrinthe, la descentes aux "enfers", le Styx...
Si cette histoire m'a bien plu, je me suis vite dit qu'il y avait quelque chose de changé. De loin ça ressemble à du Crisse, mais de près plus du tout. La tête des personnages sont très moches, particulièrement celle d'Atalante, que j'ai eu du mal à reconnaitre. les couleurs prennent le pas sur le dessin, est je m'aperçois vite qu'il manque beaucoup d'arrières plans. On le voit nettement sur les doubles pages, qui paraissent du coup assez vides...

Le changement de dessinateurs, pour une raison que j'ignore, n'est pas une bonne idée selon moi. J'ai peur que ça fasse comme "Kookaburra" où Crisse à passer la main et où la série est devenue bien médiocre.