46 533 Avis BD |20 176 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 23 : Obélix et compagnie
 

Asterix, tome 23 : Obélix et compagnie

 
 

Résumé

Asterix, tome 23 : Obélix et compagnieAfin d'acceder au résumé de Asterix, tome 23 : Obélix et compagnie, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Asterix, tome 23 : Obélix et compagnieEncore un très bon album ...
Cette fois, c'est une critique très drôle du capitalisme qui nous est servie par Goscinny.

Ces anachronismes collent tout à fait aux aventures de nos deux Gaulois et donnent lieu à des jeux de mots et des situations hilarantes ...
L'économie de marché, l'offre et la demande, la publicité, les énarques, les hommes d'affaires enfermés dans leur tour de verre ... tout ce beau monde en prend pour son grade.
Un grand moment de l'album : le laisser-aller des troupes romaines, j'adore !
Le dessin est toujours somptueux ...

Bref, ça y'en a être un bon album...


Chronique rédigée par david le 24/10/2005
 
 
Statistiques posteur :
  • 559 (44,51 %)
  • 290 (23,09 %)
  • 407 (32,40 %)
  • Total : 1256 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 9,49 9,49 9,49
Acheter d'occasion : 5,00
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.17
Dépôt légal : Avril 1976

Avis des lecteurs

9 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Asterix, tome 23 : Obélix et compagnie, lui attribuant une note moyenne de 4,17/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

10 9 2013
   

Celui-là je l'aimais bien quand j'étais gamin, la sentinelle du camp romain ("Eh les cocos, y a un aut' rigolo !") et les nouveaux costumes "de luxe" que les gaulois se mettent à porter, m'avaient particulièrement marqués. Et aujourd'hui il est toujours aussi bien.
Goscinny nous fait un excellent condensé du monde des affaires, de la loi de l'offre et de la demande, de la concurrence, de l'inflation, de la création artificielle d'un besoin pour booster les ventes, de l'économie mondiale et de ses répercutions d'un bout à l'autre de la planète...etc. On voit bien aussi comment une société (ici notre village) évolue autour d'une spécialité (ici les menhirs) qui la fait se développer par le commerce. Comment ce commerce crée d'autres "spécialités" qui deviennent nécessaires (les chasseurs de sangliers, les couturières,..). Un petit condensé, très humoristique, de l'évolution de la société humaine.
Un indispensable donc, avec un Uderzo dans une excellente forme.
On découvre aussi de nouveaux habitants du village. Même si ce n'est qu'épisodique c'est dommage qu'Uderzo crée à chaque fois de nouvelles physionomies au lieu d'essayer de réutiliser des "gueules" déjà aperçues. Par contre il réutilise (enfin !) les mêmes personnages comme porteurs de chef ! (ceux apparus dans "le cadeau de César"). Ca c'est bien.
Pas mal de caricatures aussi dans cet album : Un enième Pierre Tchernia en soldat ivrogne porté par les autocaricatures des auteurs, et l'apparition de Laurel et Hardy.
Et je trouve que le personnage de Saugrenus a un visage très Chiraquien. Mais je ne sais pas si c'est volontaire.
résumons tout ça par : Le tome 23 est un bon cru.
Une petite erreur à signaler cependant : Obélix est seul à fêter son anniversaire alors qu'Uderzo contredira ce fait en 1994 avec un mini récit paru dans l'album "la rentrée gauloise" dans lequel nous apprenons qu'il est né le même jour qu' Astérix !

3 9 2013
   

Cet album est excellent dans sa caricature de la spéculation économique et du langage boursier. Goscinny se moque avec malice de ce monde impitoyable où l'offre et la demande sont au coeur du récit, en faisant bien ressortir la prétention du langage d'affaires ("on se rappelle et on déjeune"...), ridiculisé aussi par le langage petit nègre utilisé par Saugrenus ; sans oublier l'aspect voyant et ostentatoire des habits que portent Obélix et ses concurrents. Le plus drôle, c'est que comme le dit Panoramix, on ne sait toujours pas à quoi peut bien servir un menhir.

Uderzo, en grande forme, caricature un Jacques Chirac jeune en Caius Saugrenus, mais il a toujours affirmé ne pas se reconnaître dans ce portrait de néarque affamé. Il est aussi très bon dans de nombreux gros plans de visages pages 9, 13, 20, 25, 27 ou 35, technique qu'il va de plus en plus utiliser, ce qui est la marque d'une grande maîtrise graphique. Un clin d'oeil amusant : page 6, il se caricature lui et Goscinny entrain de porter un légionnaire aviné qui n'est autre que leur ami Tchernia.

frederic :Une BD décevante... Note de l'album : 2,00
Avatar de Reflet de l'avatar de
14 5 2011
   

S'il est vrai que nous avons là un bon album de la serie , je n'y ai pas accroché ... peut etre à cause de l'impression d'avoir affaire à un manuel d'économie illustré , plutot qu'à une b.d ... du coup , tous les scenes et dialogues entre persos tournent à la demonstration CQFD ( avec l'interjection Eh ? ... ) ...à la limite les persos aussi ... bien qu'il faut l'avouer , trés bien ècrit et mise en scène . ça reste l'un des très bons . Certes , il y a des passages plus personnels comme l anniversaire d'obelix ... rendus cependant caduque par Uderzo lui-même qui nous avouera plus tard qu'en fait , asterix est né le meme jour ! ... problèmatique . Si on ne sait toujours pas à quoi sert un menhir ... on ne sait toujours pas non plus comment la carriere d obelix a pu en sortir autant ... on fait aussi la connaissance dans le village de persos au physique atypique qu'on avait pourtant pas remarqué avant ...

29 11 2010
   

Sorte de successeur au tome 17, cet album est l'ultime chef d'oeuvre de la série, assez symbolique puisqu'il s'agit du dernier paru avant la mort de Goscinny.
De nouveau, l'histoire se passe au village et dans les camps peuplés de romains désabusés. De nouveau, le sujet traite de l'économie, avec une subtilité rarement atteinte auparavant. En 1977, Goscinny nous parle de spéculation, de publicité et de faux besoins, avec ces menhirs qui se vendent par millier alors qu'ils n'ont pas la moindre utilité.
Ce romain, que l'on dirait issu d'une grande école de commerce, est l'élément central de l'histoire. La scène durant laquelle il explique à un César médusé les rouages de la finance et de la spéculation est un pure moment de bonheur. Autant d'ailleurs que les échanges avec Obelix.
Cet album n'a eu cesse de me faire rire. L'idée des romains qui attendent la relève est si simple, et poutant si bien représentée.

Obelix et Chgnie est rarement considéré comme un album majeur d'Astérix mais là, je serais incapable de dire pourquoi. Pour moi, l'un des 5 meilleurs

9 3 2010
   

Certainement un des chefs-d'oeuvre de Goscinny, avec un des scénarios les plus efficaces de la bande-dessinée. Non seulement avons-nous une satire réussie de l'économie de marché et de sa création de faux besoins, mais le portrait de la vanité nouveau riche qui s'empare du village est indépassable !

L'album aurait pu s'appeler les habits neufs d'Obélix... Ses rubans mauves et tout le reste ! Et ces petites romaines BCBG qui disent que les voisins en ont un, Menhir, et qu'ils en sont très contents... Et tout ça avec un rythme qui ne dérougit pas, comme un opéra bouffe.

On se plaît à rêver des albums qu'auraient encore pu faire Goscinny s'il avait traversé les années 80 !

14 12 2009
   

Un des meilleurs albums d'Astérix et d'Obélix.

Goscinny, nous offre une critique très drôle du capitalisme et de l'économie. C'est l'une des histoires les mieux écrites. Elle est extrêmement drôle, rempli de caricatures, de jeux de mots et de gags. Ce qui prouve le génie de Gosciny c'est que cet album reste une critique de la société et de l'économie du monde actuel, malgré qu'il a été écrit il y a plus de 30 ans.
Le dessin à ce stade de la série est parfaitement maîtrisé, c'est un régal pour les yeux. Uderzo était parfaitement en forme à ce moment de la série (alors que par la suite son dessin deviendra trop lisse, trop « parfait », trop robotisé).
Un des meilleurs albums de la série, un chef-d'œuvre.

5 10 2007
   

Avec ce 23ème album, Goscinny lance une critique assez forte sur l’économie, et surtout sur l’offre et la demande qu’il ridiculise avec les phrases simple (« Toi y’en a donner plus d’argent »).. cet album paraît en 1976 en plein moment de la crise pétrolière (le premier boom date de 1973). On a d’ailleurs droit a une belle apparition de jacques Chirac (alors premier ministre, mais plus pour très longtemps) dans le rôle de l’économiste Saugrenus.

Goscinny met en avant Obélix dans cet album (l’album porte son nom), mais pas forcement dans un rôle positif. Les autres villageois d’ailleurs jaloux du « succès » des menhirs de celui-ci, se lancent eux aussi dans la fabrication de ces objets. Goscinny aborde don aussi le thème de la concurrence (thème déjà abordé dans Le domaine des dieux), mais il ne laisse pas qu’au niveau du village et le rend mondial (la concurrence entre le menhir gaulois, romain, égyptien, …).

Goscinny parle aussi de la division des taches, car Obélix engage des gens pour chasser le sanglier et d’autres pour tailler des menhirs. Astérix est le seul dans l’histoire (avec Panoramix) à garder les pieds sur terre et voir le piège des romains. En cela, il nous montre qu’il est un véritable héros. Son amitié semble compromise avec Obélix, mais on aperçoit que notre héros sait que tout va rentrer dans l’ordre.

L’album est donc excellent. A noter qu’il commence par l’anniversaire d’Obélix qui, ici, le fête seul, alors que dans Astérix et Latraviata, nos deux héros seront nés le même jour.

8 3 2007
   

Avant-dernier album signé Goscinny, particulièrement en forme. Saugrenus, caricature de Jacques Chirac, jeune premier ministre de l’époque est un personnage particulièrement bien trouvé et jusqu’à présent jamais exploité : le "néarque". La nouvelle école d’affranchis fait clairement référence à l’ENA, d’où sort Jacques Chirac.
Goscinny s’amuse dans cet album à critiquer l’économie de marché et principalement les règles de l’offre et de la demande. Pour une fois, on a vraiment l’impression que le village gaulois pourrait succomber aux délices de l’argent. Montrer Obélix en homme le plus puissant du village, avec sa compagnie de menhirs, est une très bonne trouvaille. D’ailleurs, le faire-valoir semble avoir plus d’importance que le héros éponyme ; la preuve en est le titre de l’album. Astérix semble par moment, un spectateur passif du désordre provoqué par l’argent dans son village.
On signalera une très belle caricature d’un lancement publicitaire sur deux pages, ainsi que des portraits de Laurel et Hardy ou de l’inévitable Pierre Tchernia. A mon avis, le dernier grand album d’Astérix.

Tous les albums de la série
Album Avis Moyenne
Asterix, tome 1 : Asterix le gaulois 21 3.40
Asterix, tome 2 : La serpe d'Or 16 3.81
Asterix, tome 3 : Asterix et les Goths 15 3.57
Asterix, tome 4 : Astérix Gladiateur 13 4.15
Asterix, tome 5 : Le tour de Gaule d'Astérix 17 4.53
Asterix, tome 6 : Asterix et Cléopatre 15 4.43
Asterix, tome 7 : Le combat des chefs 14 3.93
Asterix, tome 8 : Astérix chez les Bretons 15 4.50
Asterix, tome 9 : Astérix et les Normands 12 3.96
Asterix, tome 10 : Astérix Légionnaire 16 4.59
Asterix, tome 11 : Le bouclier Arverne 11 4.50
Asterix, tome 12 : Astérix aux jeux Olympiques 11 3.55
Asterix, tome 13 : Astérix et le chaudron 12 3.46
Asterix, tome 14 : Asterix en Hispanie 11 4.14
Asterix, tome 15 : La Zizanie 10 4.50
Asterix, tome 16 : Asterix chez les Helvètes 15 4.17
Asterix, tome 17 : Le domaine des Dieux 11 3.91
Asterix, tome 18 : Les lauriers de César 13 4.35
Asterix, tome 19 : Le devin 9 3.67
Asterix, tome 20 : Astérix en Corse 18 4.64
Asterix, tome 21 : Le cadeau de César 11 3.73
Asterix, tome 22 : La grande traversée 7 3.79
Asterix, tome 23 : Obélix et compagnie 9 4.17
Asterix, tome 24 : Astérix chez les Belges 10 4.00
Asterix, tome 25 : Le grand fossé 12 3.29
Asterix, tome 26 : L'Odyssée d'Asterix 14 3.96
Asterix, tome 27 : Le fils d'Astérix 8 3.06
Asterix, tome 28 : Astérix chez Rahazade 8 3.38
Asterix, tome 29 : La rose et le glaive 7 3.57
Asterix, tome 30 : La Galère d'Obélix 19 2.16
Asterix, tome 31 : Astérix et Latraviata 21 2.07
Asterix, tome 32 : Astérix et la rentrée gauloise 9 3.17
Asterix, tome 33 : Le ciel lui tombe sur la tête 51 1.30
Asterix, tome 34 : L'anniversaire d'Astérix et d'Obélix 12 2.50
Asterix, tome 35 : Astérix chez les Pictes 14 3.00
Asterix, tome 36 : Le papyrus de César 6 3.42
Asterix, tome 37 : Astérix et la Transitalique 6 3.67
Asterix, tome 38 : La fille de Vercingétorix 4 2.00