46 533 Avis BD |20 176 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 18 : Les lauriers de César
 

Asterix, tome 18 : Les lauriers de César

 
 

Résumé

Asterix, tome 18 : Les lauriers de CésarAfin d'acceder au résumé de Asterix, tome 18 : Les lauriers de César, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Asterix, tome 18 : Les lauriers de CésarTrès bon tome.
J'ai adoré le pourquoi d'aller voler les lauriers de César.

Les dessins sont beaux, voire tres beaux.
L'Humour est présent à chaque page et le défi des gaulois est inimaginable.

Le scénario tient debout , tout va bien. Seul chose, n'embauchez jamais les gaulois comme cuisinier au risque de manger du savon de Marseille, BEUAH !!!!

Un très beau tome à posséder .


Chronique rédigée par Asceltis le 07/10/2002
 
 
Statistiques posteur :
  • 140 (98,59 %)
  • 1 (0,70 %)
  • 1 (0,70 %)
  • Total : 142 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 5,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 9,49 9,49 9,49
Acheter d'occasion : 5,97
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.35
Dépôt légal : Janvier 1972

Avis des lecteurs

13 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Asterix, tome 18 : Les lauriers de César, lui attribuant une note moyenne de 4,35/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

Agecanonix :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de AgecanonixReflet de l'avatar de Agecanonix
7 9 2013
   

Quand j'avais lu cet album à sa sortie en 1972, je ne l'aimais pas, ça n'accrochait pas, et puis en le relisant récemment, je me suis aperçu qu'il était finalement assez réussi, même si je considère que pour moi, il ne fait pas partie des meilleurs épisodes, peut-être à cause d'un prétexte léger pour envoyer les héros à la recherche d'une couronne de lauriers, suite à un pari d'ivrognes.

On recense de bons passages : d'abord, l'album s'ouvre par une image prodigieuse qui est une vue aérienne de Rome, à laquelle fait écho une image aussi prodigieuse au verso, celle de Lutèce telle qu'elle pouvait être en 50 av.J.C. Un très beau travail d'Uderzo.
On découvre ensuite Homéopatix, le frère parvenu et prétentieux de Bonemine, une pure caricature du Parisien détestant la province et ses habitants. On retrouve des plats étranges déjà entrevus dans Les Helvètes, ici des queues de castor aux framboises, et des sabots de boeuf à la crème. La plaidoirie d'Astérix est aussi un grand moment, ainsi que quelques scènes chez Quiquilfus.

Uderzo affirme encore son talent des décors somptueux, tels le palais de Jules César, la domus de Quiquilfus ou le cirque Maxime, c'est un grand dessinateur au coup de crayon habile. Tout ceci donne un album finalement très potable.

15 8 2013
   

Excellent ! Encore un album qu'il faut absolument posséder. J'ai juste eu une impression de baisse de rythme quand Astérix et Obélix se retrouvent chez Quiquilfus mais c'est peut-être dû à l'excellent commencement de cette aventure.
L'intro avec l'arrêt sur l'image et le flash-back est remarquable. Puis la scène chez le frère Lutécien de Bonemine. Obélix et Abraracourcix ivres et les "Farpaitement" entrés dans les expressions courantes. Que de scènes d'anthologie ! et ça continue avec le marché aux esclaves, les effets colorés de la cuisine d'Astérix, la prison du palais, le procès, le "concierge" du cirque Maxime... Non vraiment c'est un des meilleurs. J'allais lui mettre 4,5 à cause de mon impression de baisse de rythme mais en repensant à toutes ces scènes mémorables je ne peut que noter 5.
En plus on à la bonne surprise de voir Obélix avec les tresses défaites ! Et ça paye ! Il y a aussi une bonne petite caricature de Jean Richard en dompteur. Le commissaire Maigret de la télé qui a surtout dirigé le fameux cirque du même nom.
Le dessin de Uderzo est à un sommet de son art. De plus, cette excursion à Rome permet au dessinateur de nous montrer ses grands talents en dessins d'architectures antiques. Un grand maitre !
La série est vraiment dans une période faste depuis trois, quatre albums et ce tome 18 en est un fleuron.

15 11 2012
   

Peut être mon album préféré des aventures d'Astérix. Le scenario plein de malice et de personnages savoureux est tout simplement parfait et les dessins sont probablement les plus beaux de la série. Les gags irrésistibles s'enchaînent à un rythme effreiné tout au long de l'album. S'il n'y en avait qu'un à lire, préférez celui-ci !

FOLMOUSTACHE93 :Une BD culte ! Note de l'album : 5,00
Avatar de Reflet de l'avatar de
14 5 2011
   

Intriguê par les derniers commentaires élogieux de cet album , j'ai décidé de relire et gouter à nouveau aux fameux "Lauriers" ... Bien m'en fit ! .... un peu comme le met prodigieux prèparé par Asterix , je me suis replongé dans la bonne soupe gauloise ... et je ne cracherais pas dessus !!! ... ça m'a rappelé à quel point Asterix fut mythique , en son temps !
la mise scène astucieuse , l'étude de caractère des persos assez rèaliste -notemment la scène du beauf ! farpaitement , qu'on a l'impression de connaître - et tout qui s'enchaine , juste pour un ragout , et à cause d'un chef ivrogne !!!! ... c'est variè tant dans les thèmes que dans les ambiances , mine de rien ... et quelles répliques en finesse d'obé , truffant cet album ! trucculent ! ... j'étais passé à coté à l'époque ! Il y a aussi plusieurs niveaux de lecture ... bon , j'y retourne !!! Merci CoinBD !!!! je confirme : ACHETEZ LE ... ET SURTOUT RE RE RE RE LISEZ LE !!!! ....

frederic :Une BD culte ! Note de l'album : 5,00
Avatar de Reflet de l'avatar de
6 11 2010
   

Pour moi , tout simplement l'un des meilleurs de la série ! pourquoi ? cela tient surtout dans le sujet de base , qui pourrait se résumer à un défi idiot entre ivrognes ! ^^ oui , mais voilà : là où uderzo seul se serait contenté de faire comme Obélix le suggère ( allez dans le palais de César , tout démolir et prendre les lauriers ... ce qui n'aurait pas été ni bien fameux , ni bien interressant , vous en conviendrez ! Il n'y a qu'à voir ce qu'il a fait avec les derniers tomes pour s'en convaincre ...) , pour balancer une histoire vide , baclée et linéaire au possible ... avec Goscinny , on a le droit à des contournements , détournements , chemins de traverses ( il semble même qu'Asterix cherche absolument à faire les choses dans les règles , avec une idée fixe auquel il ne démord pas "trouver les lauriers" , un peu comme "trouver tragicomix" dans LEGIONNAIRE , ou "où est l'argent dans LE CHAUDRON ... pour mieux les digresser ! pour notre plus grand plaisir : il n'y a pas mieux dans les Asterix , ni plus jouissif , de pouvoir digresser en toute impunité ! ^^ )
Dés lors , tout un tas d'autres thèmes viennent se greffer ... ils sont du reste traités avec finesse . Un album subtile et mature . Avec son lot de scenes savoureuses , comme le met prodigieux que nos amis inventent ou la plaidoirie d'asterix contre lui-même , entre autres ! ^^ bien sur , la fin fait "très farce" , comme le pseudo sujet ! mais pour moi , c'est surtout prétexte pour évoquer nombreux sujets grave ( notemment l'exclavage ... ) avec légereté pour mieux en rire .

13 4 2009
   

L'un de mes favoris dans cette immense série.
De l'humour présent dans toutes les cases, des mots très bien placés... Pas une page ne se passe sans que j'ai le sourire aux lèvres, surtout en voyant les scènes entre Abracourcix et son beau-frère complètement hilarantes.
Ajouté à cela un scénario très original qui nous fait voyager de Lutèce à Rome, de la plus prodigieuse cité de l'Univers à la plus prodigieuse cité de l'Univers en passant par les marchés d'esclaves, les cachots du Cirque Maxime et les catacombes de Rome...
Le tout servi par un dessin certes classique pour Astérix, mais très réussi quand même (on s'habitue vite aux bonnes choses ;-)). Le fait que la majorité de l'histoire se passe à Rome permet à Uderzo de s'exprimer pleinement quant à la somptueuse architecture romaine.
Vraiment un concentré d'humour, d'Histoire... et de bons moments en perspective !
Et tout ça pourquoi ? Un ragoût parfumé aux lauriers de César ! Farpaitement ! :D

4 10 2007
   

Un tome un ton en dessous des autres (enfin à mon goût), nos deux gaulois partent à la recherche des lauriers de César, qui doivent servir à parfumer un ragoût qu’Abraracourcix servira à son insupportable beau frère (Goscinny nous dresse d’ailleurs l’archétype du parisien qui se croit supérieur). Le défi part d’un échange entre deux alcooliques (trois si on compte Obélix), mais il n’est plus question de revenir en arrière.

Nos héros se font alors engager comme esclave dans une maison (persuadés que c’est celle de César) et feront tout pour s’en faire renvoyer quand ils sauront où ils sont. On n’a pas de grandes bagarres, mais toute une série de scènes amusantes, dont par exemple celle du repas (faisant passer les gens par toutes les couleurs), la recherche des lauriers dans le palais de César (avec Obélix qui porte les légionnaires pour qu’il ne fasse pas de bruit en tombant par terre).

Goscinny tente une scène dramatique correspondant à son style : celle du procès d’Astérix et d’Obélix. Cependant, malgré toutes ses qualités humoristiques, ce n’est pas un album que j’affectionne (il fallait peut-être bien que ça arrive).

7 4 2007
   

Cet album permet à nos deux héros de retrouver Rome après leur passage mouvementé dans l’album Astérix gladiateur.
Cette fois, la situation de départ est originale, puisque Goscinny bouleverse un peu sa structure narrative ; il utilise le retour en arrière au début de l’album.
Astérix et Obélix sont déjà à Rome et le scénariste nous remémore les raisons de leurs présences ; c’est-à-dire le pari stupide d’Abraracourcix et de son beau-frère : récupérer la couronne de lauriers de César.
Chose amusante, le nom de César est pour la première fois en tête d’affiche de l’album (il le sera une autre fois dans l’album le cadeau de César), pourtant on ne le voit que très peu par rapport à d’autres histoires.
L’album est surtout intéressant pour sa description de l’Urbs. Uderzo fait un travail de reconstitution exemplaire, on ne peut que louer ses décors d’une précision remarquable. La description des mœurs est aussi savoureuse, la scène chez les riches romains avec le fils débauché est particulièrement drôle. On notera d’ailleurs les considérations finales des auteurs sur la décadence romaine : un point de vue original !
Enfin, au détour d’une planche, on pourra remarquer la caricature de Jean Richard en dresseur de fauves ou les nombreux jeux de mots qui font de cet album un très bon cru.

5 6 2006
   

Très bon !

Goscinny croque un superbe portrait du "beauf" de base, qui veut toujours être le plus riche, le plus beau, le mieux logé, le mieux habillé, qui a réussi socialement et qui aime le montrer etc ... On en connait tous des comme ça !!!!
On a aussi droit aux éternelles comparaisons entre Paris et la province ... comparaisons dont je ne me lasse pas pour tout avouer !
Le scénario en lui-même est extrêmement bien construit : aucun temps mort, beaucoup de gags très drôles, des situations cocasses.
Les premières pages de l'album, au niveau narratif, sont de purs chefs d'oeuvre ... vraiment inspiré sur ce coup le Goscinny.
Passons sur le dessin qui, comme à chaque fois, est exceptionnel.

On obtient donc avec tout ça un album aussi efficace que la recette d'Astérix pour se remettre des abus d'alcool ... c'est tout dire !!!!!!

6 11 2005
   

En voici une aventure mouvementée et culottée !

Le détail du dessin est très riche et abondant, on imagine aisément les lieux, les décors étant particulièrement détaillés. Ajoutée à de bons procédés scénariques, la mise en scène de nos deux compères gaulois fort astucieuse n'est pas sans rappeler le story bord d'un film : flash back (avec séquence "rembobinage" des précédentes planches), plans en contre-plongée, ou encore vue d'ensemble (Lutèce est criant de vérité), le lecteur devient spectateur !

On retrouve Astérix et Obélix hors dans une aventure riche en rebondissements et surprises, le rythme narratif est assez soutenu et on embarque facilement dans le délire aviné d'Abraracourcix. Ah ! ces gaulois ! incapables de bien se tenir et d'être raisonnables !!!

A travers nos irréductibles héros, Gosciny en profite pour se moquer ouvertement des ridicules querelles toujours actuelles Paris-province, ou devrais-je dire Lutèce-Province ! C'est tout bonnement un délice ! Les questions d'honneur du fait de l'orgueil mal placé (le vin rendant encore plus susceptible!) des deux "coqs" chers au coeur de Bonnemine, entrainent des conséquences ridicules pour notre plus grand plaisir...
il est vrai qu'aller provoquer César dans son palais n'est pas forcément chose utile lorsque déjà l'on vient du dernier village de Gaule lui résistant...!

Un vrai délire mais pas si loin de nous si l'on y regarde de plus près... ! FARPAITEMENT !

6 3 2004
   

Farpaitement ! Ca vaut le coup de lire ce livre !
J'aime l'atmosphère de ce livre, dans la Rome antique.
Ce n'est pas l'un des tous meilleurs Astérix, mais c'est quand même un très bon moment des Aventures de ce gaulois moustachu.
C'est un ouvrage de qualité par Toutatis, et les jeux de mots, mêlés aux circonstances les plus folles ou improbables (César défilant avec du fenouil, vous voyez ça ?) rendent ce Tome très agréable.
J'ai franchement ri à certaines allusions, et une fois de plus le couple Goscinny/Uderzo fonctionne à plein régime.
Je trouve aussi un intérêt de lecture pour l'Antiquité (la décadence romaine, l'architecture de Rome, les palais, ....) et pour les combats du cirque Maxime.
"Proxima fermata : Circo Maximo" annonce encore de nos jours la voix féminine à travers les hauts-parleurs du métro de Rome: on se trouve projeté en plein imaginaire.

20 2 2004
   

Bin je suis moins emballée par cet album. Certes je lui met 4, mais je le considère moins bon que "le Domaine des Dieux", par exemple. Et pourtant, force est de constater que l'histoire est bonne, le fait d'aller chercher les lauriers de César pour faire un ragoût, c'est quand même pas mal ! A côté de cela, il y a la bonne famille romaine, très sympa, la belle-famille, bref des personnages sympas et riches comme tout, une histoire rythmée, des graphismes beaux, etc etc...
Mais ça doit venir de l'histoire justement, elle m'a moins emballé que els autres, donc j'accroche un peu moins à cet album...
(mais attention, c'est apr rapport aux autres, car sinon je l'aime bien quand même)

Tous les albums de la série
Album Avis Moyenne
Asterix, tome 1 : Asterix le gaulois 21 3.40
Asterix, tome 2 : La serpe d'Or 16 3.81
Asterix, tome 3 : Asterix et les Goths 15 3.57
Asterix, tome 4 : Astérix Gladiateur 13 4.15
Asterix, tome 5 : Le tour de Gaule d'Astérix 17 4.53
Asterix, tome 6 : Asterix et Cléopatre 15 4.43
Asterix, tome 7 : Le combat des chefs 14 3.93
Asterix, tome 8 : Astérix chez les Bretons 15 4.50
Asterix, tome 9 : Astérix et les Normands 12 3.96
Asterix, tome 10 : Astérix Légionnaire 16 4.59
Asterix, tome 11 : Le bouclier Arverne 11 4.50
Asterix, tome 12 : Astérix aux jeux Olympiques 11 3.55
Asterix, tome 13 : Astérix et le chaudron 12 3.46
Asterix, tome 14 : Asterix en Hispanie 11 4.14
Asterix, tome 15 : La Zizanie 10 4.50
Asterix, tome 16 : Asterix chez les Helvètes 15 4.17
Asterix, tome 17 : Le domaine des Dieux 11 3.91
Asterix, tome 18 : Les lauriers de César 13 4.35
Asterix, tome 19 : Le devin 9 3.67
Asterix, tome 20 : Astérix en Corse 18 4.64
Asterix, tome 21 : Le cadeau de César 11 3.73
Asterix, tome 22 : La grande traversée 7 3.79
Asterix, tome 23 : Obélix et compagnie 9 4.17
Asterix, tome 24 : Astérix chez les Belges 10 4.00
Asterix, tome 25 : Le grand fossé 12 3.29
Asterix, tome 26 : L'Odyssée d'Asterix 14 3.96
Asterix, tome 27 : Le fils d'Astérix 8 3.06
Asterix, tome 28 : Astérix chez Rahazade 8 3.38
Asterix, tome 29 : La rose et le glaive 7 3.57
Asterix, tome 30 : La Galère d'Obélix 19 2.16
Asterix, tome 31 : Astérix et Latraviata 21 2.07
Asterix, tome 32 : Astérix et la rentrée gauloise 9 3.17
Asterix, tome 33 : Le ciel lui tombe sur la tête 51 1.30
Asterix, tome 34 : L'anniversaire d'Astérix et d'Obélix 12 2.50
Asterix, tome 35 : Astérix chez les Pictes 14 3.00
Asterix, tome 36 : Le papyrus de César 6 3.42
Asterix, tome 37 : Astérix et la Transitalique 6 3.67
Asterix, tome 38 : La fille de Vercingétorix 4 2.00