45 999 Avis BD |19 921 Albums BD | 7 830 séries BD
Accueil
Tome 30 : La Galère d'Obélix
 

Asterix, tome 30 : La Galère d'Obélix

 
 

Résumé

Asterix, tome 30 : La Galère d'ObélixAfin d'acceder au résumé de Asterix, tome 30 : La Galère d'Obélix, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Asterix, tome 30 : La Galère d'ObélixUderzo, à l'origine dessinateur , nous offre là de très beaux dessins magnifiquement colorés (c'est normal vous allez me dire il est dessinateur), mais aussi une histoire, sûre, très différente des autres Astérix, mais j'ai adoré. Le faît de voir ce bon gros (euh pardon enveloppé ) Obélix en enfant est un délice.

Lui qui en fait voir de toute les couleurs aux pauvres cuisiniers de la galère romaine qui nous fait passer un bon moment, mais aussi sa tristesse qui m'a émut.

Uderzo a fait preuve de beaucoup d'originalité pour ne pas trop s'inspirer des autres tomes, et c'est un régal .

Ce tome très différent des autres tomes m'a tout de même plut toutefois je ne pense pas que ce soit le plus mauvais, la traviata et le chaudron sont tout de même pour moi en dessous de celui-ci .


Chronique rédigée par Asceltis le 18/09/2002
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de AsceltisReflet de l'avatar de Asceltis
Statistiques posteur :
  • 140 (98,59 %)
  • 1 (0,70 %)
  • 1 (0,70 %)
  • Total : 142 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 9,45 9,45 9,45
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 2.16
Dépôt légal : Juillet 1996

Avis des lecteurs

19 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Asterix, tome 30 : La Galère d'Obélix, lui attribuant une note moyenne de 2,16/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

5 5 2018
   

Le scénario est maladroit avec un vol de la galère de César pas très logique et une histoire mal exploitée sur la prise de potion magique par Obélix. Dommage également que l'Atlantide soit abordée aussi rapidement, ce continent aurait mérité mieux que quelques pages d'un album. Bref, un album d'Astérix dans lequel on s'ennuie.

John Wayne :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de John WayneReflet de l'avatar de John Wayne
2 12 2014
   

Qu'adviendrait-il à Obélix si celui-ci buvait de la potion magique en grosse quantité ? Une question que beaucoup de lecteurs se posent sans doute, moi le premier. Et c'est à cela que tente de répondre Uderzo dans cet album.

Hélas le problème central de celui-ci est sa trame narrative. Uderzo débute l'aventure avec cet intéressant postulat, mais ne semble pas très bien quoi en faire à mesure que les pages défilent. Il ajoute à l'intrigue ce Spartakis et son équipage de renégats qui ont volés la galère de César, des personnages romains qui souhaitent la récupérer et il trouve même le temps de parler de l'Atlantide, dans un moment des plus surréalistes.

A dire la vérité, Uderzo semble vouloir mêler deux histoires à la fois, mais "Asterix" ne fonctionne pas selon des schémas narratifs complexes. Goscinny, tout grand scénariste qu'il était, n'utilisait que des modèles d'histoire très rudimentaire et étoffait l'ensemble avec ses personnages, son humour et de l'exotisme de carte postale lors des voyages. Ici l'histoire se veut plus complexe, mais ne va pas jusqu'au bout chose, ce qui nuit à l'épanouissement des personnages. De même, il ne s'agit ni véritablement d'un 'album-village' et ni d'un 'album-voyage'. Uderzo navigue à vu (sans mauvais jeu de mot de ma part) et offre une histoire au final assez anecdotique qui s'achève sur une invraisemblable conclusion qu'il n'est même pas en mesure d'expliquer.

Ceci dit, l'album est divertissant et agréable de bout en bout. Ça n'égale même pas le plus mauvais album de "Asterix" par Goscinny, mais sans que je ne sache trop pourquoi "La Galère d'Obélix" fait parti de ces albums auquel je reviens souvent. J'y aime le charme et l'atmosphère. De même si l'on peut regretter le manque de dialogues marquants, il n'en reste pas moins drôle. A cela, s'ajoute les superbes cases d'un Uderzo totalement maître de sa planche à dessin en ces années 90.

Ainsi "La Galère d'Obélix" n'est certainement pas un très bon album. Son histoire est peu mémorable et la façon dont elle est traitée peu décevoir certains, mais il ne s'agit pas moins d'une sympathique aventure du Gaulois. D'autant plus que si les prémisses de la déchéance de la série se font ressentir, nous sommes encore loin des horreurs des années 2000, je pense notamment à l'innommable "Anniversaire d'Astérix et Obélix".

Agecanonix :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de AgecanonixReflet de l'avatar de Agecanonix
7 10 2013
   

L'argument de départ n'est pas mal, c'était une idée à exploiter, mais les retournements sont trop soudains, le scénario n'est pas structuré, les péripéties s'empilent sans cohésion, l'esprit est plus enfantin, et il n'y a pas de fines allusions ou d'astuces verbales comme au temps de Goscinny. En gros, l'album est bancal, il ne sait pas trop où il va, alors Uderzo repêche des idées puisées dans les albums précédents, comme l'apparition de Falbala et celle d'une Cléopâtre plus sexy (mais trop fugaces). On retrouve aussi des plats romains étranges et dégoûtants (larves de sphinx confites dans du miel d'acacia, lombrics frits dans de l'huile de ricin, pis de génisse en ragoût).

Mais cet album n'est pas complètement à jeter, j'y ai relevé certes peu de gags (celui de la galère incendiée page 18 est assez drôle) ; un clin d'oeil à Spartacus et à sa révolte d'esclaves avec la caricature de Kirk Douglas et son équipage-microcosme de peuples antiques ; quelques belles images comme le palais de César qui ouvre l'album. Mais le plus surprenant, et en même temps le plus frustrant, c'est l'utilisation de l'Atlantide, une fascinante civilisation traitée à la va-vite en à peine 3 pages, qui aurait plutôt mérité un album entier.
Au vu de tout ça, assemblé de façon maladroite, l'album n'est pas indispensable, mais il n'est pas oubliable non plus. Peut mieux faire.

6 7 2010
   

Je viens de lire cet album après "La rose et le glaive" et "Astérix chez Rahazade". La qualité de ce titre reste dans la lignée des deux précédents (quoi que un peu moins bonne), c'est à dire un album moyen au scénario bancal mais avec un super dessin.

L'idée de faire apparaître Obélix en enfant n'est pas mauvaise même si on ne comprend pas pourquoi Panoramix a préparé deux marmites de potion magique et qu'il en laisse une tranquillement dans sa maison. Deuxième chose hallucinante, nos héros oublient une seconde fois une marmite de potion magique dans la cale d'un navire qu'ils laisserons aux pirates. Troisième idée loufoque : Atlantide. Quel est le rapport ? Qu'apporte cette île ? Je vais vous le dire : il n'y a aucun rapport avec l'histoire et cette île n'apporte rien au scénario. Pour conclure sur le scénario, j'ai été très déçu par la fin quand tout d'un coup Obélix redevient dans son état normal sans aucune raison, sans que le lecteur ne sache pourquoi ? Enfin si, le lecteur le sait : il fallait bien finir l'album en 48 pages...

Vous l'aurez compris, le scénario est léger. Il est plutôt destiné aux enfants. Par contre, je suis épaté par les talents de dessinateur d'Uderzo, ses dessins sont tout simplement magnifiques. Dommage qu'il n'ait pas su ou voulu collaborer avec un vrai scénariste digne de ce nom.

29 12 2009
   

J'ai lu cet album après mon frère qui s'est mis à acheter plein d'Asterix après l'avoir fini.

L'histoire m'a plu mais c'est un peu basique. Les dessins sont très jolis, bref, c'est correct. Mais pourquoi y a t-il cette atmosphère envoûtante, inexplicable, qui me permet de mettre 3,5? Sûrement le prestige d'Asterix par le passé.

Notre héros a bien changé, certes, mais j'ai trouvé la lecture agréable, avec des dessins très jolis!
À lire, c’est tout de même Astérix!

7 12 2009
   

Pour moi, cet album marque certainement une nouvelle période pour nos deux Gaulois. Depuis le départ de Goscinny, Uderzo avait essayé de maintenir une bonne qualité de scénario, avec plus ou moins de succès. L'odyssée était bien menée, je garde un bon souvenir de Rahazade et la rose et le glaive partait sur une bonne idée. Ici aussi, l'idée de départ n'est pas mauvaise : il est vrai que l'on se demande bien ce qui arriverait si Obélix reprenait de potion magique (et pas juste une goutte, comme dans Astérix et Cléopâtre). En revanche, à partir de là, ça part un peu dans un joyeux n'importe quoi, et finalement, je n'ai pas retrouvé l'esprit d'Astérix que je connaissais. Déjà, le fait que Panoramix fasse deux marmites de potion magique, le fait qu'il en oublie une sur un bateau, ainsi que son impuissance devant ce qui arrive à Obélix : tout nous fait dire que Pano se fait vraiment vieux et peut-être que la sénilité le gagne. Les jeux de mots ne sont pas légions et j'ai trouvé l'ensemble bien plat. Les enchaînements ne sont pas vraiment travaillés, on arrive sur l'Atlantide un peu facilement, le tout pour un retour en fanfare...Ce n'est pas vraiment bien. Là où les anciens Astérix pouvaient s'adresser à tout type de public, celui-ci ne ravira que les plus jeunes, car c'est avant tout une petite histoire enfantine qui nous est présentée.

6 12 2009
   

Une des premières histoires d’Astérix que j’ai lu étant petit, évidemment à l’époque j’avais trouvé ça génial. Aujourd'hui, après maintes relectures, je suis plus mitigé.
Le dessin n’a pas bougé, c’est sûr, même si certains décors ne sont pas très jolis (comme l’Atlantide ou ces océans vides tout au long de l’album, c'est lassant).
Au niveau de l’histoire certaines parties aurait pu être intéressantes (le vol de la galère, l'otage gaulois etc.), mais toute la partie fantastique (Obélix statufié puis rajeunit, l’Atlantide) est de trop, et on finit par se lasser et j'ai trouvé l’album médiocre.
Une note pas trop sévère parce que je suis nostalgique, sinon à oublier !

30 5 2007
   

Une bonne idée de départ (voir les effets de la potion magique sur Obélix) malheureusement mal exploité (en à peine 10 pages, Obélix redevient un enfant). Avec cet album commence le mauvais cycle pour Astérix, mais ce n’est pas encore le pire (le pire étant Le ciel lui tombe sur la tête). Certes Albert Uderzo est un bon dessinateur (son dessin est toujours aussi beau), mais ce n’est pas un excellent scénariste. La mort de Goscinny pouvait laisser craindre le pire, mais les cinq premiers albums signés Uderzo en solo (Le grand fossé, L’odyssée d’Astérix, Le fils d’Astérix, Astérix chez Rahazade, et La rose est le glaive) furent assez bons (différents d’un bon Goscinny, mais assez bon). Ici le scénario est plutôt mince, pour ne pas dire mauvais (et ce n’est pas la petite réapparition de Falabala, fort demandé par les lecteurs, qui changera quelque chose). Il n’en demeure pas moins qu’Uderzo nous montre la force de l’amitié qui unit nos héros (lisez, et voyez quelles sont les circonstances qui redonnent à Obélix son apparence normale). Un album que j’ai donc guère apprécié, et le comble, c’est qu’Uderzo fera pire.

A noter que, pour l’instant, cet album ne semble pas avoir subit de réédition qui marquerai l’apparition du numéro 30 sur sa tranche. Serait ce le signe d’un nombre de ventes limitées ?

18 2 2007
   

Pas besoin d'attendre les tous derniers tomes de la série pour avoir droit à de l'Astérix dévalorisé.
Ici, on erre entre le "pas bon du tout" et le "franchement mauvais": ça ne tinte plus, ça bruisse d'un bruit de tête vide: floc-floc.

Réunir dans la même galère (au sens propre) des représentants de peuples envahis par Rome, pourquoi pas ! Mais en faire cet amas de personnages simplistes, ce prétexte, c'est décevant. De même, faire boire à Obélix de la potion magique, ce n'est pas une mauvaise idée. Mais qu'en fait-on ? Il se fige puis retombe en enfance, comble du ridicule.
Les stratagèmes pour le faire sortir de son état pierreux ou de son infantilisme sont désolants: ce n'est qu'accumulation de sketches, sans grand intérêt, à l'humour incertain digne des meilleurs (pires ?) comiques troupiers.
Quant à l'arrivée à l'Atlantide, venue comme un cheveu sur la soupe, qu'apporte-elle vraiment ?

Non, sans Goscinny, les scénarios d'Uderzo ne valent plus grand chose, et celui-ci, encore assez inventif (la Galère de César, la potion, la caricature, ...) annonce un triste déclin.
Les idées sont mal exploitées, utilisées à contre courant ou à l'envers, les gags ou les situations respirent artificiellement, bref on s'ennuie ferme à la lecture: le pire indicateur qui soit !

Triste, désolant, loin des valeurs de la série, cet ouvrage est à oublier. Faites comme moi, laissez la poussière l’envahir, le gagner, et ne l'ouvrez plus jamais.

11 6 2006
   

C'est très bof mais je m'attendais à pire à vrai dire !

En fait, la première partie de l'histoire me semble correcte. Bon, c'est vrai qu'on peut se demander pourquoi Panoramix prépare comme par hasard deux marmites de potion, pourquoi Obélix attend cet album pour en boire, pourquoi Astérix demande ce qu'il se passerait si... Bref, les ficelles sont grossières mais pourquoi pas ?
En revanche, la deuxième partie en Atlantis ... aie aie aie !!!! c'est vraiment n'importe quoi ! ça ne sert à rien, on se demande pourquoi Panoramix connait les Atlantes (il a lu Platon ou quoi ?), c'est même laid je trouve !!!!
de plus, le clin d'oeil au Parc Astérix par le biais des dauphins me laisse un goût amer de publicité mal placée.
Pour moi, cet album sonne le début de la décadence d'Astérix ....

28 4 2006
   

Certes ce n'est pas le meilleur album mais il n'est pas si mauvais ! Y'a de bonnes idées, les esclaves qui s'échappent avec la galère de César qui veut absolument la récupérer c'est pas plus mauvais que certains autres... Et Obélix qui se transforme en granit ce n'est pas plus débile que la potion qui rend invincible par toutatis !!! Moi j'ai bien rigolé c'est pas mal. Je mets 4 en toute sincérité car ce n'est pas le meilleur non plus.

3 4 2006
   

Cet album d'asterix est le plus nul. Et de loin. Même le dernier en date "le ciel lui tombe sur la tête" n'a pas atteint ce degré de nullité. Pauvre Goscinny, la ou il est j'espére qu'il n'a pas vu ce qu'est devenue son oeuvre. Sinon m'est avis que ca doit le mettre en grand pétard.

Avec cet album Uderzo a prit le pari de faire rajeunir Obélix. Mais quel intérêt cela a t'il eu. Et d'un, personne n'y croit et de deux ca n'a strictement aucun intérêt. Mais je pense que avec cet album, il avait déja en tête le navrant dernier épisode que tout le monde je pense connait.

Voila comment faire tomber plus que bas une série qui jadis brillait au firmament de la Bd européenne.

13 11 2005
   

La galère !!!! C'est le cas de le dire tant j'ai lutté pour lire en entier cet Astérix au scénario quasi inexistant.

La façon dont s'enchaine l'histoire est poussive, il se passe pleins d'événements pour rien, les ficelles du scénario sont ENORMES... Les dialogues consternants... On dirait du "oui-oui" tant les mots utilisés sont compliqués (ou alors c'est un spectacle de guignol)...

Avec dans le rôle de Guignol, Astérix : "Ouh là là les enfants, je me demande bien ce qui deviendrai à Obélix s'il buvait à nouveau une marmitte de potion magique..."
Et dans la seconde qui suit : "Ah zut ! Obélix (Gnafron), il a tout bu la marmitte alors que c'était interdit. Ah là là, flûte alors ; mais comment qu'on va faire ?...".

Bon je suis méchant, mais ça donne un peu ça... Finalement, le pire, c'est qu'il n'y a rien de drôle dans cet album... Ca la fout mal pour cette série culte.

4 11 2005
   

la Galère d'Obélix ou comment mener ses lecteurs en bateau...

On aurait pu croire à une grande aventure d'Astérix et Obélix vers d'horizons lointains au regard de la couverture, ou encore à une intrigue haletante... au final, il n'en rien !

Certes ce qui arrive à Obélix est surprenant (et aussi un peu moralisateur : regardez-les-petits-zenfants-où-ça-peut-mener-la-gourmandise-et-la-désobéissance...!) mais en même temps, je dirais que, en définitive, voir Obélix déroger à la règle ultime de son personnage (à savoir qu'il ne doit jamais, au grand jamais, boire de potion magique puisque "tombé dans la marmite quand il était petit"), c'est un peu comme manger une bûche de Noël en plein mois de juillet : ce n'est plus le moment, et du coup on n'en retire aucun plaisir...

Pour ma part, je n'ai pas apprécié que soit remis en question ce que l'on tenait pour acquis depuis déjà 29 tomes...
Alors quoi ? il suffit d'un claquement de doigt pour que le petit univers que l'on maîtrise si bien soit totalement ébranlé ? et pourquoi pas Oldrafabétix vendeur de poissons frais ? et Assurancetoutrix harcelé par des groupies hystériques ???
Un peu de sérieux, voyons...
Il ne s'agit pas, sous prétexe de manque d'inspiration, de nous "sortir un lapin du chapeau" : une certaine cohérence avec les précédents volumes est un minimum ! Sinon, pourquoi la gourmandise d'Obélix ne lui aurait-elle pas joué ce mauvais tour dès les premiers albums...?

Mais, s'il n'y avait que celà ...
Le scénario s'enfonce rapidement dans un océan de rebondissements tous les plus grossiers les uns que les autres...
La traversée n'apporte rien à l'histoire ! (et en prime, on a droit à l'aller mais aussi au retour tout aussi ennuyeux l'un que l'autre...) : une bonne bagarre avec les pirates ? un échange de baffes avec les romains ? les deux en même temps ? ...
Que nenni, que nenni cher lecteur ! R.A.S. et c'est bien là le soucis...

Bien sûr, le dessin est très bon, et je n'ai pas l'intention d'y trouver à redire... et voir Obélix enfant, c'était plutôt sympa : celà aurait pu être effectivement une idée à développer...mais peut-être avec un scénario digne de ce nom, une autre histoire !

23 2 2004
   

Goscinny est mort et par cet album Uderzo vient de faire livrer une toupie de béton sur son cerceuil.

C'est archi nul, je sais, ce n'est pas constructif, mais que dire d'autre.

Il ne se passe rien, il ne me fait même pas sourire une seule fois.
L'histoire est archi saugrenue. Au secours.

Et pourtant Uderzo a su faire des scénarios corrects, jusqu'à la Rose et le Glaive.

27 10 2003
   

Aïe aïe aïe !
Mais que fait donc Uderzo ??
Pourquoi continuer ? Pourquoi ne pas rester sur une série culte, et vouloir encore et toujours aller plus loin ?? Je ne sais pas quelles sont ses motivations (qui sont certainement louables), mais on est bien loin des premiers Astérix, scénarisés par Goscinny (quoique même les premiers d'Uderzo tout seul étaient bien), les scénarioes sont moins aboutits. Chose plus grave : j'ai parfois eu du mal à retrouver l'esprit d'Astérix dans cet album, ce qui est assez alarmant...

A noter qu'il n'y a d'ailleurs pas qu'avec Astérix que ça fait comme ça, je pense en particulier à "Chick Bill"......

Stop ! Un truc qui m'a déplu par dessus tout, est le fait que, tout au long des albums, l'un des éléments récurents était que Obélix ne pouvait pas boire de potion magique "parce qu'il est tombé dans la marmite étant petit et blablabla et blablabla :D", et là, rien que le fait qu'il réussisse à en boire, je trouve ça bien dommage...
Nan, passez votre chemin, et retournez lire les autres albums d'"Asterix".

19 9 2002
   

Ouhla ! 20/20, mais il faut arrêter tout de suite ! Ou alors lire les autres albums (si, si, il y en a !)
"La galère d'Obélix" est bien loin des albums scénarisés par Goscinny; si Uderzo s'est bien débrouillé avec "Le grand fossé", ... jusqu'au fils d'Astérix, en revanche cet album a (pour ma part) sonné le glas de mes achats en matière d'Astérix.
Le dessin me semble moins bon que dans les précedents albums (en particulier la case mettant en scène l'Atlantide a une perspective ratée), l'histoire est franchement inintéressante, et l'humour, l'ironie, les références propres à la série et qui m'enchantaient tant se font vraiment absentes.
A dire vrai, j'ai du mal à considérer cet album -- qui s'est pourtant très bien vendu ! -- comme faisant partie de la série...
A éviter, sans aucun doute ! Lisez plutôt "Astérix chez les belges", il est excellent.

19 9 2002
   

mon dieu... comment Asterix a t il pu tomber si bas...
cet album est certainement un des plus mauvais de la serie.
ok, le dessin est de bonne facture (meme si on se serait bien passé de kirk douglas...)
mais l'histoire est tout simplement grotesque. Si asterix et latraviata n'exitait pas, je dirais que cet album est le pire de tous.
pompe à fric. Voilà tout ce qui me vient à l'esprit qd je lis cet album.
j'aurais aussi pu parler de foutage de gueule, mais bon..

Tous les albums de la série
Album Avis Moyenne
Asterix, tome 1 : Asterix le gaulois 21 3.40
Asterix, tome 2 : La serpe d'Or 16 3.81
Asterix, tome 3 : Asterix et les Goths 15 3.57
Asterix, tome 4 : Astérix Gladiateur 13 4.15
Asterix, tome 5 : Le tour de Gaule d'Astérix 17 4.53
Asterix, tome 6 : Asterix et Cléopatre 15 4.43
Asterix, tome 7 : Le combat des chefs 14 3.93
Asterix, tome 8 : Astérix chez les Bretons 15 4.50
Asterix, tome 9 : Astérix et les Normands 12 3.96
Asterix, tome 10 : Astérix Légionnaire 16 4.59
Asterix, tome 11 : Le bouclier Arverne 11 4.50
Asterix, tome 12 : Astérix aux jeux Olympiques 11 3.55
Asterix, tome 13 : Astérix et le chaudron 12 3.46
Asterix, tome 14 : Asterix en Hispanie 11 4.14
Asterix, tome 15 : La Zizanie 10 4.50
Asterix, tome 16 : Asterix chez les Helvètes 15 4.17
Asterix, tome 17 : Le domaine des Dieux 11 3.91
Asterix, tome 18 : Les lauriers de César 13 4.35
Asterix, tome 19 : Le devin 9 3.67
Asterix, tome 20 : Astérix en Corse 18 4.64
Asterix, tome 21 : Le cadeau de César 11 3.73
Asterix, tome 22 : La grande traversée 7 3.79
Asterix, tome 23 : Obélix et compagnie 9 4.17
Asterix, tome 24 : Astérix chez les Belges 10 4.00
Asterix, tome 25 : Le grand fossé 12 3.29
Asterix, tome 26 : L'Odyssée d'Asterix 14 3.96
Asterix, tome 27 : Le fils d'Astérix 8 3.06
Asterix, tome 28 : Astérix chez Rahazade 8 3.38
Asterix, tome 29 : La rose et le glaive 7 3.57
Asterix, tome 30 : La Galère d'Obélix 19 2.16
Asterix, tome 31 : Astérix et Latraviata 21 2.07
Asterix, tome 32 : Astérix et la rentrée gauloise 9 3.17
Asterix, tome 33 : Le ciel lui tombe sur la tête 51 1.30
Asterix, tome 34 : L'anniversaire d'Astérix et d'Obélix 12 2.50
Asterix, tome 35 : Astérix chez les Pictes 14 2.96
Asterix, tome 36 : Le papyrus de César 6 3.50
Asterix, tome 37 : Astérix et la Transitalique 4 3.75