46 566 Avis BD |20 199 Albums BD | 7 889 séries BD
Accueil
Tome 21 : Le cadeau de César
 

Asterix, tome 21 : Le cadeau de César

 
 

Résumé

Asterix, tome 21 : Le cadeau de CésarAfin d'acceder au résumé de Asterix, tome 21 : Le cadeau de César, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Asterix, tome 21 : Le cadeau de CésarC'est encore un excellent album de la série !

Situation originale puisque le petit village gaulois est chamboulé par l'arrivée de nouveaux venus, mais comme dit Agecanonix : "moi les étrangers ne me dérangent pas tant qu'ils restent chez eux".:D
Orthépédix (ou plus exactement, sa femme) veut devenir chef de ce village qui est censé leur appartenir, ce qui donne lieu à quelques situations cocasses. Pour s'attirer les bonnes grâces des villageois, ils achètent en quantité du poisson à Ordralfabétix, qu'ils s'empressent d'enterrer derrière la maison. Zaza (leur fille) chasse le sanglier et le romain avec Obélix, ce à quoi Bonnemine réplique en achetant des tas enclumes à Cétautomatix :D

Mais comme d'habitude, l'union fait la force, et ces querelles seront oubliées pour faire front commun quand les romains attaqueront le village.:D
Un bon album rempli de situations cocasses, mais aussi et surtout, de nouveaux personnages intéressants.


Chronique rédigée par sonia le 30/10/2003
 
 
Statistiques posteur :
  • 323 (65,92 %)
  • 2 (0,41 %)
  • 165 (33,67 %)
  • Total : 490 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,50 Note générale
  • Originalité : 5,00 Originalité
  • Scénario : 5,00 Scénario
  • Dessin : 5,00 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.73
Dépôt légal : Juillet 1974

Avis des lecteurs

11 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Asterix, tome 21 : Le cadeau de César, lui attribuant une note moyenne de 3,73/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

26 8 2014
   

Un très bon tome de nos chers Gaulois, une histoire assez cocasse...

Après 20 ans de bons et loyaux services envers César, les légionnaires romains se voient récompensés de terres un peu partout dans le monde romain. Certains ont la chance d'aller à Némasus (Nîmes), Arelates (Arles) ou encore à Sextiae (Aix), mais un autre ayant insulté César lors d'une beuverie, reçoit un cadeau empoisonné. César lui offre le petit village d'irréductibles Gaulois...

Après l'avoir fait passer dans les mains d'Orthopédix pour une chopine de vin, ce dernier va réclamer son dû aux Gaulois. Ceux-ci pouffent de rire à la vue de ce titre de propriété... Ce qui ne fait pas beaucoup rire la femme d'Orthopedix, Angine...

S'ensuit une lutte pour le pouvoir sur le village, et ce n'est qu'au terme d'une attaque romaine que les petits Gaulois vont faire front comme à leur habitude...

J'ai vraiment bien aimé ce tome. Les dessins sont toujours aussi réussis, rien à redire...

Un tout bon tome quoi...

Agecanonix :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de AgecanonixReflet de l'avatar de Agecanonix
22 9 2013
   

Ici, point de voyage (puisque tout se déroule au village), peu de calembours et de jeux de mots, mais un argument bien trouvé qui permet à Goscinny d'exploiter un thème de notre époque : les promesses électorales non tenues par les candidats, une campagne, un débat politique...avec une situation qui évolue de belle façon avec notamment les flagorneries assénées par Angine pour attirer des voix à son mari. Cette dernière est aussi un beau portrait de mégère, son contact glacial avec Bonemine (suggéré par une bulle adéquate) et la rivalité entre ces 2 femmes est excellente. La description des habitants qui se méfient des nouveaux arrivants est aussi très juste, et le caractère hostile d'Agecanonix envers les étrangers reflète celui de beaucoup de Français (je signale au passage que mon pseudo n'a pas été choisi selon ce critère).

On retrouve toujours quelques allusions subtiles de Goscinny : les salades de Nicae, les odeurs de poisson pourri et de graillon, les fouilles derrière la maison, et la plus belle avec l'hommage parodique de Cyrano et sa tirade dans le petit duel d'Astérix avec Roméomontaigus ; Goscinny reprendra cette formule d'allusion littéraire de façon plus longue et plus percutante dans Astérix chez les Belges.

Le trait d'Uderzo est ici plus épais, ce qui n'est pas plus mal ; il fait de Roméomontaigus en brute avinée, une des silhouettes les plus pittoresques de la série, et offre une belle image du village au bord de la mer page 10.
En somme, cet album ne fait pas partie des 5 ou 6 meilleurs, mais son excellent scénario et son point de départ astucieux lui permettent d'en être très proche.

2 9 2013
   

Pas le meilleur de la série bien qu'il amène une situation nouvelle et originale : de nouveaux habitants s'installent au village. l'occasion pour Goscinny de railler (d'excellente façon) les campagnes électorales, leurs coups bas et les divisions qu'elles provoquent.
Ce qui est particulièrement réussi, c'est le rôle des femmes qui prennent tout ça bien plus à coeur que leurs maris et qui manipulent ces gros benêts qui ne demanderaient rien de mieux que d'avoir la paix. L'antagonisme entre Bonemine et Angine (la nouvelle) est donc un des points forts de l'album. Dommage qu'à la fin elles fassent la paix si subitement et un peu contre toute logique.
C'est aussi l'occasion de (re)voir Obélix amoureux. Cet adorable gros timide est un coeur d'artichaut.
Mais même si ça reste un album plus qu'agréable à lire, il n'atteint pas le haut niveau d'humour, (situations, calembours, références au présent...) que Goscinny atteint souvent.
Le dessin d'Uderzo est toujours exemplaire mais la aussi, il tombe dans la facilité de supprimer totalement les décors de plusieurs cases. A comparer avec les albums précédents où les décors étaient toujours complets. Et il n'y a qu'a admirer la première page de cet album pour juger de ce qu'Uderzo peut faire en la matière.
Et hop ! les porteurs d'Abraracourcix ont encore changés ! Cela dit, ceux-ci ont un physiques moins banal que les précédents. seraient-ils appelés à revenir ?
Et puis Astérix sort son épée ! fait rare car ce n'est que la seconde fois.
Voilà. Un bon album certes, mais il y a eu de bien mieux.

Matthieubocopin :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de MatthieubocopinReflet de l'avatar de Matthieubocopin
15 11 2012
   

Un album sympathique et plaisant mais pas incontournable. L'idée de départ est plutôt bien vue mais peine à tenir sur la durée. L'humour est toujours au rendez-vous et les dessins toujours aussi bons. Pas mal...

FOLMOUSTACHE93 :Une BD décevante... Note de l'album : 2,50
Avatar de Reflet de l'avatar de
15 5 2011
   

Poursuivant ma lancée de la redécouverte d'asterix , grace à coinbd , je suis tombé sur celui-ci ... je ne sais plus qui disait qu'abraracourcix y semblait moins valorisé parce qu'aucun au village ne le soutenait au détriment d'un étranger , ou un truc du genre ... l'intéret de l'album réside justemment dans la venue de nouveaux persos qui viennent redynamiser un village et son économie .... qui aurait tendance à se replier sur soi sans cela . Ces persos ont le mérite de mettre en lumiére les caracteres des anciens , notemment le role important que jouent les épouses sur les responsabilités de leurs maris ...

20 4 2008
   

Un album qui ne figure pas parmi les plus connus de la série Astérix. Le scénario démarre pourtant sur une idée originale : César offre le village des irréductibles gaulois à un légionnaire ivrogne. Celui-ci au cours d’une beuverie donne le certificat à l’aubergiste Orthopédix, caricature du comédien Alerme. Orthopédix est bien décidé à conquérir ses droits, mais ayant atteint le village, il se rend vite compte qu’il a été floué. Sa femme le pousse donc à devenir chef contre Abraracourcix.
L’album se déroule donc pour l’essentiel au village gaulois. Goscinny s’amuse sur le thème de la politique : montrant une lutte « au couteau » entre Abraracourcix et Orthopédix, mais surtout entre leurs femmes respectives Bonemine et Angine.
Pendant ce temps-là, les deux héros Astérix et Obélix semblent plus spectateurs qu’acteurs dans cette histoire. On notera qu’une nouvelle fois Obélix est amoureux de la fille d’Orthopédix Coriza. C’est la deuxième fois qu’on retrouve cette situation après l’épisode Falbala dans Astérix légionnaire.
Au niveau des anecdotes, on notera quelques bonnes trouvailles. Agecanonix joue le xénophobe de service ; Goscinny s’amuse, sans doute, des critiques qu’il avait reçues à l’époque sur la prétendue hostilité aux étrangers des albums d’Astérix. Les références littéraires sont toujours bien senties, notamment celles faites à Rostand pour Cyrano ou à Dumas pour les Trois Mousquetaires. Elles se mélangent à des références plus pop culture comme celle faite à Zorro…
Au final, un album qui n’est pas parmi les meilleurs, mais qui est de bonne facture.

5 10 2007
   

Encore un très bon album.

Ce 21ème album commence à Rome, dans le cadre des légions de César. Celui-ci pour punir un légionnaire qui l’a insulté lui donne comme récompense le village des irréductibles. Le légionnaire va cependant échanger son titre de propriété contre un repas dans une auberge. Le propriétaire, avec sa femme et sa fille, se rendent alors en Armorique pour prendre possession de leur biens.

L’album est très drôle. Très vite les deux femmes (Bonnemine et Angine) deviennent assez vite rivales. La deuxième va alors pousser son mari à devenir chef du village. De nouvelles élections se profilent à l’horizon et va diviser le village pourtant uni. Cette situation se retrouvera un peu identique dans le Spirou de Tome et Janry : Le rayon noir, quand certains villageois décident de présenter eux aussi un candidat.

Cet album traite d’ailleurs aussi du racisme avec le personnage d’Agecanonix. Il aime bien les étrangers quand ils sont chez eux. Heureusement sur ce point tout finit bien à la fin. En ce qui concerne la lutte électorale, l’album dresse de très bon gags, et provoque une nouvelle dispute entre Astérix et Obélix. La scène la plus drole des élections est sans nul doute celle du débat avec Assurancetourix comme arbitre.

L’album multiplie aussi les références, que se soit au passé de la série (Obélix retombe amoureux) ou à Zorro (avec le Z que fait Astérix sur le légionnaire Roméomontaigus, que Zaza interprète comme « Z comme Zaza »). C’est donc un album que j’ai beaucoup aimé.

7 6 2006
   

Un album bien rigolo !

tout se passe en huis-clos dans le village ... on a affaire à une querelle politique entre deux candidats à la prés... euh .. au poste de chef du village. C'est donc un thème qui ne touche que de très loin notre société actuelle ! lol
Les situations sont drôles et le point d'orgue de cet album est le débat démocratique entre Abraracourcix et Orthopédix, qui ne manque pas de charme et de drôlerie.
Le dessin, comme toujours, est superbe. A noter que c'est un des rares épisodes où Astérix se bat à l'épée (d'ailleurs, c'est un autre très bon moment de l'album.

Bref, comme le reste de la série : indispensable !

4 4 2006
   

Bon album que celui la. C'est pas mon préféré, mais il tient toutes ses promesses. Le dessin de Uderzo est clair, concis, efficace. Le scénario de Goscinny apporte quand à lui son lot de petites surprises.

Des nouveaux arrivants dans le petit village gaulois, Obelix qui tombe encore une fois amoureux.... Mais tout rentre dans l'ordre au final avec le banquet traditionnel sous les étoiles.

Le tout se lisant et se relisant avec un grand plaisir à chaque fois. Dans ces conditions, pourquoi se priver.

8 11 2005
   

Il semble que les querelles de pouvoirs aient toujours déchainé les passion, même à l'époque d'Astérix; et la critique n'est pas loin de se faire dithyrambique sous les plumes aiguisées de Gosciny et d'Uderzo !

Décidément les femmes sont toujours la cause des plus grands désaccords, et lorsqu'elles n'en sont pas directement l'objet, force est de constater qu'elles savent parfaitement envenimer les débats !
A l'instar de Bonnemine et de sa grande rivale, elles savent se montrer manipulatrices et intrigantes, usant de tous les stratagèmes (jusqu'à leur beauté telle Coriza, parfaite adolescente boudeuse et capricieuse); mais aussi ambitieuses pour deux, à comprendre elles-mêmes et leur "dégonflé" de mari !!! A en croire nos auteurs, la gent féminine serait particulièrement douée du fait de toutes ces "qualités" pour diriger une campagne électorale... de quoi faire grincer quelques dents chez les féministes dénuées d'humour...!

Quant à ces messieurs, ils ne sont, ma foi, pas en reste : entre l'alcoolique, au nez particulièrement vérollé, prêt à tout vendre pour un verre de plus, le poltron qui ne veut jamais hausser la voix au grand désarrois de son épouse (qui elle, en revanche, aurait de la voix pour deux!), et les nombrilistes, ils ont tous un point commun : ils sont tous susceptibles ! - bien pires que ces dames par ailleurs!

Le conflit qui divise tant le village risque même de causer la fin de la résistance de nos irréductibles gaulois, tant accaparés par cette guerre de pouvoir, qu'ils en oublieraient qu'il existe un réel envahisseur, autrement plus important que cette famille d'étrangers qui vient de s'installer !

A bien analyser ce tome, le scénario se révèle extrèmement riche et perspicace, appuyé par un humour désopillant, et des jeux de mots tous plus hilarants les uns que les autres, la critique de notre société est superbement bien menée! Bagarres politiques, racisme, sexisme... : rien ne manque!

C'est du pur régal ! et (malheureusement) toujours autant d'actualité !

Tous les albums de la série
Album Avis Moyenne
Asterix, tome 1 : Asterix le gaulois 21 3.40
Asterix, tome 2 : La serpe d'Or 16 3.81
Asterix, tome 3 : Asterix et les Goths 15 3.57
Asterix, tome 4 : Astérix Gladiateur 13 4.15
Asterix, tome 5 : Le tour de Gaule d'Astérix 17 4.53
Asterix, tome 6 : Asterix et Cléopatre 15 4.43
Asterix, tome 7 : Le combat des chefs 14 3.93
Asterix, tome 8 : Astérix chez les Bretons 15 4.50
Asterix, tome 9 : Astérix et les Normands 12 3.96
Asterix, tome 10 : Astérix Légionnaire 16 4.59
Asterix, tome 11 : Le bouclier Arverne 11 4.50
Asterix, tome 12 : Astérix aux jeux Olympiques 11 3.55
Asterix, tome 13 : Astérix et le chaudron 12 3.46
Asterix, tome 14 : Asterix en Hispanie 11 4.14
Asterix, tome 15 : La Zizanie 10 4.50
Asterix, tome 16 : Asterix chez les Helvètes 15 4.17
Asterix, tome 17 : Le domaine des Dieux 11 3.91
Asterix, tome 18 : Les lauriers de César 13 4.35
Asterix, tome 19 : Le devin 9 3.67
Asterix, tome 20 : Astérix en Corse 18 4.64
Asterix, tome 21 : Le cadeau de César 11 3.73
Asterix, tome 22 : La grande traversée 7 3.79
Asterix, tome 23 : Obélix et compagnie 9 4.17
Asterix, tome 24 : Astérix chez les Belges 10 4.00
Asterix, tome 25 : Le grand fossé 12 3.29
Asterix, tome 26 : L'Odyssée d'Asterix 14 3.96
Asterix, tome 27 : Le fils d'Astérix 8 3.06
Asterix, tome 28 : Astérix chez Rahazade 8 3.38
Asterix, tome 29 : La rose et le glaive 7 3.57
Asterix, tome 30 : La Galère d'Obélix 19 2.16
Asterix, tome 31 : Astérix et Latraviata 21 2.07
Asterix, tome 32 : Astérix et la rentrée gauloise 9 3.17
Asterix, tome 33 : Le ciel lui tombe sur la tête 51 1.30
Asterix, tome 34 : L'anniversaire d'Astérix et d'Obélix 12 2.50
Asterix, tome 35 : Astérix chez les Pictes 14 3.00
Asterix, tome 36 : Le papyrus de César 6 3.42
Asterix, tome 37 : Astérix et la Transitalique 6 3.67
Asterix, tome 38 : La fille de Vercingétorix 4 2.00