46 533 Avis BD |20 176 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 26 : L'Odyssée d'Asterix
 

Asterix, tome 26 : L'Odyssée d'Asterix

 
 

Résumé

Asterix, tome 26 : L'Odyssée d'AsterixAfin d'acceder au résumé de Asterix, tome 26 : L'Odyssée d'Asterix, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Asterix, tome 26 : L'Odyssée d'AsterixSecond tome d'Uderzo seul et un bon tome dans la lignée de ceux fait en duo.

Au point de vue du dessin tout est beau et l'histoire est bien construite et assez passionante. Les allusions faites aux films de James Bond ou encore Mission Impossible sont irresistibles.

Comme vous vous en doutez l'humour est présent avec plus ou moins de réussite. Le scenar est bien on ne s'ennuie pas pour notre plus grand plaisir.
Un tome agréable.


Chronique rédigée par Asceltis le 30/10/2002
 
 
Statistiques posteur :
  • 140 (98,59 %)
  • 1 (0,70 %)
  • 1 (0,70 %)
  • Total : 142 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 9,49 9,49 9,49
Acheter d'occasion : 1,65
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.96
Dépôt légal : Octobre 1981

Avis des lecteurs

14 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Asterix, tome 26 : L'Odyssée d'Asterix, lui attribuant une note moyenne de 3,96/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

31 3 2018
   

Le meilleur scénario écrit par Uderzo et qui n'a pas à rougir avec ceux de Goscinny. Pas de temps mort, de bonnes idées sans l'excentricité de certains albums.
Je recommande !

26 8 2014
   

Une super histoire qui va emmener Astérix et Obélix en Méditerranée et plus particulièrement en Mésopotamie sur les traces de l'huile de roche dont Panoramix a besoin afin de réaliser la potion magique...

Un tome qui m'a bien fait rire. Cependant, j'ai quand même quelques réserves. J'ai trouvé qu'il y avait pas mal de répétitions (les navires romains, les tribus dans le désert, la mouche) et j'ai trouvé la fin assez peu crédible (pour autant que l'on puisse être crédible dans l'univers d'Asterix)...

Ceci dit, je ne boude pas mon plaisir puisque j'ai quand même passé un très bon moment à la lecture...

30 10 2013
   

Premier album solo d'Uderzo qui donne à offrir un voyage à l'étranger pour le petit Gaulois, "L'odyssée d'Astérix" se révèle être une franche réussite !

Toujours dans son style propre l'auteur développe plusieurs concepts intéressants, dans une aventure riche en péripéties et en caricatures. Tout en paraboles et en allusions anachroniques on découvre ainsi un vrai Moyen-Orient asterixien. Tout y passe, des références bibliques (mention spéciale pour le préfet Ponce Pénates) à la parodie des Juifs en passant par les gisements de pétrole ! Il y a bien quelques incohérences ci et là, comme cette confiance aveugle qu'accorde Astérix à Zerozerosix, mais aucunes qui ne pénalisent l'album.

Au niveau des dessins c'est un sans faute également. Uderzo confirme d'ailleurs son talent pour la caricature avec celles (entre autres) de Connery et Blier, deux acteurs ayant incarné des espions d'un genre bien different !

Au sortir de cet album, et après le déjà très bon "Grand fossé", on ne pourra que s'étonner des égarements de l'auteur à la fin de sa carrière. Mais fi de ceci, profitons du meilleur en relisant des albums comme "L'Odyssée d'Astérix", qui sans égaler les chef d’œuvres de Goscinny, possède une place toute méritée dans "Asterix".

28 9 2013
   

Avec ce deuxième album en solo Uderzo continue de s'en sortir plutôt bien. D'abord par le dessin mais ça ce n'est pas une nouveauté. C'est la classe. Mais moi j'aurai bien vu la couverture avec nos héros en burnous. Reprenant par exemple la 1ere case où on les voit dans cette tenue, que je trouve vraiment jolie. On est gâtés par de nombreuses caricatures ( Sean Connery, Bernard Blier, Goscinny, Jean Gabin...).
L'humour est largement présent par les jeux de mots en tout genres. Mais je pense que Goscinny en usait avec un petit plus : l'art de créer une situation qui amène le jeu de mot de manière naturelle là où Uderzo ne fait que les aligner sans plus de recherche.
Mais malgré un bon début d'album, je reprocherai un comique de répétion un peu abusif et lassant : les abordages de bâteaux, les tribus du désert, (le passage le plus lourdeau)...
L'auteur a quand même assez bien exploité tout les clichés du pays visité, presque aussi bien que le faisait Goscinny dans ce genre de récits.
Dernière remarque négative que j'ai déjà noté sur ses albums solos, Uderzo me semble toujours en retard d'un train pour se mettre dans l'air du temps. En effet on est en 1981 et qui prend-il comme modèle d'espion à la James Bond ? : Sean Connery ! Qui avait arrêté ce personnage depuis bien 10 ans !
Certes il l'a reprit une derniere fois en 83 mais ça, l'auteur ne pouvait le deviner. Bon, ça va que Connery est resté dans les mémoires de beaucoup comme LE James Bond, mais n'empêche qu'en 81 on était en pleine période Roger Moore, et depuis un bon moment ! Et moore aussi est resté un Bond assez mémorable.
Mais ne boudons pas notre plaisir. Avec cet album Uderzo fait encore honneur à la série.

7 9 2013
   

Pour son second album en solo, Uderzo a fait fort, je trouve que c'est son meilleur.
On y retrouve avec joie le marchand Phénicien Epidemaïs, il y a un défilé de têtes connues (Blier en chef des services secrets, Sean Connery en espion Zerozerosix; Gabin en Ponce Pénates (qui s'en lave les mains), et la caricature de l'ami Goscinny en commis Saül Péhyé.

Uderzo met au point de très bonnes idées (le char pliable et ses gadgets bondiens, la mouche-espion, l'auto-destruction du papyrus, la liqueur écossaise qui fait allusion à la nationalité écossaise de Sean), et réussit de piquantes allusions sur les juifs, Béthléem et la nativité, le mur des lamentations..... L'un des gags les plus drôles reste la scène du désert où les héros croisent différents peuples mésopotamiens (Sumériens, Hittites, Akkadiens, Assyriens, Mèdes).

D'ailleurs, l'intérêt principal de cet album, c'est que Astérix et Obélix vont visiter un pays nouveau du monde antique qui est un bon potentiel pour des gags et situations comiques. Uderzo réussit encore un décor exceptionnel avec la splendide image de Jerusalem page 30.
Un album indispensable.

6 4 2011
   

« L’odyssée d’Astérix » est une bonne surprise. Il est vrai que l’on parle peu de cet album mais à tort car je l’ai trouvé vraiment très bon. Sa lecture m’a été très agréable. Je classe cet album parmi les meilleurs.

Uderzo nous présente une belle aventure, un beau voyage en Mésopotamie. Cela offre un dépaysement appréciable pour le lecteur.

Les personnages sont extras avec l’espion zero zero six qui m’a tout de suite fait penser à Sean Connery (plus mince et plus jeune) et la mouche transmetteuse de messages. C’est du grand n’importe quoi mais j’ai adoré. L’humour est omniprésent mais est servi subtilement.

Le dessin est toujours aussi parfait. Je n’ai pas de reproche particulier à faire pour cet album. Il est bon tant au niveau du dessin que du scénario, c’est tellement rare avec Uderzo seul aux manettes qu’il serait dommage de ne pas le dire.

Je conseille la lecture de cet album à ceux qui voudraient connaitre l'univers d'Astérix.

17 11 2010
   

Panoramix le druide est inquiet, il n'a pas reçu l'huile de roche: Ingredient indispensable pour la potion magique. C'est une catastrophe pour la défense de ce petit village Gaulois...
Astérix et Obélix decident alors d'aller en Mésopotamie chercher cette huile, ils sont accompagné par un espion de César: Zérozérosix (ancetre de James Bond lol)...

Deuxième album d'Uderzo seul aux commandes et il se débrouille très bien en reprenant les memes techniques de Goscinny.
Une histoire passionnante avec pleins de jeux de mots calembours et métaphores...
J'ai bien aimé le char a la James Bond, la mouche transmetteuse de messages.
Le passage en Israel est pas mal non plus surtout quand Obélix parle de porc et soupçonne les juifs d'etre avare.
clin d'oeil aux religions avec la creche, le mur des lamentations, le romain qui n'arrete pas de se laver les mains au lieu des pieds et pleins d'autres encore...
Uderzo maitrise très bien son trait, que ce soit dans les décors en Mésopotamie que dans les personnages.

Voici une histoire passionnante du début a la fin.
Le meilleur album Uderzo seul aux commandes, largement meilleur que le précédent tome..

16 11 2008
   

Au début, j'avoue avoir été époustouflé !
Dessins, humour, personnages, situations, caricatures, trouvailles: les ingrédients d'un GRAND Astérix étaient tous au rendez-vous. J'ai cru rêver, mais non, les pages s'enchaînaient, et le charme continuait.
Et cette qualité dure, au moins jusqu'au milieu du livre.
Et là, après Jérusalem, pour la quête de Pétrole, ça devient plat et creux (les flèches et les tribus dans le désert: 3 pages avec ça !). L'élan est brisé, et j'ai alors eu entre les mains un ouvrage quelconque, fortement banal.
Alors, le livre reposé, refermé, l'impression première est celle d'un inachèvement.
Et je ne peux empêcher une certaine déception, le début promettait tant !

Où classer alors ce tome dans la série ? Parmi les ouvrages agréables, mais secondaires, hélas, je dois en convenir.
Je rêvais, dommage.

17 8 2008
   

Que je l'aime cet album! Astérix au pays de l'or noir... une grande épopée.
J'adore les clins d’œils nombreux (James Bond, Blier, Bethléem), les jeux de mots foisonnants (la terre promise, la mouche, et bien d'autres encore), les anachronismes notoires... Dans cet album, c'est comme dans le cochon, tout est bon. Le scénario est brillamment déroulé, le rythme est donné, tout ce qui fait qu'Astérix est Astérix y est (Goscinny avait travaillé dessus avant sa mort ou quoi??). Les effets surnaturels ne sont dus qu'à la potion magique et cela aussi, c'est bon (contrairement au grand fossé où les Romains deviennent tout gros puis tout petits, où à d'autres ouvrages parus par la suite).
Alors, puisque cet album est si bon, pourquoi pas la note de 5 dans ce cas? Eh bien, tout simplement parce que je trouve que Uderzo cède à la facilité sur la fin de l'album et nous sert sur 2 planches et demi une répétition des même vignettes. Compte tenu de la qualité du reste, je trouve que c'est un peu du gâchis.
Pour moi, l'un des meilleurs Astérix.

2 6 2007
   

Deuxième album signé Uderzo. Son scénario dans les grandes lignes pourrait nous faire penser à celui de la Grande traversée : la recherche par nos héros d’un aliment qui manque à la préparation de la potion magique. Il n’en est pourtant rien. Cet album se marque par le retour d’Epidemais (qu’on n’avait pas revu depuis Astérix Gladiateur). Il constitue aussi une nouvelle grande épopée pour Astérix (depuis cette fameuse Grande traversée, il n’a plus vraiment fait de grands voyages). Les clins d’œil sont nombreux : à James Bond (avec le druide espion Zerozerosix) où même à la naissance de Jésus, avec la scène de l’étable à Bethléem. L’auteur dessine même son compagnon disparu (Goscinny) à qui il dédicace l’album.

L’histoire est marquée par de nombreux gags et formules amusante (« ah non, vous n’allez pas déjà commencer »). Le scénario est très bon (comme le précédent, même meilleur que celui-ci), mais ne vaut peut être pas un Goscinny. Uderzo s'en sert d’ailleurs pour mettre en image une des politiques de la présidence de Giscard d’Estaing : « on n’a pas de pétrole, mais on a des idées ».

On a donc depuis Le grand fossé des albums différents, mais ils sont encore très bons.

9 6 2006
   

Du bon travail !

Un scénario qui nous emmène très loin cette fois, au coeur du Moyen-Orient, à la recherche de l'huile de roche (le pétrole). Quelques allusions trop rares aux conflits réels qui existent autour et pour cette source d'énergie convoitée.
Au-delà de ça, l'histoire est efficace et les gags sont bien sentis. Des caricatures sympathiques viennent donner du piment à l'ensemble.
Le dessin est, encore une fois, très beau. Les couleurs sont également magnifiques.

Bonne lecture !

Pausanias1967 :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,00
Avatar de Reflet de l'avatar de
29 12 2005
   

Cela m'a énormément amusé de trouver dans cet album les caricatures de Bernard Blier en chef des services secrets de Jules César. L'étonnant espion Zérozérosix (Sean Connery) toujours entourré d'une mouche amoureuse... Le gouverneur de Jérusalem aux trits de Jean Gabin m'a fait sourire mais le plus amusant fût de retrouver nos héros dans une étable de Bethléem...

20 2 2004
   

Un album, pour moi, de ceux dont on ne dit pas grand chose... Il n'est pas dans mes préférés, mais certes pas dans ceux que j'ai moins aimé non plus...
L'histoire est sympa, on ne s'ennuie vraiment pas. L'humour est toujours au rendez-vous (étonnant de voir comment ça ne s'épuise pas).... Les caricatures sont vraiment très drôles, très réussies, et comme d'habitude, les personnages sont tous plus excellents les uns que les autres...
Toujours un trait de qualité également.

C'est peut-être au niveau de l'histoire que j'accroche moins. Face à des albums comme Astérix en corse, ou le tour de gaule, celui-ci est pour moi en dessous. Mais ça reste d'un très bon niveau.

Tous les albums de la série
Album Avis Moyenne
Asterix, tome 1 : Asterix le gaulois 21 3.40
Asterix, tome 2 : La serpe d'Or 16 3.81
Asterix, tome 3 : Asterix et les Goths 15 3.57
Asterix, tome 4 : Astérix Gladiateur 13 4.15
Asterix, tome 5 : Le tour de Gaule d'Astérix 17 4.53
Asterix, tome 6 : Asterix et Cléopatre 15 4.43
Asterix, tome 7 : Le combat des chefs 14 3.93
Asterix, tome 8 : Astérix chez les Bretons 15 4.50
Asterix, tome 9 : Astérix et les Normands 12 3.96
Asterix, tome 10 : Astérix Légionnaire 16 4.59
Asterix, tome 11 : Le bouclier Arverne 11 4.50
Asterix, tome 12 : Astérix aux jeux Olympiques 11 3.55
Asterix, tome 13 : Astérix et le chaudron 12 3.46
Asterix, tome 14 : Asterix en Hispanie 11 4.14
Asterix, tome 15 : La Zizanie 10 4.50
Asterix, tome 16 : Asterix chez les Helvètes 15 4.17
Asterix, tome 17 : Le domaine des Dieux 11 3.91
Asterix, tome 18 : Les lauriers de César 13 4.35
Asterix, tome 19 : Le devin 9 3.67
Asterix, tome 20 : Astérix en Corse 18 4.64
Asterix, tome 21 : Le cadeau de César 11 3.73
Asterix, tome 22 : La grande traversée 7 3.79
Asterix, tome 23 : Obélix et compagnie 9 4.17
Asterix, tome 24 : Astérix chez les Belges 10 4.00
Asterix, tome 25 : Le grand fossé 12 3.29
Asterix, tome 26 : L'Odyssée d'Asterix 14 3.96
Asterix, tome 27 : Le fils d'Astérix 8 3.06
Asterix, tome 28 : Astérix chez Rahazade 8 3.38
Asterix, tome 29 : La rose et le glaive 7 3.57
Asterix, tome 30 : La Galère d'Obélix 19 2.16
Asterix, tome 31 : Astérix et Latraviata 21 2.07
Asterix, tome 32 : Astérix et la rentrée gauloise 9 3.17
Asterix, tome 33 : Le ciel lui tombe sur la tête 51 1.30
Asterix, tome 34 : L'anniversaire d'Astérix et d'Obélix 12 2.50
Asterix, tome 35 : Astérix chez les Pictes 14 3.00
Asterix, tome 36 : Le papyrus de César 6 3.42
Asterix, tome 37 : Astérix et la Transitalique 6 3.67
Asterix, tome 38 : La fille de Vercingétorix 4 2.00