45 801 Avis BD |19 827 Albums BD | 7 810 séries BD
Accueil
Tome 31 : Astérix et Latraviata
 

Asterix, tome 31 : Astérix et Latraviata

 
 

Résumé

Asterix, tome 31 : Astérix et LatraviataAfin d'acceder au résumé de Asterix, tome 31 : Astérix et Latraviata, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Asterix, tome 31 : Astérix et LatraviataOn s'y attendait, cet album est tout moisi.

Je suis persuadé que Uderzo aime vraiment son perso, et que l'argent n'est pas son premier moteur lorsqu'il fait un nouvel album, mais on ne peut que deplorer son manque de talent scenaristique (alors qu'il garde bien la pate pour le dessin)

cet album est presque un road movie un peu banal. Tous les evenements tombent sur nos heros comme par magie, un peu comme un cheveux sur la soupe. C'est gros, c'est pas vraiment recherché, bref, niveau plaisir de lecture, on peut vraiment mieux faire. En fait, c'est meme pas desagreable à lire, mais c'est ennuyeux assez vite. On se demande jusqu'au bout si l'histoire va enfin partir !

ya qd meme un truc qui est assez genant. D'abord, Asterix et Obelix sont né le meme jour. Ah bon. Ca n'a pas toujours été le cas d'apres ce que j'avais lu dans un autre album. Ensuite, les parents des heros apparaissent... au tome 31 ! Je crois que s'ils n'etaient pas apparus jusque là, ce n'etait pas pas hasard. Je suis pas contre les nouveaux perso bien sur, mais là, c'est irreel quand meme. Enfin bon.

Uderzo ne fait plus les couleurs de ses albums, mais on voit vraiment pas la difference avec les anciens. C'est tres fidele, et tant mieux. Ce classique ne doit surtout plus bouger niveau graphique !


Chronique rédigée par Kael le 15/08/2002
 
 
Statistiques posteur :
  • 313 (97,20 %)
  • 4 (1,24 %)
  • 5 (1,55 %)
  • Total : 322 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 2,00 Note générale
  • Originalité : 1,00 Originalité
  • Scénario : 1,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 4,81 4,81 4,81
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 2.07
Dépôt légal : Mars 2001

Avis des lecteurs

21 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Asterix, tome 31 : Astérix et Latraviata, lui attribuant une note moyenne de 2,07/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

10 3 2018
   

Une histoire très décevante et ennuyante où une partie du scénario est révélée dès la couverture. Depuis la "Galère d'Obélix", les scénarii d'Uderzo sont de plus en plus en légers. La qualité des dessins compensent en partie le rythme lent de l'histoire, dont l'exemple type est le sauvetage d'Astérix par des dauphins.

steph97480 :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Avatar de Reflet de l'avatar de
24 10 2015
   

Franchement perso je ne comprends pas qu'on puisse mettre une moyenne si basse à cet album qui soit n'est pas un grand chef d’œuvre mais qui n'est pas aussi catastrophique que l'on veut bien le présenter. Certes l'idée de base assez bonne faut le dire n'a pas été aussi abouti que l'on aurait pu espérer mais il y a quand même du fond , cela manque un peu de rythme mais on a du plaisir à revoir certains personnages tel que Falbala, Roméomontaigus ou tragicomix, la belle rencontre avec les parents de nos héros. Et que dire des dessins d'uderzo toujours aussi magnifique et coloré
Il y a je le concède quelques scènes inutiles et sortant de l'univers des gaulois mais tout n'est pas à jeter loin de là...

Agecanonix :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de AgecanonixReflet de l'avatar de Agecanonix
17 9 2015
   

Bah, en voyant cette floraison de mauvaises notes, je suis un peu amer, en fait, moi je trouve que cet album n'est pas si mauvais que ça, c'est pour ça que je vais essayer de le défendre... Certes je suis d'accord que ce n'est pas le meilleur que Uderzo a fait en solo, mais il ne mérite pas tant de mépris. Le scénario part bien en utilisant Pompée et César qui sont ennemis (historiquement, ce détail est vrai, lorsque le triumvirat formé avec Crassus s'est dissous), on sent qu'il y avait un potentil intéressant, et on imagine avec regret ce que Goscinny aurait pu faire avec un tel scénario. On peut simplement dire que Uderzo se prend les pieds dans le tapis en exploitant mal cette idée, et n'en tire pas toute la subtilité voulue.

Il y a donc des maladresses, mais il y a aussi quelques idées sympas et intéressantes : c'est bien de voir les parents des 2 héros ; après tout ils ne sont pas les seuls héros de BD dans ce cas, les Dalton ont une mère, et Ric Hochet a un père (qui plus est, c'est une Bd réaliste), les formules fonctionnent bien et ça ne démolit aucun mythe. Les physiques de ces parents sont évidemment très proches de nos Gaulois favoris, et c'est logique (encore une fois, revoyez Ma Dalton).
Bonne idée aussi de réutiliser des personnages d'albums précédents, comme Tragicomix (peu vu en fait dans A. Légionnaire) ou Romeomontaigus, une des figures très pittoresques de la série, toujours aussi saoulin. Mais le mieux c'est encore Falbala, personnage qui en fin de compte a acquis on ne sait trop pourquoi une notoriété incroyable en n'apparaissant qu'épisodiquement. D'un autre côté, les personnages féminins (et jolis de surcroit) sont rares dans "Asterix" , mis à part Bonemine ou Mme Agecanonix... et ici, c'est une femme qui a un rôle important, c'est bon ça, même si c'est une Romaine déguisée en Falbala, c'est la silhouette de Falbala qui est utilisée..

Voila, maintenant passons au dessin : toujours aussi bon, rien à dire, sauf un détail qui m'a gêné, je n'ai pas retrouvé le Tragicomix d'Astérix Légionnaire, à la silhouette athlétique et au physique imitant celui de Jean Marais ; l'allure que Uderzo offre ici de ce personnage est assez minable avec une taille trop tassée et un visage ridicule, ce n'est plus le beau gosse vu précédemment... Autre petit couac : le coup du dauphin qui sauve Astérix, c'est un peu limite puéril, on verrait ça dans une série animalière enfantine mais pas dans un Astérix, et d'ailleurs l'ensemble de cette scène est assez bêbête. Sinon, j'aime bien les vues aériennes du village gaulois, et ici Uderzo en montre un bel exemple en première page.
J'ajouterais que au niveau texte, il a fait aussi un petit effort, j'ai relevé quelques astuces verbales et jeux de mots, tel celui de la page 46, lorsque César dit "Donner un César à une tragédienne, mais c'est absurde".

Au vu de tous ces petits éléments, l'album est nettement plus qualitatif que la Galère d'Obélix, dont l'idée de départ était également bonne, mais l'ensemble était un fourre-tout indescriptible ; ici, c'est mieux arrangé, il y a des efforts, mais le scénario est moyennement exploité c'est tout, ce n'est donc pour moi pas un si mauvais album qu'on veut bien le dire..

Al :Une BD décevante... Note de l'album : 2,50
Avatar de Reflet de l'avatar de
7 6 2013
   

Uderzo a beau être un bon dessinateur (rien à reprocher aux graphismes qui ici sont parfait notamment au passage de la scène de la tempête qui fait peur au point qu'à un moment Astérix passe pour un spectre), c'est un scénariste moyen et qui plus est un gros macho. L'arrivée des mères le prouve bien lorsqu'elles passent leur temps à chercher des épouses pour Astérix et Obélix afin qu'elles leur préparent "une cuisine saine et équilibrée" et leur fasse le ménage dans leurs huttes. Ensuite, l'histoire met énormément à démarrer et est maladroite (on ne sait même de quelle façon Roméomontaigus a pu se procurer les précieux objets de Pompée ni comment ce dernier et César ont pu devenir ennemis car Astérix l'explique très mal), on aurait pu voir le passé des pères d'Astérix et Obélix mais non, la plupart du temps, ils sont en prison et une fois que l'histoire démarre vraiment, c'est à dire presque à la fin à Condate, tout s'enchaine super vite, on a le temps de rien voir à part le retour d'anciens personnages pour le fun et rien de plus.
Ce qui est bien dans cet album est quand même Latraviata qui joue son rôle à la perfection; certes au point de voler la vedette à Astérix mais c'est la première fois dans Astérix qu'un rôle de cette importance est donné à un personnage féminin (et pas de manière dévalorisante contrairement à La Rose et le glaive qui a été controversé pour les raisons qu'on connait) qui maîtrise la situation, est une parfaite actrice et va même "Presque" jusqu'à séduire "l'impassible" Astérix jusqu'ici insensible aux charmes des femmes alors qu'Obélix avait cédé à Falbala qui lui a préféré Tragicomix (le pauvre!). (Finalement, presque tous les héros ont finit par céder aux moins un jour à une femme: Spirou à Luna, Fantasio à Seccotine[même si c'était à sa manière] [et d'autres!], Lucky Luke à Calamity Jane et Astérix à Latraviata. Seul Tintin aura résisté jusqu'au bout). On a quand même eu droit à quelques gags notamment où Astérix devient complètement abruti après une belle "châtaigne" d'Obélix et n'arrête pas de dire "voui" dès qu'on lui dit quelque chose ou alors ou bien alors le même Astérix qui croit devenir une puce géante après que Panoramix lui ait fait boire une potion aux effets étranges ou encore les habituelles bagarres avec les romains ainsi que l'éternelle réplique culte d'Obélix "Ils sont fous ces romains!".
Néanmoins, cela ne suffit pas à sauver les meubles et l'album, bien que pas ennuyeux, reste lent et manque de piquant. Cela n'est pas sauvé par quelques bagarres entre romains qui vont même jusqu'à se traiter de salopards (depuis quand retrouve-t-on des gros mots dans Astérix?) et on reste sur notre faim. Sans rire, foncez sur les albums avec les scénarios écrits par Goscinny et lâchez ceux écrits par Uderzo.
Heureusement que la fin sauve le tout avec Astérix qui pense à Latraviata en niant à bloc avec ce simple dialogue.
Obélix: A quoi tu penses Astérix?
Astérix: Heu...Moi? A rien!

6 4 2011
   

Après avoir lu environ 80% des aventures d’Astérix, j’estime que le scénario de cet album est loin (même très très loin) d’être le meilleur mais je vais surement être plus clément dans mon analyse étant donné que j’ai lu cet album juste après le très mauvais « Le ciel lui tombe sur la tête ».

Cet album n’est pas franchement raté malgré un scénario très simpliste qui en fait un livre ennuyeux. Uderzo ne nous présente pas une grande aventure, un voyage loin des frontières de la Gaule mais met en scène quatre nouveaux personnages : Astronomix et Praline, père et mère d'Astérix ainsi que Obélodalix et Gélatine, père et mère d'Obélix. Cela parait un peu étonnant de découvrir ces personnages maintenant (au 31ème tome des aventures) mais bon pourquoi pas ? Cela a au moins le mérite d’apporter un peu de nouveauté, de fraicheur. Non, l’idée la plus farfelue est d’avoir énoncer que Astérix et Obélix sont nés le même jour. Ici, il s’agit d’une grossière erreur de Uderzo, on peut même parler de faute professionnelle. Uderzo serait-il touché par la maladie d’Alzeihmer ?

Comme à son habitude, Uderzo arrive finalement à amadouer le lecteur grâce à la beauté de son dessin (encore et toujours). Et oui, Uderzo est un grand dessinateur, dommage que cela ne soit pas également un grand scénariste. Ce n’est pas tellement le fait qu’il ne puisse pas maitriser à la fois les dessins et les textes de ses aventures qui me dérange mais plutôt le fait qu’il ne se soit pas associer avec un vrai scénariste. Quel dommage !

Je ne vais pas trop m’attarder sur cet album, vous l’aurez compris, cet album est moyen voir mauvais mais fait office de chef d’oeuvre devant « Le ciel lui tombe sur la tête ». Comme quoi tout est relatif. Au final, je vais être sympa, je vais lui attribuer tout juste la moyenne.

24 12 2009
   

J'ai le souvenir de cet album, comme étant le premier "Asterix" auquel j'ai assisté à sa sortie (j'avais 1 ans pour "La galère d'Obélix"), et cet album est le premier Astérix que je recevais lors de sa sortie (j’ai donc un bon souvenir dessus), et tout petit déjà je ne comprenais pas toutes les mauvaises critiques dessus et SURTOUT pourquoi personne n'aimait cet album ?

Depuis, j'ai lu sûrement tout les "Asterix", je reconnais que le scénario de ce tome n'est pas le meilleur, il est un peu pauvre, mais cela reste une aventure d'Astérix (et pas un essai fantastique raté comme dans "La galère d'Obélix" ou plus tard "Le ciel lui tombe sur la tête"), où j' y ai pris de plaisir lors de ma lecture, le tout servi par le dessin d'Uderzo qui ne bouge pas. Donc un album "pas trop mal".

17 8 2008
   

Voilà un bien pauvre album... On ne revient pas sur l'absence de scénario... mais où est l'esprit d'Astérix??
En lisant cet album, la seule petite chose qui ait retenu mon attention, c'est la remise d'une statue de césar à la comédienne. Je soupçonne d'ailleurs l'auteur d'avoir eu cette idée et d'avoir brodé autour une histoire. Mais cela ne suffit pas loin de là. Du coup, c'est pas terrible, c'est même déconcertant.
Bon, des albums où on s'ennuie, on en a déjà vu et on en reverra. Mais en plus celui-là a le don de m'énerver au plus haut point : la répétition de "Nos pères" ou "nos fils" est vraiment insupportable, l'utilisation de cette même formule m'horripile : je la trouve pas fine du tout, à l'image de l'album....
C'est une bien pauvre histoire, c'est triste d'avoir mêlé Astérix là-dedans...

4 10 2007
   

Vu les commentaires précédents, je crois que je ne vais pas être méchant si je dis que cet album est ennuyeux et complètement sans intérêt. Que dire sur ce livre tout a déjà été dit, mis à part les dessins qui sont bien réalisés, je ne vois pas beaucoup de points positifs exceptés peux-être l’anniversaire de nos 2 héros et l’apparition de leurs parents. Le scénario n’est pas bien compliqué une latraviata ou tragédienne va se déguiser en Falbala pour essayer de subtiliser un glaive et un casque à nos 2 héros. L’humour parfois drôle est dans l’ensemble nul. Et on s’ennuie à mort car c’est chiant de la cause d’un scénario désespérant.
Enfin bref, je vais arrêter de fusiller cet album car d’autres s’en sont déjà chargés mais pour ma part, ce bouquin est une réelle déception.

7 9 2007
   

Un bien piètre album que celui là. Uderzo tente de relancer son petit monde, notamment en faisant revenir d’anciens personnages (Falbala, Tragicomix, Roméomontaigu) et en mettant en scène les parents de nos deux héros. Cela n’a cependant pas beaucoup de charme. La réapparition de Falbala s’explique par sa participation au très mauvais film : Astérix et Obélix contre César. Les parents de nos héros sont mal exploités et c’est assez dommage, surtout pour les pères qui pourraient nous donner une image de ce que seront nos héros plus tard.

L’histoire, elle, peine énormément à démarrer et on peut presque avoir l’impression qu’elle ne commence que quand nos héros se rendent à Condate. Un personnage vient cependant sauver l’album : Latraviata. Elle joue très bien son rôle et parvient facilement à duper les gaulois. C’est d’ailleurs très bon d’avoir mis en place un petit jeu sentimental entre elle et Astérix (qui semble succomber à la fin de l’album quand Obélix lui demande à quoi il pense, et qu’Astérix répond : à rien).

Le dessin d’Uderzo est toujours aussi bon, mais la qualité de ses scénarios commencent a descendre de façon alarmante et atteindre le summum dans le suivant : Le ciel lui tombe sur la tête, qui est à ce jour le pire album d’Astérix.

20 5 2007
   

La lente déchéance de BD mythiques telles que Lucky Luke et Astérix fait mal au coeur, mais elle est effectivement indéniable. Cet album tente de relancer la série avec l'apparition des parents des héros.
On se souvient que Ma Dalton fut une bonne pioche, ici ça ressemble plus à une tentative désépérée. Le scénario est vraiment quelconque et les touches d'humour de plus en plus téléphonées.

Pourtant avec le recul (et la sortie du t.33) il faut avouer que la lecture de cet Astérix ne constitue pas une torture. Grâce à des dessins toujours aussi sympathiques on lit le tout avec quelques sourires. A acheter pour compléter la collection.

1 3 2007
   

très décu comme tout le monde!!!! :(

je ne sais pas quoi rajouter, après la description des autres avis tout a fait réaliste, on ne peu guere dire mieux...

moi qui suis un grand fan d'Astérix depuis tout petit, et bah là je vous avoue que ca fait mal... très mal!

Le scénario est bidon! après un album comme celui là je vous avoue que je regrette infiniment l'absence de René Goscinny...
dans les albums précedent, Uderzo connaisait suffisament bien son compere pour continuer son humour, mais dans cet album... c'est raté!
Humour zéro!
domage! l'inspiration ce fait de moins bonne qualitée, pourvu que nos héros garde une image positive, car Astérix avant cet album, c'était du grand art...

31 12 2006
   

J'avais un souvenir exécrable de ce livre, un rappel de sa sortie, une totale déception.
Là, relu, j'ai extrait quand même quelques qualités.
Et, si on tente de nous sortir des nouveautés pour sauver le genre (les parents, la vie à Condate), ça sent c'est vrai le réchauffé, ça ne sonne pas toujours juste, mais on rit quand même un peu, et on retrouve les valeurs essentielles de la série, même un peu artificiellement (et les romains prennent des vraies grosses baffes).
Oh certes, les dialogues sont lourds, pesants et par la bouche d'Astérix j'ai parfois eu l'impression d'entendre Christian Clavier (ça fait mal !).

Donc, un ouvrage de plus de notre gaulois, pas un des meilleurs (à l'époque on a sévèrement grincé des dents), mais pas le pire (on ne croyait pas pouvoir arriver au "summum" du tome 33!!!).
L'occasion, disons, pour positiver, de passer avec Astérix un moment encore.
Point. Et c’est tout.

30 9 2005
   

Catastrophique !
Je suis fan d'Astérix depuis tout gamin (comme tout le monde quoi !) et sans être un puriste, quelques détails m'ont choqué, en plus de l'histoire inintéressante qui nous est servie ...
D'abord , la couverture !!! en général, dans Astérix, elle me donne envie de lire l'histoire ... là, rien, quedal ... peut être avais-je déjà un a priori négatif à la base ? c'est possible ... c'est pas que c'est mal dessiné mais bof quoi ... avec un effet de perspective raté en plus ...

Ensuite, le dessin ... là, rien à dire ... bon boulot ! c'est du Astérix maitrisé ...
Par contre, l'histoire ... rien de rien de rien !!!! du vide, du néant, peu (pas) de gags droles, un scenario sans intérêt ... où est la parodie de notre "Gaule" à nous ?????
Un retour de Falbala qui ne sert pas à grand chose et surtout, des détails selon moi honteux : Astérix et Obélix nés le même jour ?????? HE-RE-SIE !!!!! Uderzo a jamais lu les Astérix précédents ou quoi ?
Les parents d'Astérix et Obélix .... NNNNOOOOONNNNNNNNNNNNN !!!!!! ça casse le mythe je trouve !!!

Je voulais des baffes, des Romains, des copains, des parodies ... et j'ai eu ... une grosse claque !!! j'étais tres en colère à la fin de la lecture de cet album, comme si on assassinait Astérix ... et c'est un des pères qui tient le couteau !!! Mr Uderzo, j'espère que vous ferez mieux pour le 33e album ou alors il faudra arrêter si vous avez encore un peu de respect pour cette oeuvre magistrale qu'est Astérix.

Alea Jacta Est comme dirait l'autre ...

gargo :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,50
Avatar de Reflet de l'avatar de
2 3 2005
   

Franchement, cette album est sublime tant au niveau dessin qu'au scénario. Bon d'accord j'avous que cela manque un peut de piquant mais tout de meme donnont crédit à monsieur Uderzo qui est un de mes dessinateur favori. Je suis un grand fan d'astérix ayant acquis tout les albums je les trouve tous fantastiques. Cependant avec le départ malheureux de Goscinny, Uderzo essaie tout de même de faire de son mieux. Malgré qu'il ne soit pas à la auteur de Goscinny, ses albums reste aussi bon. (alors s.v.p) Prenez le temps d'analyser ses chefs-d'oeuvres qui ont su me faire rayonner le coeur de bonheur UNE VRAI BOMBE QUOI.

23 2 2004
   

Souvent avec des séries anciennes de plus de 25 titres, à chaque nouvel album on dit que c'est fini, c'est trop nul, c'était mieux avant, on n'achètera plus. Et puis on achète quand même. Mais là je ne suis pas déçu. Certe le scénario est ultra mince, voir incohérent au niveau du double anniversaire qui contredit Obélix et Companie. Certe les parents débarquent comme un cheveu sur la soupe.
Mais comme La galère d'Obélix a étalonné à zéro mon échelle de jugement des Astérix, cet album ne peut être que meilleur. disons que je lui mets 1 et quasi tous les Goscinny à 20.

27 10 2003
   

Bien sûr que je l'ai acheté ! Un nouvel album d'"Asterix" paraît, je l'achète direct, ça c'est clair !
Et là, bam ! C'est la déception !

Je n'ai absolument rien à redire du côté des graphismes, c'est toujours fidèle et c'est pour notre plus grand plaisir.

Mais alors pour ce qui est de l'histoire.... Je n'ai pas détesté, ça non, mais quand même, il fut reconnaître qu'on est bien loin des premières aventures d'"Asterix". Il n'y a plus ce petit truc qui fait que..., cet humour si particulier, la "patte" de la série quoi.
Pis alors franchement, le fait de dire qu'Astérix et Obélix sont nés le même jour, c'est abhérent ! Je crois que c'était dans "Obélix et compagnie", qu'on fêtait l'anniversaire d'Obélix, alors pourquoi sont-ils nés tout d'un coup le même jour?
Ca , ça m'a vraiment choquée...

31 10 2002
   

On s'y attendait, après la galère d'Obelix qui était un bon navet
insipide, on a droit maintenant a Asterix et Latraviata.
On est dans la phase descendante d'Asterix, seul le dessin est quand même d'une certaine qualité.
Mais l'histoire est...comment dire, cousue de fil flanc, on arrive pas a y croire..., et le scénario est très mauvais, et il faut éviter les jeux de mots(le moi d'or: cesar < Bref!!! A eviter...

7 10 2002
   

Un navet pure souche!

Un véritable patchwork cousu de fil blanc, bancal à souhait, insipide et dont l'indigence scénaristique est à la hauteur de la célébrité de nos Gaulois préférés... un salmigondis exemplaire de vacuité!

"Pas constructif comme argumentaire" me dites-vous! et vous avez parfaitement raison! mais quand on tient un mauvais bouquin, on ne le lâche pas... du moins, pas avant d'être au-dessus d'une poubelle (mais ne vous inquiétez pas, je n'irai pas jusqu'à le mettre au feu... quoi que... il commence à faire frisquet!).

J'en suis moi-même le premier désolé, mais ma déception est à la mesure de l'estime dans laquelle je tiens cette série dans sa globalité, d'où ma virulence!

Astérix est grand, très grand, mais cette Latraviata a de trop forts relents de médiocrité!

Passez donc votre chemin.

2 10 2002
   

Bofffff !!!!!!!!
Un tome insipide, une histoire sans grand interet, un scénario baclé . Bref, Asterix s'éssoufle et c'est bien dommage !!
Ce tome me laisse perplexe :
- Des parents qui arrive au bout du 31eme c'est tout à fait absurde
- Des scenes beaucoup trop évidente
- Pourquoi faire une histoire d'Asterix quand l'inspiration n'est plus là
Réponses : L'argent bien sûr, c'est très decevant mais bon il fallait s'en douter !
A NE PAS POSSEDER OU ALORS EN DESESPOIR DE CAUSE

26 8 2002
   

L'ouragan "Astérix et Latraviata" étant désormais de l'histoire ancienne, j'ai lu l'album avec une certaine sérénité. Disons-le d'emblée : je n'attendais rien de bon de cette nouvelle aventure, globalement éreintée par les lecteurs. Il y a bien quelques indulgents, mais je ne peux qu'aller dans le sens général en constatant la vacuité scénaristique de ce trente-et-unième opus. Il me semble tout de même que l'on est légèrement au-dessus de "La galère d'Obélix", pire aventure d'Astérix parue à ce jour. Pas terrible donc, cette Latraviata, mais elle échappe à l'impitoyable lapidation car Uderzo a un peu relevé le niveau - qui reste hélas en dessous de la production BD moyenne.

Le dessin ne m'a pas paru en retrait par rapport aux autres albums. Certes, Uderzo ne fait plus l'encrage, le lettrage ni la mise en couleurs, mais il sait s'entourer, et la qualité graphique est époustouflante si l'on compare cet album aux derniers Lucky Luke ! Le véritable problème, et on l'a dit maintes fois avant moi, vient de l'indigence du scénario. En manque d'inspiration, Uderzo remet en scène Falbala (remise au goût du jour par le cinéma...), Tragicomix et le légionnaire ivrogne Romeomontaigus. Goscinny se prêtait pourtant rarement à ce jeu de la réutilisation des personnages. L'intrigue de "Latraviata", assez floue et décousue, réutilise également des ressorts déjà employés : objets à récupérer ("Le bouclier arverne"), discorde passagère entre Astérix et Obélix ("Obélix et compagnie"), amnésie d'un personnage ("Le combat des chefs"), etc.

Uderzo ajoute quelques détails de son cru, les pires étant certainement l'introduction des parents des héros (ces derniers sont du coup affublés de diminutifs grotesques) et une scène avec un dauphin qui ne se justifie que comme clin d'oeil au parc Astérix. Hé oui, Uderzo est aussi un homme d'affaires... ce n'est pas la stratégie de lancement des 3 millions d'albums en France qui viendra me contredire ! Uderzo sait qu'il peut compter sur un lectorat fidèle et grandissant, qui achètera l'album par habitude, indépendamment de sa qualité. Dommage qu'il ne s'attache pas les services d'un scénariste, car son dessin reste à la hauteur.

Pour conclure sur cet album, le grand public y trouvera peut-être son compte, mais le bédéphile ferait mieux de se tourner vers d'autres horizons.

Tous les albums de la série
Album Avis Moyenne
Asterix, tome 1 : Asterix le gaulois 21 3.40
Asterix, tome 2 : La serpe d'Or 16 3.81
Asterix, tome 3 : Asterix et les Goths 15 3.57
Asterix, tome 4 : Astérix Gladiateur 13 4.15
Asterix, tome 5 : Le tour de Gaule d'Astérix 17 4.53
Asterix, tome 6 : Asterix et Cléopatre 15 4.43
Asterix, tome 7 : Le combat des chefs 14 3.93
Asterix, tome 8 : Astérix chez les Bretons 15 4.50
Asterix, tome 9 : Astérix et les Normands 12 3.96
Asterix, tome 10 : Astérix Légionnaire 16 4.59
Asterix, tome 11 : Le bouclier Arverne 11 4.50
Asterix, tome 12 : Astérix aux jeux Olympiques 11 3.55
Asterix, tome 13 : Astérix et le chaudron 12 3.46
Asterix, tome 14 : Asterix en Hispanie 11 4.14
Asterix, tome 15 : La Zizanie 10 4.50
Asterix, tome 16 : Asterix chez les Helvètes 15 4.17
Asterix, tome 17 : Le domaine des Dieux 11 3.91
Asterix, tome 18 : Les lauriers de César 13 4.35
Asterix, tome 19 : Le devin 9 3.67
Asterix, tome 20 : Astérix en Corse 18 4.64
Asterix, tome 21 : Le cadeau de César 11 3.73
Asterix, tome 22 : La grande traversée 7 3.79
Asterix, tome 23 : Obélix et compagnie 9 4.17
Asterix, tome 24 : Astérix chez les Belges 10 4.00
Asterix, tome 25 : Le grand fossé 12 3.29
Asterix, tome 26 : L'Odyssée d'Asterix 14 3.96
Asterix, tome 27 : Le fils d'Astérix 8 3.06
Asterix, tome 28 : Astérix chez Rahazade 8 3.38
Asterix, tome 29 : La rose et le glaive 7 3.57
Asterix, tome 30 : La Galère d'Obélix 19 2.16
Asterix, tome 31 : Astérix et Latraviata 21 2.07
Asterix, tome 32 : Astérix et la rentrée gauloise 9 3.17
Asterix, tome 33 : Le ciel lui tombe sur la tête 51 1.30
Asterix, tome 34 : L'anniversaire d'Astérix et d'Obélix 11 2.55
Asterix, tome 35 : Astérix chez les Pictes 14 2.96
Asterix, tome 36 : Le papyrus de César 6 3.50
Asterix, tome 37 : Astérix et la Transitalique 4 3.75