46 533 Avis BD |20 176 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 35 : Astérix chez les Pictes
 

Asterix, tome 35 : Astérix chez les Pictes

 
 

Résumé

Asterix, tome 35 : Astérix chez les PictesAfin d'acceder au résumé de Asterix, tome 35 : Astérix chez les Pictes, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Asterix, tome 35 : Astérix chez les PictesCe nouvel album d'Astérix était bien sur très attendu pour la simple et bonne raison que les nouveaux auteurs devaient faire oublier la déception des derniers albums (La galère d'Obélix, Astérix et Latraviata, Le ciel lui tombe sur la tête, pour ne citer que ceux là.). La tâche était dure, car il est clair que depuis 1979 et Astérix chez les Belges,le niveau global de la série a baissé. Quand est il donc de ce tome 35?

Je ne m'attarderais pas trop sur le dessin que j'ai trouvé assez bon. Ceci dit cela ne vaut pas le dessin de Uderzo.De plus, je trouve que Madame Agecanonix est assez difficile à reconnaître (cela s'arrange à la fin). Je trouve également dommage qu'aucune caricature de Sean Connery ne soit insérée. Là-dessus on pourra me dire que cela a été
déjà fait dans l'Odyssée d'Astérix, mais comme Sir Connery représente la tendance indépendantiste de l’Écosse et comme des personnes ont déjà été caricaturé plusieurs fois dans Astérix, je n'aurais donc pas trouvé ça choquant. Mais peut-être ai je loupé cette caricature si elle s'y trouve.

Niveau scénario, je suis partagé. En raison du lieu de son action, on est tenté de le comparer à Astérix chez les Bretons. Je dois donc dire que cet album ne tient pas la comparaison avec son illustre prédécesseur. J'ai trouvé que le scénario était finalement assez linéaire, sans véritable surprises ni rebondissements.De plus le prétexte amoureux n'a pas su me convaincre (alors que j'y avais adhéré dans Astérix légionnaire). Panoramix donne une gourde spéciale à nos héros ce qui nous fait penser aux herbes de Astérix chez les Bretons. Mais si Goscinny avait su tirer parti de ce détail, je trouve que Jean Yves Ferri n'a pas su s'en servir.

Les nouveaux personnages ne sont pas attirants et ne marqueront pas les esprits comme avaient par exemple su le faire Jolitorax ou Zebigbos.

La lecture est tout de même agréable. Tous les ingrédients de la série sont là comme les romains et les pirates, mais certains manquent (comme les sangliers et les bagarres dans le village) et il est toujours mieux de lire ce tome que de lire le tome 33 (le pire de la collection). Il y a aussi des jeux de mots sympathiques, avec notamment le nom
des écossais. On notera aussi un petit clin d’œil à Tintin en Amérique.

Je sors donc de cet album partagé. Il n'est pas mauvais, mais ne fera pas partie du top de la série. Soyons cependant indulgent et donnons une seconde chance à ce duo d'auteurs qui semble prometteur.


Chronique rédigée par difool le 24/10/2013
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de difoolReflet de l'avatar de difool
Statistiques posteur :
  • 958 (66,81 %)
  • 114 (7,95 %)
  • 362 (25,24 %)
  • Total : 1434 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 2,50 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.00
Dépôt légal : Octobre 2013

Avis des lecteurs

14 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Asterix, tome 35 : Astérix chez les Pictes, lui attribuant une note moyenne de 3,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

créolix :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,00
Avatar de Reflet de l'avatar de
23 12 2014
   

je trouve pour ma part que cet album est une bonne transition avec des nouveaux auteurs qui vont prende de l'assurance pour peu qu'on leur laisse le temps. Cette aventure est inédite et drôle même s'il y a quelques approximations. Vivement le 36ème album

24 2 2014
   

Ouf !... Ouf ! Lecture finie, je reprend ma respiration : l'album est bon ! Le meilleur album (le seul bon album) qu'on aie eu depuis Astérix chez Rahazade ! Parlons d'abord du dessin.

Je découvre d'abord la couverture. Ligne parfaitement claire, irrégularité dans le trait qui donne de la vie, encrage nette, proportions des personnages magnifiquement respectées... Parfait !
En ouvrant l'album, force est de constater que la couverture n'est pas trompeuse ! En effet, la mise en page simple et mise en valeur d'un Astérix commun est présente !
Après deux pages, je vois l'erreur. L'erreur est incarnée en deux personnages : Abraracourcix et Panoramix. Les personnages ont des poches sous les yeux qui semble les vieillir, ils n'ont plus leur petit charme, ce charme qui rajeunissait Panoramix, malgré sa longue barbe blanche... Voilà, ces deux personnages sont à revoir.C'est tout !

En route pour l'aventure ! Astérix et Obélix quittent le village, Obélix laisse Idéfix à Pano... Quoi ?! Obélix laisse la garde d'Idéfix à Panoramix ? Sur quel dos doit être l'erreur ? Celui du scénartiste ou du dessinateur ? Le scénariste si c'est vraiment son choix mais cela ne devrait pas l'être car Uderzo l'en aurait empêché ! Non, ce doit plutôt être la faute du dessinateur qui avait du mal à le dessiner... Well..

Le scénario :
Astérix et Obélix font une découverte Mac Abre, en effet, ils découvrent un homme congelé ! (cette phrase n'est là que pour placer mon jeu de mots pourri, j'avoue)...
Le scénario est plutôt intelligent, certains crachent sur Afnor (Nessie) mais je trouve l'idée plutôt bonne ! Non, le scénario est intelligent !

Ouf !... Ouf ! Lecture finie, je reprend ma respiration : l'album est bon ! Le digne successeur de Goscinny n'est pas Uderzo mais le tandem Ferri/Conrad. Non, cette phrase n'est pas là pour déclencher un débat plein d'insultes, mais je vois les faits : à part Astérix chez Rahazade, aucun album d'Uderzo n'est bon. (j'ai même un pincement au cœur en repensant à Le ciel lui tombe sur la tête). Le ciel lui était tombé sur la tête à Uderzo quand il a écrit ça, en effet. Heureusement qu'il a passé la main.
Je félicite le nouveau tandem, vous avez fait revivre Astérix tel que Goscinny le faisait, tel qu'on l'attendait.

12 1 2014
   

Uderzo a voulu arrêter Astérix avant de se rétracter et de lancer un concours pour trouver 2 nouveaux auteurs: Au dessin Didier Conrad (bob Marone) et au scénario Jean-Yves Ferri (De Gaulle a la plage)...
Pari audacieux réussi mais pour ne pas décevoir les lecteurs, les nouveaux auteurs n'ont pas pris de risque. Ils ont envoyés nos héros en Ecosse en s'amusant avec les coutumes et traditions.
On y retrouve le kilt, le lancer de tronc, le Whisky (l'eau de malt), le Loch Ness etc...
Beaucoup de jeux de mots et calembours dans cette album, on y retrouve aussi des caricatures comme Vincent Cassel dans Mc Abbeh et Johnny Hallyday en barde.

Coté dessin très correct il faut vraiment être fan pour voir les différences.

Dans l'ensemble c'est un bon début, sans prendre trop de risque dans le scénario l'album se lit bien mais j'ai trouvé l'humour lassant sur la fin et l'histoire aurait pu être plus développé. Attendons leur deuxième album pour leur confirmation...

Agecanonix :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de AgecanonixReflet de l'avatar de Agecanonix
14 11 2013
   

Comme beaucoup de fans, je me réjouissais tant d'un nouvel Astérix qu'une fois lu, l'enthousiasme se fait plus discret. Est-ce parce que ce tome était tant attendu après une suite de déceptions, qu'il ne satisfait qu'à moitié ? Certainement, en tout cas, pour moi, c'est le cas, parce que les fans que nous sommes sont devenus tellement exigeants qu'il est devenu très difficile d'égaler les opus exceptionnels comme Astérix chez les Belges, chez les Bretons ou en Corse... la barre est placée trop haute.
Comme je l'avais dit sur le forum du site, le potentiel comique est bien plus limité qu'avec les Bretons déjà traités, aussi, le tout semble frileux, mou, peu remuant. On sent que les auteurs ont tellement de respect et qu'ils ont si peur d'abîmer un mythe sans encourir les foudres des fans, qu'ils n'osent pas trop s'exprimer, trop étranglés par l'enjeu énorme que représente cette succession, et quand ils le font, ils se contentent de remplir une liste de gimmicks et de passages obligés : pirates, disputes, baffes aux Romains, fugace apparition de César, banquet final.... Ils n'ont pas su s'approprier la série comme l'ont fait Turk et De Groot par exemple sur "Clifton".

Bon, soyons justes, il y a quand même quelques gags qui fonctionnent, des coutumes pictes qui renvoient à l'Ecosse (monstre du Loch Ness, whisky, lancer de troncs..) et un petit clin d'oeil au mur d'Hadrien. Mais c'est quand même mince tout ça pour obliger les héros à partir chez ces Pictes, il n'y a pas de scène marquante, de péripéties vraiment comiques, le début est trop long à démarrer, et le prétexte amoureux a déjà été utilisé dans Astérix Légionnaire et le Grand Fossé. D'autre part, certains noms écossais sont malhabiles, quelques jeux de mots témoignent d'un souci de faire sourire, mais certains sont vaseux. Quant aux nouveaux personnages, aucun ne sera inoubliable comme ont pu l'être Grossebaf, Jolitorax, Alambix, Prolix ou Gueuselambix.... et le recenseur romain est un personnage inutile qui n'apporte rien.

Sur le plan graphique, le résultat est meilleur, mais on voit que ce n'est quand même pas du Uderzo ; Conrad fait ce qu'il peut pour reproduire les personnages familiers, et c'est là qu'on s'aperçoit que ce dessin à la base caricatural, n'est pas si facile que ça ; résultat : certains visages sont déformés ou peu réussis, seuls Astérix et Obélix ont un aspect acceptable.
Enfin, ne jetons pas trop la pierre, l'ensemble n'est pas si mal, il fallait du mérite et du courage pour accepter de relever un tel défi, et ce fut tellement éreintant que Ferri et Conrad n'ayant pas envie de re-subir une telle pression, ne devraient logiquement pas renouveler l'opération. Le gant reste à relever.

5 11 2013
   

Les derniers Astérix étaient mauvais, tout le monde (ou presque) est d'accord là dessus. Il fallait donc, pour ce nouveau départ, parvenir à un consensus: reconquérir le coeur du public en retournant aux fondamentaux.

Sur ce plan, la mission est réussie: on sent que les auteurs n'ont voulu prendre aucun risque. Ils se fondent parfaitement dans le moule en livrant un album très consensuel. Pas de prise de risque, mais ce n'était de toute façon pas le moment.

La médaille a son revers: l'album, s'il n'est pas mauvais, n'est pas non plus excellent. La faute à cette timidité; on sent presque les auteurs paralysés par l'enjeu ! Histoire moyenne, assez lisse. Mais encore une fois c'était un passage obligé pour un "premier" album.

J'espère donc que les auteurs se lâcheront un peu plus pour la suite. Ferri/Conrad ont voulu faire du Goscinny/Uderzo, soit. Mais j'aimerais qu'ils fassent - tout en conservant l'esprit Astérix- davantage de Ferri/Conrad ! L'émancipation sera pour plus part, une fois passée la période de rodage, et une fois qu'Uderzo acceptera de lâcher complètement son bébé.

4 11 2013
   

Après l'avoir pré-commandé sur internet, le voilà enfin entre mes mains ce 35ème tome des aventures d'Astérix, le gaulois.

Commençons par le commencement. Bien que critiquée, la couverture de l'album ne me déplaît pas. Sans être exceptionnelle, elle est d'un niveau satisfaisant. A moins d’être très pointilleux ou tatillon, je ne vois pas trop ce qu’on pourrait lui reprocher.

Le dessin de Conrad est intéressant et plutôt bien maîtrisé. L’ensemble est plutôt cohérent. Cependant, le dessin n'égale pas celui du maître Uderzo. D’un premier coup d’œil, on s’aperçoit que les traits de Conrad sont bien plus épais que ceux d’Uderzo.
Sur le travail de Conrad, trois points me dérangent : les yeux d'Astérix que je trouve inexpressifs. Astérix a bien souvent le regard vide, hagard. Les braies ou rayures d’Obélix sur son pantalon sont plus larges et moins nombreuses qu'à l'accoutumée. Les femmes du village gaulois ne ressemblent pas trop à celles dessinées par Uderzo. En point positif, je trouve Obélix très bien retranscrit et fidèle à ce qu’a réalisé Uderzo par le passé. L'ensemble est homogène et cohérent. J’ai bien aimé le passage se déroulant en Ecosse. J’ai trouvé le paysage très bien retranscrit. En si peu de temps (8 mois il me semble), Conrad a réalisé un travail plus que correct. La caricature de Vincent Cassel (un acteur que j'apprécie) est très bien réalisée. A noter que les couleurs de l’album sont de bonne qualité.

Le scénario n'est pas digne d'une aventure d'Astérix. Pour moi, c'est trop plat, il ne se passe pas grand chose. L'histoire peut se résumer en deux lignes tellement elle est maigre. Il n'y a pas assez d'action, de bagarre. Pour preuve, je n'ai pas vu Astérix utiliser une seule fois sa potion magique et délivré son célèbre Uppercut dans le menton d'un romain pour l'envoyer en l'air.

Au final, cette reprise est plutôt moyenne, ce n'est pas non plus une catastrophe et je laisserais bien une seconde chance à ce duo prometteur. C'est quand même un sacré boulot et une certaine responsabilité de reprendre une série comme Astérix. J'attends de voir les prochains albums pour juger plus précisément du potentiel de ces deux nouveaux auteurs. Ils ont les compétences et le talent pour s'imposer, laissons leur le temps de travailler, d'exprimer leurs idées et d'utiliser leurs compétences et connaissances pour y arriver.

Nicoworld :Une BD décevante... Note de l'album : 2,00
Avatar de Reflet de l'avatar de
3 11 2013
   

Quelle déception ! Il faut dire que l'on attendait tant de ce nouvel album. Les premières pages séduisent car on y retrouve tout l'univers que l'on aime, les dessins de Conrad sont exceptionnels. Un vrai travail de pro. Le défi était de taille tant le talent d'Uderzo est grand, mais Conrad l'a relevé haut la main. On ne peut pas en dire autant de Ferri qui, bien que certainement pétri de bonnes intentions (calembours, noms des Pictes...) n'arrivent pas à donner de l'épaisseur à cette histoire. Trop simple, sans rebondissements, sans rythme, cette histoire est molle, il ne s'y passe pas grand chose. On s'en aperçoit dès le début : Ferri utilise les 12 premières pages juste pour faire connaissance avec le Picte et son problème, c'est long et ennuyeux. La suite est aussi très linéaire. Un voyage standard, un enjeu simpliste (retrouver sa belle) et très peu de relief dans dans le scénario, aucun suspens, pas de rebondissements. Bref, on suit l'histoire en devinant continuellement ce qui va venir. Je me suis ennuyé. Je suis d'autant plus déçu qu'apparemment, comme le disait Le Monde, il y a en France de nombreux pros de l'écriture. Et certains scénarios d'Astérix qui traînent sur la toile sont des pépites (Cf. article sur Loupy). Alors pourquoi Uderzo ne fouine pas un peu plus. Il en a les moyens...

CaspiW : Note de l'album : 0,50
Avatar de Reflet de l'avatar de
2 11 2013
   

Complétement nul. Allais-t-on enfin retrouver un Astérix aussi savoureux qu'Astérix chez les Belges ou Astérix en Corse ? Force est de constater que la réponse est clairement NON ! Si les dessins sont franchement pas mal, on se dit que si on a trouvé un digne successeur à Uderzo, ce n'est, hélas ! pas le cas pour ce qui est de Goscinny. Le scénario est extrêmement mince et si quelques gags font sourire (quoi McKeul, qu'est-ce qu'il a McKeul ?), il manque souvent cet humour au deuxième degré qui faisait que les Albums d'Astérix plaisaient non seulement aux enfants, mais aussi aux adultes. Pour moi, cet album est l'un des plus mauvais de la série (si j'excepte "Le Ciel lui tombe sur la tête" que je n'ai pas lu). Pourtant, les premiers albums solo d'Uderzo n'étaient pas mauvais ("le grand fossé" ou "Le fils d'Astérix" étaient encore tout-à-fait bons).

2 11 2013
   

Voilà, c'est fait, les retrouvailles avec le plus populaire des duos de gaulois se sont avérées assez sympathiques, à l'aune de ce premier album sans aucun de leurs créateurs.

Pourtant, l'ombre d'Uderzo plane sur cet album, tant il cumule les passages obligés, comme autant de repaires qui doivent nécessairement baliser le parcours des héros et celui des lecteurs.
Mais qu'importe, sans être génial, cet "Astérix chez les Pictes" m'a tiré quelques rires, avec ses boutades et jeux de mots. Le Picte de service est plutôt réussi, tout comme la caricature de Vincent Cassel dans le rôle du méchant.
Et puis un gentil monstre du Loch Ness, transformé en loutre géante, j'ai trouvé ça plutôt mignon.
Enfin, Conrad s'en tire très bien avec le dessin, qui ne livre aucune faille (on peut même dire que les couleurs sont une franche réussite).

Pour résumer, si cette aventure n'est pas culte, mais elle respecte la série mythique et délivre suffisamment de bons moments (même s'il n'y a pas de réelles surprises) pour satisfaire les lecteurs et amateurs de la série.

Salabistouille :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,00
Avatar de Reflet de l'avatar de
27 10 2013
   

Comme à chaque sortie d'un album d'Asterix, bon ou mauvais, à peine feuilleté ou pas du tout (parfois on n'ose pas trop feuilleter de peur d'être trop déçu et devoir renoncer, la mort dans l'âme), on se rue dessus et on finit par acheter !
Et comme on veut à chaque fois croire que la magie opérera, malgré l'absence de Goscinny (et maintenant Uderzo ... même si je pense qu'il a dû être omniprésent) et bien on se dit, à la lecture, qu'on sera prêt à être conciliant, pourvu que rien ne nous pousse à regretter notre investissement ... alors ? Qu'en est-il pour celui-ci ? ... Je dois dire que, du début à la fin ... j'ai cru rêver : enfin un album d'Asterix "normal" depuis bien longtemps. Bien sûr, il n'est pas parfait ... parce que la "perfection" aurait été que Goscinny soit encore aux commandes ... disons qu'il faut accepter qu'Asterix entre dans une autre phase, évolue. Acceptons-le et laissons aux deux nouveaux le temps de se faire la main, de définir leur style sur cette série. Uderzo lui-même a dû trouver le sien au début ... J'ai apprécié cet opus autant pour ses qualités que défauts : on y trouve un mix de choses déjà vues dans d'autres albums, c'est un peu fourre-tout mais construit, le sujet semble survolé mais offre de belles séquences, et surtout, on rit enfin à nouveau, sans se forcer ! ... ils ont voulu redémarrer sur des bases solides, histoire de dire : mais oui ! Asterix semblait amorphe durant un temps, mais là il revit ! ... par contre, oui, aux prochains on sera plus exigeants car ils se doivent de se démarquer de l'emprise Goscinuderzienne, pour insuffler de la modernité et leur patte aux héros dont ils ont hérité ... tout en contentant les fans de la première heure, dont je suis !

John Wayne :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de John WayneReflet de l'avatar de John Wayne
27 10 2013
   

Ce trente-cinquième tome s'avère plutôt concluant. Ferri parvient de manière honorable à relever le défi. Ses jeux de mot sont drôles, ses personnages attachants et c'est un plaisir que d'entreprendre un dépaysant voyage comme la série n'en avait plus connu depuis "La Galère d'Obélix" (soit 1996 !).

On peut cependant regretter que la caricature du peuple picte ne soit pas davantage exploitée et ne possède pas la même verve que dans d'autres opus. Et pour autant de passages qui prêtent à sourire, il existe autant d'éléments qui eux tombent à plat. Ferri tente de s'approprier le style absurde de Goscinny sans toujours bien y parvenir ou du moins sans que cela ne s'intègre parfaitement dans le rythme du récit.

Quant à Conrad, son travail est d'un très bon niveau. Son trait est encore hésitant pour certains personnages et n'a pas la spontanéité d'un Uderzo, mais ses décors et ses atmosphères donnent une véritable identité à l'album, tandis qu'il parvient à s'approprier efficacement nos deux héros à défaut des autres habitants du village.

Le coup d'essai que constitue cet album me pousse à l'indulgence, aussi je lui donne un peu plus que la moyenne, mais force est de constater qu'à la relecture, il ne tient pas aussi bien la route que d'autres entrées de la séries. La faute peut-être à un manque de profondeur et de plusieurs niveaux de lecture, au profit d'un produit plus commercial et calibré.

Ces années 2000-2010 ont cependant connu des reprises de classiques bien plus innommables et cette initiative s'avère au contraire une bouffée d'air frais pour une série jusqu'alors agonisante. Ce que nous perdons en qualité de dessin, nous le gagnons en scénario ! Un duo qui doit donc encore faire ses preuves, mais qui peut potentiellement faire vivre "Asterix" et lui offrir de nouvelles aventures après le naufrage scatophile du tome 34.

Marsupilami :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de MarsupilamiReflet de l'avatar de Marsupilami
25 10 2013
   

L'une des BD les plus attendues de la fin de l'année n'est pas à la hauteur des chefs d’œuvres d’autrefois mais ce n'est non plus un navet.

Côté dessins, presque rien à redire, ils sont agréables. Enfin si un peu, les personnages du village manquent de clarté. Et les nouveaux personnages ne sont pas du tout alléchant. A part Nessy...

Tous les ingrédients étaient là pour continuer la série, malheureusement le scénario se contente de nous proposer le minimum syndical. L'histoire n'est pas d'un intérêt renversant. C'est le problème même, c'est que rien s'y bouscule un peu trop. Il a manqué quelques combats sympas pour donner des allures de guerre de clan. On sourit tout juste. Cela boite évidemment un peu pour plaire à toutes les générations.

Voilà, une bande dessinée tout agréable à lire mais oubliable, car largement moins marquant que ses prédécesseurs comme Asterix chez les Corses.

25 10 2013
   

Il aura donc fallu attendre 8 ans pour avoir de nouvelles aventures d’Astérix. L’attente était forte surtout que les deux derniers tomes et surtout le 33ème était une calamité tellement énorme qu’on pensait notre petit gaulois complétement sabordé. Uderzo ayant décidé de raccrocher les pinceaux (à 86 ans il a le droit à une retraite bien méritée) et le génial Goscinny étant malheureusement décédé depuis de nombreuses années, c'est un nouveau duo d’auteurs qui s’y colle. Conrad qu’on connait pour les "innommables" n’a pas à la base le même trait qu’Uderzo, pourtant visuellement cet album est assez bluffant. On nous dit qu’Uderzo a supervisé et même poussé le petit nouveau à changer de matériel pour dessiner nos deux héros au plus juste, et on peut dire que c’est réussi. Bien sûr en étant tatillon, les personnages secondaires sont un peu moins ronds, et les arrières plans pas toujours aussi précis mais l’ensemble est tout de même une réussite.

Pour le scénario, on peut penser que Ferri (dont je ne connais pas grand-chose à part "Le Retour à la terre" avec Larcenet) a voulu débuter ces nouvelles aventures par quelque chose qui parait plus simple, et comme un tome sur deux, Astérix partira donc dans un pays étranger, ici chez les écossais ou Pictes. A mon gout l’histoire est un peu trop gentille et linéaire, il ne se passe pas énormément de chose et c’est plutôt convenu. Astérix et Obélix trouvent un Picte, le ramène chez lui et résolvent un petit problème de mariage et de guerre de clan. Cependant je reconnais aisément que le boulot n’est pas simple pour Ferri, il doit logiquement essayer de caser plein d’éléments pour que le lecteur, toute génération confondue, s’y retrouve : les habitants du petit village gaulois, Idéfix et les arbres, le bateau pirate, des disputes entre Mossieur Astérix et le « gros » Obélix et bien sûr le banquet final, sans oublier Assurancetourix qu’on empêche de chanter. On s’y attendait, on retrouve bien entendu tout ça.

Pour le reste il y a beaucoup de jeux de mots et de calembours, ce qui faisait le charme des scénarii de Goscinny, cependant tous ne fonctionnent pas bien et c’est surtout ciblé sur les noms en Mac. Les borborygmes de Mac Olloch m’ont souvent désarçonné, mais je me suis parfois vu rire ou sourire devant d’autres jeux de mots. Je trouve également que la présence de la grosse loutre est trop marquée et n’apporte pas beaucoup de valeur ajoutée, et que ça manque de potion magique.

Au final, j’ai pris du plaisir à retrouver nos deux héros, j’espère que les auteurs arriveront à mieux s’approprier l’univers crée par Goscinny et Uderzo et qu’ils arriveront à ne plus souffrir de la comparaison. En attendant je reste conciliant dans ma note et je les engage à persévérer (j’ai loupé ma vocation, j’aurais dû être prof ? ).

Tous les albums de la série
Album Avis Moyenne
Asterix, tome 1 : Asterix le gaulois 21 3.40
Asterix, tome 2 : La serpe d'Or 16 3.81
Asterix, tome 3 : Asterix et les Goths 15 3.57
Asterix, tome 4 : Astérix Gladiateur 13 4.15
Asterix, tome 5 : Le tour de Gaule d'Astérix 17 4.53
Asterix, tome 6 : Asterix et Cléopatre 15 4.43
Asterix, tome 7 : Le combat des chefs 14 3.93
Asterix, tome 8 : Astérix chez les Bretons 15 4.50
Asterix, tome 9 : Astérix et les Normands 12 3.96
Asterix, tome 10 : Astérix Légionnaire 16 4.59
Asterix, tome 11 : Le bouclier Arverne 11 4.50
Asterix, tome 12 : Astérix aux jeux Olympiques 11 3.55
Asterix, tome 13 : Astérix et le chaudron 12 3.46
Asterix, tome 14 : Asterix en Hispanie 11 4.14
Asterix, tome 15 : La Zizanie 10 4.50
Asterix, tome 16 : Asterix chez les Helvètes 15 4.17
Asterix, tome 17 : Le domaine des Dieux 11 3.91
Asterix, tome 18 : Les lauriers de César 13 4.35
Asterix, tome 19 : Le devin 9 3.67
Asterix, tome 20 : Astérix en Corse 18 4.64
Asterix, tome 21 : Le cadeau de César 11 3.73
Asterix, tome 22 : La grande traversée 7 3.79
Asterix, tome 23 : Obélix et compagnie 9 4.17
Asterix, tome 24 : Astérix chez les Belges 10 4.00
Asterix, tome 25 : Le grand fossé 12 3.29
Asterix, tome 26 : L'Odyssée d'Asterix 14 3.96
Asterix, tome 27 : Le fils d'Astérix 8 3.06
Asterix, tome 28 : Astérix chez Rahazade 8 3.38
Asterix, tome 29 : La rose et le glaive 7 3.57
Asterix, tome 30 : La Galère d'Obélix 19 2.16
Asterix, tome 31 : Astérix et Latraviata 21 2.07
Asterix, tome 32 : Astérix et la rentrée gauloise 9 3.17
Asterix, tome 33 : Le ciel lui tombe sur la tête 51 1.30
Asterix, tome 34 : L'anniversaire d'Astérix et d'Obélix 12 2.50
Asterix, tome 35 : Astérix chez les Pictes 14 3.00
Asterix, tome 36 : Le papyrus de César 6 3.42
Asterix, tome 37 : Astérix et la Transitalique 6 3.67
Asterix, tome 38 : La fille de Vercingétorix 4 2.00