46 454 Avis BD |20 138 Albums BD | 7 882 séries BD
Accueil
Tome 1 : Dix mille ans sous les glaces
 

Arctica, tome 1 : Dix mille ans sous les glaces

 
 

Résumé

Arctica, tome 1 : Dix mille ans sous les glacesAfin d'acceder au résumé de Arctica, tome 1 : Dix mille ans sous les glaces, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Arctica, tome 1 : Dix mille ans sous les glacesL’histoire démarre bien MAIS : son développement ne casse pas des briques !…
Le récit est classique. Un peu trop.

Les personnages ?… ben.. on ne sait pas trop qui est qui…et qui fait quoi…

Le dessin ?… un beau trait réaliste qui aurait pu relever certaines carences du scénario. Mais ce n’est pas le cas. Egalement quelques « faiblesses » dans la construction de personnages ; une mise en page « standard ».

Tout ça pour ?… un tome divertissant mais qui n’a pas capté outre mesure mon attention. Voilà. C’est tout.


Chronique rédigée par LYmagier le 24/01/2008
 
 
Avis de :Une BD décevante... Note de l'album : 2,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de LYmagierReflet de l'avatar de LYmagier
Statistiques posteur :
  • 2911 (92,44 %)
  • 154 (4,89 %)
  • 84 (2,67 %)
  • Total : 3149 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 2,50 Note générale
  • Originalité : 2,50 Originalité
  • Scénario : 2,50 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 3,27
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 2.70
Dépôt légal : Décembre 2007

Avis des lecteurs

5 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Arctica, tome 1 : Dix mille ans sous les glaces, lui attribuant une note moyenne de 2,70/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

4 12 2013
   

J'aime les univers que nous invente Pecqueur, je suis client de son style, et encore une fois, il ne m'a pas déçu. Certes, tout cela est rempli de bons sentiments, certes tout cela semble assez classique, mais c'est quand même suffisamment bien fait pour que je me sois laissé embarqué par ce début d'histoire. Cette introduction nous présente un personnage, Dakota qui fait une découverte hors du commun, introduisant un mystère qui lance efficacement l'histoire. Ce premier tome prend le temps de nous faire découvrir le passé de Dakota et ses éventuelles failles : même si tout cela semble déjà vu, même si tout n'est pas crédible (le gars qui arrive à piloter un avion sans prendre un seul cours, c'est quand même gros, d'autant que dans cet univers futuriste, le modèle piloté n'est pas des plus simples à prendre en main; cette histoire de bout de satellite radioactif...), j'avais certainement besoin de ces passages pour m'approprier l'univers et l'un des personnages principaux.

L'intrigue est posée avec une grande fluidité, et on sent qu'elle s'ouvre sur une atmosphère de complot et d'espionnage, allant au-delà de la simple science-fiction. Comme souvent, Pecqueur lance ainsi plusieurs pistes. Attention toutefois, l'expérience montre que le scénariste n'arrive pas toujours a exploiter correctement toutes les idées lancées dans son premier tome. Ce début de scénario, assez classique, avec un héros qui en serait presque caricatural tant il doté de bons sentiments, est efficace et j'ai accroché.

Il faut dire que le dessin n'est pas désagrable. Un peu froid, peut-être, mais qui rend compte de l'univers futuriste dans un style que j'apprécie.

Ce premier tome m'a bien plu, je le trouve abouti, et très divertissant.

2 7 2013
   

Allez, moi je vais réhausser un peu cette note. Je trouve que cet album n'est pas désagréable, j'ai passé un bon moment en sa compagnie. C'est certes pas vraiment original, c'est très démago avec son discours écolobidule et c'est vrai que les dialogues m'ont fait sourire quelquefois: notamment le moment où Dakkota explique à un ordinateur la polymérisation... bien sûr, bien sûr.

Il y a un minimum de suspense qui a défaut de tenir en haleine, donne tout de même envie de poursuivre la lecture. Le récit est fluide, et malgré quelques flash backs vite baclés, ça reste agréable à lire.

En plus le dessin n'est pas moche non plus et les couleurs sont surement un peu trop flashies.

Bref, ça mérite la moyenne et puisque vous l'avez pas fait, je vais lire la suite ! Na !

28 2 2012
   

Cet album est extrêmement décevant.

il est d'une naïveté déprimante, les dialogues en fait, sont les véritables causes du drame de cette lecture.
Ils sont affligeants de simplicité, trainent en longueur, ont la mauvaises manies de décrire des faits inutiles que l'on aurait pu nous faire comprendre autrement, notamment avec un meilleur découpage et une meilleure mise en page. J'ai l'impression que le story board est raté.
Les dialogues nous expliquent la vie des uns et des autres par des flashback un peu trop banals et je me demande vraiment comment certains détails peuvent être connus des personnes racontant la vie des autres.
J'ai trouvé trop de facilité, trop d'incohérence, trop de banalité, trop de bons sentiments ecolo, trop de phrases toutes faites.

Dommage, car le fond de l'histoire est accrocheur et le dessin relativement agréable avec des couleurs de bon aloi.

Malheureusement, au final, je n'ai vraiment pas envie de m'éterniser sur cet avis et je comprends mieux pourquoi personne n'a posté les albums suivants au jour où j'écris...

26 2 2012
   

Arctica est une série parue dans la collection série B de Delcourt. Si on se réfère à ce que nous dit Wikipedia: série B: film à faible budget.
Et cela lui va bien: un ancien as de l'aviation, qui a subi un drame personnel, passe sa vie dans l'espace à récupérer des débris de satellites ou sur la mer à détruire des icebergs dérivant. Un jour il découvre un cylindre métallique contenant une mystérieuse jeune fille. Commence pour lui une course poursuite...
On ne peut pas dire que l'histoire est désagréable, ça se laisse lire tranquillement. Mais c'est en gros sans surprise. Il y a un peu du 3eme élément, un soupçon d'écologie, des méchants très méchants, un gouvernement qui veut cacher la vérité. Qui n'a jamais lu/vu ce genre de chose. C'est très, voir trop convenu.
De plus, et là c'est purement subjectif, je n'ai pas trop accroché au style graphique de Bojan Kovacevik. Attention, je suis bien évidemment bien incapable de réaliser le quart de ce qu'il fait, mais je trouve le trait trop classique. Les visages des personnages manquent de singularité.
Un premier album de série qui sera pour moi le dernier je pense.