46 488 Avis BD |20 153 Albums BD | 7 883 séries BD
Accueil
Tome 12 : Retour aux sources
 

Aquablue, tome 12 : Retour aux sources

 
 

Résumé

Aquablue, tome 12 : Retour aux sourcesAfin d'acceder au résumé de Aquablue, tome 12 : Retour aux sources, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Aquablue, tome 12 : Retour aux sourcesUn retour aux sources qui porte vraiment bien son nom !
Nouveau cycle, nouveaux auteurs : un vrai bol d'air frais pour la série.

Après 3 cycles, plus ou moins appréciés par les fans (moins surtout), d'aventures spaciales sur différentes planètes, Hautière décide de faire revenir Nao sur Aquablue, qu'il place au centre de l'intrigue. Les relations entre les personnages n'ont jamais autant été travaillées et l'on assiste même au retour judicieux d'un ancien adversaire de Nao. Hautière s'est totalement approprié Aquablue et il se permet quelque liberté (Ylo a dorénavant la peau bleue). Le scénario de ce tome (à l'image de celui du Tome 1 - Nao) se place comme une introduction au nouveau cycle des aventures de Nao.

Quand au dessins de Reno, que dire à part "Whaou" ?! C'est une vraie claque visuelle. Chaque planche permet de contempler la faune et la flore d'Aquablue et les scènes d'actions ne sont pas en reste. Ce style confère à ce tome 12 une vraie identité qui ne s'oubliera pas de si tôt.

Bref, c'est un tel plaisir de retrouver Nao, Carlo, Rabah, Cybot et les autres ! Ce tome ne laisse présager que du bon pour ce nouveau cycle...


Chronique rédigée par Amandemma le 01/12/2011
 
 
Avis de :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de AmandemmaReflet de l'avatar de Amandemma
Statistiques posteur :
  • 5 (62,50 %)
  • 3 (37,50 %)
  • Total : 8 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 3,50 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 5,00 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.25
Dépôt légal : Novembre 2011

Avis des lecteurs

4 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Aquablue, tome 12 : Retour aux sources, lui attribuant une note moyenne de 4,25/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

24 6 2015
   

Cet album, qui lance une nouvelle histoire de Nao, est surprenant. D'un côté, dès la couverture, on se dit qu'un vent ne nouveauté souffle sur la série, ce que confirme la lecture de l'ouvrage : une nouveauté, voire une modernité, supportée par un traitement graphique différent, plus informatisé, mais pas moins agréable que précédemment. D'un autre, le scénario proposé permet de replacer au centre du récit la planète qui était le théâtre du premier cycle, et sur laquelle la série à construit son succès. C'est donc une nouvelle ère qui s'ouvre pour la série, avec une nouveauté alliée à un certain retour aux sources de la série, comme l'annonce d'ailleurs le titre. L'ensemble paraît de fait réussi.

J'ai particulièrement apprécié le lancement de cette nouvelle intrigue : on a jusque là opposé les terriens et le bluens (habitants d'Aquablue), les considérant comme deux peuples de deux planètes différentes. Le fait d'introduire un éventuel lien de parenté entre les deux est particulièrement bienvenu (même s'il restera à expliquer pourquoi et comment les Bluens, peuple avant tout "rustique", s'est soudainement pris d'une envie pour l'exploration spatiale), d'autant que tout cela semble avoir des répercussions sur les lois de protection des peuples indigènes que Nao avait réussi à obtenir. Le scénario ne se contente pas de dévoiler une origine commune aux terriens et aux Bluens, mais conduit à remettre en cause l'équilibre que Nao avait réussi à instaurer. C'est avec une certaine ironie que l'on voit Nao oeuvrer à son insu pour la destruction de ce qu'il avait réussi à faire accepter. Même si on sent bien que des puissances occultes tirent les ficelles....

L'ensemble est visuellement assez impressionnant. La nouvelle colorisation donne un coup de fouet à l'univers et l'ensemble paraît plus dynamiques, les espaces plus vastes : on respire.

Les seuls regrets concernent la personnalité de Nao : cette supposée relation extra conjugale nouée 10 ans auparavant, dans le cycle précédent, me déçoit. Et je ne vois pas d'un très bon oeil le vaudeville qui ne manquera pas d'en découler, un vaudeville qui ne cadre pas vraiment avec l'aventure qui, à mon sens, doit rester au centre de la série "Aquablue".

Mais bien peu de regret au final, car après deux-trois cycles un peu moyens, on semble retrouver la qualité du premier. Ca fait du bien de retrouver Nao, il nous avait manqué !

16 12 2012
   

Voilà, je reprends la série "Aquablue". Je l'avais laissée à la fin du tome 7, et déjà on peut dire qu'elle connaissait des hauts et des bas. J'ai donc décidé de ne pas acheter les tomes 8,9,10,11 au vu des critiques de coin bd. J'attaque ce 12ème épisode et déjà la première chose qui saute aux yeux ce sont les dessins. Quels changements, ouahouh c'est chouette, les paysages d'aquablue sont magnifiques, les profondeurs sous-marine fabuleuses. Les couleurs, sans doute faites sur ordinateur, sont très bien dosées et contribuent à la beauté des images. Avec Reno on peut donc enfin se dire que le Nao disproportionné est bel et bien derrière nous.

En prenant le partie de sauter 4 épisodes de la série, j'avais un peu peur de ne plus comprendre le récit de ce 12ème album. Il n'en est rien, j'ai tout compris, d'ailleurs on peu dire que Hautière prend son temps, le scénario, très fluide, avance lentement. Ce "retour aux sources" porte vraiment bien son nom, les auteurs réalisent un gros tour de force de reprendre une série qui n'était pas réellement à son apogée et d'en faire quelque chose de beau, d'intelligent. Les petites blagues débiles qui faisaient le "charme" des premiers albums ont disparues et ce n'est pas un mal...

Un très bon album, j'espère que tous les amateurs d'"Aquablue" s'y retrouveront.

26 12 2011
   

Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu un album avec autant de plaisir.
Aquablue, série mythique qui a bercé mon adolescence et fait de moi le lecteur de BD que je suis.
La sortie d’un nouvel album avec de nouveaux auteurs et un pitch qui nous ramène pour de bon à la planète Mère, voilà de quoi affoler mes papilles optiques.

Alors, je vais commencer par ce qui me faisait presque le plus peur : le dessin.
Après des preview sur Internet qui faisaient trop ressortir le coté informatique des planches, j’avoue que la version papier n’a rien à voir. On se prend une claque visuelle. Le trait est d’une précision, d’un dynamisme, d’une beauté incroyable. Cela faisait longtemps que je n’avais pas pris un tel plaisir à regarder les cases d’un album.
Alors que d’habitude dès que les cases montrent des vues globales, les personnages et la précision du trait ne permettent plus de reconnaitre quoi que ce soit, ici, quel que soit la distance de l’objectif, les personnages et les décors restent d’une finesse démentielle. Ill va sans dire que sur les vues d’ensemble, sur les décors et les cases rapprochées, cette qualité persiste. Presque trop. Certains paysages ressemblent à des photos tellement le détail est poussé dans sa perfection. Au point que cette qualité m’a presque gêné parfois. Une BD malgré tout doit rester une BD et donner ce coté dessin.
Les couleurs sont-elles aussi proches de la perfection. Ce serait presque elles, en fait, qui donneraient ce coté photo réaliste à certaines cases. Trop belles, trop précises, trop fines, trop lumineuses et presque trop réelles, les couleurs en mettent plein les yeux.
J’aimerai vraiment savoir comment les artistes ont travaillé pour obtenir un tel résultat. Même l’informatique ne fait pas tout et j’imagine le temps qu’il a fallu pour dessiner et réaliser tous ces détails.

La cerise sur la BD c’est le scénario. Nous retrouvons nos personnages fétiches avec toutes les personnalités et de vrais caractères. Nous retrouvons Nao, Mi-Nuée, leur fils Ylo, Maurice Dupré, Cybot, Carlo, Rabah, Urukthapel, mais aussi d’autres anciennes connaissances dont je vous laisse découvrir leur rôle et nom pour votre plaisir !..
Le scénario général nous ramène directement sur Aquablue pour mon plus grand bonheur. Les éléments lancés par le scénariste sont très bons et pose un beau bordel à venir !
L’alternance entre dialogue, action, contemplation, interrogation est excellente et le rythme de l’album nous tient en haleine de bout en bout.

Encore mieux, je pense que cet album peut se lire sans avoir connaissance de tous les tomes précédents. Les auteurs glissant habilement au fil des pages les éléments pour qu’un nouveau lecteur puisse retrouver la trame générale passée et faire le lien avec l’album présent.

Aquablue a retrouvé toute son essence primaire, avec un style modernisé de très bon goût. L’humour est donc lui aussi présent à petite touche bien dosé par l’entremise de Cybot, Rabah ou encore Carlo sans n’étant évidemment pas restrictif.

Que du bonheur.