46 372 Avis BD |20 096 Albums BD | 7 870 séries BD
Accueil
Tome 1 : Le nouveau Rêve
 

Aprés l'Incal, tome 1 : Le nouveau Rêve

 
 

Résumé

Aprés l'Incal, tome 1 : Le nouveau RêveAfin d'acceder au résumé de Aprés l'Incal, tome 1 : Le nouveau Rêve, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Aprés l'Incal, tome 1 : Le nouveau RêveMOEBIUS et JODOROWSKY se retrouvent pour redonner vie à John DIFOOL dans "Le Nouveau Rêve".

Fan inconditionnel de la série mère "L'Incal", je ne pouvais que me réjouir à l'idée de cette suite, de retrouver John DIFOOL et DEEPO.

Premier constat : les dessins sont somptueux. Lecteur d'une ancienne édition de "L'Incal", J'ai d'abord été surpris par la mise en couleur, mais Beltran enrichie les dessins de Moebius et leur donne de la profondeur.

Et si le scénario de ce premier tome est plutôt embrouillé, Jodorowski a tout de même réussi à remettre à zéro les compteurs, à initialiser un récit complètement différent, tout en assurant une transition subtile avec "la cinquième essence".

Un premier tome honnête donc.
On attend avec impatience le second tome...depuis un moment déjà !


Chronique rédigée par Lobi le 24/01/2006
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de LobiReflet de l'avatar de Lobi
Statistiques posteur :
  • 36 (94,74 %)
  • 2 (5,26 %)
  • Total : 38 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 12,26 12,26 12,26
Acheter d'occasion : 3,87
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.13
Dépôt légal : Juin 2006

Avis des lecteurs

4 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Aprés l'Incal, tome 1 : Le nouveau Rêve, lui attribuant une note moyenne de 3,13/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

7 7 2010
   

Ayant vraiment beaucoup aimé "L'Incal" et "Avant l'Incal", je ne suis hélas pas convaincu par Après l'Incal.
On y retrouve le bon dessin de Moebius mais gâché par la mise en couleur informatique qui rend le tout impersonnel et froid.
On y retrouve le monde de l'Incal, mais entâché de ce mysticisme sans cesse croissant de Jodorowsky qui était déjà présent dans toutes ses oeuvres, mais qui est de plus en plus exagéré dans ses derniers scénarios.
Pour le moment, l'histoire d'Après l'Incal ne présente pas ce fond de réalisme que je trouvais à l'Incal et Avant l'Incal : ça ressemble plus à un gros cauchemar sans consistance ni réalité. Et résultat, je n'accroche pas vraiment.

Alors j'attendais de voir la suite. Mais je sais maintenant qu'elle ne paraitra jamais telle quelle mais sous la forme de la reprise de la série avec un autre dessinateur et un scénario légèrement modifié par Jodorowsky. Ce sera désormais avec "Final Incal", plus convaincant, que l'on suivra la suite des aventures de John Difool.
Alors, à part par curiosité ou pour comparer avec "Final Incal", vous pouvez oublier Après l'incal.

9 3 2006
   

Hum... bon c'est sûr, il n'y a pas la magie que l'incal avait pour lui tout seul.
Non, ici, on retrouve les mêmes personnages, mais un scénario totalement différent.
je dirais même que la lecture de "L'Incal" n'est pas indispensable pour la compréhension de l'histoire...
Alors c'est vrai que j'avais adoré la fin du dernier tome de "L'Incal", et que lire ce tome a quelque peu tout gâché. Mais tel était mon choix de lire la suite de John Difool, que je ne regrette pas non plus.

Le scénario est digne de Jodo, qui à user de son imagination pour nous pondre une histoire dans le même genre que l'incal, mais pas copié/collé, car les idées qui y fourmillent sont fraîches!

Les dessins de Moebius sont... différents ! Oui c'est le mot. Notre grand dessinateur a encore une fois de plus changer de technique ( et ce n'est pas pour nous déplaire ), avec un style plus lisse et des couleurs moins flashis.

Un tome plutôt charmant, mais qui décevra peut-être les fans de "L'Incal"...

25 1 2006
   

Comment continuer l'Incal, cette série culte, mythique s'il en est ?
D'abord Jodorowsky a repris des pans de scénario abordés, mais pas forcément poussés à bout, dans la série mère ou dans "Avant l'Incal".
On voit ainsi revenir Louz, le 1er amour de John Difool, absente totalement de "L'Incal".
De même, Kolbo-5 réapparaît (pour mieux se désintégrer), mais on refixe les choses.
La trame générale de la nouvelle histoire n'est pas mauvaise, les transformations d'Elohim, le Mécamutant blanc, et sa guerre contre le Mécamutant noir, le Benthacodon lancent une nouvelle histoire.
Jodorowsky trace un trait sur d'anciennes références, avec la disparition du cerveau central ou du techno-pape. Le virus mutant est partout, avec ses araignées métalliques bien pensées et qui font peur.
Les dessins de Moebius, colorés encore avec réussite par le "Studio Beltran", rayonnent toujours d'une force incroyable. Quelques unes des pages, avec des dessins novateurs (planches 48-49-50) arrivent parmi les meilleures des aventures de John Difool, tous cycles confondus.
Mais, les dessins sont surtout impressionnants vers la fin du livre, je trouve ceux de la première moitié moins surprenants, avec un découpage en un rendu plus classiques. Oserai-je aller jusqu'à décevant ?
Et puis, et c'est surtout le grand reproche que je ferais à ce livre, le scénario est un peu confus, et tarde à démarrer.
Certes, je comprends qu'après l'Incal il faille resituer les choses, mais j'ai quand même eu l'impression, page après page, que l'on n'avançait guère, et que le récit n'était pas très clair.
Bref, maintenant que le décor est posé, j'attends plus du volume 2, si Jodorowsky veut bien se donner la peine (car Moebius, me semble-t-il, aurait jeté l'éponge ?).
A suivre ...