46 510 Avis BD |20 170 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 3 : Entre la ville et la mort...
 

Apocalypse sur Carson City, tome 3 : Entre la ville et la mort...

 
 

Résumé

Apocalypse sur Carson City, tome 3 : Entre la ville et la mort...Afin d'acceder au résumé de Apocalypse sur Carson City, tome 3 : Entre la ville et la mort..., merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Apocalypse sur Carson City, tome 3 : Entre la ville et la mort...Rien ne va plus à Carson City ! Contaminée par des fûts de produits toxiques, déversés accidentellement dans la baie de Crystal Lake, menacée par l’apparition de nombreux morts vivants et terrorisée par la cavale sanguinaire de la bande des frères Blackwood, la petite ville du Nevada n’est une nouvelle fois pas de tout repos.

Troisième volet de cette saga au scénario complètement surréaliste, « Entre la ville et la mort » poursuit l’hommage de Guillaume Griffon aux séries B des années 80. Multipliant les références cinématographiques et parsemant son récit d’humour, l’ex-pistolero de "Billy Wild" propose non seulement un scénario qui déménage et qu’il maîtrise avec brio, mais également des dialogues chiadés et des personnages truculents. Parsemant son récit de nombreux cadavres et annonçant l’espérance de vie des nouveaux protagonistes à l’aide de fiches de personnages totalement désopilantes (« Espérance de vie : dépend de votre vitesse de lecture ». Mort de rire), incrustées au sein du récit et ne laissant que peu d’espoir concernant leur futur, Griffon livre un scénario totalement déjanté et digne d’un Quentin Tarantino en grande forme.

Divisant son récit en plusieurs chapitres distincts, l’auteur invite à suivre la quête vengeresse du shérif local, l’hémorragie inquiétante de la championne incontestable des derniers concours de Miss T-shirt mouillé et les déboires des frères Blackwood dans une maison hantée, mais surtout le retour du général Matthews, accompagné de deux mercenaires de renom. Le récit quitte d’ailleurs momentanément le Nevada pour aller chercher les indestructibles Ryback et Braddock, respectivement incarnés par Steven Seagal (imbattable au jeu de la barbichette, haha) et Chuck Norris. Ces deux nouveaux acteurs s’invitent donc à ce road-movie apocalyptique parsemé de shérifs à la gâchette sensible, de truands, de morts-vivants et de piranhas radioactifs. Si le lecteur avisé sait qu’il ne doit pas miser son argent sur les nouveaux venus, ceux-ci semblent néanmoins d’un autre calibre.

Visuellement, le découpage dynamique et la mise en images donnent à nouveau une impression très cinématographique à l’ensemble. Le graphisme de Guillaume Griffon est toujours aussi alléchant, sa maîtrise du noir et du blanc toujours aussi impressionnante et les personnages aux tronches insolites sont à nouveau expressifs à souhait.

J’adore ce dessin, cet humour et tous les albums de cet auteur !


Chronique rédigée par yvan le 18/10/2011
 
 
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,50 Note générale
  • Originalité : 5,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,50 Dessin
 
Acheter neuf : 14,73 14,73 14,73
Acheter d'occasion : 10,00
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.25
Dépôt légal : Septembre 2011

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Apocalypse sur Carson City, tome 3 : Entre la ville et la mort..., lui attribuant une note moyenne de 4,25/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

14 6 2016
   

On ouvre ce troisième tome avec un Speed qui se retrouve aux urgences pour faire soigner sa dernière copine en date. Mais là, tout part de travers. Il faut dire que les patients se transforment en zombies les uns derrière les autres, et que l’ensemble finit non pas dans une flaque, ni dans une mare, mais bien dans un torrent de sang. Si cette exagération est en pleine cohérence avec l’univers déjanté et caricatural de la série, je trouve que l’auteur en fait un peu beaucoup, et surtout, s’exonère de toute explication : pourquoi seuls les patients sont-ils atteints et pas le personnel soignant, par exemple. On retrouve d’ailleurs au passage un personnage croisé dans le premier tome : Griffon l’avait sans doute oublié et rattrape donc son retard.

On quitte cette scène apocalyptique pour retrouver Matthews qui, devant la menace, va recruter deux mercenaires. Ces deux derniers sont des caricatures physiques de Steven Seagall (rêve : devenir cuisinier) et de Chuck Norris (rêve : devenir texas ranger). Ce passage permet de faire oublier les errements exagérés (même pour cette série), de la première partie : elle est drôle et chaque réplique, et chaque intervention, est d’une bien bonne drôlerie. On retrouve ainsi la tonalité de la série, ainsi que ce graphisme qui met en évidence des physiques disproportionnés, auxquels on s’est désormais habitué et qui font également l’identité de cette série de caractère.

Mais on retrouve également ce sens du timing parfait qui permet à ces deux histoires indépendantes de se rejoindre de façon plus que percutante, au grand dam de ce Paxton, qui décidément n’aura pas eu de chance, pour le plus grand plaisir un peu sadique du lecteur.