46 372 Avis BD |20 096 Albums BD | 7 870 séries BD
Accueil
Animal'Z
 

Animal'z : Animal'Z

 
 

Résumé

Animal'z : Animal'ZAfin d'acceder au résumé de Animal'z : Animal'Z, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Le récit est plutôt déroutant (et mon résumé très incomplet) mais je ne le mets qu'au second plan et de loin.

Le point important, c'est le "retour" d'un dessinateur de grand talent.
Enki Bilal semble faire un exercice au crayon (et quelques inévitables touches de peinture blanche -les dessins sont fait sur un papier gris-bleu).

Evolution superbement rafraichissante -petit bémol: les dessins semblent un peu trop être vraiment des "exercices", avec plusieurs crayonnés juxtaposés...

Mais ne boudons pas notre plaisir: des vrais dessins, qui forment des pages, qui forment une histoire (et non plus des peintures juxtaposées qui forment un délire personnel de plus en plus embrumé comme dans la "trilogie à quatre albums" du sommeil du monstre). Avec en prime un mélange de noirceur et de poésie.

J'attends avec grande impatience la prochaine oeuvre de Bilal!


Chronique rédigée par Bono le 31/05/2010
 
 
Statistiques posteur :
  • 22 (95,65 %)
  • 1 (4,35 %)
  • Total : 23 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,50 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 4,50 Dessin
 
Acheter d'occasion : 8,00
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.67
Dépôt légal : Mars 2009

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Animal'z : Animal'Z, lui attribuant une note moyenne de 3,67/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

21 8 2015
   

Voilà un album qui me rend circonspect.
Est-ce un rêve ou un cauchemar dessinés par Bilal, parce que les deux thèmes se rejoignent ?!... Je ne sais.
Le dessin, lui, est toujours plus que bon : un crayonné esthétique qui donne un « + » à ce qu’il fait.
Le scénario, lui, me « heurte » ; disons que je ne suis pas –encore- préparé.
L’histoire se passe dans un monde complètement déréglé par un climat de plus en plus dévastateur. Tiens ?!... on est carrément dans l’actualité de 2015 alors que cet opus date de 2009. Visionnaire le Bilal, créateur de l’ensemble ?!...
Mais, pour éviter les méfaits de cet équilibre incertain ET, si on a assez de témérité, franchir le détroit numéroté D17. Même si on a le pied marin, on peut croiser –ci et là- des agents, inquiétants, dissimulés dans les corps de dauphins.
L’univers est nomade et des personnages tentent d’avancer. Ils écoutent une radio. Mais les informations qu’elle donne sont-elles bonnes ?!... Les journalistes, en effet, ont une éthique qui n’est plus garantie.
Bilal, dans cet opus, donne son avis sur les blessures que la planète endure déjà.
Superbe est son ensemble de couleurs : ses tons sont « froids » : du gris, du bleu, un vert sale. Ces couleurs sont « sales » MAIS, de temps en temps, on retrouve des traces de rouge qu’il tient en réserve pour le personnage de l’Hippocampe ; une espèce de crustacé mâtiné de machine.
Elucubrations ou visions ?...
Ce tome véhicule quand même des obsessions où la politique est proche, de la philosophie aussi.
Un album que je ne sais « décrire » tant les « choses » sont imbriquées. Plusieurs lectures, je pense, seraient nécessaires pour la compréhension ( ?) de cet album.
Mais qui pourrait comprendre Enki Bilal ?!...

31 5 2010
   

Cet album ne m'attirait pas trop tant j'avais trouvé la production précédente de Bilal, Le Sommeil du Monstre, confuse sur la fin, mais aussi parce que les planches que j'en avais vues ne me plaisaient pas trop, trop grises, trop ternes, alors même que les couleurs de Bilal sont d'ordinaire très profondes et fortes.

Pourtant, graphiquement, il n'y a rien à redire. Le trait est incontestablement parfaitement maîtrisé. La narration graphique est fluide et claire, malgré tous les aspects étranges du récit qui, sous la plume d'un autre, auraient très facilement pu être embrouillés et parfaitement abscons.

L'histoire, quant à elle, est relativement originale. Elle nous place dans un décor d'anticipation à base d'écologie et d'hybrides hommes-animaux intéressant et doté de pas mal de bonnes idées. Elle met en outre en scène des personnages très intéressants et dotés de vraies personnalités.

Alors certes il y a pas mal de points assez flous, de passages qui tiennent plus de la poésie artistique que du récit cohérent et solide, et certes la fin m'a parue frustrante car l'album se termine avant une vraie conclusion solide, laissant pas mal de choses en suspens. Mais j'ai passé un agréable moment de lecture et j'ai été heureux de retrouver une part de ce que Bilal peut produire de meilleur.