46 601 Avis BD |20 217 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Angela
 

Angela

 
 

Résumé

AngelaAfin d'acceder au résumé de Angela, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de AngelaPas exceptionnel, ce retour de Vatine à la BD.

Certes, le dessin est très bon, et s'accorde bien avec le sujet. Mais l'histoire en elle-même est quand même très classique, et n'offre que peu de surprises. Du coup, l'album se lit plutôt vite, un peu trop pour un ouvrage de cette ambition.

Il est tout de même dommage que l'on aie attendu plusieurs années avant de pouvoir lire cet album, que les auteurs prétendent avoir voulu offrir à Guy Delcourt pour les 20 ans de sa maison d'édition.

Un cadeau pas génial, quand même.


Chronique rédigée par Spooky le 26/05/2006
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de SpookyReflet de l'avatar de Spooky
Statistiques posteur :
  • 866 (80,26 %)
  • 70 (6,49 %)
  • 143 (13,25 %)
  • Total : 1079 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,00 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 3,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 13,78 13,78 13,78
Acheter d'occasion : 14,50
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.21
Dépôt légal : Avril 2006

Avis des lecteurs

7 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Angela, lui attribuant une note moyenne de 3,21/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

Agecanonix :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de AgecanonixReflet de l'avatar de Agecanonix
20 2 2017
   

Un western traditionnel mais tragique, avec un petit aspect sexy, dont le fond est fidèle au genre, mais dont la forme diffère. D'abord par la mise en page et le graphisme, ensuite dans la narration, notamment par le début qui est en fait la fin, je ne vois pas ce que ça apporte sinon de déstabiliser la structure linéaire de l'ensemble, je n'aime pas tellement cette méthode, et j'ai remarqué que certaines Bd utilisent ce procédé, c'est pas terrible. A part ça, le résultat n'est pas trop mal, le dessin s'écarte ouvertement du style graphique des westerns giraudiens, hermanniens ou swolfsiens, on pourrait dire que c'est bien dans l'optique Delcourt, Vatine ayant un style bien à lui, il amplifie ce qu'il faisait sur Aquablue, j'ai trouvé sa mise en page et ses cadrages très réussis, avec une alternance de gros plans et de plans larges comme chez Sergio Leone.

C'est donc un western qui mise plus sur le visuel que sur la profondeur psychologique, car aucun personnage ne prend le pas sur l'autre, même Angela qui pourtant donne son nom au titre d'album et fait l'objet de la couverture (splendide), non elle n'est pas l'héroïne centrale, elle ne se révèle qu'à la fin seulement, il est clair qu'il lui manque un caractère qui n'a pas été creusé par le scénariste, je trouve ça dommage. Tout ça donne une impression d'inachevé, de labeur à moitié fait, c'est regrettable car il y avait sûrement une matière intéressante à traiter, ça ne reste que distrayant avec l'idée qu'il ne manquait pas grand chose pour que ça soit mémorable.

6 7 2010
   

Avec des auteurs de talent qui ont déjà fait leurs preuves, il fallait s'attendre à un western de bonne qualité. C'est le cas, Angela est une bonne histoire joliment mise en images.

Le dessin est typé, élégant et efficace.
La narration est bonne et maîtrisée.
Le récit est dense, complexe et assez original.

Pourtant, je ne suis pas totalement convaincu. Car il ne ressort finalement pas grand chose de ma lecture. L'histoire ne marque pas et s'oublie rapidement. Il lui manque quelque chose qui lui donnerait une vraie force. Les personnages, par exemple, ne sont pas attachants. La mère d'Angela, par exemple, est assez détestable par exemple. Et la réaction d'Angela en fin de récit est assez peu crédible : elle a été une gentille apathique pendant toutes ces années et tout à coup elle réagit aussi brutalement ? Bof bof...
Oh, et à propos, je déteste quand une BD commence par montrer la scène finale en introduction.

Bref, de la bonne BD de divertissement mais sans plus pour moi, tant et si bien que j'en hésite même à conseiller l'achat.

11 8 2008
   

Je ne pourrai que me ranger à l’avis de tous les précédents aviseurs.
Cette BD a les défauts de ses qualités.
En gros, nous avons là un Western tout ce qu’il y a de plus typique. Nous avons droit à un Sheriff, à un méchant, à un Hold-up de train, à une vengeance familiale tout cela dans des décors dignes des plus grands Film de Sergio Leone. Malheureusement, tout cela même si c’est parfaitement orchestré, reste tout ce qu’il a d’un Western des plus typiques…et devient par là même trop classique et presque convenu.
Attention, à aucun moment nous ne nous embêtons, non, le scénario est trop dynamique et trop rythmé pour cela. Mais au final, si nous passons un bon moment, nous avons ce sentiment de manque d’originalité.
De plus, les personnages manquent de profondeur. L’héroine, Angela passe finalement au second plan tout le long de l’histoire. Elle subit plus qu’elle ne participe. Pourtant le début de l’album laissait présager d’une personne au fort caractère. Raté.
Même si l’album dispose de quelques pages supplémentaires par rapport à un album classique, cela ne suffit à tout développer. Forcément certains points du scénario sont éclipsés. Et ici les auteurs ont privilégié l’action à la psychologie. Du coup, l’émotion qui guide les pas d’Angela, si nous les comprenons ils ne nous touchent guère car trop rapidement abordés.
Un développement en 2 albums n'aurait pas forcément desservi l'histoire…

Coté dessin, en revanche, chapeau bas une fois encore Olivier Vatine qui maîtrise son style à la perfection. Vatine possède un style personnel que j’admire depuis "Aquablue". Il maîtrise les proportions, les anatomies. Difficile de critiquer son dessin. La critique viendra plus de ce que l'on aime ou que l'on n'aime pas le style dans son intégralité.
Les couleurs, sont très bien maîtrisé avec beaucoup d'ocre et beaucoup d'ambiance de nuit. Beaucoup de planches possèdent peu de contraste et peu de couleur, souvent réservé au bleu nuit du ciel et au rouge du sang et des onomatopées. Un caractère graphique fort et très très agréable…

Maintenant il est possible de découvrir du même auteur "500 fusils" et "Adios Palomita"

3 1 2007
   

Décidément, le trait de Vatine est vraiment particulier, mais surtout excellent. La mise en scène est vraiment bien réalisée, à tel point que çela m'a évoqué plein de films... J'ai lu cet album en noir & blanc, alors je ne sais pas vraiment ce que donnent les couleurs, mais en tout cas en n&b c'est superbe.

Du côté de l'histoire, commencons apr les moins. Il y en a deux en fait. Premièrement, le manque d'originalité du tout. Que ce soit l'histoire dans son ensemble ou des situations particulières, il y a un petit goût de déjà-vu. Et deuxièmement, je m'attendais vraiment à ce qu'Angela hait du caractère. Ok, vu la fin, c'est le cas, je le concède. Mais tout de même, j'aurai voulu "plus" sur elle...

Ceci étant, ça ne m'a pas empêché d'apprécier cette histoire. Car si peu originale soit-elle, elle est bigrement bien fichue ! C'est réglé comme du papier à musique, on ne s'ennuie pas une seconde.

En gros c'est une bonne bd, très bien faite.

freddy cash :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Avatar de Reflet de l'avatar de
11 8 2006
   

Rien à dire sur le trait de Vatine, c'est maitrisé et correctement mis en scène de façon presque cinématographique.

Côté scénar, rien de bien original : Pecqueur s'est contenté de poser un classique postulat de vengeance, suivi d'une developpement orienté vers le sempiternel hold-up d'un train postal qui finit par un bain de sang. Malgré une utilisation habile de "flashbacks" et de "Plant et Play Off", cela reste léger.

Mais le plus navrant à mon gout est le manque de consistance de la jeune Angela, soi-disant héroine de l'album, qu'on voit trés peu en somme et qui souffre d'un manque de caractérisation évident.

L'ensemble graphique reste quand même de haut niveau.

28 6 2006
   

Après les excellents "Wayne Redlake" et "Trio Grande", voici un nouveau western one-shot qui met en scène des femmes dans le far west. Pour cet album on retrouve Olivier Vatine (également directeur de cette collection Série B chez Delcourt) au dessin, Daniel Pecqueur au scénario ("Tao Bang" et "Golden City") et également Isabelle Rabarot à la colorisation, pour la version couleur de ce tome qui a d’abord été édité en N&B à 3500 exemplaires.

Le scénario de cet album est un peu léger par rapport à ceux de "Wayne Redlake" ou "Trio Grande", les personnages sont moins fouillés et l’humour moins présent. L’histoire est assez classique (hold-up, concession minière, attaque de train), aucun point n’est développé en détail et le tout se lit assez vite (le dédoublement peu utile de deux planches y contribuant également).

Par contre, au niveau du graphisme cette BD est meilleure que les deux autres western mentionnés ci-dessus. La couverture, ces couleurs chaudes qui jaillissent des planches sur fond noir, le cadrage et le dynamisme des planches (l’attaque du train est superbement mis en scène) : tout est excellent !