46 600 Avis BD |20 216 Albums BD | 7 891 séries BD
Accueil
Tome 1 : Les canyons de la mort
 

Amerikkka, tome 1 : Les canyons de la mort

 
 

Résumé

Amerikkka, tome 1 : Les canyons de la mortAfin d'acceder au résumé de Amerikkka, tome 1 : Les canyons de la mort, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Amerikkka, tome 1 : Les canyons de la mortUne BD documentée sur les activités du Klan.
L'histoire semble tout à fait crédible et réaliste même si je n'ai pas vraiment compris l'utilité de faire appel à nos deux agents spéciaux puisque les "gentils" semblent se débrouiller bien mieux qu'eux face au Klan.

L'histoire en elle-même n'est pas très originale mais se laisse lire.
Ce qui me gêne plus, c'est le graphisme : le trait est particulier et il faut un certain temps pour s'habituer. Mais surtout, les couleurs sont à mon avis trop vives pour ce genre de thème sombre et angoissant. Du coup, on a du mal à s'identifier aux personnages et à leur lutte.

Pas mal dans l'ensemble mais à confirmer sur la longueur ...


Chronique rédigée par david le 30/12/2005
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de davidReflet de l'avatar de david
Statistiques posteur :
  • 559 (44,51 %)
  • 290 (23,09 %)
  • 407 (32,40 %)
  • Total : 1256 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : 12,83 12,83 12,83
Acheter d'occasion : 2,13
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.08
Dépôt légal : Janvier 2002

Avis des lecteurs

6 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Amerikkka, tome 1 : Les canyons de la mort, lui attribuant une note moyenne de 3,08/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

10 6 2014
   

Ce premier album est un peu difficile à appréhender. D'un côté, il y a la bonne idée de rappeler que le KKK n'est pas mort dans les années 50 ou 60 et qu'il est toujours bien présent au XXIème siècle. Il y a également cette bonne idée de nous rappeler que son idéologie n'est pas uniquement tournée vers les noirs américains, mais également contre tous ceux qui ne sont pas de la race blanche : situer le récit près de la frontière mexicaine est donc une bonne idée.

Mais le reste est un peu difficile à digérer. D'une part, il y a cette narration hachée qui fait qu'il faut s'accrocher pour bien suivre tous les enchaînements. Il y a également ces deux personnages présentés comme des héros qui ne prennent pas vraiment part au récit mais qui sont plus spectateurs de ceux qui luttent contre le KKK moderne. Voire même, qui les gênent. Et enfin, il y a ce dessin d'Otero qui est vraiment peu adapté à ce style de récit qui se veut noir. Le trait enfantin, qui en prime se font ressembler des personnages qui n'ont rien à voir les uns avec les autres, me fait penser à celui de Simon de "Le Poisson clown" ou "Rails" : la tension dramatique des situations s'évapore sous ces traits grossiers, et le message de l'album perd de sa force avec ce style gentillet qui a du mal à faire passer l'intensité des situations.

L'idée initiale n'est pas dénuée d'intérêt mais la réalisation peu abouti a du mal à donner toutes ses lettres de noblesse à ce type d'histoire....

27 2 2010
   

Il est vrai que la couverture est a mon gout trop "tape a l'oeil" (choquante pour certains) et vous regardez autour de vous si on vous epie pas.
L'auteur s'attaque a un sujet pointilleux et il le fait avec délicatesse en expliquant bien le clan.
Mais que viennent faire ici les 2 agents spéciaux contre une horde sauvage???
L'histoire est tirée par les cheveux...
Le dessin pourrait rétablir la situation? NON pas du tout.
C'est quoi ce graphisme? Des traits comiques pour un sujet grave.
Categorie du livre policier/thriller et quand je regarde les portraits on a plus envie de rire que de se prendre au sérieux pour le scénario...

Mr Martin vous vous etes tromper de style de dessinateur pour votre album
et les couleurs vives n'arrangent rien au contraire.
Le contenu du livre ne reflète pas du tout la couverture.
Dommage...
Je ne lirais pas la suite si c'est le meme dessinteur...

2 10 2006
   

Un album qui fait froid dans le dos par le propos très violent.
Très bien documenté, ce récit nous met en pleine figure l’extrémiste, le nationalisme, le racisme, l’intolérance qui règne dans une Amérique profondément protectionniste.
Les méthodes employés par le KKK pour empêcher les mexicains de rentrer dans le pays
sont indignes de notre époque mais une manifestation de ces extrémistes montre combien ces gens peuvent être vite très dangereux.
Cet album fait peur quelque part et on se demande s’il est possible d’être aussi cruel et intolérant que ces gens là.
Le dessin est moyen et les personnages ne sont pas transcendants.Les visages sont assez caricaturaux et ne marquent pas vraiment l’esprit.Par ailleurs, la force du propos cache un peu les héros et on les mélange un peu tous.Les couleurs assez chaudes nuisent un peu à l’atmosphère tendue qui règne dans ses pages.
Pour finir, une lecture intéressante pour ce qu’elle nous fait découvrir mais une Bd qui ne rentre pas dans les œuvres d’art à cause de ça justement.
Les sentiments qui dominent dans cette lecture sont plus la colère et l’écoeurement que le plaisir.A découvrir pour ne pas oublier de quoi les hommes sont capables depuis la nuit des temps.
Assez déprimant…

22 3 2006
   

Bon, voici l'album qui m'a mis dans une situation plus que tendue dans le train... quand une petite mémé aigrie, assise en face de vous, regarde attentivement la couverture avant de hurler (sans exagérer !) "non mais vous avez pas honte de lire des horreurs pareilles ! vous n'avez pas connu la guerre pour avoir d'aussi affreuses z'idées !! Voyou !!!"... Voilà comment on passe pour un extrémiste pendant 1h15 de train à cause d'une vieille qui n'a rien compris

Amerikkka traite d'un sujet grave, tout en finesse, et nous apprend que, non, le KKK, ce n'est pas du passé, bien au contraire. Par une histoire très bien conçu, on (re-)découvre cette organisation occulte, et tous les moyens mis en oeuvre pour contrer cette machine qui continue à avancer et à faire des adeptes, en particulier près de la frontière Mexicaine.

Le scénario sonne juste, est intrigant et rythmé. Les différents personnages que l'on rencontre ont tous une personnalité propre, ce qui donne beaucoup de relief au récit et permet aux auteurs de rebondir facilement en nous apportant toujours des éléments nouveaux.

Le dessin de Otéro est sympa... mais un peu gras. Pas fin du tout, et coloré d'une étrange façon. Bref, sympa sans plus, loin d'être récolutionnaire, ça c'est sûr.

De toute façon une BD à découvrir, où l'on découvrira l'important travail de documentation qu'ont du réaliser les deux auteurs afin de parvenir à leur but : nous présenter l'Amérique extrémiste en nous divertissant. But atteint !

10 3 2006
   

Tous ceux qui pensent que le KKK (Ku Klux Klan) appartient définitivement à l'histoire des Etats-Unis se doivent de plonger dans cet album.
Face à une justice impuissante et à une police complaisante, les défenseurs de la liberté et les associations de lutte contre le KKK se tournent vers deux agents très spéciaux : Angela Freeman et Steve McAllister.
Le décor est planté. Cette première enquête les mène à la frontière texane où des immigrées mexicaines ont disparu. La terrifiante aventure peut débuter.
L'auteur du scénario, Martin, est un grand spécialiste de l'extrême-droite et plus particulièrement du KKK. Otéro, le dessinateur, réussit une belle symbiose entre un graphisme réaliste et quelques incursions dans le domaine de la caricature.
Un album qui ne sombre jamais dans le documentaire didactique ou ennuyeux, mais qui raconte une histoire rapide et efficace.
Prenant. Haletant.