46 495 Avis BD |20 158 Albums BD | 7 882 séries BD
Accueil
Tome 2 : Le diable du désert
 

American Vampire, tome 2 : Le diable du désert

 
 

Résumé

American Vampire, tome 2 : Le diable du désertAfin d'acceder au résumé de American Vampire, tome 2 : Le diable du désert, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de American Vampire, tome 2 : Le diable du désertStephen King, qui s’occupait encore des origines de Skinner Sweet et de cette nouvelle race de vampires lors du tome précédent, laisse dorénavant Scott Snyder aux commandes de cette série et de ce tome qui reprend les épisodes #6 à #11 de la saga US.

Rappelons que le point de départ de cette saga vampirique est l’idée qu’en changeant d’environnement, les vampires pourraient également évoluer et former une nouvelle race. Cette approche permet aux auteurs de renouveler le mythe et de tourner le dos aux vampires issus de la vieille Europe et aux suceurs de sang charmeurs de midinettes. Car les nouveaux vampires imaginés par Stephen King et Scott Snyder ont des crocs plus longs, ne craignent pas le soleil et sont plus forts. Cette mutation permet donc aux auteurs de renouer avec des créatures plus terrifiantes et plus sanguinaires.

Les auteurs parviennent ainsi à redonner une aura terrifiante aux vampires et livrent un récit violent et sanglant, porté par des personnages très charismatiques. Le lecteur retrouve d’ailleurs le personnage de Skinner Sweet, criminel notoire, amoral, calculateur et premier représentant de cette nouvelle race de suceurs de sang. Ce dernier est cependant relégué au second plan afin de suivre les déboires d’un sheriff particulièrement intègre qui se retrouve vite débordé par les étranges événements qui secouent sa ville.

Après un tome qui se déroulait partiellement en 1880, à l’époque de la conquête de l’Ouest, celui-ci poursuit les événements qui se déroulaient à l’époque de la révolution industrielle américaine. La construction du barrage de Boulder va en effet donner naissance à une « ville du péché », où tripots et prostitution font fureur. Scott Snyder profite d’ailleurs de cette immersion dans ce Las Vegas des années 1930 pour critiquer le pouvoir d’entrepreneurs corrompus, profitant au passage d’une métaphore vampirique particulièrement appropriée.

Si la capitale du vice permet de retrouver Skinner Sweet et ces fameux chasseurs de vampires qui sont au centre de la très bonne série parallèle "American Vampire Legacy", le scénariste s’intéresse également à la relation entre Pearl Jones et Henry, profitant de l’occasion pour faire revenir une ancienne amie particulièrement rancunière sur le devant de la scène.

Au niveau du graphisme, le travail de Rafael Albuquerque s’avère à nouveau très efficace. Le brésilien restitue avec brio l’ambiance de l’époque et livre des personnages bien campés. Son trait dynamique et nerveux accompagne parfaitement la sauvagerie dégagée par ces nouveaux vampires et permet de livrer quelques scènes bien sympathiques. Le dessin de Mateus Santolouco en deuxième moitié d’album tient également bien la route.

Une excellente saga !


Chronique rédigée par yvan le 30/05/2012
 
 
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 12,54 12,54 12,54
Acheter d'occasion : 16,78
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.50
Dépôt légal : Octobre 2011

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album Comics American Vampire, tome 2 : Le diable du désert, lui attribuant une note moyenne de 3,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

18 7 2014
   

Après un premier tome qui m'a vraiment laissé une super bonne impression, j'étais ravi de poser les mains sur le tome 2 de cette série qui fait la part belle aux dents longues et à l'hémoglobine...

Premières impressions, c'est que les dessins ont vraiment pris un coup ! c'est vraiment pas joli, les visages sont déformés et on a peine à reconnaitre les protagonistes. Dans la deuxième partie, ça s'arrange un peu mais je me demande ce qu'il s'est passé car c'est vraiment grossier par rapport au premier tome.

Au niveau de l'histoire, elle est toujours très agréable à suivre. On se trimballe entre deux destins entremêlés, c'est un peu déroutant par moments mais rien d'insurmontable...

Pour finir, je trouve dommage de gâcher une bonne histoire par des dessins qui le sont nettement moins ! Mais globalement, ça reste bon.

17 5 2014
   

Après un premier tome qui m'avait coupé le souffle (vaut mieux ça que la jugulaire), j'ai carrément été refroidi par le premier chapitre de ce volume 2.
Rafael Albuquerque devait être complètement cramé tant son dessin s'est brutalement dégradé. Plus aucune élégance, pire : les visages sont grossièrement dessinés, bref, l'artiste est au bout du rouleau et la série prend d'un seul coup une vraie sale gueule.
Heureusement, le coup de moins bien ne dure pas. Mateus Santolouco prend la relève et son travail s'avère très satisfaisant. Désormais, le travail graphique partagé permet à Rafael Abuquerque de tenir le choc des dead line.

Pour ce qui est du récit, Stephen King n'est plus partie prenante de l'écriture, mais Scott Snyder s'en tire bougrement bien. La narration est en béton, les personnages sont en place et promettent un chassé croisé des plus passionnants et les dialogues sonnent juste.
Entre les humains qui chassent les vampires et les luttes de pouvoir qu'ils se livrent, les intrigues s'imbriquent parfaitement bien.

Bref, malgré un début desservi par le dessin, ce tome 2 maintient l'intérêt que mérite la série.