46 503 Avis BD |20 164 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 4 : Park
 

Alter Ego, tome 4 : Park

 
 

Résumé

Alter Ego, tome 4 : ParkAfin d'acceder au résumé de Alter Ego, tome 4 : Park, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

« Alter Ego » est une série concept imaginée par Pierre-Paul Renders et Denis Lapière. Le fait que les six tomes, tous prévus en 2011, puissent se lire indépendamment des autres n’a rien d’exceptionnel, mais le fait de pouvoir les lire dans un ordre totalement aléatoire est par contre assez original. « Park » n’est donc pas forcément le quatrième tome de cet immense puzzle, mais l’une des six clés qui permettra de comprendre l’intrigue. La relecture éventuelle des tomes précédents peut donc se faire avant ou après la lecture de ce dernier : sympa non ?

Chaque album de ce thriller tentaculaire à entrées multiples se concentre sur l’un des six personnages (Fouad, Camille, Park, Darius, Jonas et Noah) et c’est l’addition des six différents points de vue qui permettra au lecteur de saisir le fond de cette intrigue. Les six aventures se déroulent donc en parallèle et sont reliées par une thématique centrale : une découverte scientifique extraordinaire, qui semble connecter certaines personnes qui sont nées au même moment.

Après « Camille », « Fouad » et « Darius » , tous les projecteurs se tournent donc vers « Park », un jeune homme retenu prisonnier sur une île paradisiaque en compagnie de filles superbes. « Le pauvre ! », me direz-vous ironiquement. Et bien oui, car ce bonheur est totalement artificiel et ce quotidien idyllique est perturbé par des visions d’un passé qu’il avait oublié. Si ce tome fonctionne à nouveau parfaitement indépendamment des autres, c’est néanmoins au moment où les événements vont croiser ceux de l’album dédié à « Fouad » que les choses vont s’éclaircir, permettant une nouvelle fois à ces histoires autonomes de se lier de manière intelligente. Et si l’intrigue construite autour de Park s’avère brillante, le fait d’en apprendre plus sur le projet scientifique de fond demeure également un ingrédient indispensable afin de faire avancer l’intrigue globale de la série. Le tome dédié à « Jason » risque à ce titre d’être assez intéressant.

Visuellement, l’équipe artistique, composée d’une multitude de dessinateurs, livre à nouveau un dessin très dynamique et un album très lisible, tout en assurant l’uniformité au niveau du graphisme.


Chronique rédigée par yvan le 11/09/2011
 
 
Statistiques posteur :
  • 2374 (58,34 %)
  • 1123 (27,60 %)
  • 572 (14,06 %)
  • Total : 4069 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,50 Originalité
  • Scénario : 3,50 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter d'occasion : 6,88
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.88
Dépôt légal : Aout 2011

Avis des lecteurs

4 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Alter Ego, tome 4 : Park, lui attribuant une note moyenne de 3,88/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

25 8 2019
   

Encore une fois, c’est une belle réussite. Il faut dire que le puzzle commence à prendre forme (pour ma part, c’est le quatrième ouvrage que je lis), et l’intrigue que l’on découvre est un joli mélange de récit d’espionnage sur fonds d’anticipation/science-fiction. J’aime l’ingéniosité du scénario qui se découvre davantage ici et surtout j’aime la mise en valeur des personnages. Pour l’instant, chaque tome est l’occasion pour le personnage de faire face à ses doutes, à ses peurs, à ses responsabilités. Park ne fera pas exception à la règle, mais il faudra bien sûr aller jusqu’à la dernière vignette pour savoir combien cette expérience l’a changé.

Difficile d’en dire plus sans risquer de spolier… Je retiens tout de même que le dessin est moderne et lumineux, comme d’habitude dans la série, et que les expressions et les mouvements sont toujours bien rendus. La narration reste très propre ici, avec un joli travail sur les flash back, et l’ensemble est très fluide. Encore une fois, on nous propose une histoire presque complète sur un personnage tout en développant une intrigue plus ambitieuse pour la série, et l’ensemble est une nouvelle fois assez convaincant.

12 5 2016
   

La cross story continue.
J’ai lu cet album avec un plaisir renouvelé et non dissimulé.
L’histoire prend une nouvelle fois rapidement et l’impatience de découvrir de nouveaux liens entre les personnages, douce souffrance masochiste, ne fait qu’augmenter mon taux de dopamine.
Nous découvrons cette fois ci Park que nous avons croisé dans « Fouad » en train de se sauver d’une île à la nage.
L’histoire commence d’ailleurs sur cette même île, nous le comprenons vite, où nous découvrons Park jouant innocemment avec un autre homme inconnu et deux jeunes femmes. L’une d’elle ne met pas inconnu puisqu’il s’agit de la jeune Africaine qui a dû subir un nouveau dépistage du VIH et que Fouad tentait de sauver au début de l’album qui lui est dédié. Cet épisode amenait alors Fouad dans la recherche de la vérité et l’amenait à terme à croiser Park…
Mais alors, pourquoi Park et cette jeune femme se retrouvent-ils ensemble sur cette île ?
Pourquoi semblent-ils tellement inconscients et résolument heureux, sans la moindre once de résignation, de tristesse ou de frustration ? Voilà de quoi aiguiser encore plus notre curiosité.
Tiens, et pourquoi Park, a-t-il des hallucinations ? Sont-elles dues aux drogues qu’on lui fait prendre ?
Sont-elles au contraire dues à un manque de drogue ? Est-ce encore autre chose ?
L’album nous raconte alors comment Park retrouvant ses esprits, s’enfuira de l’île, rencontrera Fouad et … et… La suite je ne la raconte pas, vous ne la connaissez pas encore :-)
Toujours est-il que je suis arrivé au bout de l’album et que je n’ai finalement pas appris grand-chose.
Tout comme l’album « Darius », ici finalement on nous permet surtout de continuer à faire le lien entre tout le petit monde qui s’agite.
On comprend à quoi sert l’île, qui la dirige et qui sont ses invités béatement heureux.

Pour autant, cela continue de montrer le cynisme et l’égoïsme des puissants qui tirent les ficelles. On prend conscience du pouvoir de certains et des dérives esclavagiste que cela peut entraîner malgré tous les beaux discours que nous avons pu lire dans les tomes précédents.
Le scénario global s’avère alors plus qu’un thriller policier aux multiples facettes, mais bien une chose encore mal comprise et surement plus grosse que la lorgnette d’un album seul ne nous permet aucunement de comprendre.
D’ailleurs la fin très ironique de cet album nous donne comme le dit un personnage « une drôle leçon de courage, mon gars ».
Mais ce ne serait rien, si ce n’était pas réellement la fin et que la vraie, cette fois ci, soit encore plus cynique.

Côté dessin ça tient toujours le haut du pavé avec des personnages maîtrisés, ayant chacun une gueule propre. Le trait est fin, précis. Le découpage lisible, quoique assez classique mais efficace.
La lecture en est d’autant plus facile, et avoir envie de lire la suite pour maintenir son taux de dopamine est une question que je ne pose même plus.

3 11 2014
   

Encore un tome digne d’intérêt. Je m’étais douté en mettant les pieds dans cette série, que l’intérêt viendrait certainement au fil des tomes. Je ne m’étais pas trompé. Il ne faut donc pas trop se fier aux notes données, car elles dépendent énormément de l’ordre dans lequel vous lisez les épisodes. Je rappelle, que chacun des épisodes concentrées sur un personnage de la série peut se lire indépendamment, mais au fil de la lecture on se rend bien compte que l’intrigue principale est la même et que les personnages se croisent tous un jour ou l’autre.
« Park » est à ce titre intéressant car non seulement il permet d’éclaircir le projet « Alter égo » mais également parce qu’on le croise dans « Noah » ou « Fouad » est qu’on est curieux de savoir ce qu’il lui est arrivé après (et avant) son échappée de l’île paradisiaque où il est « enfermé ».
Autant ce tome me semble absolument essentiel, autant je reste mitigé sur « Jason » qui m’a un peu perdu, mais peut-être aurais-je du le lire après les autres.

Il me reste donc plus qu’un tome à lire avant la conclusion, mais arrivé à ce 5ème tome je peux dire que j’y vois un peu plus clair dans cette série, qui m’avait parue obscure au premier volume. Vivement la suite donc…