46 557 Avis BD |20 190 Albums BD | 7 887 séries BD
Accueil
Alcheringa
 

Alcheringa

 
 

Résumé

AlcheringaAfin d'acceder au résumé de Alcheringa, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de AlcheringaVoici le premier album de Frédéric Grivaud, fanzineux accro aux comics et jeune dessinateur de talent.

Un album très désespéré, réalisé en noir et blanc, comme pour souligner le désespoir de ce peuple aborigène qui se meurt, rongé par le cancer des Blancs.

Ici, point d'espoir pour cet ancien shaman complètement perdu...
On sent poindre sous le trait hésitant de Grivaud et le scénario désenchanté d'Alex Nikolavitch une tendresse pour les souffrances des natifs d'Australie ; dommage que cet album fût épuisé, car il est très intéressant, tant au niveau des cadrages, des attitudes (figées, comme immuables) des personnages emportés par le vent du "progrès civilisé".


Chronique rédigée par Spooky le 05/01/2006
 
 
Avis de :Un bon moment de lecture ! Note de l'album : 3,50
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de SpookyReflet de l'avatar de Spooky
Statistiques posteur :
  • 866 (80,26 %)
  • 70 (6,49 %)
  • 143 (13,25 %)
  • Total : 1079 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 3,50 Note générale
  • Originalité : 4,50 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 3,50 Dessin
 
Acheter neuf : 14,35 14,35 14,35
Acheter d'occasion : 15,99
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.25
Dépôt légal : Mars 1997

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Alcheringa, lui attribuant une note moyenne de 3,25/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

5 1 2006
   

Repéré dans la bdthèque du Spooky lorsqu’il m’avait parlé de Grivaud, j’ai fini par trouver un exemplaire de cet album en fouinant dans une librairie bien fournie en indépendants . . . Petit format paru dans la même collection que "Two Gentlemen", la couverture a la particularité de ne présenter aucune inscription à l’exception du nom des auteurs.

A l’intérieur, on découvre le dessin en N&B de Grivaud qui me plaît beaucoup même s’il reste encore "perfectible". Le récit est emprunt de nostalgie et de résignations. Nikolavitch traite habilement de la situation vécue de cet indigène, délaissé par son peuple car travaillant pour les blancs et mal considéré par ces derniers car "Sauvage".
A lire . . .