46 527 Avis BD |20 175 Albums BD | 7 885 séries BD
Accueil
Tome 1 : Alceister Crowley
 

Alceister Crowley, tome 1

 
 

Résumé

Alceister Crowley, tome 1Afin d'acceder au résumé de Alceister Crowley, tome 1, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Alceister Crowley, tome 1Paru il y a (déjà !) près de vingt ans dans feue la collection « Carte blanche » de Dupuis, cet album de Cossu a des aspects séduisants.

Le trait, tout d’abord, est intéressant et doué d’une réelle personnalité, ce qui n’était pas le cas de toutes les séries paraissant à l’époque dans l’hebdomadaire « Spirou ». Les couleurs ne sont pas très travaillées, à l’image de leur traitement dans les années 1980 (les coloristes professionnels n’existaient guère que dans l’univers des comics). Certaines cases sont vraiment réussies, comme en bas de la page 15 : je me souvenais de ce dessin que j’avais lu lorsque j’étais encore enfant !

De plus, l’univers de Cossu est attrayant : Alceister Crowley est un genre de détective de l’étrange, qui subit les événements plus qu’il ne les influe, mais qui permet à l’auteur d’explorer les sentiers du fantastique. Quelque part entre Lovecraft et les bandes dessinées populaires horrifiques (du style « Le manoir des fantômes », édition française de toutes ces histoires en noir et blanc à chute surprenante), l’album avait impressionné le très jeune lecteur que j’étais lors de sa parution.

Oui, mais… en redécouvrant au XXIe siècle ce tome, on ne peut que se rendre compte de ses faiblesses. Les quatre histoires ont inégales, oscillant entre le franchement médiocre (le Nombrilus) et le commun. Les longs pavés de narration sont parfois pesants à lire, comme si Cossu hésitait entre la littérature illustrée et la véritable bande dessinée. Les chutes, pourtant essentielles dans ce genre de récit, sont faiblardes (le dernier récit finissant tout de même sur une réflexion un peu plus à la hauteur).

Les enfants y trouveront leur compte. Un public adulte risque de trouver cela médiocre. Et malgré mon affection de jeunesse pour cet album, je ne peux que reconnaître qu’il est amplement dispensable.


Chronique rédigée par Jean Loup le 21/04/2004
 
 
Avis de :Une BD décevante... Note de l'album : 2,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de Jean LoupReflet de l'avatar de Jean Loup
Statistiques posteur :
  • 1313 (63,80 %)
  • 390 (18,95 %)
  • 355 (17,25 %)
  • Total : 2058 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 2,00 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 2,00 Scénario
  • Dessin : 3,00 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Acheter d'occasion : 6,50
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 2.50
Dépôt légal : Juillet 1985

Avis des lecteurs

2 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Alceister Crowley, tome 1, lui attribuant une note moyenne de 2,50/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

21 6 2010
   

e retrouve dans cette bande dessinée des histoires courtes comme aimaient à en produire Cossu, Andreas et leur petite bande dans les années 80. Des récits très inspirés des nouvelles de Poe et autres Lovecraft, mélangeant ambiance post-victorienne, fantastique et magie.
Le héros, Alceister Crowley, est antiquaire spécialisé dans les objets étranges, l'emploi idéal pour l'amener à découvrir de nouveaux mystères qui resteront inexpliqués. Ses aventures sont variées, l'emmenant à côtoyer des prestidigitateurs, des créatures venus d'autres temps et dimensions ou encore des plantes divinisées.

Ce premier tome est composé de quatre histoires courtes. Cossu est au scénario de chacune d'entre elles à l'exception de la dernière où Savary commence à l'assister.

Le dessin de Cossu me plait mais sa mise en page apparait parfois assez encombrée. Cet aspect embrouillé se rapproche de la narration des histoires d'Alceister Crowley qui est très dense, souvent trop rapide. Elle permet difficilement à l'ambiance de s'instaurer même si elle a l'avantage de proposer des intrigues complexes en peu de pages. Les scénarios sont originaux et diversifiés quoiqu'ils ont tous un petit air de déjà-vu pour qui a lu du Poe, Lovecraft ou divers récits fantastiques dans une ambiance fin 19e et début 20e siècle. L'abus de facilités scénaristiques ou de raccourcis rabaisse en outre sensiblement leur intérêt objectif.

Cet albu est loin d'être indispensable mais j'ai relativement bien apprécié cette lecture dont le charme un peu suranné a su séduire mon âme de vieux fan d'Andreas, Foerster et consorts.