46 560 Avis BD |20 193 Albums BD | 7 888 séries BD
Accueil
Tome 4
 

Akira, tome 4

 
 

Résumé

Akira, tome 4Afin d'acceder au résumé de Akira, tome 4, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Akira, tome 4Ce tome est intéressant au niveau de la compréhension globale de la série. En effet on apprend beaucoup de chose sur la force qui semble animer Tetsuo ou Akira.

On commence à mieux apprécier Lady Miyako et à comprendre ces réactions, c'est un personnage trouble mais intéressant qui n'avait pas du tout été travaillé dans le Film Akira, et qui n'avait été abordé que succinctement dans les tomes précédents.

L'ambiance du Néo-Tokyo détruit est vraiment magnifiquement rendue par Otomo, je ne le répéterai pas assez, c'est vraiment un graphiste de génie.


Chronique rédigée par Touts le 22/08/2002
 
 
Statistiques posteur :
  • 49 (79,03 %)
  • 13 (20,97 %)
  • Total : 62 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 5,00 Scénario
  • Dessin : 5,00 Dessin
 
Acheter neuf : 6,98 6,98 6,98
Acheter d'occasion : 19,95
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.25
Dépôt légal : Décembre 2004

Avis des lecteurs

6 internautes ont donné leur avis sur l'album Manga Akira, tome 4, lui attribuant une note moyenne de 4,25/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

6 2 2013
   

Après les dernières pages du tome précédent, voilà que l'auteur nous invente un nouvel environnement : le post-post-apocalyptique. Tokyo n'a plus grand chose de "Néo" et les forces en présence se réorganisent en deux grands camps. D'un côté, Akira, manipulé par Tetsuo autour d'un grand empire qui revendique son indépendance à la face du monde, et de l'autre, Dame Miyoko, qui devient une gourou de secte qui vient en aide aux plus démunis, c'est-à-dire tout le monde. Au milieu de tout cela, on retrouve Kei et... le colonel (eh non ! Kanéda est absent de ce tome !!) qui doivent venir au secours des premiers enfants qui ont vieilli précocement. Tout cela se fait encore une fois dans un déferlement d'action, dans une ambiance de fin du monde où tout le monde se bat. Dans ce qui ressemble à un grand fouillis général, on comprend toutefois que Tetsuo doit s'affranchir de la drogue pour savoir manipuler tous ses pouvoirs. Le spectacle est toujours autant assuré par une action omniprésente et mine de rien, on s'est attaché à certains personnages même si certains pans de la trame générale restent mystérieux. Il n'y a que Akira qui me laisse de marbre : il faut dire que depuis le début de cette intrigue, ce personnage ressemble à une poupée de chiffon muette que chacun se refile et manipule. Je me serai attendu que dans ce quatrième tome, enfin, Akira ne soit plus qu'un titre, ne soit plus qu'un prétexte à mettre en scène tout un tas de personnages, et qu'il devienne lui-même un personnage à part entière.

On reste accroché à cette histoire pour en savoir le fin mot, même si le nombre de pages de chaque tome ne se justifie pas toujours, l'histoire de fonds étant d'une grande lenteur. Dans ce contexte, l'histoire tient presque aux seuls développement autour des affrontements entre les uns et les autres, entre les individus ou entre les groupes. Tout cela apporte beaucoup de mouvement, mais j'attends maintenant que l'histoire de fonds se révèle.

7 3 2011
   

Tout simplement le meilleur album de la série... En tout cas pour l'instant, et je pense que le suite est bien partie pour faire aussi bien.

Donc c'est pratiquemment un nouveau cycle qui commence ici. D'ailleurs, on voit bien qu'entre la fin du tome 3 et le début du 4, il y a une ellipse de quelques semaines/mois... Dans la présentation des personnages, on nous explique même ce qu'ils ont fait pendant ce temps.

On est alors plongé dans un univers (encore plus) post-apocalyptique et époustouflant, avec des immeubles et bâtiments effondrés, toutes les autorités et le pouvoir publique n'existe plus. Évidemment, les hommes sont presque revenus à un état sauvage, ils forment des bandes (-empires-, dont les deux principaux sont les empires d'Akira/Tetsuo et celui de Lady Miyako -n°19-). Et oui, dans cet album, Tetsuo fait son grand retour puisqu'il dirige carrément l'empire (Akira étant plus considéré comme un dieu, il ne prend pas de décision, du moins pas devant le lecteur). C'est un grand plaisir de retrouver ce personnage principal (qui n'est pas forcément sympathique) et toutes ses histoires de débauches qui vont avec. Et c'est Kanéda le grand absent de ces pratiquemment 400 pages...d'actions.

Mais même si, comme dans les autres tomes, l'action est ici aussi omniprésente, l'histoire avance beaucoup plus que dans les volumes 2 et 3.

On en apprend plus sur Akira, Tetsuo et Miyako, leurs intentions et envies. Le scénario est vraiment excellent. Et puis, même si on y est habitué dans le genre S-F, revoir les êtres humains après l'apocalypse, déchainant leurs instincts animales et essayant de reformer une société ultra-violente, c'est toujours assez flippant.

Le dessin lui est toujours excellent, dynamique, expressif, détaillé, étouffant et violent... Akira : je peux le dire maintenant ; un must. Ce livre le prouve encore une fois.

31 12 2007
   

Après la fin provisoire (celle de l'animé) lors du troisième tome, Katsuhiro Otomo relance cette cultissime série post-apocalyptique de plus belle. Suite au réveil d'Akira, un nouvel Ordre s'est érigé dans Néo-Tokyo, ce qui permet à l'auteur de développer un nouvel univers sur les décombres de l'ancien.

Certains personnages, comme Kanéda, vont provisoirement laisser la place à d'autres. Du coup, cela va permettre à Katsuhiro Otomo de donner plus d'importance à d'autres protagonistes. On va ainsi découvrir Kei (accompagnée de Chiyoko) dans un rôle plus actif, tandis que Tetsuo et surtout Akira vont développer des forces tellement importantes que cela va leur donner un nouveau statut dans ce Néo-Tokyo en proie à une véritable guérilla urbaine.

Graphiquement, Katsuhiro Otomo installe une ambiance post-apocalyptique vraiment impressionnante à l'aide d'architectures en ruines très réalistes.

Parfaite relance du scénario !

4 5 2003
   

Après la déstruction d'un monde la première étape est de le reconstruire sous les débris et les morts. C'est justement à cela que l'on assiste dans ce quatrième tome d'Akira. Otomo ne reste plus confiner avec ses principaux personnages et il nous offre pour ainsi dire un nouveau cylcle. Il y a peu de similitude avec ce qui s'est passé dans les tomes précédents.

On découvre alors la face cachée de certains personnages, tels que Kei. D'autres gagnent en importance et d'autres sont mis de côtés, pour réaparaître ensuite. Tetsuo qui était au centre de l'histoire auparavant perd de son importance aux côtés d'Akira. Le scénario reste toujours aussi intelligent avec une part de mystère autour d'Akira toujours présente.

Beaucoup d'action, peu de révélation on se ballade dans tous les différents coins du nouvel Empire, divisé en deux. Et c'est là où l'on se rend compte que la vision du futur, des conflits d'Otomo est assez juste. C'est à cause de cette division basé sur deux sectes différentes que des combats vont éclater. Dans ce quatrième tome on y suit aussi le debut de l'intervention des Etats-Unis, qui cherche à "désarmer" le Japon, à jouer le gendarme du monde. Cela ne vous rappel vraiment rien de notre actualité ?

Quant aux illustrations elles sont toujours aussi magnifiques à mon goût. Cette série fut mon premier manga et c'est avec beaucoup de plaisir que je me suis appercue que les mangas pouvaient aussi bénificier de superbes illustrations. Le style d'Otomo est très détaillé. L'architecture mise en place par l'auteur est tout simplement incroyable. Il met en image parfaitement les ruines du Néo-Tokyo avec son trait fin et précis.

Bref, ce tome est une bonne surprise qui permet de relancer la série...

2 1 2003
   

Quel virage dans l'histoire !

Regardez bien la couverture de cet album, et vous comprendrez vite : Akira prend le pouvoir de Néo-Tokyo, rien de moins !

On assiste donc ici à une anarchie totale d'une part (chacun tente de survivre comme il le peut dans une ville sans loi, sans justice, sans ordre, sans argent... c'est assez réaliste, au final. et Effrayant !), petite dictature qui se met en place d'autre part, avec à sa tête Akira (qui décidemment semble bien lointain de tout ce qui se déroule dans la ville), épaulé par Tetsuo, ambitieux et rageur.

Le scénario est assez bon, mais l'action prend clairement le dessus sur la réflexion dans cet album. Qu'importe ! c'est tellement bien décrit, bien conté, qu'on est vite absorbé par ce tome. Kaneda prend ici beaucoup moins d'importance (c'est à peine si on le voit plus de 4 pages dans l'album entier !) et kei se révèle sous un autre jour : une véritable guerrière urbaine !

La mise en scène de l'album est quant à elle exceptionnelle. Autant du point de vue narratif que graphique, c'est du grand art, tout simplement ! et petit à petit, on s'éloigne du film qui décidemment, n'a pas grand chose à voir au niveau de la densité scénaristique...

Niveau dessin, c'est du précis, de l'efficace, et surtout... du dynamique. Jamais vu ça. Vraiment, une rapidité dans le trait aussi flagrante... techniquement, ça laisse réveur ! d'autant plus qu'Otomo maitrise les cadrages à la perfection : la lecture se déroule le plus naturellement possible. C'est très agréable.

Un bon album, donc, qui marque un véritable tournant dans l'histoire d'Akira. A lire !

Tous les albums de la série
Album Avis Moyenne
Akira, tome 1 12 4.29
Akira, tome 2 6 4.08
Akira, tome 3 6 4.33
Akira, tome 4 6 4.25
Akira, tome 5 5 3.90
Akira, tome 6 5 4.50