46 501 Avis BD |20 162 Albums BD | 7 884 séries BD
Accueil
Agadamgorodok
 

Agadamgorodok

 
 

Résumé

AgadamgorodokAfin d'acceder au résumé de Agadamgorodok, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de AgadamgorodokC'était un 2 ou un 4 mais pas un 3.
"Agadamgorodok" laisse un parfum d'inachevé, d'entraperçu, de vision fugitive, brève. Les personnages n'ont pas de réelle profondeur, et pourtant on apprend à les connaître, comme ça, juste en voyant leur quotidien.

L'histoire a quelques senteurs politiques, avec quelques allusions, mais à dire vrai cela m'a passé loin au-dessus de la tête.
Le dessin, très clair, limpide, bénéficie d'une mise en couleur... lumineuse. Son graphisme varie pour les scènes de rêves ou de récit, et reste absolument superbe.

L'histoire, donc, est un morceau de la vie de quelques personnes. Jules, personnage un peu simple, qui n'aspire à rien, sinon la tranquillité, et un peu de bonheur sous la forme d'un joli ange blond. Feodor Feodorovitch, son "tuteur", amoureux des livres. Le gros méchant, qui contrôle la ville et s'amuse à liquider les gens qu'il n'aime pas de façon "ludique" (comme le "brise-glace" : mettez les pieds d'une personne dans une bassine de béton, attendez que ça prenne, lâchez le tout depuis un hélicoptère au milieu d'un lac gelé, et regardez la jolie gerbe d'eau...).
L'histoire que créé la rencontre de ces personnages est sombre. D'une noirceur absolue, de celles qu'aucune lueur d'espoir ne vient adoucir. Et malgré cela, ou peut-être bien à cause de cela, "Agadamgorodok" est très beau, et vaut largement la peine d'être lu.


Chronique rédigée par CoeurDePat le 13/01/2004
 
 
Avis de :Une excellente BD ! Note de l'album : 4,00
Visitez ma fiche, lisez mes autres avis, comparez vos goûts avec les miens !
Avatar de CoeurDePatReflet de l'avatar de CoeurDePat
Statistiques posteur :
  • 257 (75,15 %)
  • 18 (5,26 %)
  • 67 (19,59 %)
  • Total : 342 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 3,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : Clic ! Clic ! Clic !
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 3.17
Dépôt légal : Aout 2003

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album BD Agadamgorodok, lui attribuant une note moyenne de 3,17/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

6 7 2010
   

Je suis déçu car je croyais que j'allais bien aimer cette BD. En effet, d'ordinaire j'aime bien les récits ayant pour cadre la Russie et j'apprécie ce type de graphisme qui me fait penser au dessin de Pellejero lui-même amateur de cette région du monde ("Le Tour de Valse", "Aromm"...).

Alors si le cadre est le bon, présentant une Russie post-soviétique où la maffia règne en maître dans une petite ville paumée, le récit, lui, n'a rien de passionnant.
Je réalise que le résumé sur la fiche raconte presque tout, la surprise de fin incluse.
A part ça, on nous présente deux personnages principaux. Un chef maffieux tout puissant et névrosé qui tue à tour de bras tous ceux qui ont l'heur de froisser ne serait-ce qu'un peu sa sensibilité. Son pouvoir s'étend à toute la petite ville d'Agadamgodorok dont les habitants voient les morts se succéder sans oser s'en mêler de peur d'être le suivant sur la liste. Et d'un autre côté, il y a Jules, un rêveur insouciant aux allures de simple d'esprit qui erre de petits boulots en petits boulots. Les deux vont se rencontrer et boum (ou plutôt plouf) cela se termine peu de temps après.

Vraiment pas convaincu, j'ai trouvé l'histoire peu crédible, pas très compréhensible en termes de comportements des personnages et le récit d'ensemble me parait trop léger pour me contenter.

1 3 2006
   

Drôle de nom pour une rencontre !
Agadamgorodok, ville sous neige, c'est Akademgorod, la cité russo-sibérienne entièrement consacrée à la recherche scientifique (véridique).
C'est aussi l'endroit où vit le bon Jules qui, de petits boul mots en jobs ingrats, s'avère incapable de conserver l'un ou l'autre. Il est vrai que Jules n'a pas inventé la poudre. Son physicien de père voulait pourtant en faire un cosmonaute. Et c'est réussi : Jules est perpétuellement dans la Lune, et bientôt obnubilé par l'image d'une femme entraperçue.
Mais quel rapport entre Jules et Spéracédès, chef de la mafia locale ?
Bailly et Lapière proposent ici une inquiétante tranche de vie et de mort au coeur de la Russie de nulle part.
Un nulle part d'autant plus étonnant qu'il s'affiche tout en contrastes : déliquescence et bouc émissaire jouant la contradiction, quoique seulement apparente, avec le dessin d'un Bailly dont on connaît les talents de peintre.
Un album vibrant, désolant mais habité : parfaitement russe, quoi !...