45 976 Avis BD |19 906 Albums BD | 7 826 séries BD
Accueil
Tome 2
 

Ad Astra, tome 2

 
 

Résumé

Ad Astra, tome 2Afin d'acceder au résumé de Ad Astra, tome 2, merci d'activer Javascript.

 

avis bd

Planche de Ad Astra, tome 2Deuxième tome de ce manga historique qui se propose de nous faire découvrir les dessous de la Deuxième Guerre Punique. Un duel au sommet entre deux généraux présentés comme des génies tactiques : Hannibal et Scipion l'Africain.
Bon, pour le moment, le duel n'est pas direct puisque Scipion n'est encore qu'un simple soldat mais qui démontre tout de même toute son intelligence et impressionne (et suscite des jalousies) ses pairs.

Comme pour le premier tome, on est tout de suite pris dans l'histoire. L'auteur alterne habilement entre dialogues (un poil verbeux), scènes d'action classiques et batailles rangées. Du coup, on n'a pas du tout le temps de s'ennuyer et les pages défilent à la vitesse de l'éclair malgré des dialogues plutôt importants par rapport au reste de la production nippone.

Graphiquement, on garde le même style qu'au premier tome. Assez différent des mangas habituels, le trait est précis et un peu sauvage. Pourtant, les décors, les animaux, les visages, les vêtements contribuent à embarquer le lecteur dans ce pan de l'histoire romaine.

Toujours aussi bon.


Chronique rédigée par david le 10/07/2014
 
 
Statistiques posteur :
  • 559 (44,51 %)
  • 290 (23,09 %)
  • 407 (32,40 %)
  • Total : 1256 avis
 

Ajout d'avis

 
  • Note du chroniqueur : 4,00 Note générale
  • Originalité : 4,00 Originalité
  • Scénario : 4,00 Scénario
  • Dessin : 4,00 Dessin
 
Acheter neuf : 7,51 7,51 7,51
Acheter d'occasion : 3,69
Modifier
 
Devenez fan de la page Facebook de Coin BD pour suivre notre actualité !
 
Note moyenne de l'album : 4.00
Dépôt légal : Juin 2014

Avis des lecteurs

3 internautes ont donné leur avis sur l'album Manga Ad Astra, tome 2, lui attribuant une note moyenne de 4,00/5. La chronique BD ci-dessus est prise en compte dans le calcul de cette moyenne.

4 1 2016
   

Ce tome est l’occasion de voir encore une fois, une seule et unique bataille entre Hannibal et les romains. Vu comme cela on pourrait penser que ça risque d’être ennuyeux. Et pourtant c’est tout le contraire, c’est passionnant. L’affrontement est l’occasion bien sûr, d’avoir de nombreux morts et quelques cours de stratégie, mais on ne s’arrête pas à cela. Au-delà des deux troupes ennemis face à face, ce sont aussi deux maitres et fin stratège qui s’opposent. On connait Hannibal, mais c’est un autre romain qu’on retrouve en face : le fier Longus. Sûr de lui, on sent ce dernier courir à sa perte. Encore une fois les mouvements des troupes sont bien expliqués, les personnages sont bien détaillés tant psychologiquement que physiquement et on appréciera les deux oppositions de style : frondeur à la solde d’Hannibal contre lanceurs de javelots romains.

La fin s’éloigne du champs de bataille, et encore une fois on ne perd pas de temps en longs discours pénibles, c’est concis et palpitant.

Si cette série s’avère être très portée sur la stratégie et les combats entre Hannibal et Romains, c’est suffisamment bien fait pour intéresser les novices comme les férus. C’est, pour le moment, une série passionnante.

17 6 2015
   

J'ai beaucoup aimé ce deuxième album, qui pourtant fonctionne sur le même mode que le premier. En effet, encore une fois, on aura droit à un affrontement entre romains et Hannibal, encore une fois ce dernier prendra l'avantage, et encore une fois l'intervention du jeune Scipion sera décisive pour éviter le massacre annoncé. Pourtant, maîtrisant mieux les personnages et leur histoire, ce tome se révèle pour moi plus agréable. Par ailleurs, le fait que ce soit un nouveau chef de l'armée romaine donne un nouveau souffle à l'histoire. Enfin, j'ai beaucoup aimé les réflexions stratégiques des uns et des autres : plutôt que de se limiter au déplacement des troupes sur un champ de bataille, il y a toutes ces réflexions sur les réactions des armées dans telle ou telle situation. C'est à ce moment là que le récit cesse d'être une boucherie attendue (puisqu'il s'agit d'un affrontement entre armées romaine et carthaginoise) pour apporter quelque chose de plus fin. On se rend compte qu'Hannibal n'est pas doué uniquement pour encercler un ennemi, mais également pour peser sur le moral des troupes. Au-délà des forces en présence, c'est une véritable guerre psychologique qui se joue. Et si les troupes d'Hannibal l'emportent sur celles de Longus, c'est bien l'intervention de Scipion qui permet d'afficher un match nul sur le plan psychologique.

Il y a d'autres éléments de narration qui sont appréciable : certes, les personnages de Scipion et d'Hannibal sont au centre du récit et leurs pensées stratégiques assurent une bonne part de l'intérêt de l'album, mais il y a également Caius, Silenos, Scipion Père ou encore le frère d'Hannibal qui sont autant de témoins des événements. C'est finalement par leur yeux que l'on touche du doigt qu'au-delà des armées, ce sont bien deux hommes, deux cerveaux, qui s'affrontent alors qu'ils ne se sont jamais rencontrés.

Enfin, le scénariste a cette intelligence, en fin d'ouvrage, de quitter le champ de bataille (qui aurait pu lasser à la longue) pour se concentrer d'une part, sur la politique romaine, et d'autre part, sur la maladie oculaire d'Hannibal. Le timing est parfait : propopser "autre chose" à la fin d'un tome entièrement dédié à une bataille permet d'éviter l'ennui et surtout, d'introduire de nouveaux éléments sur lesquels le scénariste pourra s'appuyer pour relancer son histoire.